Amazon rachète votre
article EUR 4,33 en chèque-cadeau.
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir cette image

S'approprier l'homme : Un thème obsessionnel de la Révolution (1760-1800) Broché – 7 mai 2013


Voir les formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon Neuf à partir de Occasion à partir de
Broché
"Veuillez réessayer"
EUR 35,00 EUR 28,00

A court d'idées pour Noël ?

Offres spéciales et liens associés


Descriptions du produit

Biographie de l'auteur

Xavier Martin, historien des idées politiques. est professeur émérites des universités. Ses travaux anthropologiques révolutionnaires ont réputation d'avoir modifié l'approche historique de la vision de l'homme au siècle des Lumières.


Vendez cet article - Prix de rachat jusqu'à EUR 4,33
Vendez S'approprier l'homme : Un thème obsessionnel de la Révolution (1760-1800) contre un chèque-cadeau d'une valeur pouvant aller jusqu'à EUR 4,33, que vous pourrez ensuite utiliser sur tout le site Amazon.fr. Les valeurs de rachat peuvent varier (voir les critères d'éligibilité des produits). En savoir plus sur notre programme de reprise Amazon Rachète.

Détails sur le produit

  • Broché: 110 pages
  • Editeur : Dominique Martin Morin (7 mai 2013)
  • Collection : L'homme des droits de l'homme
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2856523420
  • ISBN-13: 978-2856523421
  • Dimensions du produit: 23 x 15 x 1 cm
  • Moyenne des commentaires client : 3.0 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (2 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 249.533 en Livres (Voir les 100 premiers en Livres)
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


En savoir plus sur l'auteur

Découvrez des livres, informez-vous sur les écrivains, lisez des blogs d'auteurs et bien plus encore.

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

3.0 étoiles sur 5
5 étoiles
0
4 étoiles
1
3 étoiles
0
2 étoiles
1
1 étoiles
0
Voir les deux commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients

Commentaires client les plus utiles

7 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile  Par Létin Marc sur 13 octobre 2013
Format: Broché Achat vérifié
La "mise en route est un peu longue". Puis l'on accède avec effarement aux visées de nos révolutionnaires dont Vincent Peillon se réclame ouvertement pour effectuer une mise en coupe réglée éducative des jeunes élèves. Les nombreuses notes sont nécessaires face au politiquement correcte qui ne peut que s'incliner lorsqu'il est contraint de parler du livre.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Par Lenormand Erik sur 12 décembre 2014
Format: Broché
Un bref essai de 100 pages où l'on entre (enfin) dans le vif du sujet à la page 62! Suivent quinze pages traitant de l'éducation "nationale " telle qu'elle fut envisagée par les utopistes révolutionnaires: il s'agissait de fait, de créer un moule ou conditionnement républicain aux fins de formater les esprits dans un sens favorable au pouvoir en place. Il s'agit là de la partie la plus intéressante de l'ouvrage qui malheureusement retombe vite dans l'anecdote (histoire des deux frères Mirabeau).

Par ailleurs, implicitement, l'auteur nous révèle que tant les Athéniens que l’Église catholique s'étaient déjà, bien auparavant, appliqués à formater l'homme à leur convenance. Donc les révolutionnaires de 89, et surtout de 92 (puisque la Constituante ne s'intéressait pas à l'éducation nationale, nous révèle l'auteur), n'ont fait que pousser plus loin le vice de leurs prédécesseurs!

On regrettera que l'auteur dénigre "Les Lumières" en leur imputant la responsabilité de la Révolution de 89 (jusqu'à preuve du contraire, ceux ne sont pas les philosophes des "Lumières" qui ont convoqué les états généraux mais ce pauvre Louis XVI qui avait fait confiance à la gestion calamiteuse de Necker).
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?