Actuellement indisponible.
Nous ne savons pas quand cet article sera de nouveau approvisionné ni s'il le sera.

Vous l'avez déjà ? Vendez sur Amazon
Egalement disponible en MP3
Album MP3 à EUR 9,99

Image indisponible

Image non disponible pour la
couleur :
  • Désolé, cet article n'est pas disponible en
  • Image non disponible
      

Spectres


Actuellement indisponible.
Nous ne savons pas quand cet article sera de nouveau approvisionné ni s'il le sera.

Vous cherchez un CD ou Vinyle ?

CD à petits prix et en promotion
Retrouvez nos promotions et CD à petits prix.

Offres spéciales et liens associés


Page Artiste Blue Öyster Cult

Visitez la Page Artiste Blue Öyster Cult
pour toute la musique, discussions, et plus.

Les clients ayant acheté cet article ont également acheté


Détails sur le produit

  • Cassette
  • ASIN : B00000EGGD
  • Autres versions : CD  |  Album vinyle  |  Téléchargement MP3
  • Moyenne des commentaires client : 3.9 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (11 commentaires client)
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

3.9 étoiles sur 5
Partagez votre opinion avec les autres clients

Commentaires client les plus utiles

6 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile  Par prince saphir TOP 1000 COMMENTATEURS sur 20 juillet 2007
Format: CD
Une fois, j'avais lu une critique qui décrivait un disque lisse, trop pop, sans caractère... Rien n'est plus faux !!
Le groupe, en cette année 1977, amorçait un virage vers un rock moins hard et plus mélodieux, plus sophistiqué, et c'est ce qui a pu dérouter.
Pas vraiment un disque de hard-rock donc, même si les guitares électriques sont toujours bien présentes, "Spectres" est néanmoins un disque de caractère, et tout simplement l'un des chefs-d'oeuvres du groupe, avec des perles comme "I Love The Night", "Searchin' For Celine", "Godzilla", "Death Valley Nights" ou encore l'imposant "Nosferatu" qui clôt l'album de la plus belle des manières...
Un disque splendide, noir, envoûtant (à l'éclat sombre du zircon), et qui reste longtemps dans la mémoire, comme une nuit magique passée à tenter d'atteindre des créatures disparues à jamais, dans une maison gothique de Providence (même si le groupe est de New York...).
Mon album préféré de Blue Oyster Cult !
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile  Par VIRY 02 sur 4 novembre 2011
Format: CD
CHRONIQUE DE HERVE PICART MAGAZINE BEST MAI 1978 N°118 Page 59
6° Album 1977 33T Réf : CBS 82371
"Spectres" est la continuation directe de "Agents of fortune", mais dans une version plus cossue encore, voire même plus européenne. Le hard rock est de plus en plus loin, il se résume à une force qui anime la musique du Cult en sous-sol. En fait, le blues, esprit comme musique, a totalement disparu de la sphère d'activité de BOC, ce qui explique cette sorte de superficialité du ton qui contraste avec les carnages profonds que le Cult avait pris l'habitude d'exercer sur nos psychismes. Si le contexte d'intellectuel reste le même que celui d'"Agents", avec des références à la SF, à l'occultisme, au vampirisme, la musique, elle, a encore évolué vers une forme plus "civilisée". Intros de piano, de guitares délicatement arpégées, rythmes tranquillisés, arrangements somptueux, tout ici dénote d'une extrême délicatesse et d'une grande recherche dans la facture même du disque. Il ne faut pas juger sur nos regrets du Cult ancien, car dans ce cas, il nous échappe tout à fait. Mais si on l'aborde pour ce qu'il veut proposer, force est de reconnaitre la perfection de sa mise en oeuvre et le pouvoir de séduction de ses chansons. Ce sont surtout, et paradoxalement dans le contexte du Cult, les morceaux doux et lents qui sont très réussis, tels "Fireworks", "Celestial the Queen" et ses beaux synthies, "I love the night" et la guitare merveilleusement aérienne de Donald Roeser, "Nosferatu" et son atmosphère si lourde et si planante.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
8 internautes sur 10 ont trouvé ce commentaire utile  Par O. Vedovati sur 21 février 2007
Format: CD
Succèdant à "agents of fortune" et son hit "don't fear the reaper", le BOC décide de continuer sa mutation vers un format plus large qu'à ses débuts (moins hard et plus mélodique)- Cela s'appelle évoluer.

