Aucun appareil Kindle n'est requis. Téléchargez l'une des applis Kindle gratuites et commencez à lire les livres Kindle sur votre smartphone, tablette ou ordinateur.

  • Apple
  • Android
  • Windows Phone
  • Android

Pour obtenir l'appli gratuite, saisissez votre adresse e-mail ou numéro de téléphone mobile.

Prix Kindle : EUR 3,49

Économisez
EUR 7,51 (68%)

TVA incluse

Ces promotions seront appliquées à cet article :

Certaines promotions sont cumulables avec d'autres offres promotionnelles, d'autres non. Pour en savoir plus, veuillez vous référer aux conditions générales de ces promotions.

Envoyer sur votre Kindle ou un autre appareil

Envoyer sur votre Kindle ou un autre appareil

Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Narration Audible Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de la narration Audible pour ce livre Kindle.
En savoir plus

Si nous vivions en 1913 : Grasset - Radio France (essai français) Format Kindle

3.5 étoiles sur 5 10 commentaires client

Voir les formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon
Neuf à partir de Occasion à partir de
Format Kindle
"Veuillez réessayer"
EUR 3,49

Longueur : 144 pages Composition améliorée: Activé

Ponts de mai 2016 Promo Ponts de mai 2016


Descriptions du produit

Extrait

La vie et la mort

Si nous vivions en 1913, nous aurions déjà enterré bien des amis, bien des proches, et peut-être serions-nous déjà morts nous-mêmes. L'espérance de vie était alors de 50 ans. Elle est aujourd'hui de 85 ans pour les femmes et de 78 pour les hommes. Ces chiffres disent les progrès fantastiques de la chirurgie et de la médecine. En 1913, il n'y avait ni antibiotiques ni sulfamides. Les maladies infectieuses étaient souvent mortelles. On mourait de la diphtérie, de la pneumonie, et même de la scarlatine ou de la rougeole. Sans parler du fléau de l'époque : la tuberculose. La vaccination n'avait encore éradiqué que la variole. En moyenne, un homme de 20 ans pouvait espérer vivre jusqu'à 63 ans seulement.
Mais si l'espérance de vie à la naissance est alors de 50 ans, c'est aussi, et peut-être surtout, parce que les bébés meurent beaucoup. 16 % meurent au cours de leurs trois premières années, 1 sur 6 ne fête pas ses 3 ans. C'est énorme, même si les efforts des hygiénistes ont réduit les chiffres : en 1900, c'était 1 nouveau-né sur 5 qui ne franchissait pas le cap des 3 ans. Cela s'explique par une mauvaise hygiène, des biberons archaïques avec des tuyaux en caoutchouc, du lait de vache trop fort, des croûtes de pain dur qui avaient traîné partout et qu'on faisait mâcher aux enfants pour faire venir leurs dents. La meilleure façon de protéger les enfants était de les nourrir au sein, ce qu'on faisait souvent pendant une année, parfois davantage. Pendant la guerre de 1914, on créera dans certaines usines de guerre qui emploient beaucoup de femmes, des chambres d'allaitement pour que les jeunes mères puissent continuer à nourrir leurs enfants.
Cette forte mortalité infantile avait des conséquences. Le risque de perdre les enfants conduisait les parents, les pères surtout, à censurer leurs sentiments, à s'endurcir par avance. Emilie Carie, une institutrice des Basses-Alpes, née avant 1914, en témoigne. Je cite : «Quand un enfant mourait, pour peu qu'il n'ait pas dépassé les cinq ans, on ne s'émouvait guère. L'homme disait à la femme : mais pourquoi pleures-tu ? Cet enfant ne fait faute à personne, au contraire, voilà une bouche de moins à nourrir. Que diable, ce n'était pas un gagne-pain. Cesse donc de pleurer.» Il ne faut pas généraliser à partir de cet exemple, qui vient d'une région très particulière. Les réactions dans la bourgeoisie étaient très différentes, et d'ailleurs cet exemple ne dit pas que le père ne souffrait pas de la mort de l'enfant, mais il refusait de l'avouer. (...)

Revue de presse

La guerre a bien eu lieu, mais il fallait l'oublier pour mieux restituer la société française d'«avant» - avant le carnage de 1914-1918. C'est l'exercice auquel se sont livrés deux grands historiens, dans deux recueils de chroniques étoffées (parues dans le mensuel L'Histoire pour Michel Winock, diffusées sur France Inter pour Antoine Prost). (Gilles Heuré - Télérama du 11 juin 2014)

Détails sur le produit

  • Format : Format Kindle
  • Taille du fichier : 818 KB
  • Nombre de pages de l'édition imprimée : 68 pages
  • Editeur : Grasset (5 mars 2014)
  • Vendu par : Amazon Media EU S.à r.l.
  • Langue : Français
  • ASIN: B00ID4UHMQ
  • Word Wise: Non activé
  • Composition améliorée: Activé
  • Moyenne des commentaires client : 3.5 étoiles sur 5 10 commentaires client
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: n°83.638 dans la Boutique Kindle (Voir le Top 100 dans la Boutique Kindle)
  •  Voulez-vous faire un commentaire sur des images ou nous signaler un prix inférieur ?

Commentaires en ligne

3.5 étoiles sur 5

Meilleurs commentaires des clients

Format: Format Kindle Achat vérifié
Des petites chroniques, sans prétention mais riches d'informations concrètes, qui se lisent si facilement et si agréablement qu'on passe, sans pouvoir s'arrêter, de l'une à l'autre. Un passionnant voyage dans le temps pour quiconque aime l'histoire...celle des gens à tout le moins.
Remarque sur ce commentaire 4 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Poche Achat vérifié
Cent un ans, c'est l'âge de certaines personnes que nous pouvons encore croiser dans la rue ou côtoyer quotidiennement. Et pourtant que de changements, que de bouleversements en à peine plus d'un siècle! Ces descriptions de la vie d'antan, de nos parents ou grand parents, ou, pour les plus jeunes, arrière grand parents, devraient être lues par tous. Cela remet les idées en place. Nous serions beaucoup moins tentés de geindre et de nous plaindre constamment.
Remarque sur ce commentaire 2 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Poche Achat vérifié
De très passionnantes chroniques. Comme toutes chroniques qui se respectent, elles sont courtes, peuvent se lire indépendamment les unes des autres, concernent des sujets de tous les jours (le pain, le bac....).
Je suis enseignante et je ne manquerait pas d'en lire quelques-unes à mes élèves quand j'aborderai la Première Guerre mondiale.
Remarque sur ce commentaire Une personne a trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Poche Achat vérifié
Un livre sympathique, très simple de lecture et amusant. Les thèmes sont developpés en quelques pages : éducation, niveau de vie, les femmes, les militaires, les syndicats, la medecine etc ... Un peu cher quand même.
Remarque sur ce commentaire Une personne a trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Poche
le livre n'est que le reflet de l'émission sur France inter rien de plus. Ce n'est pas une thèse mais de la vulgarisation comme on dit ! ... Mais c'est chouette à lire
Remarque sur ce commentaire 4 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus

Discussions entre clients