Version MP3
incluse GRATUITEMENT
ou
Identifiez-vous pour activer la commande 1-Click.
ou
en essayant gratuitement Amazon Premium pendant 30 jours. Votre inscription aura lieu lors du passage de la commande. En savoir plus.
Plus de choix
Vous l'avez déjà ? Vendez votre exemplaire ici
Aussi disponible en MP3
 
Album MP3 à EUR 7,49
 
 
 
 

Scary Monsters [CD, Bonus, Enregistrement original remasterisé]

David Bowie CD
4.4 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (19 commentaires client)
Prix : EUR 10,00 Livraison gratuite dès EUR 25 d'achats. Détails
  Tous les prix incluent la TVA
o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o
 : inclut GRATUITEMENT la version MP3 de cet album.
 Ne s'applique pas aux commandes de cadeaux ou aux produits vendus par des vendeurs tiers sur la plate-forme Marketplace. Veuillez consulter les Conditions générales sur les coûts en cas d'annulation de commande.
Il ne reste plus que 11 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon. Emballage cadeau disponible.
Voulez-vous le faire livrer le samedi 26 juillet ? Choisissez la livraison en 1 jour ouvré sur votre bon de commande. En savoir plus.
Passez cette commande pour sauvegarder la version numérique de cet album dans votre bibliothèque Amazon Music. Vendu par Amazon EU S.à r.l.
A télécharger immédiatement en MP3 pour EUR 7,49.

‹  Retourner à l'aperçu du produit

Descriptions du produit

Amazon.fr

Certains prétendent que c'est le dernier grand disque de Bowie, et certainement son seul grand album des années 80. Même s'il lui manquait le mordant de ses camarades punk du moment, il sut séduire certains fans du genre ainsi que des fans de rock plus classique. Le jeu énergique est doté d'une production sans fioritures, donnant un produit au style "arty" dans son ensemble. L'album débute sur "It's No Game (Part I)", chanté en japonais. Et se termine sur "It's No Game (Part II)", en anglais. Une des chansons ("Kingdom Come") est écrite par le New- Yorkais Tom Verlaine. "Scream Like A Baby" est une histoire sombre et violente, hurlée. Sur "Ashes To Ashes", Major Tom confesse son penchant pour les drogues, tout en étant brillant et séduisant, alors que "Fashion" fut un hit de dancefloor. Le joyau de cet album reste le titre éponyme, avec la guitare implacable de Robert Fripp. Bowie n'a plus été aussi inspiré depuis belle lurette... --Lorry Fleming

Critique

L’ équipe de la trilogie berlinoise est réunie sur Scary Monsters: : Robert Fripp et ses arabesques tortueuses, Tony Visconti au poste de producteur. Bowie a l’intention de faire un disque plus accessible et commercial mais mieux construit que  le précédent Lodger.  Scary Monsters  s’ouvre sur la 1ère version  de « It’s No Game », choc électrique dominé par les guitares stridentes de Robert Fripp où Bowie hurle littéralement son texte façon « cri primal », doublé par la voix colérique et glaciale de l’actrice Michi Horota. « It’s no game » est la réécriture d’une vieille composition de Bowie datant de 1970 où il exprime sa révolte et son exaspération face au chaos du quotidien. « Up The Hill Backwards » commencé sur un riff rock se poursuit par de multiples changements de tempo et de climats. La voix calme de Bowie exprime un désenchantement devant « Le vide créé par l’arrivée de la liberté. Il n’y aurait plus rien à faire pour changer le monde ». La guitare folle de Robert Fripp précipite la catastrophe avec un solo débridé. Malgré son aspect déchiqueté, le morceau  ne fléchit jamais et reste l’un des titres les élaborés du disque. « Scary Monsters » résonne comme un morceau de la trilogie berlinoise comprimé en chanson rock. Les guitares hurlantes, les percussions robotiques et la voix menaçante installent une ambiance paranoïaque et effrayante. David Bowie y décrit le degré de démence auquel une rupture amoureuse peut conduire. Dans le prodigieux « Ashes To Ashes », 1er single extrait de l’album, qui franchit immédiatement la 1ère place, délogeant Abba ( « The Winner Takes It All »), Bowie rappelle une vieille connaissance « Major Tom » de « Space Oddity », son 1er hit et tente d’exorciser son passé de junkie : on sent poindre une possibilité de rédemption voire de normalisation. Les synthés envoûtants, le rythme funky et les motifs vocaux de Bowie font de « Ashes To Ashes » une merveilleuse ballade « new wave » adoptée comme hymne par les  « nouveaux romantiques » (Visage, Spandau Ballet).

« Fashion », deuxième single, est une charge très agressive contre les usurpateurs de la mode, qui l’ont vidé de son contenu créatif. Le rythme robotique du début vient souligner leur comportement impersonnel sur fond de disco perverti. De ce morceau funk reggae, la guitare sinueuse de Robert Fripp fit une charge anti-disco contre les habitués des pistes de danse. Dans « Teenage Wildlife », Bowie s’adresse avec émotion aux nouveaux groupes de la « new wave » biberonnés à sa période glam. Porté par une mélodie grandiose, il lance quelques piques bien senties à ces jeunes prétendants à la gloire qui lui ont tant emprunté entre autres à Gary Numan dont plusieurs hits  s’inspirent de la trilogie berlinoise. « Teenage Wildlife » est à l’image de l’album : un hymne victorieux et implacable avec des solos d’un Robert Fripp impérial. Adaptation de « I am a laser » des Astronettes, groupe d’Ava Cherry choriste de Bowie en 1975, le très rock « Scream Lke A Baby » décrit une société moderne où les gens sont torturés pour leurs déviances sexuelles et gavés d’étranges drogues. Dans la reprise de « Kingdom Come »  de Tom Verlaine ex-Television, David Bowie entame un chant plaintif et nerveux très inspiré de l’auteur. Les arrangements futuristes et la rythmique imperturbable en font un des morceaux phares de  Scary Monsters . Dédié à son fils Zowie, « Because You’re Young » est le titre le plus orthodoxe de l’album. L’orgue colore la chanson d’une teinte assez « pop ». David met en garde Zowie contre les risques de l’amour qui laisse inévitablement «un million de cicatrices ». Scary Monsters  se referme sur « It’s No Game Part 2 », version désabusée que Bowie chante d’une voix résignée. La révolte laisse place à un dégoût passif. Le groupe est au diapason se contentant de porter la mélodie placidement. Scary Monsters  allie avec panache des sons d’avant garde avec le sens mélodique des plus grands albums de pop music. Pour Tony Visconti, tous les disques suivants de David Bowie doivent être évalués par rapport à  Scary monsters . Bowie mettra plus de quinze ans pour revenir au niveau de ce chef d’œuvre avec Outside.                                                                                             

François Bellion - Copyright 2014 Music Story

Descriptions du produit

14th studio album released in 1980. Incl. "Ashes to Ashes", "Teenage Wildlife"," Its No Game" & "Fashion"
‹  Retourner à l'aperçu du produit