Sous le feu: La mort comme hypothèse de travail et plus d'un million d'autres livres sont disponibles pour le Kindle d'Amazon. En savoir plus

Acheter neuf

ou
Identifiez-vous pour activer la commande 1-Click.
ou
en essayant gratuitement Amazon Premium pendant 30 jours. Votre inscription aura lieu lors du passage de la commande. En savoir plus.
Acheter d'occasion
D'occasion - Très bon Voir les détails
Prix : EUR 14,62

ou
 
   
Amazon Rachète votre article
Recevez un chèque-cadeau de EUR 6,48
Amazon Rachète cet article
Plus de choix
Vous l'avez déjà ? Vendez votre exemplaire ici
Désolé, cet article n'est pas disponible en
Image non disponible pour la
couleur :
Image non disponible

 
Commencez à lire Sous le feu: La mort comme hypothèse de travail sur votre Kindle en moins d'une minute.

Vous n'avez pas encore de Kindle ? Achetez-le ici ou téléchargez une application de lecture gratuite.

Sous le feu : La mort comme hypothèse de travail [Broché]

Michel Goya
4.9 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (12 commentaires client)
Prix : EUR 20,90 Livraison à EUR 0,01 En savoir plus.
  Tous les prix incluent la TVA
o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o
En stock.
Expédié et vendu par Amazon. Emballage cadeau disponible.
Voulez-vous le faire livrer le lundi 27 octobre ? Choisissez la livraison en 1 jour ouvré sur votre bon de commande. En savoir plus.

Formats

Prix Amazon Neuf à partir de Occasion à partir de
Format Kindle EUR 11,99  
Broché EUR 20,90  
Vendez cet article - Prix de rachat jusqu'à EUR 6,48
Vendez Sous le feu : La mort comme hypothèse de travail contre un chèque-cadeau d'une valeur pouvant aller jusqu'à EUR 6,48, que vous pourrez ensuite utiliser sur tout le site Amazon.fr. Les valeurs de rachat peuvent varier (voir les critères d'éligibilité des produits). En savoir plus sur notre programme de reprise Amazon Rachète.

Vous cherchez un livre ?

Tous nos livres
Retrouvez nos meilleures ventes Livres .

Description de l'ouvrage

9 janvier 2014 CONTEMPO.
« Le combat n est pas un phénomène normal , c est un événement extraordinaire et les individus qui y participent ne le font pas de manière moyenne . La proximité de la mort et la peur qu elle induit déforment les individus et leur comportement. La répartition des rôles y obéit à une loi de puissance où, entre l écrasement et la sublimation, beaucoup font peu et peu font beaucoup. »
Le baptême du feu, c est le « dépucelage de l horreur », selon le mot de Louis-Ferdinand Céline. Et c est bien à l expérience au combat, cette vie près de la mort, que nous confronte Michel Goya, et ce dans toute son ampleur décider sous le feu, risquer sa vie, tuer, pourquoi et comment on combat. Combattre, c est évoluer pendant quelques minutes dans un monde étrange régi par ses propres lois. En sortir vivant, c est se réveiller épuisé, brisé ou exalté, mais toujours transformé.
Sous le feu est d abord une description précise de la manière dont les hommes, individuellement et collectivement, se comportent au combat et par extension en situation de danger extrême. La dépense d énergie que réclame à chaque pas la progression sous le feu, l effort pour éviter le danger à tout instant tout en cherchant à accomplir sa mission mettent l individu dans une tension extrême.
À l appui de son expérience personnelle, de témoignages récents et de nombreux exemples historiques, l auteur propose une analyse complète, originale et passionnante du comportement des hommes au combat.
En un mot, un livre hors du commun.

Offres spéciales et liens associés


Produits fréquemment achetés ensemble

Sous le feu : La mort comme hypothèse de travail + Commander en opérations
Acheter les articles sélectionnés ensemble
  • Commander en opérations EUR 10,00

