Sade

Top albums (Voir les 79)


Voir les 79 albums de Sade

Sade : top des titres
Trier par:
Meilleures ventes
1-10 of 292
Titre Album  
30
30
30
30
30
30
30
30
30
30

Image de Sade
Fourni par l'artiste ou son représentant

Dernier Tweet

SadeOfficial

On the week of the third anniversary of Japans earthquake; a short film By Your Side. Please watch https://t.co/xbSip4WWtu


Biographie

Sade, en tant que groupe, se confond presque exclusivement avec sa chanteuse vedette, Sade Adu, au point d'avoir adopté son prénom comme patronyme pour la bande. Il est vrai qu'en véritable initiatrice du projet, comme tout seigneur, elle a le droit aux honneurs de son talent. Helen Folasade Adu (dite Sade Adu) naît le 16 janvier 1959 à Ibadan (Nigéria), d'un père universitaire local et d'une mère Britannique. Mais alors n'est que jeune enfant, ses parents se séparent et la mère conservant sa garde, elle s'installe en 1963 à dans une petite localité anglaise, à quelques miles de Londres.

... Lire la suite

Sade, en tant que groupe, se confond presque exclusivement avec sa chanteuse vedette, Sade Adu, au point d'avoir adopté son prénom comme patronyme pour la bande. Il est vrai qu'en véritable initiatrice du projet, comme tout seigneur, elle a le droit aux honneurs de son talent. Helen Folasade Adu (dite Sade Adu) naît le 16 janvier 1959 à Ibadan (Nigéria), d'un père universitaire local et d'une mère Britannique. Mais alors n'est que jeune enfant, ses parents se séparent et la mère conservant sa garde, elle s'installe en 1963 à dans une petite localité anglaise, à quelques miles de Londres.

Style

S'intéressant très jeune à la musique et notamment aux idoles afro-américaines comme Marvin Gaye ou Nina Simone, elle se met au chant et songe à entamer des études graphiques. À 17 ans, elle quitte la maison familiale pour étudier le stylisme Au Saint Martin College Arts Of London et s'installe dans une chambre d'étudiant au coeur de Camden Town, quartier londonien connu pour avoir été le théâtre de l'émergence de nombreux styles majeurs de ces cinquante dernières années. Prédestination ? En tous cas, si elle suit des cours de stylisme à l'école, elle se prend de plus en plus à s'improviser chanteuse pour quelques groupe locaux, sans pour autant penser en faire sa carrière. Sa jolie plastique lui permet de décrocher quelques contrats comme mannequin avant de décrocher son diplôme. Si elle continue à chanter, ce n'est guère que comme hobby.

Pride

Un hobby, toutefois, qui se transforme rapidement en projet professionnel lorsqu'elle se fait embaucher comme choriste dans le groupe Pride, dans lequel elle constitue un électron libre, chantant soit comme choriste, soit en tant que soliste en première partie des concerts du groupe. À tel point que c'est sa figure qui devient marquante aux yeux du public. Par ailleurs, elle se découvre quelques dons pour l'écriture et la composition, s'inspirant énormément du jazz et de la soul.

En 1983, elle parvient à débaucher le guitariste Stuart Matthewman et le bassiste Paul Denman de Pride pour former un nouveau groupe au nom vite choisi : Sade. Tout simplement. Le claviériste Andrew Hall les rejoint la même année et, dès lors, le quatuor commence à enregistrer quelques démos et les soumet à Epic Music qui accepte de signer un premier album. Les deux premiers singles « Smooth Operator » et « Hang On To Your Love » fonctionnent bien et, dans la foulée, Diamond Life devient l'un des albums les plus vendus de l'année au Royaume-Uni. Consacré révélation de l'année, Sade devient l'un des groupes en vogue du moment, offrant un style musical soul et jazzy, très novateur au début d'une décennie marquée par les synthétiseurs.

