Ajoutez à votre liste d'envies
La Semaine Mystique, Chants De Dévotion Du Règne De Louis XIII
 
Agrandissez cette image
 

La Semaine Mystique, Chants De Dévotion Du Règne De Louis XIII

Faenza / Marco Horvat
8 septembre 2008 | Format : MP3

EUR 9,99 (TVA incluse le cas échéant)
Également disponible en format CD
Titre
Durée
Popularité  
30
1
3:30
30
2
2:11
30
3
3:05
30
4
1:58
30
5
6:35
30
6
2:31
30
7
3:52
30
8
3:14
30
9
1:34
30
10
3:50
30
11
1:09
30
12
4:18
30
13
2:13
30
14
3:43
30
15
2:24
30
16
3:37
30
17
4:45
30
18
1:09
30
19
5:19

Les clients ayant acheté cet article ont également acheté


Détails sur le produit

  • Date de sortie d'origine : 1 janvier 2006
  • Label: Alpha
  • Copyright: 2006 Alpha
  • Durée totale: 1:00:57
  • Genres:
  • ASIN: B0024NTH1E
  • Moyenne des commentaires client : 5.0 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (3 commentaires client)

Commentaires en ligne 

5.0 étoiles sur 5
5 étoiles
3
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoiles
0
Voir les 3 commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients

Commentaires client les plus utiles

9 internautes sur 9 ont trouvé ce commentaire utile  Par HERVÉ Thierry COMMENTATEUR DU HALL D'HONNEURTOP 500 COMMENTATEURS sur 26 mars 2007
Format: CD
Créé en 1996, l'ensemble Faenza se consacre à l'interprétation des musiques du XIVe au XVIIe siècle, ainsi qu'à la création de spectacles musicaux. Toujours avec un réel souci pédagogique, leur thème Chants de dévotion du règne de Louis XIII nous donne accès à un abrégé musical totalement méconnu de la Contre-Réforme, basé sur de célèbres airs de cour du XVIIe siècle. Assez souvent issus de plumes pour le moins libertines, ils seront transformés en cantiques spirituels dans le but d'élever les consciences du peuple aux normes catholiques alors en vigueur. À partir de cette véritable contorsion idéologique, Marco Horvat et son ensemble confirment une nouvelle fois leurs compétences dans le maniement du verbe et des notes. Au gré d'une « semaine mystique » riche d'enseignements, la foi de l'auditeur se trouvera renforcée ; du moins celle qu'il a consentie aux interprètes. Il faut mentionner que, comme tous les ensembles de musique ancienne ayant défini l'approche historique comme un postulat incontournable, les textes, qui occupent ici une place prépondérante, qu'ils soient parlés ou chantés, s'appuient sur une prononciation d'époque. Même avec les incertitudes que cela représente, le bénéfice est incontestable. Pas facile à définir, ce disque extraordinaire n'affiche pas d'emblée la totalité de ses atouts ; l'enthousiasme du critique doit alors prévaloir sur toute forme de jugement autre qu'une écoute impartiale. Une histoire de confiance, en quelque sorte.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile  Par Lydie D. TOP 500 COMMENTATEURSVOIX VINE sur 22 juillet 2010
Format: CD Achat vérifié
Cela s'écoute quand on veut un moment de paix, se ressourcer, se vider la tête. Il faut se laisser porter par les voix qui sont fort belles et se laisser aller au bien-être que procure cette musique.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
1 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile  Par Gérard BEGNI TOP 500 COMMENTATEURS sur 9 février 2014
Format: CD
Voilà un disque certes un peu inhomogène, mais compte tenu de la minceur de la discographie, ce n'est pas un défaut. Des noms comme Boesset, Guédron méritent mieux que le sort qui leur est réservé. L'époque était une cornue d'alchimiste où s'affrontaient styles 'progressistes' et 'réactionnaires', élaboration de motets savants et niaiseries où les Jésuites remplaçant les paroles profanes des chansons polyphoniques ou des airs à la mode par des paroles dévotes en massacrant au passage la relation subtile prosodie/musique, où la musique sacrée, encore fortement marquée par les Huguenots de par les va-et-vient des guerres de religions faisait l'objet d'une chasse aux sorcières, où partisans inconditionnels du Concile de Trente et gallicans sur la réserve tiraient la liturgie à hue et à dia, où les partisans du latin et d'une messe (disons de cantiques, l'ordinaire et les propres étant intouchables) compréhensible au fond des campagnes où mugissaient ces féroces soldats (déjà !!!!) se tiraient dans les pattes. Il y a avait trop de turbulence pour qu'un très grand maître de la stature d'un Charpentier, Couperin, Delalande puisse émerger, mais si les maîtres de cette première moitié du XVII° Siècle sont restés 'petits' dans le domaine de la musique religieuse (l'air et le ballet de cour étaient une voie ...Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer

Les images de produits des clients


Rechercher des articles similaires par rubrique