Ou
Version MP3 incluse GRATUITEMENT

Plus d'options
Schubert: Winterreise
 
Agrandissez cette image
 

Schubert: Winterreise

17 février 2014 | Format : MP3

EUR 9,99 (TVA incluse le cas échéant)
Commandez l'album CD à EUR 12,99 et obtenez gratuitement la version MP3.
L'album CD est vendu et expédié par Amazon EU Sàrl . Veuillez consulter les Conditions générales sur les coûts en cas d'annulation de commande. Ne s'applique pas aux commandes de cadeaux. Commandez pour sauvegarder la version numérique de cet album dans votre bibliothèque Amazon Music.

Applications Amazon Music

Applications Amazon Music
Titre
Durée
Popularité  
30
1
5:34
30
2
1:41
30
3
2:23
30
4
2:59
30
5
4:36
30
6
3:49
30
7
3:34
30
8
2:12
30
9
2:46
30
10
3:05
30
11
3:57
30
12
2:40
30
13
2:12
30
14
2:44
30
15
2:03
30
16
2:04
30
17
2:55
30
18
0:52
30
19
1:37
30
20
4:01
30
21
4:22
30
22
1:20
30
23
2:37
30
24
4:00

Les clients ayant acheté cet article ont également acheté


Détails sur le produit

  • Date de sortie d'origine : 14 février 2014
  • Date de sortie: 14 février 2014
  • Label: Sony Classical
  • Métadonnées requises par les maisons de disque: les métadonnées des fichiers musicaux contiennent un identifiant unique d’achat. En savoir plus.
  • Durée totale: 1:10:03
  • Genres:
  • ASIN: B00I8KMWTG
  • Moyenne des commentaires client : 4.3 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (24 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 18.294 en Albums MP3 (Voir les 100 premiers en Albums MP3)

Commentaires en ligne

Commentaires client les plus utiles

15 internautes sur 18 ont trouvé ce commentaire utile  Par Philbert der Schwabe sur 13 mars 2014
Format: CD
C'est un Voyage d'Hiver des ruptures.
Première rupture: les notes de passage d'un ténor sont aux environs du fa. À part "Erstarrung" et "Die Post", qui montent jusqu'au la bémol, les notes les plus aigües des lieder du cycle sont en général fa, fa dièse, sol. Dès que la mélodie se meut dans cette zone on sent l'instabilité du passage de Kaufmann. Le piano est mince et détimbré, l'émission est artificielle, les voyelles tendent à être impures. En-dessous, dans le registre de poitrine, la voix est sûre et saine, le timbre naturel.
Deuxième rupture: cette voix de poitrine n'a que deux domaines d'intensité: autour du mezzoforte et fortissimo. Pas de véritables nuances entre les deux, pas non plus de vrai piano.
Ici le timbre est agréablement sombre. Chaque forte se transforme en fortissimo, et celui-ci sonne fort, débridé, vériste.

On ne peut pas vraiment dire que Kaufmann mette ces ruptures au service de l'nterpretation. Les ruptures sont là. Si elles correspondent au sens, elles sont expressives (l'instabilité du passage pour "bin *matt* zum Niedersinken" dans Das Wirtshaus), sinon (disparités des registres dans Rückblick ou Rast), pas de chance, et on a l'impression que c'est la voix et non le chanteur, qui dicte l'interprétation.
Même chose pour la dynamique. Ces explosions stentoriennes donnent l'impression d'un défi au sort quand le texte peut le faire penser, ailleurs (Die Nebensonnen p.ex.) elles.ne sont que brutalement véristes.

Helmut Deutsch au piano est un partenaire sensible.
Lire la suite ›
7 commentaires Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
5 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile  Par Eliacin TOP 500 COMMENTATEURS sur 18 mars 2014
Format: CD
Jonas Kaufmann est avant tout, et presque uniquement, un chanteur d'opéra.
C'est là son titre de gloire, car il est un des meilleurs ténors actuels. C'est aussi son principal handicap pour ce Winterreise, car on ne s'improvise pas chanteur de lieder.

