Seasick Steve

Top albums


CD: €16.05  |  MP3: €4.99
CD: €19.00  |  MP3: €9.79
CD: €14.00  |  MP3: €5.99
CD: €16.80  |  MP3: €9.99
CD: €14.00  |  MP3: €5.99
CD: €17.40  |  MP3: €9.19
CD: €33.95  |  MP3: €4.19

Seasick Steve : top des titres
Trier par:
Meilleures ventes
1-10 of 164
Titre Album  
30
30
30
30
30
30
30
30
30
30

Image de Seasick Steve

Dernier Tweet

SeasickSteve

Merry Christmas to you all - here's a @Spotify Christmas playlist. Steve HQ. http://t.co/OXz4zPZuKg @SpotifyUK #seasicksteve


Biographie

Seasick Steve, de son vrai nom Steve Gene Wold, est un homme qui a de la bouteille. Né à Oakland (Californie, Etats-Unis) en 1947 d'un père pianiste de boogie woogie et d'une mère au foyer, il quitte le foyer familial à l'âge de treize ans, poussé par l'envie de voyager et d'échapper à une vie monotone et étriquée. La suite, ce sera une véritable fable à l'américaine, comportant tous les clichés, pourtant bien réels : vagabondage, larcins le menant plusieurs fois en prison, re-vagabondage, avec sa six-cordes dans un sac en toile.

Des tournées dans les bars miteux, avec des cordes cassées, ... Lire la suite

Seasick Steve, de son vrai nom Steve Gene Wold, est un homme qui a de la bouteille. Né à Oakland (Californie, Etats-Unis) en 1947 d'un père pianiste de boogie woogie et d'une mère au foyer, il quitte le foyer familial à l'âge de treize ans, poussé par l'envie de voyager et d'échapper à une vie monotone et étriquée. La suite, ce sera une véritable fable à l'américaine, comportant tous les clichés, pourtant bien réels : vagabondage, larcins le menant plusieurs fois en prison, re-vagabondage, avec sa six-cordes dans un sac en toile.

Des tournées dans les bars miteux, avec des cordes cassées, des femmes à tire-larigot, des bagarres de saloon dans le Vieux Sud... Bref, Seasick Steve a vécu, et n'a jamais cessé de profiter de ce qu'il appelle sa liberté : voyager, errer, trouver des petits boulots ponctuels. Et faire de la musique.

 

Seasick Steve le vagabond

C'est dans les années 1960 que Seasick Steve s'acoquine à toute une bande de bluesmen, et côtoie régulièrement Janis Joplin, avec qui il devient ami. Des voyages en Europe, notamment en Norvège, lui feront rencontrer celle qui deviendra son épouse. Il aura cinq fils avec elle. C'est d'ailleurs en Norvège que le pseudonyme Seasick Steve lui est donné par un ami qui avait remarqué que Steve Wold ne pouvait pas monter sur un bateau sans éprouver un sérieux mal de mer.

En revenant vivre aux Etats-Unis, il s'installe à Seattle au début des années 1990. En créant son propre studio d'enregistrement, il rencontre la foisonnante scène rock et grunge de Seattle. Des groupes comme Modest Mouse et Bikini Kill viennent enregistrer des morceaux chez lui. Même Kurt Cobain se prend d'amitié pour le « vieux » bluesman.

Une nouvelle star... de 60 ans

A la fin des années 1990, Seasick joue avec John Lee Hooker sur plusieurs dates de concerts. Le public découvre cet homme à l'allure de clochard sympathique, jouant parfois sur des guitares à trois, voire une seule corde !
Après une carrière musicale très underground, Seasick Steve sort finalement un premier album avec le groupe suédois The Level Devils en 2004 (disponible en import en France) baptisé Cheap. On y retrouve du blues cher au musicien, mais aussi du folk, voire quelques riffs influencés par le grunge.

En 2006 (2007 en France), Seasick Steve sort son premier véritable album solo, Dog House Music. Le 23 février 2009, I Started Out With Nothin and I Still Got Most of it Left, le deuxième album solo de Seasick Steve, est dans les bacs. Ce disque le consacre en France et les medias s'emparent de ce bluesman si typique et si «moderne» à la fois.

Copyright 2014 Music Story Arnaud de Vaubicourt

Seasick Steve, de son vrai nom Steve Gene Wold, est un homme qui a de la bouteille. Né à Oakland (Californie, Etats-Unis) en 1947 d'un père pianiste de boogie woogie et d'une mère au foyer, il quitte le foyer familial à l'âge de treize ans, poussé par l'envie de voyager et d'échapper à une vie monotone et étriquée. La suite, ce sera une véritable fable à l'américaine, comportant tous les clichés, pourtant bien réels : vagabondage, larcins le menant plusieurs fois en prison, re-vagabondage, avec sa six-cordes dans un sac en toile.

Des tournées dans les bars miteux, avec des cordes cassées, des femmes à tire-larigot, des bagarres de saloon dans le Vieux Sud... Bref, Seasick Steve a vécu, et n'a jamais cessé de profiter de ce qu'il appelle sa liberté : voyager, errer, trouver des petits boulots ponctuels. Et faire de la musique.

