• Tous les prix incluent la TVA.
Il ne reste plus que 1 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon.
Emballage cadeau disponible.
Quantité :1
Socrate le demi-chien, to... a été ajouté à votre Panier
État: D'occasion: Bon
Commentaire: Amazon - Offres Reconditionnées vous assure la même qualité de service qu'Amazon.fr ainsi que 30 jours de retour.
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir cette image

Socrate le demi-chien, tome 1 : Héraclès Album – 3 octobre 2003


Voir les formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon Neuf à partir de Occasion à partir de
Album
"Veuillez réessayer"
EUR 11,99
EUR 11,99 EUR 7,13

Boutique BD Boutique BD


Offres spéciales et liens associés


Produits fréquemment achetés ensemble

Socrate le demi-chien, tome 1 : Héraclès + Socrate le demi-chien, tome 2 : Ulysse + Socrate le demi-chien, tome 3 : OEdipe à Corinthe
Prix pour les trois: EUR 35,97

Certains de ces articles seront expédiés plus tôt que les autres.

Acheter les articles sélectionnés ensemble

Descriptions du produit

Amazon.fr

C'est un bon chien, ça. Des comme lui, on en voit peu. Car Socrate – ne riez pas, c'est son vrai nom – est un chien qui parle. Mieux : c'est un chien qui pense. Un chien philosophe, si vous voulez. Le genre à dire des phrases compliquées. Comme celle-ci, par exemple : "ce sentiment de saisir le réel pour vous le livrer en l'abîmant le moins possible est vraiment jubilatoire". Ça, c'est un chien de champion ! Au début du livre, il se présente comme un "demi-chien". Normal : il est la créature d'Héraclès, le fils de Zeus. Alors, comme Héraclès est un demi-dieu, Socrate est un demi-chien. Pour un chien philosophe, Socrate ne s'en fait pas trop. Sa philosophie à lui est d'une simplicité biblique : "Quand j'ai faim, je mange. Quand j'ai sommeil, je dors." Ah, la belle vie de chien que voilà ! Le reste du temps, il accompagne son maître adoré. Celui-là, ce n'est pas vraiment un philosophe. Plutôt le genre gros baraqué poilu, qui casse la figure aux poètes et conte fleurette aux femmes. Seulement, les femmes, c'est compliqué, comme chacun sait. Alors, Héraclès compte sur Socrate pour aller espionner leurs conversations et les lui répéter. Au lieu de rapporter un bâton comme n'importe quel canidé, Socrate rapporte donc les conversations des dames, tout simplement.

Un chien exceptionnel, on vous dit… Normal, puisqu'il a été créé par deux auteurs de bande dessinée assez exceptionnels. Le premier s'appelle Joann Sfar et on ne le présente plus. On lui doit déjà (entre autres) Le Chat du rabbin, Donjon, Professeur Bell, La Fille du professeur ou Petrus Barbygère. Ici, cet auteur foisonnant s'occupe du scénario. Et c'est son copain Christophe Blain qui dessine. Un garçon à suivre de près, ce Blain : son Isaac le pirate a marqué le Festival d'Angoulême 2002, où il a remporté le prix du Meilleur album. Avec ce premier volume de la saga de Socrate et Héraclès, ils signent un petit bijou de finesse, de drôlerie et d'intelligence. Et prouvent, au passage, que la bande dessinée peut tout faire et tout dire, pour peu que l'on ait du talent. Et qu'elle peut même se piquer de philosophie et de réflexion. Sur un cadre immuable – le fameux "gaufrier", soit six cases par page –, ils plaquent une succession de saynètes servies par des dialogues d'une concision et d'une efficacité exemplaires. Ils parlent du sens de l'existence, de l'amour, des femmes, de la frustration, de l'aventure… Bref, de la vie, quoi. Mais ne cherchez pas : un chien comme Socrate, ça ne doit pas exister pour de vrai. Quoique. Qui sait ? Après avoir refermé le livre (oh joie ! Ce n'est que le premier tome : d'autres suivront), peut-être ne regarderez-vous plus votre fidèle compagnon à quatre pattes avec le même oeil… --Philippe Actère

Présentation de l'éditeur

Les aventures du chien d'Héraclès dans une Antiquité qui fleure bon les rivages de la Méditerranée. Si vous aimez l'humour, le sexe, la violence, la philosophie et les animaux, cette série est faite pour vous. Sfar et Blain créent une merveille d'humour décalé, fin et sophistiqué qui s'amuse à réfléchir. Héraclès est le fils de Zeus, c'est un demi-dieu. Socrate, qui est le fils du chien de Zeus, est un demi chien, moitié chien, moitié philosophe. Vu de l'extérieur, il ressemble plutôt à un clébard jaune à truffe noire, un peu pouilleux, et son comportement ressemble à celui de n'importe quel chien. Oui, mais il pense, et il cause. C'est le chien d'Héraclès et il le suit dans toutes ses aventures, commentant les moindres faits et gestes de son maître. Sous couvert d'offrir aux lecteurs un péplum épique, cette nouvelle série est une tentative de faire de la philosophie en bandes dessinées. Les aphorismes du chien oscillent entre brèves de comptoir et dialectique platonicienne, tandis que son maître tente de séduire toutes les belles qu'il croise et se bagarre avec tous les monstres qu'il rencontre. Le chien est désabusé, rendons à César ce qui lui appartient, il est même cynique parfois, mais cynique grec, hein, ça veut dire que tout l'album est baigné de soleil méditerranéen et d'oliviers offrant de l'ombre à de jolies filles.