Retrait stratégique

Promise, en 1986 et Stronger Than Pride, deux ans plus tard viennent confirmer le succès de Sade, mais, brutalement, au tournant des années 1990, le groupe si prolifique se rendort un peu et il faut attendre 1992 pour que Sade revienne dans les bacs et sur les ondes avec Love Deluxe un peu plus pop-rock et là encore très en avance sur une décennie qui s'annonce sous les auspices de l'italo-dance, des boys bands et des groupes formatés comme les Spice Girls. Si la vie de famille de Sade Adu la contraint à se retirer quelque peu du monde de la composition pour devenir une maman modèle.

Un Best of, en 1994, rencontre cependant un succès suffisant qui vient rappeler que le public n'a pas oublié Sade qui, cependant, préfère s'exiler quelques années en Espagne pour s'occuper de sa progéniture loin des caméras et des hyènes du Sun ou du Mirror, généralement prompts à se jeter sur les peoples comme des vampires sur une flaque de sang.  

Pré-retraite ?

Mais Sade n'a pas pour autant disparu du paysage : en 2000, alors que le girl power s'effondre, que les boys bands se ringardisent à vitesse grand V et que même une certaine pop à cheveux gominés commence à lasser, Sade revient en studio pour les besoins de Lovers Rock, son cinquième album qui bluffe son monde tant il est en adéquation avec l'émergence d'un certain style R&B jazzy... que Sade préfigurait déjà lors de la décennie précédente. Mais le groupe de Camden Town ne modifie pas pour autant son style (ce qui serait énigmatique) et continue à distiller quelques riffs Brit-pop bien sentis dans sa production musicale.

Deux ans plus tard, Lovers Live enregistré lors d'un concert du groupe est dans les bacs, avec un DVD du spectacle. En 2005, la chanteuse interprète un titre en faveur du Soudan sur la compilation Voices For Darfur, ce qui laisse présager un éventuel retour. Les fans sont rassurés en 2009 quand un nouvel album est enfin annoncé, Sade revient en février 2010 avec Soldier of Love pour coiffer une couronne néo soul qui lui revient de plein droit. L'inévitable tournée qui suit ce tonitruant retour est capturée sur disque avec Bring Me Home - Live 2011 qui sort en juin 2012. Copyright 2014 Music Story Benjamin D'Alguerre

Sade, en tant que groupe, se confond presque exclusivement avec sa chanteuse vedette, Sade Adu, au point d'avoir adopté son prénom comme patronyme pour la bande. Il est vrai qu'en véritable initiatrice du projet, comme tout seigneur, elle a le droit aux honneurs de son talent. Helen Folasade Adu (dite Sade Adu) naît le 16 janvier 1959 à Ibadan (Nigéria), d'un père universitaire local et d'une mère Britannique. Mais alors n'est que jeune enfant, ses parents se séparent et la mère conservant sa garde, elle s'installe en 1963 à dans une petite localité anglaise, à quelques miles de Londres.

Style

S'intéressant très jeune à la musique et notamment aux idoles afro-américaines comme Marvin Gaye ou Nina Simone, elle se met au chant et songe à entamer des études graphiques. À 17 ans, elle quitte la maison familiale pour étudier le stylisme Au Saint Martin College Arts Of London et s'installe dans une chambre d'étudiant au coeur de Camden Town, quartier londonien connu pour avoir été le théâtre de l'émergence de nombreux styles majeurs de ces cinquante dernières années. Prédestination ? En tous cas, si elle suit des cours de stylisme à l'école, elle se prend de plus en plus à s'improviser chanteuse pour quelques groupe locaux, sans pour autant penser en faire sa carrière. Sa jolie plastique lui permet de décrocher quelques contrats comme mannequin avant de décrocher son diplôme. Si elle continue à chanter, ce n'est guère que comme hobby.

Pride

Un hobby, toutefois, qui se transforme rapidement en projet professionnel lorsqu'elle se fait embaucher comme choriste dans le groupe Pride, dans lequel elle constitue un électron libre, chantant soit comme choriste, soit en tant que soliste en première partie des concerts du groupe. À tel point que c'est sa figure qui devient marquante aux yeux du public. Par ailleurs, elle se découvre quelques dons pour l'écriture et la composition, s'inspirant énormément du jazz et de la soul.