 

Seasick Steve le vagabond

C'est dans les années 1960 que Seasick Steve s'acoquine à toute une bande de bluesmen, et côtoie régulièrement Janis Joplin, avec qui il devient ami. Des voyages en Europe, notamment en Norvège, lui feront rencontrer celle qui deviendra son épouse. Il aura cinq fils avec elle. C'est d'ailleurs en Norvège que le pseudonyme Seasick Steve lui est donné par un ami qui avait remarqué que Steve Wold ne pouvait pas monter sur un bateau sans éprouver un sérieux mal de mer.

En revenant vivre aux Etats-Unis, il s'installe à Seattle au début des années 1990. En créant son propre studio d'enregistrement, il rencontre la foisonnante scène rock et grunge de Seattle. Des groupes comme Modest Mouse et Bikini Kill viennent enregistrer des morceaux chez lui. Même Kurt Cobain se prend d'amitié pour le « vieux » bluesman.

Une nouvelle star... de 60 ans

A la fin des années 1990, Seasick joue avec John Lee Hooker sur plusieurs dates de concerts. Le public découvre cet homme à l'allure de clochard sympathique, jouant parfois sur des guitares à trois, voire une seule corde !
Après une carrière musicale très underground, Seasick Steve sort finalement un premier album avec le groupe suédois The Level Devils en 2004 (disponible en import en France) baptisé Cheap. On y retrouve du blues cher au musicien, mais aussi du folk, voire quelques riffs influencés par le grunge.

En 2006 (2007 en France), Seasick Steve sort son premier véritable album solo, Dog House Music. Le 23 février 2009, I Started Out With Nothin and I Still Got Most of it Left, le deuxième album solo de Seasick Steve, est dans les bacs. Ce disque le consacre en France et les medias s'emparent de ce bluesman si typique et si «moderne» à la fois.

Copyright 2014 Music Story Arnaud de Vaubicourt

Seasick Steve, de son vrai nom Steve Gene Wold, est un homme qui a de la bouteille. Né à Oakland (Californie, Etats-Unis) en 1947 d'un père pianiste de boogie woogie et d'une mère au foyer, il quitte le foyer familial à l'âge de treize ans, poussé par l'envie de voyager et d'échapper à une vie monotone et étriquée. La suite, ce sera une véritable fable à l'américaine, comportant tous les clichés, pourtant bien réels : vagabondage, larcins le menant plusieurs fois en prison, re-vagabondage, avec sa six-cordes dans un sac en toile.

Des tournées dans les bars miteux, avec des cordes cassées, des femmes à tire-larigot, des bagarres de saloon dans le Vieux Sud... Bref, Seasick Steve a vécu, et n'a jamais cessé de profiter de ce qu'il appelle sa liberté : voyager, errer, trouver des petits boulots ponctuels. Et faire de la musique.

 

Seasick Steve le vagabond

C'est dans les années 1960 que Seasick Steve s'acoquine à toute une bande de bluesmen, et côtoie régulièrement Janis Joplin, avec qui il devient ami. Des voyages en Europe, notamment en Norvège, lui feront rencontrer celle qui deviendra son épouse. Il aura cinq fils avec elle. C'est d'ailleurs en Norvège que le pseudonyme Seasick Steve lui est donné par un ami qui avait remarqué que Steve Wold ne pouvait pas monter sur un bateau sans éprouver un sérieux mal de mer.

En revenant vivre aux Etats-Unis, il s'installe à Seattle au début des années 1990. En créant son propre studio d'enregistrement, il rencontre la foisonnante scène rock et grunge de Seattle. Des groupes comme Modest Mouse et Bikini Kill viennent enregistrer des morceaux chez lui. Même Kurt Cobain se prend d'amitié pour le « vieux » bluesman.

Une nouvelle star... de 60 ans

A la fin des années 1990, Seasick joue avec John Lee Hooker sur plusieurs dates de concerts. Le public découvre cet homme à l'allure de clochard sympathique, jouant parfois sur des guitares à trois, voire une seule corde !
Après une carrière musicale très underground, Seasick Steve sort finalement un premier album avec le groupe suédois The Level Devils en 2004 (disponible en import en France) baptisé Cheap. On y retrouve du blues cher au musicien, mais aussi du folk, voire quelques riffs influencés par le grunge.

En 2006 (2007 en France), Seasick Steve sort son premier véritable album solo, Dog House Music. Le 23 février 2009, I Started Out With Nothin and I Still Got Most of it Left, le deuxième album solo de Seasick Steve, est dans les bacs. Ce disque le consacre en France et les medias s'emparent de ce bluesman si typique et si «moderne» à la fois.

Copyright 2014 Music Story Arnaud de Vaubicourt


Améliorez le contenu de cette page

Si vous êtes l'artiste, le label ou le manager concerné, vous pouvez mettre à jour les informations sur cette page, telles que biographie, vidéos et plus encore sur Artist Central.

Commentaires

Visitez notre FAQ sur les Pages Artistes
Donnez-nous votre avis sur cette page