undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Rentrée scolaire Shop Fire HD 6 Shop Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo
Acheter d'occasion
EUR 6,96
État: D'occasion: Bon
Commentaire: Amazon - Offres Reconditionnées vous assure la même qualité de service qu'Amazon.fr ainsi que 30 jours de retour.
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir les 2 images

Seul dans Berlin Broché – 15 janvier 2004


Voir les formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon Neuf à partir de Occasion à partir de
Broché, 15 janvier 2004
EUR 20,00 EUR 5,50

Il y a une édition plus récente de cet article:

Seul dans Berlin
EUR 9,50
(48)
En stock.

Lire en version originale

Livre_Version_Originale
Découvrez tous les livres de Philipp Kerr en anglais en cliquant ici.

Offres spéciales et liens associés


Descriptions du produit

Revue de presse

«L'un des plus beaux livres sur la résistance allemande antinazie». Primo Levi.

Présentation de l'éditeur

Mai 1940, on fête à Berlin la campagne de France. La ferveur nazie est au plus haut. Derrière la façade triomphale du Reich se cache un monde de misère et de terreur. Seul dans Berlin raconte le quotidien d'un immeuble modeste de la rue Jablonski, à Berlin
Persécuteurs et persécutés y cohabitent. C'est Mme
Rosenthal, juive, dénoncée et pillée par ses voisins. C'est Baldur Persicke, jeune recrue des SS qui terrorise sa famille. Ce sont les Quangel, désespérés d'avoir perdu leur fils au front, qui inondent la ville de tracts contre Hitler et déjouent la Gestapo avant de connaître une terrifiante descente aux enfers. De Seul dans Berlin, Primo Levi disait, dans Conversations avec Ferdinando Camon, qu'il était " l'un des plus beaux livres sur la résistance allemande antinazie ". Aucun roman n'a jamais décrit d'aussi près les conditions réelles de survie des citoyens allemands, juifs ou non, sous le IIIe Reich, avec un tel réalisme et une telle sincérité



Détails sur le produit

  • Broché: 560 pages
  • Editeur : Folio; Édition : Folio (15 janvier 2004)
  • Collection : Folio
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2070312968
  • ISBN-13: 978-2070312962
  • Dimensions du produit: 17,8 x 10,9 x 2,5 cm
  • Moyenne des commentaires client : 4.6 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (48 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 93.808 en Livres (Voir les 100 premiers en Livres)
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


En savoir plus sur l'auteur

Découvrez des livres, informez-vous sur les écrivains, lisez des blogs d'auteurs et bien plus encore.

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

4.6 étoiles sur 5
Partagez votre opinion avec les autres clients

Commentaires client les plus utiles

57 internautes sur 59 ont trouvé ce commentaire utile  Par leroidesaulnes le 20 mai 2007
Format: Broché
Jamais un roman n'a donné du nazisme, vu de l'intérieur si l'on peut dire, une telle expression : l'auteur ne se fait pas historien, juge, moraliste. Il donne à voir, face au pouvoir totalitaire et dans une société domestiquée, une humanité inflexible : celle de ce couple âgé qui entre en résistance, en écrivant des cartes postales appelant à la rébellion... Un livre qu'on ne peut oublier.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
42 internautes sur 44 ont trouvé ce commentaire utile  Par Fabrice le 19 août 2007
Format: Broché
Avec une palette de personnages, l'auteur peint la vie quotidienne et le comportement des allemands sous le régime Nazis. Toutes les attitudes imaginables dans un système totalitaire sont illustrées : résistance, passivité, veulerie, lacheté, profiteur de guerre, sympathie ou collaboration active et la PEUR comme dénominateur commun.
A la lecture du roman une question vient naturellement au lecteur : qu'aurais je fais à la place de ces personnages ?
Ce livre est un excellent antidote contre les tentations de vote extrémiste.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
36 internautes sur 38 ont trouvé ce commentaire utile  Par RUDAZ le 29 mai 2007
Format: Broché
En un seul livre Hans FALLADA réussit le tour de force d'un double niveau de narration sans nuire à la fluidité de l'écriture romanesque.

Devant nos yeux il met en scène la souffrance quotidienne, intime et identitaire du peuple allemand durant ces heures sombres, et simultanément il nous offre une description des processus à l'oeuvre dans un régime de dictature.

D'un personnage à un autre, du plus intègre au plus sordide, nous voyageons de la plus profonde solitude à la plus profonde humanité.

D'une saisissante actualité sur l'engagement et la place de chacun dans la société, ce livre laisse des marques, ses marques, sur le lecteur.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
14 internautes sur 15 ont trouvé ce commentaire utile  Par Cissouille le 12 avril 2009
Format: Broché
... et pourtant un témoignage sur la vie à Berlin pendant la guerre qu'on reçoit comme un coup de poing à l'estomac. Sans mièvrerie, sentimentalisme ni effets, Hans Fallada nous livre un récit dur, âpre, terrible, et pourtant plein d'humanité et d'espoir. Un œuvre majeure.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
17 internautes sur 19 ont trouvé ce commentaire utile  Par La fouine le 29 juin 2008
Format: Broché
Ce roman m'a été recommandé par mon bouquiniste favori, suisse-allemand par ailleurs, de bon conseil en général. Ce livre et son auteur sont deux grandes découvertes pour moi (la littérature germanophone est malheureusement trop méconnue en Francophonie...). Se référer à la quatrième de couverture et aux autres commentateurs pour appréhender le thème et le style du roman qui tous deux m'ont ravie. Où il est question d'un petit geste de résistance, bien innocent au départ, qui servira de révélateur pour chacun des personnages et dont les conséquences ne seront pas celles qui étaient attendues... L'auteur a réellement vécu le quotidien du nazisme et s'en inspire pour restituer l'ambiance de cette époque. Pourtant, ne jetons pas la pierre à tous ceux qui se montrèrent pusillanimes sous cette effroyable dictature. Qu'aurions-nous fait à leur place? Il est si facile de juger à postériori... Je termine en vous confiant que le propre parcours de l'écrivain tient également du roman: alcoolique, toxicomane, d'addictions en cures de "rehab" via la prison, il se dépeint dans son autobiographie: "Le buveur".
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
9 internautes sur 10 ont trouvé ce commentaire utile  Par foxie le 4 septembre 2011
Format: Broché
Des gens ordinaires dans le Berlin étouffant de 1940. La terreur règne. Tout le monde espionne tout le monde, suppute, dénonce. Une atmosphère particulière dans une époque tristement particulière. En hommage à la Résistance allemande au régime National-Socialiste.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile  Par D. Cohen TOP 500 COMMENTATEURS le 17 mars 2015
Format: Broché
Hans Fallada nous décrit un immeuble de Berlin avec ses occupants pour aborder la question des attitudes pendant le III eme Reich. Il y a ceux qui veulent vivre tranquille, ceux qui regrettent la guerre, ceux qui vivent de petites arnaques, la famille nazie (les Persicke), la vieille dame juive, l'ancien magistrat qui lui vient en aide, le poivrot. On sent le vécu même si parfois la rapidité avec laquelle ce roman a (aurait) été écrit se sent un peu dans un style un peu pauvre. Cela reste un document historique intéressant.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
11 internautes sur 13 ont trouvé ce commentaire utile  Par Latour07 1ER COMMENTATEUR DU HALL D'HONNEURTOP 500 COMMENTATEURSVOIX VINE le 22 février 2007
Format: Broché
Pour qui est familier de la Résistance, celle de la seconde guerre mondiale en France, le récit de cet Allemand, Hans Fallada, mort en 1947, offre une double perspective a priori contradictoire : l'assurance de la mort au bout du combat, le salut d'un peuple par sa minorité. Les deux héros, père et mère d'un soldat mort lors de la campagne de France se révoltent contre la guerre qui a tué leur enfant. L'esprit de la guerre, c'est bien entendu le régime nazi, Adolf Hitler. Dès lors, s'opposer à la guerre pour crier son malheur, c'est refuser à Adolf Hitler le droit de cité.

Quel courage !

Dignité sauvée du peuple allemand, à l'image des groupes de Harro Schulze-Boysen (1935-1942, 600 furent arrêtés, le groupe était implanté dans les grandes entreprises de Berlin), la Rose Blanche (fondé au printemps 1942, à l'université de Munich, par Hans Scholl et Alexander Schmorell), le cercle de Kreisau, etc.

L'auteur possède en outre une qualité très rare chez les combattants (je pense à Soljénitsyne, "L'Archipel du Goulag"), c'est l'humour. La scène du jugement au tribunal fantoche nazi fait pleurer de rire. Rires et pleurs. L'alliance des contraires. Un livre remarquable, à lire avec celui de Kathrine Kressmann Taylor "Jour sans retour".
6 commentaires Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer

Commentaires client les plus récents


Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?