undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Rentrée scolaire Shop Fire HD 6 Shop Kindle cliquez_ici Jeux Vidéo

Commentaires client

7
4,0 sur 5 étoiles
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

4 sur 4 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 19 juin 2014
Ce livre me semble très infantile. Il se résume à un jeu de massacre de lézards géants. Celui qui a le plus gros canon gagne, et le petit futé très, très malin et courageux gagne toujours... Un peu plus d'habillage aurait été, me semble-t-il, souhautable, pour ne pas dire plus... Désolé de cette discrepancy parmi les commentaires enthousiastes!
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
James McGill est sans doute le "héros" le plus tête à claques que j'ai croisé dans un livre depuis plusieurs années. Insupportable. Mais c'est vrai que c'est ce qui fait le sel de cette aventure.

Nous sommes dans le futur. Les jeunes humains n'ont quasi aucun avenir, à part une petite portion qui arrive à suivre des études avant de décrocher un job subalterne. Les parents de James se saignent pour lui payer des études. Il y va en renâclant, décroche juste des notes passables et passe l'essentiel de son temps sur le canapé du salon de ses parents, immergé dans des jeux d'aventures, où il incarne un militaire tuant des aliens. Problème, un jour sa mère perd son travail. James ne peut pas finir ses études. Il n'a plus qu'une solution, s'engager dans l'armée. Il est fainéant, égoïste et sur de s'acheminer vers la gloire.

Il y va la fleur au fusil. Il se trouve athlétique (il fait 2 mètres et joue au basket), intelligent (il est allé à l'université) et fin tacticien (il gère une équipe de joueurs faisant justement le travail pour lequel il souhaite s'engager). Et il est fier, durant les tests, de montrer son arrogance, pardon, son leadership. Il pense, naturellement, que la légion la plus célèbre du pays l'accueillera les bras ouverts, dans un poste d'encadrement d'équipe. Sauf que la plus célèbre légion ne veut pas de lui. Ni la deuxième. Ni la troisième. Ni... Aucune. Il ne comprend rien. Comme lui dit un autre postulant croisé durant les tests, l'armée cherche des soldats obéissant aux ordres, rien d'autre. Il finit par se faire recruter par une obscure légion, dont il n'a jamais entendu parler. Il commencera au plus bas de l'échelle. Il n'est, littéralement, que de la chair à canon. Car les armées terrestres... Reconstruisent les corps et réaniment leurs militaires. La mort n'est rien, sinon un moment relativement inconfortable. Du coup les recrues sont envoyées se faire massacrer sans aucun scrupule, sachant qu'en 1h on peut la faire revenir (et la renvoyer au combat).

Cette histoire se passe sur une planète lointaine peuplée de sauriens ambitieux et belliqueux, dont une partie de la population a engagé une légion terrestre pour les défendre. James s'illustre dans pas mal de situations, avec un mélange d'improvisation (attendre les ordres, ce n'est pas son truc), d'inconscience ou de courage (chacun tranchera), de sens de devoir, d'esprit de sacrifice et de modestie (si si, et c'est finement amené par l'auteur, le héros complètement imbuvable et imbu de lui-même ne réalise pas quand il fait une action positive et exceptionnelle). Il s'avère même plutôt romantique, même s'il professe au début un cynisme et un machisme bien solides. Mais ne vous inquiétez pas, ces moments de modestie ne durent pas, on retrouve vite le mec arrogant qui roule des mécaniques en imaginant que tout le monde doit lui baiser les pieds.

