• Tous les prix incluent la TVA.
Il ne reste plus que 1 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon.
Emballage cadeau disponible.
Quantité :1
Sarko et Cie. La Ré... a été ajouté à votre Panier
État: D'occasion: Bon
Commentaire: Amazon - Offres Reconditionnées vous assure la même qualité de service qu'Amazon.fr ainsi que 30 jours de retour.
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir cette image

Sarko et Cie. La République des copains Broché – 7 septembre 2011


Voir les formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon Neuf à partir de Occasion à partir de
Broché
"Veuillez réessayer"
EUR 24,50
EUR 14,50 EUR 5,43

Devenez auteur avec Kindle Direct Publishing Devenez auteur avec Kindle Direct Publishing

EUR 24,50 Livraison à EUR 0,01. Il ne reste plus que 1 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement). Expédié et vendu par Amazon. Emballage cadeau disponible.

Offres spéciales et liens associés


Descriptions du produit

Extrait

Extrait de l'avant-propos

Des petits Sarkozy par milliers

La profession d'avocat d'affaires est parfaitement honorable. Mais elle réclame des qualités qui ne sont pas forcément celles que l'on attend d'un homme politique. À moins que ce dernier conçoive la gestion des affaires de la France comme un enchaînement de dossiers à traiter les uns après les autres, avec à l'appui, chaque fois, de copieux honoraires. C'est pourtant l'option choisie par Nicolas Sarkozy. Le président de la République est et reste un avocat d'affaires. Marie-Ève Malouines, dans Nicolas Sarkozy, le pouvoir et la peur, pousse le bouchon encore plus loin : «Il raisonne comme un avocat, et fait de la politique comme un avocat», écrit-elle, ajoutant «Nicolas Sarkozy n'envisage les enjeux politiques que comme une succession de dossiers qu'il faut étudier et gagner. Peu importe que les arguments qui permettent de conclure la première affaire ne soient pas compatibles avec ceux de la seconde, l'essentiel est d'avoir gagné les deux dossiers».
Inutile ensuite de reprocher au chef de l'État de ne pas être habité par une certaine idée de la France : il n'a tout simplement pas d'idée, et surtout pas de suite dans les idées. Il peut donc en changer du jour au lendemain. Il n'est pas préoccupé par une «idée», qu'il assimile à une idéologie inutile, mais par l'opportunité, synonyme d'action. C'est l'opportunité qui lui tient lieu de vision. L'opportunité a ceci de commode qu'elle légitime par avance tous les changements de direction. Citons le bouclier fiscal, présenté comme le marqueur de son quinquennat, jeté aux orties sans état d'âme. L'élection de Nicolas Sarkozy en 2007 marque une profonde cassure dans l'histoire de notre pays. Si François Mitterrand et Jacques Chirac, ses prédécesseurs à l'Élysée, ne laissent pas forcément le souvenir d'une République irréprochable, ils avaient au moins un sens certain de l'État. Rien de tout cela chez Nicolas Sarkozy. Militant politique et avocat d'affaires, il s'est toujours mis exclusivement au service d'intérêts privés. Les sociologues Michel Pinçon et Monique Pinçon-Chariot constatent que le monde des affaires a pris le contrôle du pouvoir politique. «Le patronat industriel et surtout financier s'est payé un homme de main. Nicolas Sarkozy, qui ne possède pas un bagage intellectuel particulièrement extraordinaire, est à leur service», nous confient-ils.
Muni d'un certificat d'aptitude à la profession d'avocat (Capa) décroché avec un modeste dix sur vingt, Nicolas Sarkozy n'a pas imaginé une seule seconde prendre la défense de la veuve et de l'orphelin. Pistonné par sa mère, elle-même avocate, il entre à vingt-six ans chez Guy Danet, associé d'un grand cabinet parisien, installé dans le XVIIe arrondissement de Paris. Nous sommes en 1981, année de la victoire de François Mitterrand à l'élection présidentielle, et le jeune Nicolas Sarkozy prête allégeance aux riches, aux puissants, aux «people». Comment, un quart de siècle plus tard, une majorité de Français a-t-elle pu croire que cet avocat trivial, cynique, puéril et sans scrupules, soupçonné de «péter les plombs» régulièrement, pourrait bousculer l'ordre établi ? Comment oublier que le maire de Neuilly n'a jamais cessé de trahir ses amis, Florence d'Harcourt, députée des Hauts-de-Seine, Charles Pasqua, président de ce département, Jacques Chirac, candidat à l'élection présidentielle, et sa fille Claude ?

Biographie de l'auteur

Journaliste d'investigation, Ian Hamel collabore au Point. Spécialiste des services secrets et des paradis fiscaux, il est l'auteur de L'Enigme Oussama Ben Laden (Fayot, 2008), Et si la Suisse ne servait plus à rien ? (Larousse, 2010) et de Xavier Bertrand, les coulisses d'une ambition (L'Archipel, 2010).


Détails sur le produit

  • Broché: 336 pages
  • Editeur : Archipel (7 septembre 2011)
  • Collection : Politique, idée, société
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2809805415
  • ISBN-13: 978-2809805413
  • Dimensions du produit: 22,5 x 2,5 x 14 cm
  • Moyenne des commentaires client : 4.0 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (1 commentaire client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 489.193 en Livres (Voir les 100 premiers en Livres)
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


En savoir plus sur l'auteur

Découvrez des livres, informez-vous sur les écrivains, lisez des blogs d'auteurs et bien plus encore.

Commentaires en ligne

4.0 étoiles sur 5
5 étoiles
0
4 étoiles
1
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoiles
0
Voir le commentaire client
Partagez votre opinion avec les autres clients

Commentaires client les plus utiles

4 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile  Par Dona Ferentes le 10 septembre 2011
Format: Broché
Quand il s'agit de peindre le pouvoir actuel en maniaque de la conquête, les plumitifs ne manquent pas, qui s'attirent souvent le même reproche : à trop forcer le trait, à conclure parfois au-delà de leur démonstration, ils dépassent leur objectif, laissent la sensation d'un acharnement, conduisent le lecteur à désespérer de l'élite et par contrecoup à se croire meilleur que ces agités du portefeuille inféodés à leur ego de classe. Et l'on s'interroge sur les motivations des auteurs : vengeance de disgâcié ou dépit de roturier ?

Heureuse exception que ce livre, qui recentre le débat et se propose de "faire réagir les ciroyens de tous bords", donc pas seulement de gauche. Y est en effet décrit le brutal changement de braquet financier depuis la dernière élection présidentielle, que révélèrent aux ingénus électeurs le Fouquet's et la régate intime. Certes, la république d'avant n'était pas plus vertueuse, seulement moins impudente, et surtout moins prostituée. En ce sens, la description du parcours de notre président actuel est édifiante, car au terme d'un travail d'enquête impeccable et sur un ton mesuré, elle révèle une conception méthodique, affairiste, exclusive et boutiquière de la politique. Non, ce président est tout sauf fou ; il est même brillant.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer

Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?