En 1983, elle parvient à débaucher le guitariste Stuart Matthewman et le bassiste Paul Denman de Pride pour former un nouveau groupe au nom vite choisi : Sade. Tout simplement. Le claviériste Andrew Hall les rejoint la même année et, dès lors, le quatuor commence à enregistrer quelques démos et les soumet à Epic Music qui accepte de signer un premier album. Les deux premiers singles « Smooth Operator » et « Hang On To Your Love » fonctionnent bien et, dans la foulée, Diamond Life devient l'un des albums les plus vendus de l'année au Royaume-Uni. Consacré révélation de l'année, Sade devient l'un des groupes en vogue du moment, offrant un style musical soul et jazzy, très novateur au début d'une décennie marquée par les synthétiseurs.

Retrait stratégique

Promise, en 1986 et Stronger Than Pride, deux ans plus tard viennent confirmer le succès de Sade, mais, brutalement, au tournant des années 1990, le groupe si prolifique se rendort un peu et il faut attendre 1992 pour que Sade revienne dans les bacs et sur les ondes avec Love Deluxe un peu plus pop-rock et là encore très en avance sur une décennie qui s'annonce sous les auspices de l'italo-dance, des boys bands et des groupes formatés comme les Spice Girls. Si la vie de famille de Sade Adu la contraint à se retirer quelque peu du monde de la composition pour devenir une maman modèle.

Un Best of, en 1994, rencontre cependant un succès suffisant qui vient rappeler que le public n'a pas oublié Sade qui, cependant, préfère s'exiler quelques années en Espagne pour s'occuper de sa progéniture loin des caméras et des hyènes du Sun ou du Mirror, généralement prompts à se jeter sur les peoples comme des vampires sur une flaque de sang.  

Pré-retraite ?

Mais Sade n'a pas pour autant disparu du paysage : en 2000, alors que le girl power s'effondre, que les boys bands se ringardisent à vitesse grand V et que même une certaine pop à cheveux gominés commence à lasser, Sade revient en studio pour les besoins de Lovers Rock, son cinquième album qui bluffe son monde tant il est en adéquation avec l'émergence d'un certain style R&B jazzy... que Sade préfigurait déjà lors de la décennie précédente. Mais le groupe de Camden Town ne modifie pas pour autant son style (ce qui serait énigmatique) et continue à distiller quelques riffs Brit-pop bien sentis dans sa production musicale.

Deux ans plus tard, Lovers Live enregistré lors d'un concert du groupe est dans les bacs, avec un DVD du spectacle. En 2005, la chanteuse interprète un titre en faveur du Soudan sur la compilation Voices For Darfur, ce qui laisse présager un éventuel retour. Les fans sont rassurés en 2009 quand un nouvel album est enfin annoncé, Sade revient en février 2010 avec Soldier of Love pour coiffer une couronne néo soul qui lui revient de plein droit. L'inévitable tournée qui suit ce tonitruant retour est capturée sur disque avec Bring Me Home - Live 2011 qui sort en juin 2012. Copyright 2014 Music Story Benjamin D'Alguerre

Sade, en tant que groupe, se confond presque exclusivement avec sa chanteuse vedette, Sade Adu, au point d'avoir adopté son prénom comme patronyme pour la bande. Il est vrai qu'en véritable initiatrice du projet, comme tout seigneur, elle a le droit aux honneurs de son talent. Helen Folasade Adu (dite Sade Adu) naît le 16 janvier 1959 à Ibadan (Nigéria), d'un père universitaire local et d'une mère Britannique. Mais alors n'est que jeune enfant, ses parents se séparent et la mère conservant sa garde, elle s'installe en 1963 à dans une petite localité anglaise, à quelques miles de Londres.

Style

S'intéressant très jeune à la musique et notamment aux idoles afro-américaines comme Marvin Gaye ou Nina Simone, elle se met au chant et songe à entamer des études graphiques. À 17 ans, elle quitte la maison familiale pour étudier le stylisme Au Saint Martin College Arts Of London et s'installe dans une chambre d'étudiant au coeur de Camden Town, quartier londonien connu pour avoir été le théâtre de l'émergence de nombreux styles majeurs de ces cinquante dernières années. Prédestination ? En tous cas, si elle suit des cours de stylisme à l'école, elle se prend de plus en plus à s'improviser chanteuse pour quelques groupe locaux, sans pour autant penser en faire sa carrière. Sa jolie plastique lui permet de décrocher quelques contrats comme mannequin avant de décrocher son diplôme. Si elle continue à chanter, ce n'est guère que comme hobby.

