Steve Swallow

Top albums (Voir les 37)


CD: €18.27  |  MP3: €10.99
CD: €8.00  |  MP3: €9.49
CD: €14.99  |  MP3: €9.49
CD: €13.08  |  MP3: €9.99
CD: €14.99  |  MP3: €10.99
CD: €21.00  |  MP3: €9.09
CD: €28.87  |  MP3: €9.99
CD: €15.27  |  MP3: €5.94
MP3: €10.99
Voir les 37 albums de Steve Swallow

Steve Swallow : top des titres
Trier par:
Meilleures ventes
1-10 of 65
Titre Album  
30
30
30
30
30
30
30
30
30
30
Votre compte Amazon Music n'est actuellement associé à aucun pays. Pour profiter de la musique Premium, allez sur votre Bibliothèque musicale et transférez votre compte à Amazon.fr (FR).
  

Image de Steve Swallow
Fourni par l'artiste ou son représentant

Biographie

Né à Fair Lawn dans le New Jersey (États-Unis) le 4 octobre 1940, Steve Swallow apprend dans sa jeunesse le piano et la trompette avant de s'orienter vers la contrebasse. Le musicien qui étudiera toutes les possibilités de l'instrument à quatre cordes, de l'acoustique à la basse électrique, participe dans les années 1950 à des séances auprès de Buddy Tate, Buck Clayton et Rex Stewart avant de rejoindre le trio de Paul Bley en 1960.

Après un court passage dans le trio free jazz du saxophoniste Jimmy Giuffre, la dernière incarnation du Jimmy Giuffre 3 toujours  en compagnie de Paul Bley, Steve ... Lire la suite

Né à Fair Lawn dans le New Jersey (États-Unis) le 4 octobre 1940, Steve Swallow apprend dans sa jeunesse le piano et la trompette avant de s'orienter vers la contrebasse. Le musicien qui étudiera toutes les possibilités de l'instrument à quatre cordes, de l'acoustique à la basse électrique, participe dans les années 1950 à des séances auprès de Buddy Tate, Buck Clayton et Rex Stewart avant de rejoindre le trio de Paul Bley en 1960.

Après un court passage dans le trio free jazz du saxophoniste Jimmy Giuffre, la dernière incarnation du Jimmy Giuffre 3 toujours  en compagnie de Paul Bley, Steve Swallow enregistre avec George Russell puis intègre le quartette du trompettiste Art Farmer avec lequel il reste de 1962 à 1965, aux côtés du guitariste Jim Hall et des batteurs successifs Walter Perkins et Pete LaRoca. Au milieu des années soixante, d'autres collaborations voient le jour avec Steve Lacy, Chick Corea, Benny Goodman et le collectif Improvisation Jazz Workshop de Don Heckman et Ed Summerlin. Puis Steve Swallow rejoint la formation de Stan Getz (1965-1967) et le quartette du vibraphoniste Gary Burton avec lequel il noue une solide amitié en sus d'une collaboration de 1967 à 1970 avec Larry Coryell. Les deux hommes se retrouvent sur l'album Hotel Hello publié par ECM en 1975.

Cet intermède de jazz fusion laisse des traces chez Steve Swallow qui passe à la basse électrique et entame une carrière de leader. Installé en Californie, il accompagne la pianiste Carla Bley et développe un style personnel. Cette histoire d'amour et de musique débouche sur une vingtaine d'albums dont Carla (1987) et Duets (1988) et se poursuit jusque dans les années 2010. Au cours des années 1980, le bassiste séjourne en France où il croise l'Orchestre National de Jazz dirigé par Philippe Deshepper, son homologue Henri Texier et le violoniste Stéphane Grappelli.

Devenu l'un des piliers du label allemand ECM, Steve Swallow enregistre régulièrement à partir de l'album Real Book (1993). Parmi ses oeuvres le plus marquantes figure l'album Decontructed (1996) où il revisite le be bop ; Damaged in Transit (2003), fruit d'une prestation française de 2001 ; So There (2006), seconde collaboration avec le poète Robert Creeley ; Believe in Spring en 2007 ; Wisteria en trio avec Steve Kuhn et Joey Baron en 2012 et Into the Woodwork (2013) au nom du Steve Swallow Quintet. Parallèlement, il continue d'accompagner Carla Bley. Tous deux enregistrent en duo les albums Go Together (1992), Are We There Yet? (1998) et Carla's Christmas Carols (2009). Copyright 2014 Music Story Loïc Picaud

Né à Fair Lawn dans le New Jersey (États-Unis) le 4 octobre 1940, Steve Swallow apprend dans sa jeunesse le piano et la trompette avant de s'orienter vers la contrebasse. Le musicien qui étudiera toutes les possibilités de l'instrument à quatre cordes, de l'acoustique à la basse électrique, participe dans les années 1950 à des séances auprès de Buddy Tate, Buck Clayton et Rex Stewart avant de rejoindre le trio de Paul Bley en 1960.

