undrgrnd Cliquez ici RLit nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Rentrée scolaire Shop Fire HD 6 Shop Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Bijoux Montres Montres
Ou
Version MP3 incluse GRATUITEMENT

Plus d'options
Second Helping
 
Agrandissez cette image
 

Second Helping

23 mars 2014 | Format : MP3

EUR 8,99 (TVA incluse le cas échéant)
Commandez l'album CD à EUR 9,98 et obtenez gratuitement la version MP3.
L'album CD est vendu et expédié par Amazon EU Sàrl . Veuillez consulter les Conditions générales sur les coûts en cas d'annulation de commande. Ne s'applique pas aux commandes de cadeaux. Commandez pour sauvegarder la version numérique de cet album dans votre bibliothèque Amazon Music.

Applications Amazon Music

Applications Amazon Music
Titre
Durée
Popularité  
30
1
4:41
30
2
6:55
30
3
3:26
30
4
4:49
30
5
4:51
30
6
3:31
30
7
3:53
30
8
5:09
30
9
3:31
30
10
5:33
30
11
7:29
Votre compte Amazon Music n'est actuellement associé à aucun pays. Pour profiter de la musique Premium, allez sur votre Bibliothèque musicale et transférez votre compte à Amazon.fr (FR).
  

Détails sur le produit

  • Date de sortie d'origine : 1 janvier 1997
  • Date de sortie: 23 mars 2014
  • Label: Universal Music Division Maison Barclay
  • Copyright: (C) 1997 Geffen Records
  • Métadonnées requises par les maisons de disque: les métadonnées des fichiers musicaux contiennent un identifiant unique d’achat. En savoir plus.
  • Durée totale: 53:48
  • Genres:
  • ASIN: B00J6UNQOM
  • Moyenne des commentaires client : 4.9 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (14 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 489 en Albums (Voir les 100 premiers en Albums)

Commentaires en ligne

4.9 étoiles sur 5
5 étoiles
12
4 étoiles
2
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoiles
0
Voir les 14 commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients

