undrgrnd Cliquez ici RLit nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Rentrée scolaire Shop Fire HD 6 Shop Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Bijoux Montres Montres
Ou
Version MP3 incluse GRATUITEMENT

Plus d'options
Shostakovich: Symphony No. 4
 
Agrandissez cette image
 

Shostakovich: Symphony No. 4

1 octobre 2013 | Format : MP3

EUR 5,99 (TVA incluse le cas échéant)
Commandez l'album CD à EUR 10,43 et obtenez gratuitement la version MP3.
L'album CD est vendu et expédié par Amazon EU Sàrl . Veuillez consulter les Conditions générales sur les coûts en cas d'annulation de commande. Ne s'applique pas aux commandes de cadeaux. Commandez pour sauvegarder la version numérique de cet album dans votre bibliothèque Amazon Music.

Applications Amazon Music

Applications Amazon Music
Titre
Durée
Popularité  
30
1
27:17
30
2
9:19
30
3
28:08
Votre compte Amazon Music n'est actuellement associé à aucun pays. Pour profiter de la musique Premium, allez sur votre Bibliothèque musicale et transférez votre compte à Amazon.fr (FR).
  

Détails sur le produit

  • Date de sortie d'origine : 1 octobre 2013
  • Date de sortie: 1 octobre 2013
  • Label: Naxos
  • Copyright: 2013 Naxos
  • Durée totale: 1:04:44
  • Genres:
  • ASIN: B00FRRPCJU
  • Moyenne des commentaires client : 5.0 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (6 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 24.967 en Albums (Voir les 100 premiers en Albums)

Commentaires en ligne

5.0 étoiles sur 5
5 étoiles
6
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoiles
0
Voir les 6 commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients

Commentaires client les plus utiles

19 internautes sur 21 ont trouvé ce commentaire utile  Par Pierrafeu TOP 500 COMMENTATEURS le 14 octobre 2013
Format: CD Achat vérifié
Le phénomène, c'est ce jeune chef qui nous joue Schosta comme s'il l'avait pris au biberon, sans difficulté, sans accrocs, digéré comme un bon repas...et quel repas!
Phénoménal c'est la bonne idée de NAXOS de lui avoir confié cette intégrale.
Bien sûr, il y a eu des symphonies un tout petit peu moins inspirées...et encore (même les intégrales de HAITINK ou d'autres ont eu des moindres réussites)
MAis là, franchement, que dire de plus...c'est sublime du début à la fin. Tout est en place, les tempi sont rigoureux, l'orchestre est survolté et tenu d'une main de fer, les ppppppp adorés par Schosta sont pppppppp et ses fffff sont fffff, et même les mouvements si longs de cette oeuvre paraissent bien courts.
L'enregistrement est excellent, et à écouter le volume à fond pour profiter des petites notes de la harpe(1ermvt).
Je suis d'accord avec le commentaire précédent (dont j'ai repris l'esprit du titre)nous tenons là une des plus belles intégrales Shosta depuis longtemps.
Cette 4eme assez méconnue devient peut être une des plus belles symphonies de l'ami Dmitri. Etonnant, non ?
A posséder absolument.
Bonne écoute.
4 commentaires Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
17 internautes sur 19 ont trouvé ce commentaire utile  Par Lienhard Nicolas le 10 octobre 2013
Format: CD
Suite et presque fin de la meilleure intégrale Chostakovitch de ces 20 dernières années, c'est mon avis personnel et je le partage volontiers. Depuis 1985 et le live de Rojdestvenski à Prague (Praga) qui suivit son explosive intégrale chez Melodiya, voici LA 4e la plus aboutie : Petrenko a le don du contrôle absolu d'un orchestre, le don du creusement des phrases (sa "Léningrad" est à ce titre un sacré modèle), de la narration, de la culmination patiemment amenée et de la déclamation subite qui caractérisent l'essentiel de la symphonie "maudite" de Chostakovitch. La prise de son, très claire et très proche, renforce l'impact immédiat d'une telle lecture. J'oserais le mot "ravissement" si la symphonie était d'une joliesse enchantée, alors qu'elle est d'une noirceur collant parfaitement à son époque, celle des purges staliniennes.
Admirons également le choix des photos du compositeur sur la pochette du livret, toujours en rapport avec la date de composition de l'œuvre enregistrée. Patience, plus que les 13e et 14e. C'est pour bientôt.
2 commentaires Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile  Par David Waléra TOP 1000 COMMENTATEURS le 13 mars 2014
Format: CD
Cette 4ème symphonie demeure sans doute, de toutes celles de Chostakovitch, la plus dantesque par sa démesure : orchestre aux vastes dimensions (effectifs des bois et des vents quasiment doublés), durée de plus d'une heure, imagination mélodique inextinguible, grande diversité des atmosphères, du grotesque le plus grinçant au tragique le plus désespéré...
Aussi, j'attendais avec une délicieuse impatience la gravure de cette 4ème par Petrenko, après avoir découvert ce jeune chef dans d'autres symphonies du maître russe, par lesquelles il m'avait éblouit.
Eh bien, je n'ai pas été déçu ! Voici, sûrement, le meilleur CD de cette intégrale tant Petrenko semble en totale communion avec les intentions du compositeur. L'orchestre royal de Liverpool, réputé d'ordre secondaire, se trouve ici chauffé à blanc, avec des solistes à la virtuosité superlative car toujours au service d'une expressivité saisissante. Toutes les nuances les plus subtiles et les contrastes les plus titanesques se trouvent sublimés par le geste incisif et précis du jeune chef. Quelle vitalité débordante, y compris dans les passages les plus ténébreux et angoissés !
A ce titre, les ultimes mesures du dernier mouvement peuvent surprendre par leur luminosité et leur étrange sérénité : là où Haitink et Rojdestvenski, ou encore Slatkin (une excellente version pas assez connue) exprimaient une longue descente dans l'abîme, à peine éclairée par les faibles étincelles du célesta, Petrenko préfère une vision plus distanciée, le tragique s'effaçant peu à peu devant une inattendue et mystérieuse espérance... Quelle puissante originalité !
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer

Rechercher des articles similaires par rubrique