Une bonne partie de l'histoire va se résumer à des hommes tuant des sauriens, des hommes qui ressucitent, des sauriens qui creusent des tunnels pour les attaquer, etc., etc. C'est divertissant mais j'avoue que mon chromosome X s'est réveillé. A 50% je commençais à m'ennuyer, à 70% je commençais à beaucoup m'ennuyer et à 80% les scènes de bataille me sont sorties par les yeux, j'ai commencé à lire en diagonale. Je saturais. Mais j'ai bien aimé les chapitres finaux, qui m'ont presque donné envie de lire la suite. Pour ceux qui l'ont lu, est ce que la suite est réussie?
55 commentairesCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Dépité de ne plus trouver le Space Opéra que j'aime dans les catalogues des éditeurs Français, et après avoir lu récemment un très bon thriller SF en version originale (The Martian) j'ai finalement décidé d'aller chercher ma came là où elle se trouve : de l'autre côté de l'Atlantique.
Et je ne suis pas du tout déçu par mon choix. Ce petit voyage avec la recrue James McGill, gamer / étudiant obligé de s'engager dans la légion hégémonique pour raisons économiques m'a beaucoup diverti.

Certes, ce n'est peut être pas très original (l'incorporation de la recrue dans un régiment, les aliens / dinosaures à dégommer), pas toujours très crédible (intrigue basée sur de mystérieux transferts de mémoire dans un nouveau corps une fois le précédent inutilisable...), c'est un peu (beaucoup) régressif, mais ce condensé d'action non-stop m'a maintenu éveillé une bonne partie de la nuit. Il y a là dedans un vrai suspens, une vraie intrigue, de vrais enjeux, et une grande justesse de ton.
C'est exactement ce que je recherche dans un livre de Science Fiction : un background correct, quelques bonnes idées, des personnages qui tiennent la route (ici le personnage principal est très réussi), une histoire à rebondissements avec beaucoup de scènes d'actions, un seul point de vue narratif, de l'humour et de l'autodérision. Et il y a tout de même du fond, ce n'est pas complètement débile.
BV Larson n'est ni David Brin, ni Joe Haldeman, ni CJ Cherryh, mais il s'inspire clairement de tous ces glorieux anciens.
Si ce genre de livre n'est pas traduit en Français, c'est certainement parce qu'on estime qu'il n'y a pas de marché pour. C'est tout de même bien dommage, je reste persuadé qu'il reste chez nous des lecteurs à la recherche de livres de SF simples, divertissants et de moins de 750 pages.

Last but not least, le gain collatéral à la lecture de livres en version originale : vous pouvez constater dans ma traduction du titre que ma maîtrise de l'anglais est désormais parfaite.
2121 commentairesCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 21 avril 2015
Le héros est trop, d'accord... Mais bon c'est un héros, non ? Moi je préfère mes héros héroïque et plus grand que nature. Ceci étant je donne cinq étoiles pour le background totalement réaliste d'une espèce humaine arrivant dans une galaxie déjà civilisée depuis des éons et où la bureaucratie règne en maître. Je préfère un univers à la Star Wars (par plaisir) mais qu'est ce que celui-là me paraît horriblement crédible ! Essayez c'est bien écrit et l'histoire (pas originale du tout, sauf le contexte) est agréable à lire. Je lirai les prochains volumes de la série...
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 8 mai 2014
if you loved Starshiptrooper
if you loved Old Man's War from John Scalzi,
you'll loved Steel World.
Une approche originale, un monde cohérent et rafraichissant, je l'ai dévoré.
Je vais acheter la suite...
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 29 novembre 2013
Very sharp and fast book
Some references to star force series I the trooper gear but the rest is all new

I hope it evolves in a serie
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
0 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 5 octobre 2014
This is part of a series following a soldier called James McGill. Part so fit have great invention, but unfortunately not the characaters.
James is an annoying 12 year either a genius or sees what others don't, or an idiot. He lives in a shack on his parents "farm" which sounds likesomething from the 1950s Georgia book of rednecks. It just does not make sense. His character is not pleasant.The women he meets all fall for him, just as they would in pre-teen early teen fantasy. The plotting is in the main, very laboured.There are plenty of jarring smart-mouth comments from James and his buddy Carlos- not relevant and not funny, just excruciating and bad . All out of place, and grating. It's irritating. It could have been a great series. All 3 books in series are the same. But it gets worse as it goes on, not better.Having said that, I did read all three to see where it was going to.Unfortunately the answer is no where.
I blame the editor having a day off - it could still be rescued if the editor turns up.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
     
 
Les clients ayant consulté cet article ont également regardé