undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_TPL0516 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

3,5 sur 5 étoiles2
3,5 sur 5 étoiles
5 étoiles
0
4 étoiles
1
3 étoiles
1
2 étoiles
0
1 étoile
0
Format: Poche|Modifier
Prix:10,00 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 18 novembre 2013
Cet ouvrage de Didier Eribon s'ancre dans la dynamique du précédent, "Retour à Reims", avec, entre les deux, un petit opuscule qui reprend des entretiens parus dans des revues. Autant j'ai été vraiment intéressé par la démarche sociologique de l'auteur dans "Retour à Reims", autant "La société comme verdict" m'a semblé beaucoup plus centré sur une espèce d'auto-analyse de la trajectoire de l'auteur, mais aussi de ses réactions au succès un peu inespéré de "Retour à Reims". Or, ces réactions ne servent plus l'universel sociologique du précédent ouvrage (c'est à dire la possibilité pour chaque lecteur d'analyser les différentes étapes d'une trajectoire appréhendée comme un paradigme d'un parcours de mobilité sociale, avec ses obstacles), mais elles confinent à un nombrilisme beaucoup trop appuyé à propos d' expériences particulières. Cependant, il s'y trouve des pages qui apportent un éclairage subtil sur certaines expériences de malaise de classe, et des analyses novatrices sur d'autres sociologues issus de la classe ouvrière, par exemple sur Richard Hoggart. Ce qui m'a un peu gêné, c'est la filiation revendiquée et trop appuyée à Bourdieu et à son analyse théorique de la domination. En effet, on doit avoir une lecture distanciée des ouvrages de Bourdieu et relativiser la "vérité scientifique" de ses écrits, tellement affirmée par lui-même, tout en reconnaissant ses apports importants à la sociologie. Didier Eribon revendique aussi une proximité avec Annie Ernaux. Or celle-ci, qui a également été proche de Bourdieu, a une attitude plus modeste et moins nombrilique, et son choix de s'exprimer par le moyen de la littérature se révèle plus créateur, et plus universel que la démarche de Didier Eribon dans le présent ouvrage.
0Commentaire|15 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 6 septembre 2014
Face à un ouvrage si riche, on a vraiment l'embarras du choix pour en faire un commentaire. Tellement d'idées formulées avec maestria: le tribunal invisible; les sentences dont on ignore pourquoi elles ont été rendues; l'homosexualité comme un repoussoir, comme ce qu'il est impensable à la fois d'être et de paraître; les ruses du déterminisme; la réflexion éblouissante sur la mère d'Annie Ernaux et sa contemporaine de Simone de Beauvoir, mais qui vivaient dans le même pays sur des planètes différentes et à des années-lumière l'une de l'autre; et je pourrais continuer indéfiniment. Le sien - comme il le dit si bien- est l'un des ces livres qui créent leur public en donnant une expression et un sens à des expériences et à des sentiments partagés....
On apprend énormément sur soi même grâce à ce texte; tout le monde, en particulier les personnes homophobes, devraient s'y plonger et ça leur ouvrirait des horizons insoupçonnés.
Bravo Didier Eribon!
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

8,20 €
4,80 €
10,00 €

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)