Seiji Ozawa

Top albums (Voir les 241)


Voir les 241 albums de Seiji Ozawa

Seiji Ozawa : top des titres
Trier par:
Meilleures ventes
1-10 of 329
Titre Album  
30
30
30
30
30
30
30
30
30
30


Biographie

Seiji Ozawa est né en Chine, à Shenyang, le 1er septembre 1935 de parents japonais. Il apprend la musique occidentale à l'école de musique Toho à Tokyo avec Hideo Saito. Il quitte le Japon pour l'Europe et remporte en 1959 le premier Prix du Concours International de la Direction d'Orchestre de Besançon. Il est repéré par le directeur musical de l'Orchestre Symphonique de Boston. 

L'année suivante, il remporte le prix Koussevitzky du Tanglewood Music Center et obtient une bourse pour étudier avec un grand maître. Il s'installe donc à Berlin et devient l'assistant de Herbert Von Karajan. ... Lire la suite

Seiji Ozawa est né en Chine, à Shenyang, le 1er septembre 1935 de parents japonais. Il apprend la musique occidentale à l'école de musique Toho à Tokyo avec Hideo Saito. Il quitte le Japon pour l'Europe et remporte en 1959 le premier Prix du Concours International de la Direction d'Orchestre de Besançon. Il est repéré par le directeur musical de l'Orchestre Symphonique de Boston. 

L'année suivante, il remporte le prix Koussevitzky du Tanglewood Music Center et obtient une bourse pour étudier avec un grand maître. Il s'installe donc à Berlin et devient l'assistant de Herbert Von Karajan. Leonard Bernstein l'engage à son tour comme assistant pour l'Orchestre Philharmonique de New-York. En 1962, il dirige pour la première fois l'Orchestre Symphonique de San Francisco.
En 1965, il devient directeur musical de l'Orchestre Symphonique de Toronto pendant 5 ans, puis il dirige l'Orchestre Symphonique de San Francisco de 1969 à 1973. Il prend ensuite la direction de l'Orchestre Symphonique de Boston pendant trente ans, de 1973 à 2002. Ce règne va permettre l'explosion artistique et médiatique du chef japonais. De nombreux enregistrements chez Philips et Deutsche Grammphon vont graver à jamais le travail de Seiji Ozawa.
On retrouve l'intégrale des symphonies de Gustav Mahler et de Brahms, Romeo & Juliet op 64 de Prokofiev ou le Carmina Burana d'Orff. 

Il fonde en 1984, lors de concerts organisés en la mémoire de son maître Hideo Saito, l'Orchestre Saito Kinen. Cet ensemble est composé d'artistes japonais pratiquant en occident. Chaque année depuis 1992, Seiji Ozawa dirige l'orchestre au festival Saito Kinen à Matsumoto au Japon. Avec cet orchestre, Seiji Ozawa crée un lien entre ses racines japonaises et la musique occidentale classique.
Il enregistre les symphonies de Schubert et Beethoven, toujours chez Philips, avec le Saito Kinen. Si Seiji Ozawa est un chef incontournable quand il s'agit du répertoire du XIXème et XXème siècle, il dirige aussi des oeuvres de compositeurs japonais comme Toru Takemitsu.

L'éducation et la formation des jeunes musiciens est pour lui une priorité. En 2000, il lance le projet Ongaku-juku, véritable école pour l'opéra. En 2004 il fonde l'International Music Academy of Switzerland, dédié à l'apprentissage de la musique de chambre.
Ses nombreuses collaborations avec la France lui apportent quelques distinctions. C'est en 1998 qu'il obtient la Légion d'honneur et, en juin 2001, il est élu Membre de l'Académie des Beaux-Arts.Il occupe le fauteuil de Yehudi Menuhin.
En 2002, il prend la direction de l'Opéra de Vienne avant de laisser sa place à Franz Welser Möst en 2010 pour des raisons de santé. Un cancer à l'oesophage l'oblige à annuler en 2010 ses tournées. Seiji Ozawa reprend la baguette fin 2010 avant d'annuler ses concerts en 2011. Copyright 2014 Music Story Frédéric Neff

Seiji Ozawa est né en Chine, à Shenyang, le 1er septembre 1935 de parents japonais. Il apprend la musique occidentale à l'école de musique Toho à Tokyo avec Hideo Saito. Il quitte le Japon pour l'Europe et remporte en 1959 le premier Prix du Concours International de la Direction d'Orchestre de Besançon. Il est repéré par le directeur musical de l'Orchestre Symphonique de Boston. 

L'année suivante, il remporte le prix Koussevitzky du Tanglewood Music Center et obtient une bourse pour étudier avec un grand maître. Il s'installe donc à Berlin et devient l'assistant de Herbert Von Karajan. Leonard Bernstein l'engage à son tour comme assistant pour l'Orchestre Philharmonique de New-York. En 1962, il dirige pour la première fois l'Orchestre Symphonique de San Francisco.
En 1965, il devient directeur musical de l'Orchestre Symphonique de Toronto pendant 5 ans, puis il dirige l'Orchestre Symphonique de San Francisco de 1969 à 1973. Il prend ensuite la direction de l'Orchestre Symphonique de Boston pendant trente ans, de 1973 à 2002. Ce règne va permettre l'explosion artistique et médiatique du chef japonais. De nombreux enregistrements chez Philips et Deutsche Grammphon vont graver à jamais le travail de Seiji Ozawa.
On retrouve l'intégrale des symphonies de Gustav Mahler et de Brahms, Romeo & Juliet op 64 de Prokofiev ou le Carmina Burana d'Orff. 

