Version MP3 incluse GRATUITEMENT
Quantité :1

Vous l'avez déjà ? Vendez sur Amazon
Egalement disponible en MP3
Album MP3 à EUR 10,49

Image indisponible

Image non disponible pour la
couleur :
  • Désolé, cet article n'est pas disponible en
  • Image non disponible
      

Strange Days

CD inclus dans notre promotion 5 CD/DVD = 30€* ainsi que 2 CD = 12€*


Prix : EUR 6,99 Livraison gratuite dès EUR 25 d'achats. Détails
Tous les prix incluent la TVA.
inclut GRATUITEMENT la version MP3 de cet album.
Hors cadeaux ou produits vendus par des vendeurs tiers. Voir Conditions sur les coûts en cas d'annulation de commande.
Il ne reste plus que 15 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon. Emballage cadeau disponible.
Passez cette commande pour sauvegarder la version numérique de cet album dans votre bibliothèque Amazon Music. Vendu par Amazon EU S.à r.l.
42 neufs à partir de EUR 4,26 7 d'occasion à partir de EUR 8,32 5 de collection à partir de EUR 320,00
5 CD /DVD = 30€ 2 CD =12€ idées cadeaux Musique


Offres spéciales et liens associés


Page Artiste The Doors

Discographie

Image de l'album de The Doors

Photos

Image de The Doors
Visitez la Page Artiste The Doors
147 albums, 3 photos, discussions, et plus.

Produits fréquemment achetés ensemble

Strange Days + The Doors + Waiting for the Sun
Prix pour les trois: EUR 34,47

Acheter les articles sélectionnés ensemble

Les clients ayant acheté cet article ont également acheté


Détails sur le produit

  • CD (14 octobre 1967)
  • Nombre de disques: 1
  • Label: Elektra
  • ASIN : B000MCIBAW
  • Autres éditions : CD  |  Cassette  |  Album vinyle  |  Téléchargement MP3
  • Moyenne des commentaires client : 4.6 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (22 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 839 en Musique (Voir les 100 premiers en Musique)
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


 
1. Strange days new stereo mix advanced resolution
2. You re lost little girl new stereo mix advanced re
3. Love me two times new stereo mix advanced resoluti
4. Unhappy girl new stereo mix advanced resolution
5. Horse latitudes new stereo mix advanced resolution
6. Moonlight drive new stereo mix advanced resolution
7. People are strange new stereo mix advanced resolut
8. My eyes have seen you new stereo mix advanced reso
9. I can t see your face in my mind new stereo mix ad
10. When the music s over new stereo mix advanced reso
11. People are strange false starts and studio dialogu
12. Love me two times take 3

Descriptions du produit

Descriptions du produit

Strange Days + 2 exclusive Bonus Tracks (40th Anniversary Mixes by The Doors & Bruce Notnick) (CD Album) by The Doors - 2007 Elektra/Rhino (8122-79998-4) - 16 Tracks: 1. Strange Days (3:05), 2. You're Lost Little Girl (3:01), 3. Love Me Two Times (3:23), 4. Unhappy Girl (2:00), 5. Horse Latitudes (1:30), 6. Moonlight Drive (3:00), 7. People Are Strange (2:10), 8. My Eyes Have Seen You (2:22), 9. I Can't See Your Face In My Mind (3:18), 10. When The Music's Over (11:00) - Bonus Tracks : 11. People Are Strange (False Starts & Studio Dialogue) (1:57), 12. Love Me Two Times (Take 3) (3:19)

Critique

Pour ce deuxième album, les Doors sont « attendus au tournant » ; le fameux « deuxième album » d’un groupe rock quand le premier a fait sensation. Non seulement le public n’est pas déçu, mais beaucoup saluent-là une vraie réussite, plus ambitieuse, mieux construite et variée. Le message principal est clair : nous vivons une époque étrange, la déchéance nous guette, voire la décadence. La nouvelle console huit pistes du studio B de l’Hollywood Sound Studios apporte un son cristallin et immaculé. Les effets sont nombreux mais discrets : écho sur la voix grâce à la première utilisation d’un synthesizer (« Strange Days »), bandes à l’envers, trombones sur la guitare de Krieger. « C’était la chasse féroce au « son ». Nous explorions des sons « organiques », nous inventions des sons électroniques » (Paul Rothchild). On dit et on répète (voir le début de la biographie) que le son du groupe est demeuré intemporel, contrairement à celui d’autres artistes contemporains qui a souvent « vieilli ». L’une des raisons est simple : la plupart du temps, lorsqu’un artiste effectuait des séances dans un studio, il n’y restait pas à demeure durant la confection de son album, le planning d’enregistrement permettant à d’autres d’utiliser le lieu. Le studio où travaillaient les Doors leur était réservé, fermé à double tour pendant leur absence, et les réglages demeuraient ainsi identiques tout le long des enregistrements. C’est lors de la séance vocale de « You’re Lost Little Girl » que se place la fameuse histoire de la fellation gratifiée à Jim Morrison dans la cabine, incapable de chanter à cause de son ébriété. « Love Me Two Times » est le morceau le plus fameux de l’album et dominera les ondes radio tout le début de l’année 1968. Tout comme le premier album, celui-ci se termine par une longue pièce de résistance, « When The Music’s Over » (Turn On The Lights).

Quant à ce « People Are Strange » immortel, il est illustré par la photo de pochette Fellinienne réalisée dans une impasse à New York (Sniffen Court, entre Lexington et la 3ème avenue à Manhattan, devenu lieu de pèlerinage).  

