Spirou et Fantasio - tome 53 - Dans les griffes de la Vipère et plus d'un million d'autres livres sont disponibles pour le Kindle d'Amazon. En savoir plus
  • Tous les prix incluent la TVA.
En stock.
Expédié et vendu par Amazon.
Emballage cadeau disponible.
Quantité :1
Spirou et Fantasio, tome ... a été ajouté à votre Panier
+ EUR 2,99 (livraison)
D'occasion: Comme neuf | Détails
Vendu par bulles en or
État: D'occasion: Comme neuf
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir les 2 images

Spirou et Fantasio, tome 53 : Dans les griffes de la vipère (ed silver) Relié – 10 janvier 2013


Voir les 3 formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon Neuf à partir de Occasion à partir de
Format Kindle
"Veuillez réessayer"
Relié
"Veuillez réessayer"
EUR 10,60
EUR 9,00 EUR 7,90

Découvrez toute la série Spirou et Fantasio

Spirou et Fantasio
Retrouvez toute la série Spirou et Fantasio !

Offres spéciales et liens associés


Produits fréquemment achetés ensemble

Spirou et Fantasio, tome 53 : Dans les griffes de la vipère (ed silver) + Spirou et Fantasio - tome 52 - La face cachée du Z + Spirou et Fantasio - tome 54 - Le groom de Sniper Alley
Prix pour les trois: EUR 31,80

Acheter les articles sélectionnés ensemble

Descriptions du produit

Biographie de l'auteur

Fabien Vehlmann est comme son héros : pétillant, engagé et plein d'humour. Après avoir patiemment suivi les cours d'une école de commerce nantaise, Fabien Vehlmann réalise que sa voie est ailleurs. Bien décidé à se lancer dans la bande dessinée, il se consacre à l'écriture de manière intensive durant une année entière. Il empile les projets et inonde scrupuleusement la rédaction du journal Spirou. Sa ténacité est récompensée : il y fait ses débuts dans le courant de l'année 1998. Dans les pages du beau journal, il apprend son métier en scénarisant des animations, puis ses premières séries dont le fameux "Green Manor" avec Denis Bodart. Curieux et enthousiaste, Vehlmann touche à tous les genres : humour, science-fiction, aventure, conte,... Il multiplie les collaborations avec des dessinateurs aux styles aussi divers que Matthieu Bonhomme ("Le Marquis d'Anaon"), Frantz Duchazeau ("Les Cinq conteurs de Bagdad") ou Bruno Gazzotti ("Seuls"). En 2006, il réalise une première aventure de Spirou et Fantasio avec Yoann : "Les Géants Pétrifiés". Quatre ans plus tard, les deux compères reprennent en main la destinée du plus célèbre héros des Editions Dupuis... Les albums de Spirou qu'il emmènerait sur une île déserte : Le Nid des Marsupilamis, Le Voyageur du Mésozoïque et Virus.

