Six mois, six jours (Littérature Française) et plus d'un million d'autres livres sont disponibles pour le Kindle d'Amazon. En savoir plus
EUR 18,30
  • Tous les prix incluent la TVA.
Il ne reste plus que 11 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon.
Emballage cadeau disponible.
Quantité :1
Six mois, six jours a été ajouté à votre Panier
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir cette image

Six mois, six jours Broché – 25 août 2010


Voir les 3 formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon Neuf à partir de Occasion à partir de
Format Kindle
"Veuillez réessayer"
Broché
"Veuillez réessayer"
EUR 18,30
EUR 13,30 EUR 0,01

A court d'idées pour Noël ?

Offres spéciales et liens associés


Produits fréquemment achetés ensemble

Six mois, six jours + Interdit + Tout sur mon frère
Prix pour les trois: EUR 30,00

Acheter les articles sélectionnés ensemble

Les clients ayant acheté cet article ont également acheté


Descriptions du produit

Biographie de l'auteur

Karine Tuil est l’auteur de neuf romans parmi lesquels Tout sur mon frère (2003), Quand j’étais drôle (2005), Douce France (2007), La Domination (2008) et Six mois, Six jours (2010), tous publiés chez Grasset.


Détails sur le produit

  • Broché: 256 pages
  • Editeur : Grasset (25 août 2010)
  • Collection : Littérature Française
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 9782246758310
  • ISBN-13: 978-2246758310
  • ASIN: 2246758319
  • Dimensions du produit: 20,5 x 1,6 x 13 cm
  • Moyenne des commentaires client : 3.1 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (13 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 216.155 en Livres (Voir les 100 premiers en Livres)
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


En savoir plus sur l'auteur

Découvrez des livres, informez-vous sur les écrivains, lisez des blogs d'auteurs et bien plus encore.

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

Commentaires client les plus utiles

6 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile  Par Philisine Cave TOP 1000 COMMENTATEURS sur 8 décembre 2010
Format: Broché
Ce livre, reconnu et retenu en dernières sélections de nombreux prix littéraires 2010, est assez déroutant.

D'abord la construction même du récit est à reprendre: un ancien homme à tout faire Karl (pseudo garde du corps et confident) raconte une saga familiale débutant vers les années 1920, celle des Kant, riches industriels allemands sans état d'âme ni conscience (à part celle de l'enrichissement à tout crin) et proches des nazis (on découvre les raisons de cette proximité au cours de la lecture).
Ensuite, le manque de profondeur des diverses personnalités en jeu.
Enfin,l'Histoire abordée sous forme anecdotique et un peu comme un décor !

Le roman débute sur une infidélité de la petite-fille Juliana, puis remonte au grand-père et à sa deuxième femme, Magda, pour finir par le père de Magda et entre-temps, les confidences et réactions de Karl: tout le monde suit ?
Et bien voilà le problème de ce livre : récit trop décousu, personnages et anecdotes assez linéaires et superficiels. C'est décevant car au sein de chaque séquence, on aurait pu être davantage happé par les faits historiques.

En résumé, Karine Tuil avait tout pour écrire un excellent livre (phrasé simple, rythmé et accessible) mais son roman demeure seulement une bonne œuvre littéraire sans être flamboyante (c'est déjà pas si mal !).
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
4 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile  Par ServaneL. TOP 500 COMMENTATEURS sur 29 juin 2011
Format: Broché
Karl est âgé. Il a toute sa vie travaillé au service des Kant. Lorsqu'il se fait froidement remercier et que Juliana Kant "l'héritière" l'ignore totalement après l'avoir traité durant des années comme son grand-père ; lorsque Karl Fritz est déclaré persona non grata chez les Kant, il décide de raconter à une jeune journaliste française les secrets inavouables de cette famille de riches industriels teutons.
Pour écrire "Six mois, six jours", Karine Tuil s'est inspirée de l'affaire Klatten (BMW et Varta) qui a défrayé la chronique il y a quelques années. C'était l'histoire d'une riche héritière qui s'était faite rouler dans la farine comme une bleue par un gigolo/maître chanteur.
L'auteure prend le prétexte de ce scandale pour en réalité aborder le passé nazi des Kant ainsi que leur enrichissement suspect durant la seconde guerre mondiale.
Bien que le roman soit bien écrit et d'une grande intelligence, je dois avouer que je ne suis jamais vraiment rentrée dedans : peut-être la faute aux personnages aussi peu attachants les uns que les autres...
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
1 internautes sur 1 ont trouvé ce commentaire utile  Par Feron Béatrice TOP 500 COMMENTATEURS sur 28 décembre 2010
Format: Broché
Karl Fritz déballe les secrets assez nauséabonds de la famille Kant devant l'écrivain venue l'interroger. Comment la froide héritière est-elle tombée dans les filets d'un séducteur sans scrupules, comment les Kant ont-ils fait tourner leurs usines à plein régime pendant la guerre, en quoi sont-ils liés à Hitler et à son âme damnée, Goebbels?
C'est de cela que Fritz parle dans un long monologue qu'il n'interrompt que pour interpeller son interlocutrice. Mais, doit-on croire tout ce que dit ce vieil homme, aigri pour avoir été chassé comme un malpropre par la famille à laquelle il avait vendu son âme?
Le style est haché et agressif: il reproduit la voix de Karl. Je n'arrivais pas toujours à discerner les moments de l'histoire et ceux où Karl Fritz s'adressait à l'auteur. Le récit interpelle, puisqu'il est basé sur des faits réels (derrière les Kant se cachent les Klatten, propriétaires de BMW et VARTA), mais la fin m'a déconcertée et déçue: quel besoin Karine Tuil avait-elle d'ajouter cet appendice qui tombe comme un cheveu sur la soupe et se termine en queue de poisson? Mon avis est donc mitigé.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
4 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile  Par traversay TOP 50 COMMENTATEURSVOIX VINE sur 22 novembre 2010
Format: Broché
Six mois, six jours est le roman le plus ambitieux de Karine Tuil. Une plongée dans l'Allemagne des grands industriels, l'histoire d'une dynastie au passé trouble, marquée par la collaboration avec le régime nazi. Karine Tuil n'a pas connu cette période, elle a le droit, en tant que romancière, de s'attaquer à un tel sujet, mais on est troublé par le côté lapidaire et rapide de ce livre qui se présente sous la forme d'une auto-fiction.
Le style est alerte et ne s'embarrasse pas de circonvolutions : droit au but, tel est le leitmotiv de Karine Tuil, qui aborde son sujet avec la légèreté d'un Panzer. C'est le fond qui pose problème. Tout commence avec l'escapade érotique d'une des femmes les plus puissantes d'Allemagne et le chantage, puis le scandale qui s'ensuit. Du coup, c'est l'attitude de sa famille durant la guerre qui remonte à la surface. Une lignée d'industriels aux relations sans équivoque avec le 3ème Reich.
C'est déjà beaucoup, mais la romancière en profite pour faire le portrait de Magda Goebbels et évoque le père adoptif, juif, de la susdite. Ce qui nous vaut trente dernières pages complètement déconnectées de la matière première du livre. Karine Tuil part d'un fait divers pour remonter à la deuxième guerre mondiale, jusqu'aux camps de concentration. Malgré une langue frénétique, Tuil nous entraîne vers des thèmes qui semblent la dépasser, sur lesquels on ne peut écrire à la légère.
Difficile de suivre l'auteure jusqu'au bout de son propos.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer

Commentaires client les plus récents


Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?