Détails sur le produit

  • Album: 48 pages
  • Editeur : Dargaud (3 octobre 2003)
  • Collection : Poisson Pilote
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2205050702
  • ISBN-13: 978-2205050707
  • Dimensions du produit: 29,8 x 22,7 x 1,1 cm
  • Moyenne des commentaires client : 4.2 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (6 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 123.173 en Livres (Voir les 100 premiers en Livres)
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


En savoir plus sur l'auteur

Joann Sfar naît le 28 août 1971 à Nice, dans une famille moitié séfarade moitié ashkénaze, où on lui raconte toutes sortes de mythes et d'histoires. Dès qu'il sait par quel bout tenir un crayon, il se met à dessiner. Vers quinze ans, il commence à expédier aux éditeurs un projet de BD par mois, qu'on lui refuse au même rythme. C'est aussi vers cet âge qu'il rencontre ses "mentors", Fred, Baudoin et Pierre Dubois (le modèle du Minuscule Mousquetaire). "Ils m'ont mis dans la tête des trucs sains. Tout ce que je fais, c'est pour leur plaire." Au début des années 80, armé d'une maîtrise de philo mention TB obtenue pour faire plaisir à son père, il entre aux Beaux-Arts à Paris, où il suit les cours du département de morphologie et dessine des natures mortes vraiment très mortes, comme les enfants à deux têtes et autres monstres de la collection de Geoffroy Saint-Hilaire, au Museum d'histoire naturelle. Il assiste même à des autopsies avec un copain légiste et dessine toutes sortes de boyaux. Ce qu'il tire finalement de cette expérience, c'est le plaisir de dessiner un être vivant, habillé, qui marche dans la rue. À 23 ans, surprise. Le même mois, Dargaud, Delcourt et l'Association répondent favorablement à ses envois. Depuis, il n'arrête plus. "La BD est quelque chose de compulsif, on doit en faire beaucoup. Et comme disait Charlier, c'est plus facile de mener dix histoires de front qu'une seule." D'où un foisonnement d'univers dont la cohérence est assurée par un cocktail très personnel de sentiment, d'humour et d'intelligence -- sans oublier un charme graphique à tomber par terre.


Dans ce livre (En savoir plus)
Première phrase
jE ME NOMME SOCRATE. Lire la première page
Parcourir les pages échantillon
Couverture | Copyright | Extrait | Quatrième de couverture
Rechercher dans ce livre:

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

4.2 étoiles sur 5
Partagez votre opinion avec les autres clients

Commentaires client les plus utiles

11 internautes sur 11 ont trouvé ce commentaire utile  Par Amazon Customer le 22 décembre 2003
Format: Album
Pour un coup d'essai, c'est effectivement quasiment un coup de maitre. Réussir à faire passer quelques idées platoniciennes en mettant en scène les incertitudes d'un Hercule, demi-dieu dragueur et bagarreur, le pari était osé. Grâce à la légéreté de Sfar et le magnifique coup de pinceau de Blain, le pari est tenu. L'album est drôle, malin et néanmoins interrogateur et l'on a pas vu de chien si analytique depuis longtemps (depuis kador, pour être exact). Blain montre ici une fois de plus son sens graphique et certaines cases pourraient être extraites et faire l'objet d'une édition à part, en raison de leur qualité picturale et de la composition quasi parfaite. Alors, pourquoi 4 étoiles seulement ? Par ce qu'on attend la suite (Ulysse?) et parce que l'on aurait bien aimé que l'album s'affranchisse du format 46 pages pour épouser complétement les divagations du maitre et les réflexions du chien...
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
10 internautes sur 11 ont trouvé ce commentaire utile  Par "phil-soto" le 5 février 2002
Format: Album
Un chien philosophe explique Platon à un demi Dieu, en fait, il lui explique surtout comment séduire les jolies filles. C'est immensement brillant, drôle, léger et d'une intelligence très vive. Sfar et Blain, gagmen, le pari est en passe d'être tenu.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
3 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile  Par Mathieu Bouville le 13 avril 2006
Format: Album
Socrate est un demi-chien : moitié chien, moitié philosophe. Son maître est Héraclès. Héraclès est un demi-dieu : moitié dieu moitié Cro-Magnon. Le philosophe Socrate (cinquième siècle avant J.C.) est connu entre autres pour sa façon d'enseigner : il interroge ses disciples et les aide à trouver une réponse par eux-mêmes. Socrate le demi-chien fait exactement la même chose, sauf qu'Héraclès n'articule pas un mot avant la page 29. Pour la fructueuse interaction entre le philosophe et son disciple (qui ici se trouve être le maître de Socrate) on repassera. Etant donné le mutisme et le brutisme (je sais ça n'existe pas mais ça fait bien avec mustisme) d'Héraclès, Socrate passe le plus clair de son temps à monologuer. Socrate le demi-chien n'a aucun courage physique (contrairement à l'homme Socrate) et il n'est pas très futé, il ne comprend pas grand-chose aux humains. Son maître non plus ne comprend pas grand-chose, notamment aux femmes, malgré le temps et l'énergie qu'il leur consacre. Héraclès traite chien et femmes de même : il ne s'intéresse qu'à leur corps.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer

Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?