Les clients ayant acheté cet article ont également acheté


Descriptions du produit

Extrait

Extrait de l'introduction

ASSAUT

Sarajevo 27 mai 1995 8 h 45

La France est présente depuis 1992 au coeur des conflits consécutifs à l'éclatement de l'ex-Yougoslavie. Deux bataillons français de casques bleus sont alors présents dans la ville de Sarajevo assiégée par les forces bosno-serbes. Dans la nuit du 26 au 27 mai, une de leurs unités s'empare par surprise d'un des postes du bataillon implanté dans la vieille ville. L'ordre est immédiatement donné de le reprendre par un assaut afin de libérer les prisonniers français qui y sont gardés et de montrer la détermination de la France.
Je suis le lieutenant Héluin, je suis en tête de la première section des Forbans du 3e régiment d'infanterie de marine et je marche vers mon objectif à travers les ruelles qui bordent le cimetière juif en direction du pont de Verbanja. J'ai reçu ma mission il y a un peu plus d'une heure. Elle est très simple : reprendre le poste français près du pont.
Mon idée est d'attaquer simultanément les trois petits bunkers qui composent le poste avec un groupe de trois binômes pour chaque objectif. Chaque binôme, qui comprend un homme qui connaît le poste et un autre qui ne le connaît pas, a un point d'arrivée précis. J'ai laissé mon adjoint en arrière avec les véhicules, les tireurs d'élite dont un avec un fusil Mac Millan de 12,7 mm et les tireurs antichars. Sa mission consiste à nous appuyer depuis les hauteurs. Lorsque je lui ai donné cet ordre, il m'a regardé, désespéré : «Mon lieutenant, vous pouvez pas me faire ça !» Le capitaine Lecointre nous accompagne pour gérer l'environnement de la section, en particulier l'appui des pelotons du RICM (régiment d'infanterie et de chars de marine).
Guidés par un soldat bosniaque, nous arrivons en vue du poste. Je regroupe la section. Pour franchir les barbelés, nous avions prévu deux portes, pauvre expédient à l'absence de matériel spécifique. Elles sont restées dans les véhicules. Tant pis, nous ferons sans. Je regarde mes marsouins. Ils sont calmes et silencieux. Comme eux, je me sens étrangement serein. Il est vrai que depuis mon réveil, il y a trois heures, je n'ai pas eu une minute pour penser au danger. J'ai une confiance absolue dans mon chef et mes hommes. À mon signal, nous dévalons baïonnette au canon dans la tranchée à une cinquantaine de mètres de l'objectif, appuyés d'abord par les tirs bosniaques. Nous portons les équipements de protection pare-balles complets, les mêmes qui n'ont été conçus que pour des missions purement statiques de garde. Certains de mes marsouins sont en treillis de cérémonie. Ils ne savaient pas, quelques heures plus tôt, que le point fort de la journée ne serait pas la prise d'armes prévue mais un assaut.
Je lance d'abord Le Couric et son groupe en direction de l'objectif le plus éloigné, le poste de garde ouest. Je les vois courir puis s'arrêter devant les barbelés qui entourent le poste. Ils sont incapables de les franchir et les coups commencent à pleuvoir depuis l'immeuble Prisunic qui les surplombe. Un obus de 90 mm frappe alors le bâtiment, suivi de rafales de 7,62 et de 20 mm en provenance des pelotons du RICM. Nous sommes désormais enveloppés d'une bulle de détonations, claquements, sifflements, impacts. Impuissant devant les barbelés, un marsouin regarde hébété sa cuisse perforée, un autre a deux doigts sectionnés. Une balle se loge dans son pare-cou. Ils resteront sur place, sans même de la morphine, car elle a été retirée des trousses de premiers secours pour éviter la toxicomanie. Deux autres gars sont vidés de toute énergie par la violence qui les entoure, ils sont comme des mannequins inertes. Le groupe est hors de combat. Mon plan a tenu deux minutes trente à l'épreuve des faits.

Revue de presse

Quand il écrit, sa main ne tremble pas. Dans son dernier ouvrage, ce militaire intellectuel renverse les idées préconçues sur les soldats et fait entrer le lecteur dans l'univers incroyable du combattant sur le front. A partir de souvenirs personnels, de témoignages d'officiers et de soldats de retour du terrain, et de références historiques, il brosse un tableau original sur ce qui se passe dans la tête du militaire lors d'une mission. Comment gérer sa peur et vivre sous le feu de l'ennemi ? Personne ne sort indemne de ces circonstances, y compris le lecteur...
Et pourtant, ce n'est pas un livre sur le stress post-traumatique ni un récit sur l'homme dans la guerre. La littérature s'est déjà emparée de ces thèmes. Dans son ouvrage, l'auteur veut changer notre regard sur la mort et la guerre, alors que nos sociétés occidentales les ont refoulées. (Gaïdz Minassian - Le Monde du 20 février 2014)

Détails sur le produit

  • Broché: 266 pages
  • Editeur : TALLANDIER (9 janvier 2014)
  • Collection : CONTEMPO.
  • Langue : Français
  • ISBN-13: 979-1021004306
  • ASIN: B00EU77CMS
  • Dimensions du produit: 21,4 x 14,6 x 2,6 cm
  • Moyenne des commentaires client : 4.9 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (12 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 15.900 en Livres (Voir les 100 premiers en Livres)
  • Table des matières complète
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


En savoir plus sur l'auteur

Découvrez des livres, informez-vous sur les écrivains, lisez des blogs d'auteurs et bien plus encore.

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?


