undrgrnd Cliquez ici Avant toi nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_WSHT16 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

4,4 sur 5 étoiles5
4,4 sur 5 étoiles
Format: CD|Modifier
Prix:6,99 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Schubert/Sonate D 784/6 Moments musicaux D 780/2 Scherzi D 593/Maria Joao Pires
La « Grande Sonate » D 784 composée en 1823 est une œuvre relativement brève mais intense. Trois mouvements se succèdent dans une ambiance assez mystérieuse mais assurément douloureuse. Cette sonate a des accents sinistres et amers que M. J. Pires traduit très bien. Le premier mouvement en particulier exprime la détresse et le second la nostalgie. Une très belle sonate pleine de lyrisme qui se termine dans la violence du troisième mouvement.
Les Moments musicaux composés en 1828 sont une œuvre pleine de délicatesse, sorte de petits croquis esquissés, sans développement, sans longueur, pleins de poésie. Chacune des pièces est un monde en soi avec une ambiance différente.
Le troisième mouvement bien rythmé et le quatrième inspiré des préludes de Bach ont ma préférence. Mais tous les six sont des petits bijoux.
Les deux Scherzi D 593, composés en 1817 sont rarement joués. Pourtant ils sont d’une grande richesse harmoniques et d’un grand raffinement. M. J. Pires met en valeur toute leur couleur et cette richesse.
Un CD particulièrement attractif de Deutsche Grammophon.
0Commentaire|5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 13 janvier 2016
.... quand Maria Joao Pires joue Mozart, Chopin mais surtout comme ici Schubert!
L'impression d'assister à une conversation d'ame à ame et quelles ames!
Nous sommes invités à partager sans affectation quelques échanges intimes,
bouleversants avec la sonate, plus légers avec les moments musicaux, presque
primesautiers avec les scherzi,....
Réalisé sans trucage et avec une grace infinie; une sorte de perfection!
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 10 février 2016
On en vient à regretter que MJ Pires n’ait pas enregistré l’intégrale des sonates de Schubert, comme elle l’a fait de celles de Mozart (*****) ou ses Nocturnes de Chopin (*****).
La sonate a été composée en 1823. Le pas lent du premier thème du premier mouvement me fait penser au « Bydlo » des Tableaux pour une exposition de Moussorgsky (le pas pesant d’un charriot tiré par des bœufs) : l’avait-il entendu ? Mais c’est ici beaucoup plus léger, notamment du fait du second thème, une rêverie schubertienne emplie de nostalgie, malgré le tempo « allegro ». Ce premier mouvement est long (14 minutes), davantage à lui seul que les 2 suivants : un andante, de la même veine que le premier mouvement (lenteur et paix intérieure) et l’allegro vivace final, qui tranche franchement : on dirait que le rêveur essaie de rattraper le temps perdu…Il n’y que 3 mouvements, le scherzo est supprimé.
Les 6 « moments musicaux », édités ensemble en 1828, sont des formes brèves (de 2 à 7 minutes chacun), dont on ignore s’ils ont été conçus pour faire une suite, mais leur enchainement ne pose pas de problème. Les tempos sont assez proches (moderato, andantino, allegretto moderato), rien de violent ici. Le 3ième est archi connu, bien que le plus court. Le 5ème mouvement est plus vif (allegro vivace), mais la série se clôt avec un retour au tempo modéré, un allegretto pas si allègre que cela, qui donne sa tonalité à l’ensemble.
Le CD se conclue plus gaiement, par 2 scherzos (de 1817) de 5 minutes chacun, là aussi une forme courte où Schubert réussit à exprimer, en peu de temps, comme dans ses lieders, toute une palette d’états d’âme, par les variations de tempo. Ils sont plus rapides, gais, sautillant et primesautier pour le premier, plus sophistiqué pour le second.
Bref, ce disque, acheté sur la seule réputation de l’artiste, est une vraie merveille.
Commentaire en allemand, anglais, français, italien. Enregistrement (salles de concert, sans public) de 1989, son excellent.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 1 juin 2015
l'amie à qui j'ai remis ce CD est fane de cette grande pianiste elle a été enchantée et ne l'avait pas j'avais peur qu'elle l'ait déjà comme c'était un cadeau
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 27 février 2005
Le jeu caractéristique très fin de Pires, fait de nuances expressives subtiles, de couleurs variées et palpitantes, de délicatesse, de moelleux rebondissant, serait totalement savoureux si une certaine raideur dans la conduite du discours ne venait enlever une bonne part du "naturel" fluide des lignes mélodiques ... Les compositions sont d'une inventivité et d'un sens mélodiques particulièrement saisissants (à part le dernier mouvement de la Sonate un peu plus académique), notamment les trop méconnus Scherzi d'une fantaisie enthousiasmante ...
0Commentaire|4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus