Amazon Rachète votre article
Recevez un chèque-cadeau de EUR 1,62
Amazon Rachète cet article
Vous l'avez déjà ? Vendez votre exemplaire ici
Désolé, cet article n'est pas disponible en
Image non disponible pour la
couleur :
Image non disponible

 
Dites-le à l'éditeur :
J'aimerais lire ce livre sur Kindle !

Vous n'avez pas encore de Kindle ? Achetez-le ici ou téléchargez une application de lecture gratuite.

La Sculpture du vivant. Le suicide cellulaire ou la mort créatrice [Poche]

Jean Claude Ameisen
4.4 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (13 commentaires client)

Voir les offres de ces vendeurs.


Formats

Prix Amazon Neuf à partir de Occasion à partir de
Broché --  
Poche --  
Vendez cet article - Prix de rachat jusqu'à EUR 1,62
Vendez La Sculpture du vivant. Le suicide cellulaire ou la mort créatrice contre un chèque-cadeau d'une valeur pouvant aller jusqu'à EUR 1,62, que vous pourrez ensuite utiliser sur tout le site Amazon.fr. Les valeurs de rachat peuvent varier (voir les critères d'éligibilité des produits). En savoir plus sur notre programme de reprise Amazon Rachète.
Il y a une édition plus récente de cet article:
Sculpture du vivant. Le suicide cellulaire ou la mort créatrice Sculpture du vivant. Le suicide cellulaire ou la mort créatrice
EUR 11,00
En stock.

Description de l'ouvrage

15 janvier 2003 Points Sciences (Livre 151)
L'opposition entre la vie et la mort est pour nous si " naturelle ", et pour les biologistes si évidente, qu'il aura fallu des siècles pour la remettre en question. L'idée que la mort de nos cellules puisse être programmée par l'organisme lui-même, et non résulter d'agressions externes, ne s'est imposée que très récemment... Mais elle a tout changé dans nos conceptions de l'apparition de la vie, du développement, des maladies et du vieillissement. Comprendre qu'un embryon est autant dû à une prolifération qu'à une destruction massive de cellules, ou qu'un cancer puisse être causé par l'arrêt des processus de suicide cellulaire, c'est voir le vivant sous un jour nouveau. Tel est le but de ce livre rare où le biologiste et l'écrivain, devenus indiscernables, ouvrent à la réflexion philosophique des espaces insoupçonnés.

Offres spéciales et liens associés



Descriptions du produit

Amazon.fr

Couronné à la fois par le prix Jean Rostand de vulgarisation scientifique et par le prix de philosophie de l'Académie française, La Sculpture du vivant est un ouvrage peu ordinaire, tant on y sent à chaque page la passion d'un chercheur racontant "sa" science de l'intérieur.

Le thème, il est vrai, est fondamental : l'apoptose, ou mort programmée des cellules, est une découverte récente qui remet en cause tout ce que l'on croyait savoir sur la vie et la mort. De la vie, Claude Bernard disait : "Tout ce qui s'oppose à la mort." La réalité est autrement plus subtile, puisque chacune de nos cellules, si elle contient les organes nécessaires à sa survie, contient aussi les armes capables de la détruire.

Au stade embryonnaire, par exemple, nos organes ne "poussent" pas comme le feraient des plantes ; les mains, qui sont d'abord des sortes de moufle, comportent certaines cellules, programmées pour cela, qui vont s'autodétruire afin de laisser des espaces libres - sculptant ainsi une main en enlevant de la matière ! La façon dont les cellules décident ainsi de se suicider, et la façon dont elles sont absorbées par l'organisme, donnent les clés essentielles pour la compréhension du vivant... et pour la guérison de toutes les grandes maladies qui résultent d'un dysfonctionnement de la cellule. --Arthur Hennessy --Ce texte fait référence à une édition épuisée ou non disponible de ce titre.

Revue de presse

Chacune de nos cellules à la possibilité de se suicider.
Cette faculté est héritée d'un lointain passé où les cellules luttaient contre les plasmides. Si l'évolution a conservé le suicide cellulaire, c'est qu'il est source de vitalité.
Le suicide cellulaire est constructif.
Il permet à l'embryon de se développer. Il assure l'éducation de notre système immunitaire. Il intervient pour réguler les populations cellulaires. D'une manière générale c'est un moyen de contrôle de la société cellulaire sur les individus qui la composent.
L'autodestruction cellulaire est à la fois vecteur de complexité, donc du vivant, tout en étant responsable de nombreuses maladies
On ne connaît pas encore le nombre de maladies causées par la mort cellulaire mais nous savons que la majorité des agents pathogènes perturbent les signaux de contrôle exercé par la société cellulaire sur ses membres. -- Idées clés, par Business Digest

Lorsque l'on referme le livre, l'émerveillement du vivant se combine avec la satisfaction d'avoir rencontré un homme. En effet derrière le scientifique c'est aussi le vécu de Jean-Claude Ameisen et ses dimensions philosophiques et spirituelles qui apparaissent. Dans une grande profondeur, humilité, prudence, générosité, il nous fait partager ses interrogations fondamentales. Non seulement dégage-t-il une "grille de lecture" du vivant, mais aussi suggère-t-il que les sciences du vivant peuvent apporter une contribution à nos sociétés : celle de stimuler le questionnement et la réflexion éthiques, avec la pleine conscience des ouvertures comme des limites propres aux analogies et aux métaphores.