Commentaires en ligne

3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoiles
0
4.9 étoiles sur 5
4.9 étoiles sur 5
Commentaires client les plus utiles
20 internautes sur 20 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 A lire 21 janvier 2014
Format:Broché|Achat vérifié
Un travail de recherche qui se lit comme un roman. Michel Goya parvient à humaniser et rendre perceptible ces moments confus et fortement chargés d'émotions nombreuses et contradictoires que sont les actions de combat. L'ouvrage est clair, analytique tout en restant humain, et constitue une lecture incontournable pour qui veut toucher du doigt et tenter de comprendre une expérience humaine vécue par peu de nos concitoyens, mais qui a des conséquences importantes pour eux comme pour nous. On apprécie particulièrement que l'auteur ait donné la parole (4-5 pages à chaque fois) à des soldats engagés dans les Balkans ou en Afghanistan, qui relatent ainsi leur expérience.
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
6 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Trés intéressant 19 mai 2014
Par Alex777
Format:Broché|Achat vérifié
J'ai trouvé ce livre très intéressant, passionnant même.
Il se lit très agréablement et on n'a pas besoin d'être un spécialiste des questions militaires pour comprendre de quoi il s'agit.
C'est à la fois clair et c'est, en ce qui me concerne, le premier livre à aborder ce sujet qui m'intéresse.
En effet, personnellement j'ai eu la chance de ne pas connaître la guerre mais j'en ai beaucoup entendu parler par mes parents et des amis de mes parents et je me suis toujours un peu posé ces questions.
Comment se conduit-on sous le feu ? Où trouve-ton les ressources pour affronter ces moments de stress intense ? Comment peut-on s'y préparer ?
J'ai tout apprécié dans ce livre. Bravo.
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
4 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Un indispensable pour les militaires 9 juillet 2014
Format:Broché|Achat vérifié
Voici un livre qui à mon sens devrait être lu par tous les militaires. Michel Goya réussi a nous décrire les forces qui poussent et freinent le militaire au combat et celles qui influencent son moral. Son propos est illustré de nombreux exemples succincts et clairs. Bref un livre clair et saisissant, bien structuré et bien documenté.
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
4 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 POUR TENTER DE COMPRENDRE 24 juillet 2014
Par XENOPHON TOP 500 COMMENTATEURS
Format:Broché
ce que signifie la violence de l'affrontement et ce qui s'y passe...Un livre hors du commun....Nous possédons en Michel Goya un grand analyste de la chose militaire et sa raison d'être.Un bravo admiratif...A lire++++
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
Format:Broché
Quiconque s'intéresse à la motivation des hommes -et des femmes, c.a.d ce qui les fait agir et réagir, sera conquis par ce livre bien écrit et qui se lit très vite.
C'est un vrai travail de recherche, avec beaucoup de notes et de renvois vers des études et de la littérature.
En cette année de célébration de la Grande Guerre, mais hélas comme toujours de conflits médiatisés dans lesquels de bons pères de famille vont aller s'entretuer, on peut se demander ce qui peut motiver des hommes à se battre jusqu'à la mort.
Ce livre apporte beaucoup d'enseignements et de réflexion sur ce sujet. Il est de plus bien écrit.
On voudrait en lire une suite...
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
11 internautes sur 13 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Indispensable, tout simplement... 18 février 2014
Par bir-hacheim TOP 100 COMMENTATEURS VOIX VINE
Format:Broché
Michel Goya fait certainement partie de ces auteurs pour lesquels j’ai eu envie de partager mes lectures sur le web.

Quand on a la lecture comme passion première, avant même ma passion pour l’Histoire, on ressent un plaisir parfois jubilatoire à découvrir de nouveaux auteurs, de nouvelles approches. Si je devais retracer ces moments forts de lecteur, j’associerais bien volontiers des auteurs comme Jacques Benoist-Méchin, Henry Lachouque, John Keegan, Victor D. Hanson, René Grousset, Tom Clancy ou JRR Tolkien… et certainement récemment Jean-Christophe Notin et le colonel Michel Goya. Qu’ont en commun ces auteurs ? La capacité à me faire comprendre ou ressentir des faits historiques ou autres ! Et si à cette capacité s’ajoute un talent d’écriture, c’est tant mieux !

Revenons-en au colonel Michel Goya.

Je l’ai découvert via son ouvrage consacré à la guerre américaine en Irak (Irak: les armées du chaos). J’avais déjà bien apprécié sa méthode d’analyse, son recours aux exemples pris pour nous faire entrer dans la réalité de la guerre, son recours systématique aux autres disciplines dans une vision résolument trans-disciplinaire, rare chez les militaires… et chez les historiens. J’ai lu plus tardivement son “La chair et l’acier” consacré à l’évolution de l’armée française au feu de la première guerre mondiale. Ouvrage le plus abouti et pour cause: il était la résultante de son travail de doctorant pour sa thèse en Histoire.
Lire la suite ›
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
Commentaires client les plus récents
Rechercher des commentaires
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit

Discussions entre clients

Le forum concernant ce produit
Discussion Réponses Message le plus récent
Pas de discussions pour l'instant

Posez des questions, partagez votre opinion, gagnez en compréhension
Démarrer une nouvelle discussion
Thème:
Première publication:
Aller s'identifier
 

Rechercher parmi les discussions des clients
Rechercher dans toutes les discussions Amazon
   


Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?