Ou
Version MP3 incluse GRATUITEMENT

Ajoutez à votre liste d'envies
Sally Can't Dance
 
Agrandissez cette image
 

Sally Can't Dance

17 juin 2003 | Format : MP3

EUR 9,90 (TVA incluse le cas échéant)
Commandez l'album CD à EUR 6,99 et obtenez gratuitement la version MP3.
L'album CD est vendu et expédié par Amazon EU Sàrl . Veuillez consulter les Conditions générales sur les coûts en cas d'annulation de commande. Ne s'applique pas aux commandes de cadeaux. Commandez pour sauvegarder la version numérique de cet album dans votre bibliothèque Amazon Music.
Titre
Durée
Popularité  
30
1
4:03
30
2
3:05
30
3
5:05
30
4
4:01
30
5
3:41
30
6
3:42
30
7
4:12
30
8
5:07
30
9
3:33
30
10
2:55

Les clients ayant acheté cet article ont également acheté


Détails sur le produit

  • Date de sortie d'origine : 20 février 2001
  • Date de sortie: 20 février 2001
  • Label: RCA Records Label
  • Métadonnées requises par les maisons de disque: les métadonnées des fichiers musicaux contiennent un identifiant unique d’achat. En savoir plus.
  • Durée totale: 39:24
  • Genres:
  • ASIN: B0026TTEKK
  • Moyenne des commentaires client : 4.2 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (5 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 31.383 en Albums MP3 (Voir les 100 premiers en Albums MP3)

Commentaires en ligne 

4.2 étoiles sur 5
Partagez votre opinion avec les autres clients

Commentaires client les plus utiles

9 internautes sur 10 ont trouvé ce commentaire utile  Par earthlingonfire TOP 500 COMMENTATEURSVOIX VINE on 23 août 2006
Format: CD
Voici le disque dont Lou Reed a dit - peu après sa sortie, qui plus est - que plus sa musique était mauvaise, plus elle vendait, jugement directement à l'origine du notoire Metal Machine Music, avec lequel Reed a voulu pousser cette logique à l'extrême. Alors on peut considérer sa carrière solo comme lui voudrait : de manière sélective, informée par des concepts de bon et de mauvais. Mais elle a sans doute plus de valeur esthétique si on la prend telle qu'elle est : une dérive aveugle de Charybde en Scylla, où Lou est le plus souvent absent à lui-même. Il a également observé à propos de Sally Can't Dance que ce disque s'était fait pratiquement sans lui, qu'il lui était étranger. Il faut accepter que ses "oeuvres" échappent en partie, voire totalement, à sa conscience et à sa volonté. De ce point de vue, les deux disques ultimes de Lou Reed dans la première partie de sa carrière solo sont Transformer et Sally Can't Dance, dont on peut dire qu'il s'agit d'une contrepartie américaine de Transformer. Dans les deux cas, Reed a rendu sa copie sous la forme d'une dizaine de chansons, laissé travailler un producteur compétent, puis chanté sur les parties instrumentales. Autrement dit, il a fait ce qu'il sait faire le mieux sans se mêler de ce qu'il fait le moins bien. Dans les deux cas, on ressent comme une absence, mais aussi une décontraction, à l'inverse de ces disques guindés où Lou Reed a voulu exercer un contrôle absolu et finalement sclérosant.Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
1 internautes sur 1 ont trouvé ce commentaire utile  Par Barthel Damien TOP 1000 COMMENTATEURS on 15 février 2011
Format: CD
Honnêtement...un des albums les moins réussis de Lou Reed. Avec sa pochette ridiculement cartoonesque (on dirait plus Popeye ou le lion de la MGM en version Tex Avery/Hanna & Barbera que Lou) et son funk-rock décadent et sexuel, "Sally Can't Dance" fut un triomphe au hit-parade, à la grande consternation louridienne, l'artiste estimant le disque 'cheap and nasty' ('pauvre et sale') et sans intérêt. OK, il y à quelques bonnes chansons, toutes sur la deuxième face par ailleurs : "Billy", le glauque "Kill your sons", la chanson-titre aussi. Mais dans l'ensemble...c'est plat. Du "Transformer" en mode funky, sans grande envergure. Un peu comme le "Young Americans" de Bowie, mais en moyen (l'album de Bowie étant, lui, énorme). Reed fera mieux avec le très classe "Coney Island Baby" et le très rauque "Street Hassle". Il a aussi fait mieux avec les deux albums précédant ce "Sally Can't Dance" au final très mineur. Quoi qu'on en dise.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Par Dr. Rock on 22 février 2014
Format: CD
Polytoxicomane compulsif et alcoolique sévère, Lou Reed (qui s’est rasé le crâne, teint les cheveux en blond et se taille dedans des croix gammées à la lame de rasoir !) vit maintenant avec un travesti haut en couleur (Rachel !) et n’est pas loin de perdre complètement les pédales. Détaché de l’enregistrement de son nouvel album, il passera plus de temps dans les toilettes que derrière le micro et laissera le producteur Steve Katz s’occuper du disque avec les musiciens. Renié par lui-même, SALLY CAN’T DANCE va pourtant devenir l’un de ses albums les plus attachants, ainsi que le plus gros succès de toute sa carrière (n° 10 US) !
Antithèse de BERLIN, l’album se veut une vision funky de la décadence et adopte un ton de musique à cocktails pour V.I.P. dépravées. Sur des textes plus profonds que ce que Lou veut bien admettre (l’effrayant KILL YOUR SONS parle des séances d’électrochocs auxquelles il a eu droit durant son adolescence), le groupe pose une espèce de country urbaine (ENNUI) et de funk pour drogués terminaux (BABY FACE), n’oubliant pas de swinguer malgré des textes peu adaptés aux dancefloors (le disco SALLY CAN’T DANCE), et abouti à cet album jouissif - l’un des seuls du Lou à faire vraiment marrer (ANIMAL LANGUAGE et ses borborygmes) - qui a suffisamment bien vieilli pour mériter une nouvelle relecture. Un tout bon disque de pop rock décadente.
Tops : KILL YOUR SONS, SALLY CAN’T DANCE, RIDE SALLY RIDE, ANIMAL LANGUAGE, ENNUI, BABY FACE
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Format: CD Achat vérifié
transformer , Berlin et Sally Can ' t Dance injustement sousestimé par son auteur .
Pourtant les chansons sont superbes ;simples puissantes et vénéneuses !
le disque est sans faiblesse à l'inverse de "Rock and Roll Heat " où quelques titres surnagent .
Plus abordable que "Coney Island Baby et New York " les dernières oeuvres studio consistantes de Lou qui fut un des tout grand dans les annèes 70 Neil for the country , Lou for the city .
Big Apple trashy Blues
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
0 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile  Par Manusss on 31 janvier 2011
Format: CD
Et un de plus!! oui un album de plus sans réussite commerciale. Pourtant Lou Reed évolue dans le style même si son chanté/parlé, sa marque de fabrique, reste omniprésent. Beaucoup plus de solos de guitare que sur les albums précédents, une ambiance nouvelle. A mon sens un de ses meilleurs albums!
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer

Les images de produits des clients

Rechercher

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

  • Ennui
    EUR 0,99

Rechercher des articles similaires par rubrique