undrgrnd Cliquez ici KDP nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici

Commentaires client

4,3 sur 5 étoiles3
4,3 sur 5 étoiles
5 étoiles
1
4 étoiles
2
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
Format: Blu-ray|Modifier
Prix:13,23 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 6 novembre 2014
BLU-RAY review

Three short stories by Edgar Allan Poe: 1. "Metzengerstein"; 2. William Wilson (orig. title: "Spirits of the Dead"); 3. Toby Dammit (orig.: "Never Bet the Devil Your Head". NB: ENGL. SOUNDTRACK also included!) + three directors: Vadim, Malle, Fellini - this sums up to another compilation feature so fashionable in the 60s (e.g. RoGoPaG; Boccaccio 70; The Witches etc etc.)
See also BB's autobio for her recollections of the coming together of this project). Federico Fellini's "Toby Dammit" surely is the highlight here.
"Metzengerstein" in my view being the Fonda siblings' (Jane and Peter) only joint on-screen effort ever.
Well-made BD edition with fairly good picture quality incl. 60 pages booklet, except for subtitles which are sort of free form and don't follow original spoken dialogue.

Film: 6,5/10
Picture Quality: 8,5/10
Aspect ratio: 1,75:1 (orig.)
- Cover data "Aspect ratio: 1,85:1" incorrect
Run time 24fps: 2 01'25*
Audio:
- Int. (multilingual) F, I, GB
- GB
ST: GB o/-
RC: A,B,C
Chapters: 11
Extras:
- Off-Commentary by Vincent Price
- booklet 60 pg., Engl./French
- Flip-over cover (Engl.+ Japan. / Dutch version)
ASIN: B0038AL7M4
Studio: Arrow/TF1
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Cet excellent blu-ray importé d'Angleterre présente la version française, non restaurée, et la version anglaise, totalement nettoyée, avec des couleurs et un son magnifiques.
Les trois mini-films ne traitent que d'un seul sujet : l'Orgueil, et ses conséquences mortelles.
Dans le premier, confié à Roger Vadim, la comtesse Frédérique (Jane Fonda) est une jeune femme d'une grande beauté qui ne vit dans son château que pour assouvir ses plaisirs, toujours renouvelés, jusqu'au jour où elle se retrouvera face à son cousin, le mystérieux Wilhelm (Peter Fonda) qui la fascine autant qu'il la dédaigne. L'orgueil de la jeune femme la poussera à faire brûler le domaine et les écuries du jeune homme. Il s'en échappera un cheval noir, réincarnation de l'homme qu'elle n'avait pu conquérir. Obsédée par cette représentation de la liberté, elle chevauchera avec lui jusqu'à la mort. Vadim fait de cette histoire un hommage presque naïf aux enluminures moyenâgeuses, avec leurs châteaux, leurs ruines et leurs costumes extravagants. Jane Fonda est resplendissante.
A l'opposé, Louis Malle traite aussi de l'orgueil absolu, avec son William Wilson qui a fort à faire avec son double encore plus entêté que lui, mais dans une sorte de réalisme brutal qui n'a rien à voir avec le conte de fée esthétique de Vadim. Le jeune Alain Delon apporte son magnétisme incroyable à cet être abject qui, après avoir fouetté une Brigitte Bardot assez inattendue (qui porte une perruque noire et le doux prénom de Giuseppina) finira par se jeter du haut d'une tour, pour échapper à son insupportable sosie.
On a beaucoup louangé le 3ème film, celui de Fellini, alors qu'il n'est que le prétexte à renouveler tous les fantasmes du cinéaste : critique de l'imbécilité de la télé, ironique regard sur les cérémonies de distribution de prix, et insistance sur les caprices d'une star (Terence Stamp) venu à Rome uniquement pour se voir attribuer une Ferrari, comme le trophée luxueux d'une carrière surestimée qui le conduira, dans son extrème prétention, jusqu'à l'anéantissement, sous le regard d'une gamine, dont le ballon rond finira par se transformer en tête de mort.
Trois estampes très différentes, donc, mais toutes trois complémentaires.
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 7 février 2010
Voila une démonstration du talent de notre Grande BB !
Elle a souvent joué des rôles d'espiègle et de drôlerie avec sa présence , son jeu mutin , son humour et sa beauté mais des cinéastes lui confiés de rôles plus émotionnels lui permirent d'étaler son talent de vrai comédienne : et sa vie n'est-elle pas un exemple de talent de respect et d'amour de la France à qui elle a tant donné !
En plus , elle ne ruine pas la Sécu !
La France (Pauvre France) perd ses valeurs (hein , Charles !)et la France aurait pu lui faire l'honneur d'une statue sur une Place de Paris , ce qui aurait été la moindre des choses après le pactole qu'elle a rapporté au pays qu'elle a toujours aimé pour autre chose que des subventions !
titiouaf .
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

22,00 €

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)