Ce voyage sur 4 milliards d'années nous fait comprendre comment les formes complexes (autrement dit le vivant) émergent progressivement du simple (une bactérie unicellulaire). Oui nous sommes "sculptés". C'est la mort intelligente qui crée les formes dont la plus élaborée, celle de l'homme.

Un angle de lecture peut donc être le questionnement suivant : l'entreprise et ses hommes ne seraient-ils pas des vivants à la fois "sculpteurs" et "sculptés" ? Par exemple : "Nous ne pouvons nous continuer et nous pérenniser en tant qu'individu, que parce que nos cellules deviennent autres. De la diversité naît la complémentarité ; de la complémentarité, l'interdépendance et de l'interdépendance, la complexité". Similitude avec l'entreprise ? Oui, car sa pérennité est assurée par la reconnaissance de l'altérité et la qualité de l'interdépendance des hommes. Des cellules savent le faire !

"La société cellulaire est devenue l'architecte de sa propre construction" : chacun des membres avec ses propriétés propres, mais en sachant interagir avec les autres crée le nouveau. Dans l'entreprise, les compétences sont partout, et en particulier à la base. Comment les laisser naturellement émerger pour construire le nouveau, l'innovation ? Le vivant peut nous éclairer : savoir faire confiance aux autres, les laisser révéler leurs talents, agir ensemble. Car tout au long du livre je me suis posé la question : mais où est le chef ? Est-ce la présence dans chaque cellule, dans son noyau, de toute l'information, mais utilisé par chaque espèce de cellule différemment ? Serait-il partout ? Et si ça marchait dans l'entreprise? Voilà un bel axe de réflexion pour questionner sa vision des fonctionnements fondamentaux de l'entreprise, en particulier en ce qui concerne le pouvoir et l'information.

Si l'interdépendance apparaît comme un élément de la grille, le paradoxe se dégage comme fondamental. Une cellule doit posséder en elle un "exécuteur" et un "protecteur", celui qui est fait pour la "suicider", et celui qui l'en empêche. C'est le jeu de ces 2 opposés qui va permettre de créer le nouveau. Pour cela il faut une "asymétrie". Selon sa nature c'est l'exécuteur ou le protecteur qui va l'emporter. Et l'on découvre que les 2 sont nécessaires. Et même, dans certaines conditions le fait de posséder l'exécuteur, la toxine, va créer la vie. Le vivant se sculpte en permanence grâce au paradoxe. Et dans la vie, l'entreprise, le paradoxe est un moteur essentiel. Il permet sans cesse de rebondir. Par exemple il est présent dans la décision, qui contient toujours des aspects favorables et défavorables. Comment mieux le comprendre pour agir avec plus d'efficacité et de rapidité ? Comment vivre heureux, en pleine conscience, dans le paradoxe ? Peut-être en regardant nos cellules en jouer, et en comprenant que sans lui, en nos cellules, nous n'existerions pas. Le rôle créateur du paradoxe peut devenir plus clair.

L'asymétrie, décrite par Ameisen, c'est aussi un rôle majeur du dirigeant. L'entraîneur qui sait rendre présentes à l'ensemble des hommes de l'entreprise les conditions du déséquilibre, puis les maintenir en permanence afin de permettre à tous, en relation , de faire émerger sans cesse des "formes", non prévues, nouvelles : visions, processus, façons de travailler ensemble pour créer plus et mieux.

Pour conclure, cette lecture est une très belle occasion de réfléchir sur le "mécanique" et le "vivant" dans l'entreprise, sur leurs logiques différentes. En particulier celle du vivant est de naître et mourir sans cesse, en se transformant. Un minimum de structures, conçues pour permettre aux hommes et à l'entreprise d'être vraiment vivants. Cela veut dire changer en permanence, savoir grandir sans cesse et saisir les opportunités de se développer, aimer et tirer profit de la différence, de l'imprévu. -- Jacques Lefèvre -- -- Business Digest --Ce texte fait référence à une édition épuisée ou non disponible de ce titre.


Détails sur le produit

  • Poche: 480 pages
  • Editeur : Seuil; Édition : mise à jour (15 janvier 2003)
  • Collection : Points Sciences
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2020573741
  • ISBN-13: 978-2020573740
  • Dimensions du produit: 17,9 x 10,8 x 2,2 cm
  • Moyenne des commentaires client : 4.4 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (13 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 88.416 en Livres (Voir les 100 premiers en Livres)
  • Table des matières complète
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


En savoir plus sur l'auteur

Découvrez des livres, informez-vous sur les écrivains, lisez des blogs d'auteurs et bien plus encore.

Vendre une version numérique de ce livre dans la boutique Kindle.

Si vous êtes un éditeur ou un auteur et que vous disposez des droits numériques sur un livre, vous pouvez vendre la version numérique du livre dans notre boutique Kindle. En savoir plus

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?