Malheureusement pour lui, les qualités requises d'un interprète de lied sont très différentes de celles d'un chanteur lyrique. Si certains chanteurs, par la maîtrise superlative de leur art, ont su alterner l'un et l'autre répertoire (Hans Hotter, Fritz Wunderlich, dans une certaine mesure Peter Schreier...), Jonas Kaufmann n'est pas de ceux-là: manque de variété dans les couleurs, expressivité extérieure, comme "jouée" (sur une scène) au lieu d'être vécue de l'intérieur, vocalité bridée (on sent bien souvent qu'il ne veut pas "faire opéra", mais alors sa technique ne lui permet pas de proposer autre chose que des aigus éteints ou des forte anémiés)...
Le résultat - et peut-être le but recherché par le chanteur - est un show Kaufmann, qui ravira ses fans (cf la plupart des autres commentaires sur cette page) sans rien de l'intensité intérieure, du dépouillement héroïque nécessaires à rendre justice au chef-d'œuvre de Schubert.

Comme en outre l'accompagnement d'Helmut Deutsch, pourtant un des grands noms du lied, ne propose aucune ligne directrice, aucun voyage musical, dérouté qu'il semble par l'imaginaire inadéquat de son chanteur, on est loin, très loin, d'un grand Voyage d'Hiver.
Lire la suite ›
2 commentaires Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
19 internautes sur 24 ont trouvé ce commentaire utile  Par Amazon clientèle TOP 500 COMMENTATEURSVOIX VINE sur 21 février 2014
Format: CD Achat vérifié
J'attendais ce "voyage d'hiver", oeuvre ô combien émouvante de Schubert, avec impatience et crainte. Il y a tant d'interprétations dont celles de Fischer-Diskau, que la concurrence est féroce. Comme toujours Jonas Kaufmann émeut, charme, bouleverse, fait vibrer... Il jour avec une très grande maîtrise de l'aspect "baryton" de sa voix et s'élève dans les aigus avec toutes les nuances qu'il sait faire. C'est un grand technicien et surtout un grand musicien qui sait que la musique doit aller droit au coeur sans passer par la décortication intellectuelle. Naturellement chaque lied a son caractère propre rendu vocalement. Il n'est que d'écouter le premier et le dernier, triste à en pleurer et à en mourir, pour mesurer l'art vocal et l'engagement artistique de Jonas Kaufmann. C'est du grand art. De la Beauté à l'état pur. A écouter d'urgence.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
9 internautes sur 12 ont trouvé ce commentaire utile  Par jean-marie lambert TOP 100 COMMENTATEURS sur 24 février 2014
Format: CD
Le rythme important de sortie des disques et dvd de Jonas Kaufmann pourrait nous mettre mal à l'aise,voire injustement critique;or certaines de ces publications suscitent l'intérêt,et ce "voyage d'hiver" n'en manque pas.
La voix de Jonas Kaufmann est bien adaptée à ce cycle: ce ténor "barytonnant" apporte quelque chose de nouveau,et l'art du chanteur fait ici merveille,même s'il est tenté de faire un sort à chaque note et à chaque mot,et s'il se sent parfois obligé de peser de façon pléonastique sur les vers de Müller. JK est ici néanmoins à son aise dans son jardin,et nous fait partager une interprétation sensible et émue du voyageur.
L'accompagnement d'Helmut Deutsch est un vrai partenariat,non exempt de discussions voire de divergences d'interprétation,comme le montre d'ailleurs l'intelligent et spirituel entretien avec les deux artistes qui figure dans le livret,qui comprend par ailleurs le texte du cycle et sa traduction en français.
Sans être une référence,un disque auquel on reviendra quelquefois,très complémentaire des illustres versions Hotter/Moore et Schreier/Richter,sans parler,bien sûr,des versions Fischer Dieskau.
2 commentaires Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer

Commentaires client les plus récents


Rechercher des articles similaires par rubrique