Commentaires client les plus utiles

13 internautes sur 13 ont trouvé ce commentaire utile  Par LUONGO le 18 août 2004
Format: CD
Cet album blues-rock est vraiment excellent ! Les guitares (3 solistes !) sont magnifiques, les rares incursions de cuivres également, et la voix de Ronnie Van Zandt n'a jamais été aussi prenante (écoutez en particulier "I need you" ). L'album démarre avec le tube absolu "Sweet Home Alabama" et se conclut sur une formidable reprise du "Call me the breeze" de JJ Cale.
Comme vous aimerez cet album, découvrez ou redécouvrez le "Live at Fillmore east" des ALLMAN BROTHERS BAND.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
7 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile  Par VIRY 02 le 3 décembre 2010
Format: CD
CHRONIQUE DE PHILIPPE GARNIER MAGAZINE ROCK&FOLK JUILLET 1974 N° 90 Page 93/94
O.K. Vous êtes fatigués des viandes blanches qui sévissent en ce moment ; vous voulez du globule rouge ? Écoutez le Son du Sud.
Lynyrd Skynyrd, comme Mose Jones (1) et probablement une vingtaine d'autres groupes gravitant autour d'Atlanta (Georgia, Alabama, Florida), sont trop facilement identifiables. Il est facile de les expédier comme étant les Allman Brothers du pauvre. Bien sûr, il n'y a pas grande différence entre Lynyrd Skynyrd et disons, un groupe comme Potliquor (2). C'est-à-dire que j'irais bien danser dans un bar enfumé ou un parc avec l'un ou l'autre de ces boogie-bands. La différence, c'est que le père Al Kooper (qui est aux manettes sur cet album) a été renifler du côté d'Atlanta, comme un prospecteur de pétrole, et a décidé de fonder un label pour s'occuper sérieusement de ce riche minerai que constitue la "club scene" de Sud. Tous les groupes du samedi soir ont une chance. Parce que tous possèdent ce côté détendu, "laid-back", qui a fait longtemps le charme de l'Allman Brothers Band. Parce que tous sont compétents jusqu'aux yeux. Parce que leur musique pète la santé et la joie et qu'on a besoin de ça, surtout en ce moment, pour supporter les foies de veau de la musique dominante (Loggins et Messina, New Riders, America, et les horreurs gliches comme Yes, Bowie et tout le limpo-rock). Non, vraiment, il n'y a rien de spécial à propos de Lynyrd Skynyrd, sinon qu'ils insistent pour avoir les pochettes les plus affolantes et les plus ringardes du moment ; sinon qu'ils sont sept, sept zèbres hirsutes et pas un saxo ....
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile  Par jean-claude TOP 500 COMMENTATEURSVOIX VINE le 9 février 2011
Format: CD
Que voulez-vous qu'il advienne d'un disque qui réunit sous son aile, l'hymne Sweet Home Alabama, Call Me The Breeze, Workin' For MCA ou The Needle And The Spoon? Il ne peut rien lui arriver de grave. Les plus belles pages du southern rock et du rock tout court ont été écrites ici et par ces mecs. Chacun de leur album est un testament. Dont acte. Après l'incontournable Pronounced Leh-Nerd-Skin-Nerd de 1973, Second Helping (1974) de Lynyrd Skynyrd (découverts par Al Kooper qui les produit sur cet album) frappe aussi fort, voire plus, tant techniquement il est bien accompli. Son nouveau statut de rock star donne à Lynyrd Skynyrd l'opportunité de botter le cul de Neil Young (il fallait oser) au travers de Sweet Home Alabama (en réponse à Alabama et à Southern Man dans lesquels le Loner réglait ses comptes avec ces péquenots racistes du sud). Ce titre brûlant et tendancieux a longtemps collé aux basques du Lynyrd pour avoir été l'hymne du KKK (Ku Klux Klan) alors qu'il n'a jamais cherché à ce qu'il en soit ainsi. Les débats enflammés à ce propos sont depuis enterrés et Sweet Home Alabama a retrouvé une place plus apaisée d'hymne du sud. On ne peut pas ne pas aimer cette chanson. La rivalité joue des coudes pour rabaisser le caquet à Sweet Home Alabama et imposer un lot de chansons tout aussi omniprésentes dans le catalogue du Lynyrd : la ballade blues I Need You, The Ballad Of Curtis Loew, Don't Ask Me No Questions, Call Me The Breeze de J.J Cale, The Needle And The Spoon (en opposition au Needle And The Damage Done de Neil Young, vous croyez ?) et Workin' For MCA. Tout dans ce deuxième épisode discographique de Lynyrd Skynyrd se bouffe goulument. Faites-vous péter le ventre !
3 commentaires Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
1 internautes sur 1 ont trouvé ce commentaire utile  Par Stefy TOP 1000 COMMENTATEURS le 29 juillet 2015
Format: CD
Fort d'un excellent premier album, Lynyrd Skynyrd déboule fier et à bras raccourcis sur ce second effort qui doit bien être leur meilleur. Il apparait d'ailleurs sans effort tellement le groupe sonne vrai et authentique. Là où les Allman Brothers repoussaient les limites du rock sudiste, Lynyrd Skynyrd en livre une version brute qui se cantonne outrageusement dans son territoire sans atermoiement. C'est de rock dont on parle ici, pas de faux-semblants. Des premières notes conquérantes de l'hymne (con)fédérateur "Sweet Home Alabama" (auquel on ne peut les limiter et qui ne fait parler inutilement que ceux qui n'y connaissent rien) jusqu'aux éclaboussures électriques de la reprise pied au plancher du "Call Me The Breeze" de JJ Cale (là où Cale demeure systématiquement languide et bricolo, Lynyrd dévale la pente morts de rire en appuyant sur le champignon), l'album est imparable. Parce qu'il ne triche pas. Pas besoin de jouer les bad guys, Lynyrd Skynyrd respire l'authenticité, le vrai truc. Et parce que, bien sûr, le groupe est inspiré (dans le fond) et affuté (dans la forme). Signe des grands albums, "Second Helping" est d'une impeccable unité de ton tandis que chacun des huit morceaux sonne distinctement les uns des autres avec son parfum propre. Huit vignettes, huit petits tableaux, comme une bande-son pour huit différents moments de la vie d'un biker. Il y a même un blues bien râpeux ("I Need You") comme ZZ Top rêverait d'en torcher. Même les solos, passages obligés et donc souvent un peu vains, ne parviennent à étioler le propos tant tout sonne juste et apprêté.Lire la suite ›
4 commentaires Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer

Commentaires client les plus récents


Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?


Rechercher des articles similaires par rubrique