dessinateur, scénariste né à Alençon dans l'Orne le 8 octobre 1971 Plus connu sous son simple prénom, Yoann Chivard passe le plus clair de son enfance à dessiner et à observer la nature... Autant d'activités qui se révéleront fort utiles pour sa future carrière. Son bac d'arts plastiques en poche, il réussit le concours d'entrée de l'Ecole régionale des beaux-arts d'Angers, dont il fréquente la section communication durant six ans, période au cours de laquelle il réalise divers travaux de commande (plaquettes, affiches...). Il étudie alors l'art contemporain mais aussi la photographie et la vidéo. Il rencontre, surtout, Eric Omond, qui devient son principal scénariste. Ensemble, ils élaborent Phil Kaos, qu'ils proposent, en 1996, dans la revue alternative anglaise Deadline - le public français doit attendre deux ans pour le découvrir, en album, chez Triskel. Toujours pour le public britannique, mais cette fois sur ses propres textes, il conçoit Dark Boris, dans Inkling. Son cycle des Beaux-Arts achevé, il travaille au Centre national de la bande dessinée (C.N.B.D.I.) d'Angoulême comme objecteur de conscience durant une dizaine de mois, profitant de l'occasion pour concevoir des outils pédagogiques et animer des cours de BD. En 1996, aux côtés d'auteurs comme Omond, Nathalie Bodin, Marie Lombard, Boris Beuzelin, Pierre-Henry Laporterie ou Olivier Supiot - pour n'en citer que le noyau d'origine -, il participe à la création de La Boîte qui fait beuh, un atelier graphique angevin spécialisé dans la bande dessinée. En 1997, en compagnie de Frédérique Dutertre et Delphine Rieu, il signe Le Vilain Petit Canard, un livre pour enfants, paru chez Triskel. A cette même époque, il crayonne quelques personnages destinés à un livre illustré... Transposés en bande dessinée et dans un univers aborigène, ils serviront de base à Toto l'ornithorynque, une série écrite par Omond et publiée chez Delcourt à partir de 1997. Pleine d'humour et de tendresse, graphiquement superbe, cette saga juvénile leur confère une première légitimité. Parallèlement, le tandem conçoit Ninie Rezergoude pour l'éditeur japonais Kôdansha. Interrompu en cours de route et prépublié très partiellement dans l'éphémère Golem, le projet sera finalement repris en albums chez Delcourt, en 1999. En 2000, pour ce dernier éditeur et sur un texte de Nathalie Ferlut, Yoann réalise Ether Glister. L'année suivante il entame une première collaboration avec Joann Sfar, concrétisée par Un Vampire à New York, un récit complet, inclus dans le premier volume collectif de Vampires, chez Carabas. Entre 2002 et 2005, Omond et lui enchaînent La Voleuse du Père-Fauteuil, une subtile parodie du roman-feuilleton façon XIXè siècle intégrée dans la collection "Poisson Pilote" des éditions Dargaud (une intégrale en 2007). En 2003, toujours pour Delcourt, le dessinateur illustre Du ramdam chez les brasseurs, Un Donjon Monster, coscénarisé par Sfar et Lewis Trondheim. De 2001 à 2003, sur un texte d'Omond, il signe John-John Pacard dans Fluide Glacial. Pour ce même mensuel, le tandem assure Paris-Strass entre 2005 et 2006 (un album, en 2006, dans la collection "Fluide Glamour"). Entre-temps, pour ce même support et sous le pseudonyme de Janus, Yoann reprend, entre 2004 et 2005, Bob Marone, une parodie décapante du célèbre aventurier imaginé par Henri Vernes; Yann assure l'écriture de cette série très vite rebaptisée Bob et Bill. En 2006, sur un texte de Fabien Vehlmann et dans l'hebdomadaire Spirou, il illustre Les Géants pétrifiés, inaugurant ainsi la collection "Une aventure de Spirou et Fantasio", une suite de récits indépendants mettant en scène le groom-aventurier et son complice. En 2009, Vehlmann et lui se voient confier, par Dupuis, la réalisation de la série classique Spirou et Fantasio. Parallèlement, en 2007, sur un texte de Vincent Ravalec, Albin Michel publie Croyez-en moi - La clé du pouvoir; Delcourt n'est pas en reste avec son Fennec, un ouvrage scénarisé par Trondheim et proposé par la collection "Shampooing". S'il avoue volontiers avoir subi l'influence d'auteurs comme André Franquin, Moebius ou Alberto Breccia - on a connu de pires références! -, Yoann n'en signe pas moins une oeuvre toute personnelle, où se mêlent un sens aigu de la mise en scène et des chromatismes." ©Patrick Gaumer - Dictionnaire Mondial de la BD (Larousse, 2010)


Détails sur le produit

  • Relié: 48 pages
  • Editeur : Dupuis (10 janvier 2013)
  • Collection : Tous publics
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2800154349
  • ISBN-13: 978-2800154343
  • Dimensions du produit: 21,2 x 0,8 x 29,2 cm
  • Moyenne des commentaires client : 3.2 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (29 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 41.158 en Livres (Voir les 100 premiers en Livres)
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


Dans ce livre (En savoir plus)
Parcourir les pages échantillon
Couverture | Copyright | Extrait | Quatrième de couverture
Rechercher dans ce livre:

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

Commentaires client les plus utiles

7 internautes sur 8 ont trouvé ce commentaire utile  Par Nuage le 13 mars 2013
Format: Relié Achat vérifié
Comme pour le tome 52, j'ai acheté celui-ci afin de compléter ma collection. Mais j'ai quand même beaucoup hésité cette fois, étant donné que la médiocrité de l'album précédant m'était resté en travers de la gorge. Toutefois, je dois reconnaître que ce tome 53 est bien au dessus de son prédécesseur. Que ce soit au niveau de la narration, du dessin ou de la couleur, il y a de nettes améliorations. Bien entendu, c'est un constat nuancé, car faire mieux que "La face cachée du Z" était chose aisée... Sans compter que globalement, il reste beaucoup de progrès à faire. Le récit n'est toujours pas à la hauteur de ce que l'on peut attendre, et le style (que l'on aime ou pas) est encore trop irrégulier, bien que mieux maîtrisé qu'auparavant. Pour ma part, quand j'ai fini de lire un "Spirou et Fantasio", je dois avoir envie de m'y replonger une nouvelle fois. Ce n'est pas encore pour cet album, mais au moins, on a évité un nouveau massacre. Bref, je reprends légèrement espoir pour la suite.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
1 internautes sur 1 ont trouvé ce commentaire utile  Par Semper Victor COMMENTATEUR DU HALL D'HONNEURTOP 10 COMMENTATEURS le 6 février 2013
Format: Relié
Dans ce 53e volume des aventures de Spirou et Fantasio, le scénariste Vehlmann a choisi d'ancrer résolument nos héros dans le monde réel. L'intrigue comme l'aventure qui en découle - le journal de Spirou, acculé à la faillite par une « class action », est racheté par une société privée mystérieuse et sans scrupules basé dans un paradis fiscal - abandonnent l'univers poétique, inventif et juvénile caractéristique de la série pour les affres de la dure réalité du XXIe siècle.