Après un court passage dans le trio free jazz du saxophoniste Jimmy Giuffre, la dernière incarnation du Jimmy Giuffre 3 toujours  en compagnie de Paul Bley, Steve Swallow enregistre avec George Russell puis intègre le quartette du trompettiste Art Farmer avec lequel il reste de 1962 à 1965, aux côtés du guitariste Jim Hall et des batteurs successifs Walter Perkins et Pete LaRoca. Au milieu des années soixante, d'autres collaborations voient le jour avec Steve Lacy, Chick Corea, Benny Goodman et le collectif Improvisation Jazz Workshop de Don Heckman et Ed Summerlin. Puis Steve Swallow rejoint la formation de Stan Getz (1965-1967) et le quartette du vibraphoniste Gary Burton avec lequel il noue une solide amitié en sus d'une collaboration de 1967 à 1970 avec Larry Coryell. Les deux hommes se retrouvent sur l'album Hotel Hello publié par ECM en 1975.

Cet intermède de jazz fusion laisse des traces chez Steve Swallow qui passe à la basse électrique et entame une carrière de leader. Installé en Californie, il accompagne la pianiste Carla Bley et développe un style personnel. Cette histoire d'amour et de musique débouche sur une vingtaine d'albums dont Carla (1987) et Duets (1988) et se poursuit jusque dans les années 2010. Au cours des années 1980, le bassiste séjourne en France où il croise l'Orchestre National de Jazz dirigé par Philippe Deshepper, son homologue Henri Texier et le violoniste Stéphane Grappelli.

Devenu l'un des piliers du label allemand ECM, Steve Swallow enregistre régulièrement à partir de l'album Real Book (1993). Parmi ses oeuvres le plus marquantes figure l'album Decontructed (1996) où il revisite le be bop ; Damaged in Transit (2003), fruit d'une prestation française de 2001 ; So There (2006), seconde collaboration avec le poète Robert Creeley ; Believe in Spring en 2007 ; Wisteria en trio avec Steve Kuhn et Joey Baron en 2012 et Into the Woodwork (2013) au nom du Steve Swallow Quintet. Parallèlement, il continue d'accompagner Carla Bley. Tous deux enregistrent en duo les albums Go Together (1992), Are We There Yet? (1998) et Carla's Christmas Carols (2009). Copyright 2014 Music Story Loïc Picaud

Né à Fair Lawn dans le New Jersey (États-Unis) le 4 octobre 1940, Steve Swallow apprend dans sa jeunesse le piano et la trompette avant de s'orienter vers la contrebasse. Le musicien qui étudiera toutes les possibilités de l'instrument à quatre cordes, de l'acoustique à la basse électrique, participe dans les années 1950 à des séances auprès de Buddy Tate, Buck Clayton et Rex Stewart avant de rejoindre le trio de Paul Bley en 1960.

Après un court passage dans le trio free jazz du saxophoniste Jimmy Giuffre, la dernière incarnation du Jimmy Giuffre 3 toujours  en compagnie de Paul Bley, Steve Swallow enregistre avec George Russell puis intègre le quartette du trompettiste Art Farmer avec lequel il reste de 1962 à 1965, aux côtés du guitariste Jim Hall et des batteurs successifs Walter Perkins et Pete LaRoca. Au milieu des années soixante, d'autres collaborations voient le jour avec Steve Lacy, Chick Corea, Benny Goodman et le collectif Improvisation Jazz Workshop de Don Heckman et Ed Summerlin. Puis Steve Swallow rejoint la formation de Stan Getz (1965-1967) et le quartette du vibraphoniste Gary Burton avec lequel il noue une solide amitié en sus d'une collaboration de 1967 à 1970 avec Larry Coryell. Les deux hommes se retrouvent sur l'album Hotel Hello publié par ECM en 1975.

Cet intermède de jazz fusion laisse des traces chez Steve Swallow qui passe à la basse électrique et entame une carrière de leader. Installé en Californie, il accompagne la pianiste Carla Bley et développe un style personnel. Cette histoire d'amour et de musique débouche sur une vingtaine d'albums dont Carla (1987) et Duets (1988) et se poursuit jusque dans les années 2010. Au cours des années 1980, le bassiste séjourne en France où il croise l'Orchestre National de Jazz dirigé par Philippe Deshepper, son homologue Henri Texier et le violoniste Stéphane Grappelli.

Devenu l'un des piliers du label allemand ECM, Steve Swallow enregistre régulièrement à partir de l'album Real Book (1993). Parmi ses oeuvres le plus marquantes figure l'album Decontructed (1996) où il revisite le be bop ; Damaged in Transit (2003), fruit d'une prestation française de 2001 ; So There (2006), seconde collaboration avec le poète Robert Creeley ; Believe in Spring en 2007 ; Wisteria en trio avec Steve Kuhn et Joey Baron en 2012 et Into the Woodwork (2013) au nom du Steve Swallow Quintet. Parallèlement, il continue d'accompagner Carla Bley. Tous deux enregistrent en duo les albums Go Together (1992), Are We There Yet? (1998) et Carla's Christmas Carols (2009). Copyright 2014 Music Story Loïc Picaud


Améliorez le contenu de cette page

Si vous êtes l'artiste, le label ou le manager concerné, vous pouvez mettre à jour les informations sur cette page, telles que biographie, vidéos et plus encore sur Artist Central.

Commentaires

Visitez notre FAQ sur les Pages Artistes
Donnez-nous votre avis sur cette page