Ajoutez à votre liste d'envies
Schumann: Szenen aus Goethes "Faust"
 
Agrandissez cette image
 

Schumann: Szenen aus Goethes "Faust"

6 mars 1995 | Format : MP3

EUR 12,99 (TVA incluse le cas échéant)
Également disponible en format CD
Titre Artiste
Durée
Popularité  
30
1
8:07
30
2
5:06
30
3
4:14
30
4
7:08
30
5
6:40
30
6
3:46
30
7
3:48
30
8
4:01
30
9
2:12
30
10
8:01
30
11
2:51
30
12
14:48
Disc 2
30
1
3:06
30
2
2:09
30
3
2:58
30
4
2:57
30
5
7:00
30
6
3:44
30
7
4:57
30
8
8:24
30
9
8:59

Les clients ayant acheté cet article ont également acheté


Détails sur le produit

  • Date de sortie d'origine : 28 février 1995
  • Date de sortie: 28 février 1995
  • Nombre de disques: 2
  • Label: Sony Classical
  • Métadonnées requises par les maisons de disque: les métadonnées des fichiers musicaux contiennent un identifiant unique d’achat. En savoir plus.
  • Durée totale: 1:54:56
  • Genres:
  • ASIN: B00ER6SOLA
  • Moyenne des commentaires client : 3.8 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (4 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 66.450 en Albums MP3 (Voir les 100 premiers en Albums MP3)

Commentaires en ligne 

3.8 étoiles sur 5
Partagez votre opinion avec les autres clients

Commentaires client les plus utiles

6 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile  Par ALIBERT Michel TOP 1000 COMMENTATEURSVOIX VINE sur 2 mars 2006
Format: CD
Un casting de rêve: Mattila, Bonney, Vermillion, Graham, Rootering, Blochwitz, Terfel qui se taille la part du lion par le temps de présence que lui assure le cumul des rôles, Abbado et la Philharmonie de Berlin... Tout serait pour le mieux dans le meilleur des mondes si un phénomène bizarre n'empêchait d'accorder la cinquième étoile à cet enregistrement: pourquoi la prise de son, au demeurant spacieuse et détaillée, manque-t-elle à ce point de présence dans toutes les scènes dont les choeurs sont absents? Car dès que paraissent le Tölzer Knabenchor et/ou les choeurs suédois d'Ericson, il n'y a plus de problème, l'on plane sur les cimes. Les choeurs ont-ils galvanisé l'ensemble ou ont-ils été réellement privilégiés par les micros? Quoi qu'il en soit le résultat est là, complètement déséquilibré. Dommage quand la perfection était si proche.
1 commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile  Par cacoton sur 11 juin 2012
Format: CD
C'est une excellente version de cette musique si anormalement négligée,mais n'oublions pas l'enregistrement effectué en 1972 par Benjamin Britten,avec les extraordinaires Fischer-Dieskau et Peter Pears,ainsi que Jennyfer Vyvyan si inquiétante dans le rôle du Souci.(English Chamber Orchestra ,édition DECCA )Dommage que la traduction française du texte ait été faite par un incapable!
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
2 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile  Par Jean Louis Leleu sur 7 avril 2009
Format: CD
Très belle interprétation pour une belle œuvre peu connue, d'autant plus intéressante si l'on met en regard sa 3e partie et le 2nd mouvement de la Huitième Symphonie de Mahler (y est "mise en musique", dans les deux cas, la scène finale du Second Faust de Goethe).
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
1 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile  Par Bersier Francois sur 15 février 2013
Format: CD Achat vérifié
Claudio Abbado avait-il seulement lu et médité deux lignes du Faust de Goethe avant de commettre cet enregistrement d'une somptueuse platitude karajanesque ?
La non-signifiance du résultat le laisserait penser : cordes soyeuses des Berliner sans aucune présence, bois trop lointains, musique intentionnellement feutrée et sans phrasés, chanteurs magnifiques dont on ne comprend pas le texte, absence de prosodie, tout concourt à un ennui teinté d'irritation devant tant de vide sans dimension.

L'enregistrement de Benjamin Britten, lui, est un disque miraculeux, aux sources originelles du romantisme allemand.
1 commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer

Les images de produits des clients

Rechercher

Rechercher des articles similaires par rubrique