Sound Affects (Remastered Version)
 
Agrandissez cette image
 

Sound Affects (Remastered Version)

25 janvier 2001

EUR 8,49 (TVA incluse le cas échéant)
  Titre
Durée
Popularité  
1
Pretty Green
2:38
2
Monday
2:59
3
But I'm Different Now
1:51
4
Set The House Ablaze
5:01
5
Start! (Album Version)
2:31
6
That's Entertainment
3:34
7
Dream Time
3:53
8
Man In The Corner Shop
3:13
9
Music For The Last Couple
3:43
10
Boy About Town
1:59
11
Scrape Away
4:02

Les clients ayant acheté cet article ont également acheté


Détails sur le produit

  • Date de sortie d'origine : 1 septembre 1997
  • Date de sortie: 1 septembre 1997
  • Label: Universal Music Division AZ
  • Copyright: (C) 1997 Polydor Ltd. (UK)
  • Métadonnées requises par les maisons de disque: les métadonnées des fichiers musicaux contiennent un identifiant unique d’achat. En savoir plus.
  • Durée totale: 35:24
  • Genres:
  • ASIN: B0025B1GA0
  • Moyenne des commentaires client : 5.0 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (3 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 52.933 en Albums MP3 (Voir les 100 premiers en Albums MP3)

Commentaires en ligne 

4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoiles
0
5.0 étoiles sur 5
5.0 étoiles sur 5
Commentaires client les plus utiles
10 internautes sur 11 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Grand disque de POP/ROCK anglais. 16 mars 2004
Par Un client
Format:CD
Le groupe le plus populaire d'Angleterre de la fin des années 70 au début des années 8O où ils se séparent en pleine gloire.On a souvent cité les Beatles et les Who pour parler d'eux .C'est ici l'apogée de leur carrière,les mélodies,souvent énergiques sont excellentes c'est pourquoi je les comparerais volontiers,pour ceux qui veulent se faire une idée,à Supergrass :du talent et du travail .Excellent disque .
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Un Jam ! Sinon rien ! 25 mai 2013
Par Darko TOP 50 COMMENTATEURS
Format:CD
Au crépuscule de la vie d'un rocker, lorsque John Coltrane a détrôné Johnny Rotten au Panthéon de la playlist familiale, c'est à dire, si l'on a réussi à passer sans encombre le cap des 27 bougies, vers 45 ans, il est temps de faire son introspection et de rompre avec la langue de bois. Oui, je préfère les Beatles aux Rolling Stones, AC/DC à Aerosmith et les Jams aux Kinks. C'est comme ça ! On n'y peut rien !

Au cours de leur carrière météorique, entre 1977 et 1982, les Jam publièrent pas moins de six albums, tous indispensables, mais que survole largement l'incomparable "Sound Affects", mon préféré depuis toujours.(j'aime bien aussi leur compil de 45 T Greatest Hits). Publié en 1980, ce disque est une petite merveille, un diamant brut à mille facettes ciselé de mains de maitre par un Paul Weller impérial. A sa sortie les mauvaises langues affirmèrent que "Pretty green" était pompé sur le "Taxman" des Beatles. Et alors ? On a connu pire comme influence ! La suite est fabuleuse : "Monday" délicat et romantique avec ses belles harmonies vocales, "But I'm différent now" son gros riff de guitare et sa basse énorme (une Rickenbacker!) et là aussi un petit air de... comment dire..."I feel fine" ?

Avec "Set the house ablaze" on attaque le coeur de l'album, un titre hypnotique avec son rythme martial, littéralement martelé et son refrain sifflé.
Lire la suite ›
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
7 internautes sur 9 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Paul, Rick et Bruce sont au sommet 29 mars 2011
Format:CD
Au début de l'été 1980, Paul Weller souffle sur sa vingt deuxième bougies. Quatre albums (In The city, This is modern world, All mod coms, Setting sons) et une poignée de singles installent le trio de Woking au sommet du podium.
The Jam fait état de ses progrès, jadis représentant fougueux d'un punk enrichie à la sauce moderniste, ils emboitent le pas pour toute une génération de musiciens, en devenant le chainon manquant entre un passé sonore fastueux, puis un futur rafraichissant. A l'époque on parle de New wave: Wire, Gang Of four, Joy Division en deviennent les têtes d'affiches.
Les Jam posent leur valises à Sheperd bush, Weller s'empiffre de Bitterest pills, Foxton empoigne sa basse Rickenbackers, puis le batteur Buckler ressuscite l'hyper-activité de Keith Moon.
Les Jam incarnent le futur de la pop anglaise, Weller tombe sur le cas des Creations (groupe mythique des swinging london), Foxton nourrit une obsession pour deux titres de Lennon : « Rain, And your bird can sing ».
Bref c'est une nouvelle ère qui s'ouvre au trio: « le psychédélisme », la distortion est de mise, les textes jadis vindicatif et virulent se muent en poème parfois surréaliste.
Weller découvre avec beaucoup d'enthousiasme les possibilités offertes par le studio, se prenant de passion pour les travaux de Quincy Jones sur le disque de Michael Jackson « Off the wall ».
La soul pénètre insidieusement l'univers du leader, puis la production de Vic Coppersmith assure enfin au groupe, son identité sonore.
Lire la suite ›
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
Rechercher des commentaires
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit

Rechercher des articles similaires par rubrique

ARRAY(0xa7cb0ac8)