undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Rentrée scolaire Shop Fire HD 6 Shop Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo


Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

2 sur 2 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 3 mars 2015
Je suis une fan du Mouron Rouge (les livres de la baronne Orczy, savez-vous qu'il y en a 16 volumes ?) depuis des années et des années. Il est même et de loin, mon héros romanesque masculin préféré. Je les relis régulièrement, toujours avec le même plaisir que quand je l'ai découvert à 16 ans. J'ai vécu tout ce temps en supposant bien que les Anglais en avaient tiré des films, mais sans les avoir vus, ni celui de 1934, ni celui-ci de 1982 qui n'a été diffusé qu'à la BBC. En navigant sur Youtube, voilà qu'il y a quelques mois, je suis tombée sur des extraits de ce film. Quel bonheur ! J'ai donc acheté le DVD pour une bien meilleure qualité de visionnage. Quel pur bonheur quand on aime le roman ! Une merveille ! Je l'aime bien mieux que le très célèbre film de 1934 avec Leslie Howard (Percy) et Merle Oberon (Marguerite). C'est pourtant un bon film, quoique très démodé, mais les costumes et coiffures ne sont vraiment pas de la bonne époque pour les hommes. Le début de l'histoire se passe en 1792, et dans le film de 1934 c'est la mode de 1800, 1805, avec des hommes à cheveux courts ! C'est comme si un film censé se dérouler en 1965 avait des costumes de 1975, ça se voit tout de suite. Les costumes sont un peu caricaturaux. Bien sûr Leslie Howard était un fabuleux acteur, mais d'abord il était déjà trop vieux pour le rôle, 42 ans et cela se voit. Percy a 28 ans quand l'histoire commence. Et puis, si Howard jouait très bien le côté "idiot" et affecté de son personnage, en revanche il n'est pas crédible en amoureux éperdu de Marguerite malgré les malentendus qui les ont séparés et bien qu'il réfrène volontairement cette passion pour sa femme. Par moment on a l'impression qu'il la déteste, ce qui n'est jamais le cas dans le livre, même si Leslie Howard dit (phrase reprise textuellement dans la version 1982) "Je n'ai jamais cessé de l'aimer, c'est cela la tragédie". Donc, même si c'est un très joli film plaisant à voir (et il ne faut pas manquer d'acheter le DVD, ça vaut la peine), pour moi, Leslie Howard n'est pas du tout le Mouron Rouge que j'imagine dans ma tête. Il est bien dit dans le livre qu'il est exceptionnellement beau. Il faut que l'acteur soit jeune et beau donc.
En ce qui concerne Anthony Andrews en 1982, ce n'était pas du tout non plus comme ça que j'imagine le Mouron Rouge dans ma tête. D'abord il n'est pas très grand, alors que l'auteur du livre précise qu'il fait 6 pieds de haut, ce qui doit faire, sauf erreur, entre 1,90 m et 2m. C'est toujours un élément crucial de ses multiples déguisements, de dissimuler, ou pas, sa taille. Mais pas facile de trouver un excellent acteur qui convienne pour le rôle et qui soit en même temps si grand. Donc ici on a laissé tomber sa taille et choisi, avec quel bonheur, Anthony Andrews. Quel acteur génial ! C'est un régal : la diction fabuleuse, les mimiques, les changements d'expression de la drôlerie au tragique, de l'épique, du chef de bande respecté et adulé par ses hommes au rôle très étudié d'idiot mondain et d'arbitre de la mode à la cour de Londres. Il est tellement drôle, plus que dans le livre. Et il avait 30 ans au moment du tournage, l'âge du rôle. Donc un Percy inattendu, mais totalement enthousiasmant. Il n'y a qu'à voir d'ailleurs toutes les vidéos de fans sur Youtube à partir d'extraits de ce film, souvent illustrés par d'autres musiques, et les commentaires encore aujourd'hui, 33 ans après ! Je trouve bien dommage d'ailleurs qu'on n'ait pas offert une meilleure carrière à Anthony Andrews qui la méritait.
Tous les costumes sont d'une beauté et d'une exactitude historique parfaites, d'ailleurs à l'époque le film a reçu une récompense méritée pour les plus beaux costumes historiques. Dommage qu'Anthony Andrews n'ait pas eu une récompense du meilleur premier rôle masculin qu'il méritait amplement.
Quant à Sir Ian Mckellen, évidemment on ne peut s'empêcher de penser que, 20 ans plus tard, il va devenir Gandalf !! Ici au contraire il joue le méchant, l'affreux Chauvelin, agent du redouté Comité de Salut Public et partisan fanatique de Robespierre, l'ennemi juré du Mouron Rouge pendant 15 aventures. Dans les livres, il n'a jamais été amoureux de Marguerite, c'est simplement une ancienne connaissance de Marguerite avant son mariage et son départ pour l'Angleterre, et de son frère Armand. Mais cette idée que Chauvelin voulait épouser Marguerite qui l'a repoussé pour choisir Percy, donne beaucoup d'humanité et d'épaisseur à son personnage. Il ne hait pas Sir Percy seulement par conviction révolutionnaire, mais aussi par jalousie et humiliation personnelle.
Jane Seymour est parfaite en Marguerite, c'est comme cela que je l'imaginais.
Les 2 meilleurs amis du Mouron Rouge, Sir Andrew Ffoulkes et lord Anthony Dewhurst, sont parfaitement choisis, c'est exactement comme ça que les imaginais.
L'intrigue maintenant. Bien sûr il y a des modifications notables par rapport au roman, le film mélange "Le Mouron Rouge" qui se passe en 1792, et "Eldorado" qui se situe en 1794 et où la Ligue du Mouron Rouge fait évader Louis XVII de la prison du Temple. Pas gênant du tout, le film est censé se dérouler sur plus de 2 ans.
Comme dans le film de 1934, il n'y a pas de suspense et le spectateur est prévenu dès le début que Sir Percy Blakeney est le mystérieux aventurier Le Mouron Rouge. C'est quasiment obligé au cinéma, et une des plus belles scènes est quand, après l'évasion épique et réussie du comte et de la comtesse de Beaulieu et de leur enfant, Percy se démaquille, enlève faux nez et perruque et retrouve son vrai visage et son expression d'aventurier qui jubile, puis on enchaîne avec Percy à nouveau élégant et pomponné, qui déclame son fameux quatrain sur le Mouron Rouge chez ses amis les de Tournay. Génial ! Une mention spéciale pour les déguisements et maquillages d'Anthony Andrews qui sont jubilatoires, en vieille femme échevelée, en vieux portefaix demeuré, en croque-mort etc … La plupart du temps on ne le reconnaît qu'au bout d'un bon moment, il est méconnaissable.
Dans le livre, il y a un fort suspense pendant la première moitié du premier volume, et le lecteur finit par comprendre, soit avant Marguerite soit en même temps qu'elle, qui est le Mouron Rouge.
L'autre idée que je trouve géniale, et qui ne trahit pas du tout les livres, est d'imaginer la rencontre, le coup de foudre et le mariage de Percy et Marguerite. Personne n'avait jamais montré cela, et la réussite est totale. Le livre commence quand ils sont mariés depuis un an. Des morceaux d'anthologie : Percy humiliant Chauvelin devant Marguerite en se moquant de son costume mal coupé et de sa cravate mal nouée : dialogue brillants de 2 grands acteurs ! Ou la cour faite par Percy à la belle actrice Marguerite : le pique nique où il mène de front ses amours tambour battant, et l'évasion d'un homme qu'il a sauvé de la guillotine et qu'il supervise de loin tout en embrassant sa bien aimée ; génial, génial.
La demande en mariage de Percy à Marguerite est pour moi une des plus charmantes de toute l'histoire du cinéma : "Parfois, vous êtes tellement insaisissable… Etes-vous vous aussi un acteur, jouant un rôle dans une étrange charade ? - Une chose dont il ne faut pas douter, ma chère, c'est ma sincérité. - Et derrière ce masque se cache le vrai Percy Blakeney ? C'est l'homme que je brûle de connaître. - Et vous le ferez ma chère, en temps voulu. - Et quand est-ce ? dans longtemps ? - Epousez-moi, et vous aurez toute votre vie pour le découvrir ! (baiser). Waouh !!…
La scène de la rencontre dans la bibliothèque, qui n'existe pas non plus dans le livre, est encore un sommet d'art cinématographique. Un joyau. Et tellement bien jouée, à voix basse, que cela fait complètement avaler l'invraisemblance que Marguerite ne reconnaisse pas la voix de son mari. On voit que Chauvelin comprend qui est le Mouron Rouge, alors que dans le livre le lecteur ne sait pas s'il a compris ou pas.
Autre passage culte très drôle : Percy et Marguerite, jeunes mariés, arrivent en retard à la garden party du prince de Galles, ami de Percy. Le prince taquine Percy avec cette réplique culte : "Percy, fashionably late as usual ! (Percy, élégamment en retard comme d'habitude !) - Sink me ! votre Altesse Royale, c'était cette damnable cravate, elle refusait simplement de se nouer !" En fait il était en train de planifier l'évasion de Louis XVII, pas du tout de se pomponner…
Il faut entendre Anthony Andrews commencer toutes se phrases par un "Sink me" affecté et inimitable…
Autre scène inoubliable : les retrouvailles des deux époux, qui ont enfin levé les malentendus entre eux, dans le cachot où Chauvelin détient Percy.
Et le duel entre A. Andrews et Ian McKellen, un des plus beaux exercices d'escrime au cinéma !
La musique aussi aurait mérité une récompense, c'est une musique de film épatante, romantique, qui rehausse parfaitement aussi bien les scènes d'aventure que les scènes sentimentales. Et de la très belle musique XVIIIe pour les bals. Sur Youtube il y a une très jolie petite video appelée "Scarlet Pimpernel theme" avec toute la bande musicale + de jolies photos des plus beaux moments.
Un seul regret pour ceux qui ont du mal en anglais : pas de sous-titres hélas (alors que le DVD du film de 1934 est sous-titré en français). Je me débrouille bien en anglais et il n'y a pas de problème pour suivre l'histoire, surtout si on a lu le livre. Mais leur diction est tellement parfaite et leur anglais XVIIIe siècle tellement raffiné, que j'ai dû écouter certains passages plusieurs fois avant de saisir le détail des dialogues qui sont brillants, drôles, spirituels et font mouche. Un tuyau pour les fans : le site web blakeneymanor, c'est une mine, un trésor. On y trouve même la transcription entière (ou bien c'est ailleurs sur internet je ne sais plus) des dialogues du film ! Bien utile quand on n'arrive pas à comprendre une réplique.
Donc, achetez absolument ce DVD que vous ayez lu ou pas le livre, achetez aussi les livres, l'auteur en a écrit 16 de 1900 à 1927. Selon mon opinion, fuyez en revanche comme la peste la série BBC de 1999 "Scarlet Pimpernel", acteurs ne convenant pas du tout, personnages laids, caricaturés, ambiance glauque et triste. Ils sont tellement loin de la vraie histoire que lord Tony, un des 2 meilleurs amis du Mouron Rouge et son compagnon dans une quinzaine d'aventures, est tué dès le premier épisode, et Marguerite meurt en couches au début du 2e... Quelle horreur ! A fuir…
Il vaut mieux regarder le fabuleux Anthony Andrews encore et encore… Un des films avec Jane Eyre 1986 (Toby Stephens + Ruth Wilson), que je ne me lasse jamais de revoir.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 9 juillet 2011
Them Frenchies seek him everywhere.
Is he in Heaven?
Is he in Hell?
That damned elusive pimpernel.