Tout les clichés y passent : le droit à l'image, les groupes multinationaux nébuleux, les paradis fiscaux (bis), les avocats sans morale, la privatisation des services publics, mais aussi les jeunes qui filment la réalité avec leur téléphone « si elle est gore », les élus locaux corrompus, la bourse folle, les banques, le monde de la presse à scandale ou enfin même les chasseurs... Heureusement cette caricature de notre époque est traitée avec un certain humour, visuel tout d'abord grâce aux merveilleux dessins de Yoann, mais également efficace dans certaines de ses situations : Spirou obligé par contrat de porter son habit de groom, les références discrètes au Secret de la Licorne ou aux héros fatigués de la BD belge classique.

Il ne reste au bout du compte qu'une aventure assez agréable et ironique, qui se lit vite, mais finalement décevante, car trop désenchantée. Voir Spirou et Fantasio, héros jubilatoires et chevaleresques issus de l'album fondateur qu'avait été en son temps l'album « Les héritiers », empêtrés dans la tristesse des problèmes affairistes de notre quotidien, a quelque chose à la fois d'amusant et de pathétique.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
1 internautes sur 1 ont trouvé ce commentaire utile  Par Hervé J. COMMENTATEUR DU HALL D'HONNEURTOP 50 COMMENTATEURS le 22 janvier 2013
Format: Relié Achat vérifié
Pour le titre de ce 53ème album, les auteurs donnent dans le paradoxe ("Dans les griffes de la vipère"), après le Serpent à Plumes, le serpent à pattes?

Etant très nostalgique de la période Franquin, j'avoue ne pas être la personne la plus objective pour commenter ce nouveau Spirou. Premier bon point, la couverture est très réussie (reflets argentés très classe), mais n'est pas très représentative de l'album.

Pour sauver son journal, Spirou va se vendre corps et âme à la diabolique société multinationale Viper et devoir mener un parcours du combattant des plus pléthorique pour se tirer de ce mauvais pas. Tout y passe, les dérives de la finance et les excès de la justice, l'expropriation et l'exploitation des peuples, tout ça sur fond technologique omniprésent, ça twitte et ça éssèmèsse à tout va!

Pour équilibrer cette débauche moderniste, on sert aux vieux franquinistes quelques rasades nostalgiques de derrière les fagots: l'album commence au Vieux Marché de Bruxelles, celui-là même du Secret de la Licorne, on y aperçoit un modèle réduit de la Turbotraction et Fantasio y explose une maquette de la Licorne (on surfe sur la vague Spielberg?). On retrouve aussi les exotiques républiques bananières et les délires architecturaux chers à Franquin.

Bref, il y en a pour tous les âges et tous les goûts!
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
5 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile  Par Sven Zardda le 7 avril 2013
Format: Relié Achat vérifié
Spirou et Fantasio vont-ils doucement sur leur fin ? On sent que le souffle n'y est plus. Il est grand temps qu'un nouveau scénariste compétent s'attelle à la tâche de nous faire revivre LES aventures de Spirou et Fantasio !
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
6 internautes sur 8 ont trouvé ce commentaire utile  Par Tromatoxic le 25 avril 2013
Format: Relié Achat vérifié
Comme l'ont effectivement écrit pas mal d'entre vous, ce nouvel album est moins mauvais que le pitoyable précédent.
Mais c'est quand même pas le nirvana non plus.
La faute à un scénario trop trop facile et bourré de gentils clichés sur les méchants capitalistes.
On se croirait revenu à l'époque où le parti communiste finançait Pif gadget...

Surtout, le gros point faible est l'absence de tout rebondissement, de tout cliffhanger, et d'une manière générale d'écriture.

Certaines cases sont du foutage de gueule lorsqu'elles semblent agrandies pour coller avec le reste (écriture plus grosse dans les bulles, moins de détails dans le dessin grossi)

Reste une magnifique couverture!
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer

Commentaires client les plus récents


Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?