undrgrnd Cliquez ici Toys NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Shop Fire HD 6 Shop Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo

Commentaires client

4
4,3 sur 5 étoiles
Saint-Saëns : Musique pour Violon et Piano (Intégrale - Volume 2)
Format: CDModifier
Prix:10,43 €+Livraison gratuite avec Amazon Premium

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

10 sur 10 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
1000 PREMIERS RÉVISEURSle 25 septembre 2013
Fanny Clamagirand poursuit ici une intégrale qui fera date. Saint-Saëns est un compositeur exigeant, qui nécessite à la fois beaucoup de clarté et de fluidité mais aussi un sens de la dramatisation au service de la construction des pièces. Bref, il faut veiller à maintenir un constant équilibre pour ne pas paraître trop sec ou mièvre. Fanny Clamagirand est incontestablement une jeune violoniste qui a beaucoup de moyens mais surtout beaucoup de goût. Elle ne cherche pas une séduction immédiate (même si le son est très beau) mais à construire une interprétation qui tienne sur toute la longueur de l'oeuvre. C'est très réfléchi et senti, avec une profonde honnêteté vis-à-vis du texte qui permet d'imposer des pièces qui ne font guère partie du répertoire (Le cygne à part, ici transcrit pour violon évidemment).
Ajoutons que l'idée de commencer une carrière au disque avec une intégrale Saint-Saens plutôt qu'enregistrer de manière tapageuse des concertos hyper connus prouve que Fanny Clamagirand est à la fois courageuse et intelligente. On sent une vraie musicienne et non un de ces phénomènes vite apparus et vite oubliés. Face au débraillé qui triomphe trop souvent, on est heureux de pouvoir ici louer sa pudeur au service du compositeur. Bravo aussi à l'éditeur qui promeut une musicienne française dans de la musique française.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
3 sur 3 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 18 janvier 2014
Une belle, très belle interprétation de ces œuvres d'un musicien mal aimé, trop délaissé, dont les œuvres les plus jouées, quoique fort populaires, la "danse macabre", "le Carnaval des animaux", un concerto pour violon, le 3e, et l'introduction et rondo capriccioso;plus quelques concertos pour piano, le 2e, parfois le 4e, et depuis quelques années en nouvelle faveur le 5e, "égyptien", n'ont poussé ni les grands artistes à jouer en public tous ses concertos ( aucune "intégrale", par exemple, au Festival de La Roque d'Anthéron) - encore qu'il y ait sur le marché de bonnes versions de divers concertos et quelques intégrales de l'œuvre pour piano et orchestre, dont deux excellentes, voire étonnantes par la vision qu'elles donnent de ces œuvres, celle de Jean-Philippe Collard, bien sûr, avec le Royal Philharmonic, dirigé par André Previn, et, moins connue, ou moins "relevée" par la critique,celle de Pascal Rogé et Charles Dutoit, qui révèlent véritablement le génie de certains mouvements, et permettent de dépasser, tout de même un peu, la perspective longtemps unique, de la belle version de Jeanne-Maris Darré - ni les organisateurs de concerts à mettre en valeur une extraordinaire production de musique de chambre. Heureusement existe le disque, et en particulier des enregistrements récents. Redécouvrirait-on ces œuvres splendides, enfin? Il faut pour cela, nous autres Français, oublier d'une part notre déni de nos propres artistes, quand ils n'ont pas l 'heur d'être du courant principal, moderniste, voire "avant-gardiste", devenu peu à peu un nouvel académisme, d'autre part notre chauvinisme "Vieille France", qui a fait s'écarter les amateurs et les artistes professionnels d'œuvres et de musiciens que montaient aux nues de vieilles barbes réactionnaires et des anti-modernistes aux œillères des plus étroites, qui ont en quelque sorte "idéologisé" ces œuvres de "musique française", comme si on en était encore à la lutter pour sa défense contre la "musique allemande", ce que sans doute un Saint-Saëns et quelques autres eurent en leur temps des raisons essentielles, et peut-être vitales de mettre en place. En somme, il faudrait bien qu'enfin, sans préjugé d'aucune sorte, nous soyons capables , comme les américains, et de plus en plus de musiciens, anglais, baltes, russes,d'apprécier les œuvres en elles-mêmes, pour de qu'elles sont .... tout simplement. Mais est-il si aisé d' être simple? On découvrira alors avec bonheur des quatuors et un trio admirables, et donc ces duos piano violon: sonates 1 et 2, suite, et autres morceaux, apparemment "petits", mais toujours magnifiquement et donc longuement développés, la 2e symphonie, plutôt que la belle mais un peu lourde symphonie pour orgue, et des œuvres pour piano....etc.
Fanny Clamagirand est une magnifique interprète, et tous ses enregistrements chez Naxos, et elle en a consacré beaucoup! sont des merveilles. Il faut se précipiter et augmenter notre "espace musical personnel" ) comme Malraux parlait de Musée Imaginaire, de toutes ces œuvres, un peu connues ou pas du tout.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Je n'irai pas jusqu'à dire : « sans âme », comme un autre commentateur. Il y a bien une âme. Le problème est que cette âme ne nous amène pas plus loin que l'admiration (ce qui n'est déjà pas si mal), ne transcende pas, ne nous offre pas un supplément d'âme. Je mets quatre étoiles, parce qu'au niveau de l'interprétation, il n'y a pas grand-chose à dire sauf que c'est remarquable. Tout le problème est là : on sent clairement que ces deux interprètes, je dis bien les deux, ont les moyens de nous prendre par le collet et de nous emmener dans l'espace intersidéral de la musicalité. Le problème, comme pour leur premier opus Musique pour violon et piano (Intégrale - volume 1), est que, se mettant au service de la musique, ce qui est admirable, elles oublient de mettre la musique à notre service (pardon pour l'égoïsme apparent, mais c'est de cela qu'il s'agit quand on ne joue plus la musique pour soi mais pour le disque, c'est-à-dire pour les autres). Elles nous ont montré la - quasi - perfection ; sauf qu''on veut voir aussi leurs tripes.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 4 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 18 décembre 2013
une oeuvre de Camille Saint Saens de facture classique, sans trop d'inspiration ni d'âme. Dommage. Un compositeur inégal qui gagne toutefois à être mieux connu
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
     
 
Les clients ayant consulté cet article ont également regardé
Saint-Saëns : Concertos pour violon
Saint-Saëns : Concertos pour violon de Camille Saint-Saêns (CD - 2010)