fort de 5 compositeurs potentiels (+ qques invités) et de 4 chanteurs dans ses propres rangs , le groupe propose un disque très varié et brillant de bout en bout-

personnelement , je retiendrai toujours le tryptique final "going through the motions" (une des meilleures compos de Ian Hunter) pour sa pop lumineuse et son solo court et parfait , "I love the night" ballade typique de Donald Roeser et sa mélodie éthérée , et enfin et surtout le gigantesque "Nosferatu" et son symphonisme gothique musclé.

absolument rien à jeter
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Par S. Jacques TOP 500 COMMENTATEURSVOIX VINE sur 5 octobre 2014
Format: CD Achat vérifié
BOC confirme son adieu au Heavy Metal avec ce "Spectres" : un rock sophistiqué, à la violence très contenue et hyper mélodique. Ici le piano et les synthés sont plus présents au côtés des beaux sons de guitares. La rythmique des frères Bouchard est imeccable, les soli de D.Roeser rapides mais rares et je trouve ce disque moins consistant que son prédecesseur. Quatre morceaux dominent ce discours toujours aussi ésthétiquement beau et glacial: "Godzilla", "Golden age of leather", RU ready 2 rock" et Nosferatu" qui conclut dignement l'opus. Les autres morceaux sont intéressants par leurs ambiances différentes ("I love the night" évoquant en moins bien "Last days of may" du premier disque de BOC) mais semblent un peu tronqués et répétitifs.Le remixage n'apporte rien à un disque superbement enregistré.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
1 internautes sur 1 ont trouvé ce commentaire utile  Par Voodoo. TOP 500 COMMENTATEURS sur 9 novembre 2013
Format: CD
"Spectres" le cinquième album du Blue Öyster Cult publié en '77, porte (musicalement parlant) remarquablement son titre. Il diffuse une ambiance heavy (somme toute fantomatique), à travers un ton où la trace d'une musique violente n'apparaît que de façon très contenue.
Creusant encore plus l'évolution perçue sur "Agents Of Fortune" (son album précédent), le Blue Öyster Cult pousse plus loin l'effet de sophistication recherché. Seul un "Godzilla" fait un temps soit peu illusion. Les autres morceaux de ce soft "Spectres" sont fait d'atmosphères (souvent réussies et prenantes propre au B.Ö.C.), plus qu'autour de riffs comme le veut la tradition des heavy metal bands. Ainsi des chœurs introduisent un réussi "Golden Age Of Leather" qui (malgré ce chant clean de Roeser), parvient à diffuser un (léger) ton heavy, grâce à des guitares qui parviennent à sonner metal (ce qui reste une prouesse dans ce contexte). Un flot d'ambiances calmes navigue ainsi sur ce doux "Spectres", comme si le heavy metal des débuts s'était volatilisé aux profits de mélodies sevrées d'ambiances grandiloquentes, comme sur les ballades "Death Valley Nights" et "Fireworks" (de l'extravagant Albert Bouchard), ou le "I Love The Night" de "Buck Dharma". On retrouve un semblant de hargne propre au chanteur, lorsque Eric Bloom s'empare du chant sur un morceau comme "Searchin' For Celine" qui possède un surprenant solo heavy, d'où émane toute la classe et la science de ce Cult nouveau. Deux titres sonnent plus vivants, "R.U.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer

Discussions entre clients

Le forum concernant ce produit
Discussion Réponses Message le plus récent
Pas de discussions pour l'instant

Posez des questions, partagez votre opinion, gagnez en compréhension
Démarrer une nouvelle discussion
Thème:
Première publication:
Aller s'identifier
 

Rechercher parmi les discussions des clients
Rechercher dans toutes les discussions Amazon
   


Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?