Il fonde en 1984, lors de concerts organisés en la mémoire de son maître Hideo Saito, l'Orchestre Saito Kinen. Cet ensemble est composé d'artistes japonais pratiquant en occident. Chaque année depuis 1992, Seiji Ozawa dirige l'orchestre au festival Saito Kinen à Matsumoto au Japon. Avec cet orchestre, Seiji Ozawa crée un lien entre ses racines japonaises et la musique occidentale classique.
Il enregistre les symphonies de Schubert et Beethoven, toujours chez Philips, avec le Saito Kinen. Si Seiji Ozawa est un chef incontournable quand il s'agit du répertoire du XIXème et XXème siècle, il dirige aussi des oeuvres de compositeurs japonais comme Toru Takemitsu.

L'éducation et la formation des jeunes musiciens est pour lui une priorité. En 2000, il lance le projet Ongaku-juku, véritable école pour l'opéra. En 2004 il fonde l'International Music Academy of Switzerland, dédié à l'apprentissage de la musique de chambre.
Ses nombreuses collaborations avec la France lui apportent quelques distinctions. C'est en 1998 qu'il obtient la Légion d'honneur et, en juin 2001, il est élu Membre de l'Académie des Beaux-Arts.Il occupe le fauteuil de Yehudi Menuhin.
En 2002, il prend la direction de l'Opéra de Vienne avant de laisser sa place à Franz Welser Möst en 2010 pour des raisons de santé. Un cancer à l'oesophage l'oblige à annuler en 2010 ses tournées. Seiji Ozawa reprend la baguette fin 2010 avant d'annuler ses concerts en 2011. Copyright 2014 Music Story Frédéric Neff

Seiji Ozawa est né en Chine, à Shenyang, le 1er septembre 1935 de parents japonais. Il apprend la musique occidentale à l'école de musique Toho à Tokyo avec Hideo Saito. Il quitte le Japon pour l'Europe et remporte en 1959 le premier Prix du Concours International de la Direction d'Orchestre de Besançon. Il est repéré par le directeur musical de l'Orchestre Symphonique de Boston. 

L'année suivante, il remporte le prix Koussevitzky du Tanglewood Music Center et obtient une bourse pour étudier avec un grand maître. Il s'installe donc à Berlin et devient l'assistant de Herbert Von Karajan. Leonard Bernstein l'engage à son tour comme assistant pour l'Orchestre Philharmonique de New-York. En 1962, il dirige pour la première fois l'Orchestre Symphonique de San Francisco.
En 1965, il devient directeur musical de l'Orchestre Symphonique de Toronto pendant 5 ans, puis il dirige l'Orchestre Symphonique de San Francisco de 1969 à 1973. Il prend ensuite la direction de l'Orchestre Symphonique de Boston pendant trente ans, de 1973 à 2002. Ce règne va permettre l'explosion artistique et médiatique du chef japonais. De nombreux enregistrements chez Philips et Deutsche Grammphon vont graver à jamais le travail de Seiji Ozawa.
On retrouve l'intégrale des symphonies de Gustav Mahler et de Brahms, Romeo & Juliet op 64 de Prokofiev ou le Carmina Burana d'Orff. 

Il fonde en 1984, lors de concerts organisés en la mémoire de son maître Hideo Saito, l'Orchestre Saito Kinen. Cet ensemble est composé d'artistes japonais pratiquant en occident. Chaque année depuis 1992, Seiji Ozawa dirige l'orchestre au festival Saito Kinen à Matsumoto au Japon. Avec cet orchestre, Seiji Ozawa crée un lien entre ses racines japonaises et la musique occidentale classique.
Il enregistre les symphonies de Schubert et Beethoven, toujours chez Philips, avec le Saito Kinen. Si Seiji Ozawa est un chef incontournable quand il s'agit du répertoire du XIXème et XXème siècle, il dirige aussi des oeuvres de compositeurs japonais comme Toru Takemitsu.

L'éducation et la formation des jeunes musiciens est pour lui une priorité. En 2000, il lance le projet Ongaku-juku, véritable école pour l'opéra. En 2004 il fonde l'International Music Academy of Switzerland, dédié à l'apprentissage de la musique de chambre.
Ses nombreuses collaborations avec la France lui apportent quelques distinctions. C'est en 1998 qu'il obtient la Légion d'honneur et, en juin 2001, il est élu Membre de l'Académie des Beaux-Arts.Il occupe le fauteuil de Yehudi Menuhin.
En 2002, il prend la direction de l'Opéra de Vienne avant de laisser sa place à Franz Welser Möst en 2010 pour des raisons de santé. Un cancer à l'oesophage l'oblige à annuler en 2010 ses tournées. Seiji Ozawa reprend la baguette fin 2010 avant d'annuler ses concerts en 2011. Copyright 2014 Music Story Frédéric Neff


Améliorez le contenu de cette page

Si vous êtes l'artiste, le label ou le manager concerné, vous pouvez mettre à jour les informations sur cette page, telles que biographie, vidéos et plus encore sur Artist Central.

Commentaires

Visitez notre FAQ sur les Pages Artistes
Donnez-nous votre avis sur cette page