Pride

Un hobby, toutefois, qui se transforme rapidement en projet professionnel lorsqu'elle se fait embaucher comme choriste dans le groupe Pride, dans lequel elle constitue un électron libre, chantant soit comme choriste, soit en tant que soliste en première partie des concerts du groupe. À tel point que c'est sa figure qui devient marquante aux yeux du public. Par ailleurs, elle se découvre quelques dons pour l'écriture et la composition, s'inspirant énormément du jazz et de la soul.

En 1983, elle parvient à débaucher le guitariste Stuart Matthewman et le bassiste Paul Denman de Pride pour former un nouveau groupe au nom vite choisi : Sade. Tout simplement. Le claviériste Andrew Hall les rejoint la même année et, dès lors, le quatuor commence à enregistrer quelques démos et les soumet à Epic Music qui accepte de signer un premier album. Les deux premiers singles « Smooth Operator » et « Hang On To Your Love » fonctionnent bien et, dans la foulée, Diamond Life devient l'un des albums les plus vendus de l'année au Royaume-Uni. Consacré révélation de l'année, Sade devient l'un des groupes en vogue du moment, offrant un style musical soul et jazzy, très novateur au début d'une décennie marquée par les synthétiseurs.

Retrait stratégique

Promise, en 1986 et Stronger Than Pride, deux ans plus tard viennent confirmer le succès de Sade, mais, brutalement, au tournant des années 1990, le groupe si prolifique se rendort un peu et il faut attendre 1992 pour que Sade revienne dans les bacs et sur les ondes avec Love Deluxe un peu plus pop-rock et là encore très en avance sur une décennie qui s'annonce sous les auspices de l'italo-dance, des boys bands et des groupes formatés comme les Spice Girls. Si la vie de famille de Sade Adu la contraint à se retirer quelque peu du monde de la composition pour devenir une maman modèle.

Un Best of, en 1994, rencontre cependant un succès suffisant qui vient rappeler que le public n'a pas oublié Sade qui, cependant, préfère s'exiler quelques années en Espagne pour s'occuper de sa progéniture loin des caméras et des hyènes du Sun ou du Mirror, généralement prompts à se jeter sur les peoples comme des vampires sur une flaque de sang.  

Pré-retraite ?

Mais Sade n'a pas pour autant disparu du paysage : en 2000, alors que le girl power s'effondre, que les boys bands se ringardisent à vitesse grand V et que même une certaine pop à cheveux gominés commence à lasser, Sade revient en studio pour les besoins de Lovers Rock, son cinquième album qui bluffe son monde tant il est en adéquation avec l'émergence d'un certain style R&B jazzy... que Sade préfigurait déjà lors de la décennie précédente. Mais le groupe de Camden Town ne modifie pas pour autant son style (ce qui serait énigmatique) et continue à distiller quelques riffs Brit-pop bien sentis dans sa production musicale.

Deux ans plus tard, Lovers Live enregistré lors d'un concert du groupe est dans les bacs, avec un DVD du spectacle. En 2005, la chanteuse interprète un titre en faveur du Soudan sur la compilation Voices For Darfur, ce qui laisse présager un éventuel retour. Les fans sont rassurés en 2009 quand un nouvel album est enfin annoncé, Sade revient en février 2010 avec Soldier of Love pour coiffer une couronne néo soul qui lui revient de plein droit. L'inévitable tournée qui suit ce tonitruant retour est capturée sur disque avec Bring Me Home - Live 2011 qui sort en juin 2012. Copyright 2014 Music Story Benjamin D'Alguerre


Améliorez le contenu de cette page

Si vous êtes l'artiste, le label ou le manager concerné, vous pouvez mettre à jour les informations sur cette page, telles que biographie, vidéos et plus encore sur Artist Central.

Commentaires

Visitez notre FAQ sur les Pages Artistes
Donnez-nous votre avis sur cette page