Commentaires en ligne 

Commentaires client les plus utiles
43 internautes sur 44 ont trouvé ce commentaire utile 
Par Un client
Format:Poche
Cette petite merveille synthétise et met à la portée du grand public (niveau 2nde en biologie-chimie) les apports les plus récents de nombreuses disciplines : biologie cellulaire, génétique, embryologie, immunologie, cancérologie, bactériologie, théorie de l’évolution.
A première vue, l’épaisseur du livre peut effrayer, mais il se lit en fait comme un roman. Le fil conducteur est l’apoptose, ou la mort cellulaire programmée : on apprend comment nos cellules doivent en permanence réfréner leur suicide et comment un dérèglement de cette fonction peut conduire à des malformations, à des maladies neuro-dégénératives (excès) ou au cancer (insuffisance).
Des comparaisons ingénieuses viennent faciliter la compréhension et la mémorisation des notions ou processus compliqués ; les titres, sous-titres et citations sont extrêmement bien choisis ; enfin, le style, très littéraire, fait que cet ouvrage se lit facilement, avec un réel plaisir.
Vivement recommandé comme « apéritif » pour les élèves de lycée/premier cycle universitaire : depuis un an, j’effectue de constants va-et-vients entre ce livre et mes cours de science. Tantôt, ce que je viens d’étudier me permet de relire un passage avec plus de profit, tantôt c’est ce petit livre qui me permet d’approfondir un point survolé en cours. Presque un livre de chevet.
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
11 internautes sur 11 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Un voyage en nous-même 21 juin 2012
Par MM TOP 500 COMMENTATEURS VOIX VINE
Format:Poche|Achat vérifié
Difficile de résumer cet ouvrage tant il est riche. Il commence par ce constat : beaucoup de nos cellules ne meurent pas; elles se suicident, lors d'un AVC par exemple. L'auteur évoque aussi le cas des cellules cancéreuses en termes simples et très éclairants. Puis il étudie l'origine du suicide cellulaire par l'intermédiaire d'un voyage dans le temps, où les bactéries ont acquis le gènes de la survie et de la mort (je schématise). Enfin il tente de pénétrer jusqu'au plus profond de nos cellules pour atteindre ce fil qui nous sépare de la mort. Qu'est-ce qui la provoque ? Quand peut-on dire qu'une cellule est morte ? Même s'il faut être attentif, le livre n'est pas très difficile d'accès. Il bouscule nos idées reçues et nous force à nous interroger sur notre existence. Sommes-nous qu'un ensemble de cellules ? C'est bien écrit et passionnant. Un ouvrage qui ne laissera pas indifférent le lecteur.
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
5 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 La sculpture du vivant 7 décembre 2012
Format:Poche|Achat vérifié
Excellente introduction à la génétique et au développement cellulaire. Tout à fait compréhensible pour un non initié. Admirablement écrit. Digne de l'émission "Sur les épaules de Darwin"!
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
11 internautes sur 12 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Un énorme coup de coeur 2 février 2012
Par isami
Format:Poche|Achat vérifié
Livre à lire, à relire et relire encore, comme tous les livres de Jean-Claude Ameisen...

Je n'aime pas le terme vulgarisation, à cause de sa connotation étrange... ce livre est bien plus que cela, alors... dire qu'il s'agit en sa compagnie de faire un voyage à l'intérieur de nos cellules, et que cela inclut, page après page une rigueur scientifique empreinte de poésie, est cependant presque aussi réducteur...

Alors que dire ?
J'aime voyager avec jean-Claude, on prend l'air du grand large, sans négliger l'infime...
C'est certain...

Isami des Cévennes ;-)
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
Par Isa
Format:Poche|Achat vérifié
Science et approche philosophique aboutissent à un ouvrage dense, riche et captivant.
Il manque peut-être parfois un glossaire auquel se référer,le dictionnaire, physique ou virtuel, doit donc être à portée.
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Culture et philosophie 29 septembre 2013
Format:Poche|Achat vérifié
Jean Claude ameisen nous plonge dans la complexite et l'intelligence du vivant avec des mots accessibles à tous. On apprend et on s'ouvre à une réflexion philosophique
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
1 internautes sur 1 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 decouverte de phenomenes fascinants 13 mai 2014
Par PSA
Format:Poche|Achat vérifié
Livre passionnant sur des phenomenes que je ne connaissais pas. Une vulgarisation scientifique expliquee avec beacoup de pedagogie et un sens aigu du scenario. Ce livre ouvre beaucoup de grilles de lecture et de reflexions personnelles.
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
Commentaires client les plus récents
Rechercher des commentaires
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit

Discussions entre clients

Le forum concernant ce produit
Discussion Réponses Message le plus récent
Pas de discussions pour l'instant

Posez des questions, partagez votre opinion, gagnez en compréhension
Démarrer une nouvelle discussion
Thème:
Première publication:
Aller s'identifier
 

Rechercher parmi les discussions des clients
Rechercher dans toutes les discussions Amazon
   


Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?