By Sir Percy Blakeney/The Scarlet Pimpernel (Anthony Andrews)

It is the French revolution and everone is losing their heads. Sir Percy Blakeney must fake being ridicules and may even lose the love of his life Lady Marguerite Blakeney (Jane Seymour.) This is necessary to save their friends from the guillotine.

How long can he pull this off while right next to him is Citizen Chauvelin (Ian McKellen) who is trying to track down The Scarlet Pimpernel. He even threatens Marguerite's with the life of her brother to find the pimpernel.

The story, originally a play then a novel has been remade and in some ways improved through the years. However, this version will always be the classic that by others are measured.

This Play that still has the feel of a play was made into several films. The most popular is the 1934 version starring Leslie Howard. It is hard to improve on that version. However, I think it has a rival in this production. We have a little more swordplay and a few of the character were more fleshed out.

Scarlet Pimpernel (1934)
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
3 sur 4 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Pimpernel est bien une fleur, en français le "mouron rouge". Dans ce film c'est une Marguerite qui fait le clou du spectacle : elle est belle, elle joue bien elle émeut...Le "mouron rouge", Sir Percy? par contre est agaçant et peu sentimental, peu crédible dans le rôle. Chauvelin (l'agent français qui a le mauvais rôle dans l'histoire) est prestigieux.
On ne comprend pas pourquoi le scénario est aussi éloigné du roman, par ailleurs il offre des dialogues escamotés entre Sir Percy et Marguerite. Certaines scènes sont de pures inventions et trahissent même l'esprit du roman ( la galanterie de Sir Percy , le mariage ). Le roman très volumineux offre de multiples épisodes de sauvetages de condamnés mais ici la mixture est indigeste.
On ne comprend pas non plus pourquoi on nous offre avec le DVD une partie du roman (la première) alors que celui ci est complètement trahi autant dans l'esprit que dans la forme.

il n'existe aucun sous-titre aucune autre version que la version anglaise
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
3 sur 4 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Ah! si l'on avait pu jumeler Jane Seymour avec Leslie Howard quel bonheur cela aurait pu être de les voir dans les rôles de Marguerite et Percy . Ici Anthony Andrew est très agaçant, les dialogues du livre les plus romantiques ont été escamotés et des scènes ridicules concernant la cour faite par Sir Percy et son mariage avec Marguerite complètement déplacées. On se demande pourquoi l'édition de ce DVD est accompagnée du livre qui nous offre la première partie de la Saga écrite par la baronne d'Orczy dont la lecture est très aisée mais où l'on pourra noter les libertés prises par le scénario.
Un Chauvelin extraordinaire (Sallieri de Amadeus) rendra à ce film un certain suspens et un peu de son intérêt.

Pas de sous-titres ni français ni anglais
Cette version tout de même plus agréable que la toute dernière américaine.
22 commentairesCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
4 sur 7 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 25 septembre 2004
Si vous étiez fan de la saga, vous risquez d'être déçu : ce film est un remix du 1er livre "Le mouron rouge" et de "La capture du mouron rouge" et par certain côté Anthony Andrews apparait grotesque cependant le jeu des autres acteurs le fait oublier. Jane Seymour est extraordinaire.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
     
 
Les clients ayant consulté cet article ont également regardé
Le mouron rouge
Le mouron rouge de Harold Young (DVD - 2007)


The Scarlet Pimpernel [DVD] [Import anglais]
The Scarlet Pimpernel [DVD] [Import anglais] de Anthony Andrews (DVD - 2013)
EUR 20,11