Jean-Noël Ogouz - Copyright 2014 Music Story

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

4.6 étoiles sur 5
Partagez votre opinion avec les autres clients

Commentaires client les plus utiles

10 internautes sur 11 ont trouvé ce commentaire utile  Par Marc Kermabon sur 13 avril 2008
Format: CD
paru la même année que le premier disque du groupe, Strange Days, est quasiment aussi bon, avec, à mon avis, la moitié des morceaux constituant des incontournables des Doors : Strange Days, qui donne son nom à l'album, est en effet étrange, envoûtant, presqu'inquiétant; Morisson y a la voix travaillée que l'on retrouvera un peu dans leur dernier disque (L.A.Woman). 3 titres méritent bien leur statut de hits : Love me two times, People Are Strange et Moonlight Drive : c'est du rock qui balance et le son des Doors, si original encore aujourd'hui, y est très caractérisé. Les autres chansons sont bien faites et charmantes (You're Lost.., Unhappy Girl, My eyes..et I Can't See..)mais ce disque vaut surtout pour le pendant de The End du premier disque qu'est When The Music's Over, là encore plus de 10 mns de poésie en musique - et quelle musique! - de même dans Horses Latitudes qui est un poème mis en musique et donne un aperçu du talent de poète de Morisson.Ajoutons enfin que si vous n'avez jamais entendu le cri du papillon ("the scream of the butterfly) ce disque est fait pour vous...
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile  Par jean-claude TOP 100 COMMENTATEURSVOIX VINE sur 7 janvier 2010
Format: CD
Les Doors sortent leur deuxième album, Strange Days, en 1967, soit huit mois après que leur premier disque n'ait déjà alimenté les bacs des disquaires (The Doors) et ne fasse sensation. Attendu au coin de la rue, Strange Days est un succès commercial mais surtout un triomphe artistique. uvre fouillée, plus ambitieuse encore, variée, illuminée, l'album atteint la 3ème place des charts US et obtient un disque d'or. Strange Days contient les chansons les plus psychédéliques des Doors (Strange Days, People Are Strange, l'excellent Love Me Two Times, When The Music's Over...). Le message du disque est « on-ne-peut-plus-clair », à savoir que l'époque vécue est étrange, que la déchéance est là qui guette. La pop psychédélique n'avait jamais été aussi cauchemardesque et torturée. Les textes sont obscurs, intrigants, sensuels sur des musiques obsédantes et avec la voix encore claire et faramineuse d'un Jim Morrison alors en forme. A noter la prestation très convaincante de Ray Manzarek. A posséder impérativement.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
17 internautes sur 20 ont trouvé ce commentaire utile  Par BAGRATION COMMENTATEUR DU HALL D'HONNEUR sur 7 juin 2008
Format: CD
Les vieux, les anciens, les radoteurs ont en commun d'exalter l'ancien temps-sorte d'âge d'or mythique- et de faire des temps actuels un condensé de décadence. Dans le Rock, le meilleur, c'est maintenant.
Si j'avais 20 ans aujourd'hui, je trouverais que certains groupe ou chanteurs/ses d'aujourd'hui sont excellents voire déjà légendaires-dans le désordre Radiohead, Artic Monkeys, RHCP, Amy Winehouse Coldplay, Muse, Moby, Lenny Kravitz, Green Day, Offspring,Franz Ferdinand, U2, dEUS, Alister, Noir Désir, Fratellis, Cold War Kids, the Hives etc...etc...et pardon pour ceux que j'oublie à ce moment précis-et tout cela irait de soi.
Or, en juin 1968, rien n'allait de soi dans cette France enguimauvée de niaiseries, tétanisée, secouée de frissons à l'idée qu'un Halliday, un Antoine ou un Polnareff puissent représenter l'avant garde (et pourquoi pas Richard Anthony ou Dario Moreno) des hordes sataniques qui transformaient la bonne vieille Albion en site de débauche babylonienne, sans parler de la Terreur engendrée par le "Sous les Pavés, la Plage" et autres choses du même acabit.
Or c'est à ce moment que j'ai entendu pour la première fois les Doors. J'étais déjà familier d'Hendrix, Clapton et de tout ce qui pouvait sortir outre-Manche, mordu des Beatles, des Stones, des Who et du Spencer Davis Group sans oublier les Animals et les Kinks.
Là, par cette chaude soirée, ça m'a pété à la gueule...autre chose, un autre son, une voix faramineuse, des airs qui se bloquent immédiatement dans votre tête...
Lire la suite ›
3 commentaires Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
12 internautes sur 14 ont trouvé ce commentaire utile  Par kaspar sur 15 février 2005
Format: CD
la pochette résume parfaitement l'atmosphère du cet album (nain ricanant, jongleurs et taras bulba de pacotille) c'est tout l'univers forain que les doors expérimentent. Les peurs et les angoisses les plus souterraines ricanent dans un climat expressionniste unique en son genre. Cet opus est peut-être supérieur au premier de part son homogénéité.
Jamais la pop psychédélique n'avait été si tourmentée et cauchemardesque. A écouter dans l'obscurité...
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
5 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile  Par ZazPanzer sur 6 février 2012
Format: CD
Un jour je reviendrai à New-York.

Avec toi.

Toutes les nuits déconner.

Sans d'autre but que de s'imprégner du rythme de la ville, nous arpenterons les rues à l'ombre des impressionnants buildings de Manhattan en sirotant des cafés bouillants et dégueulasses. Nous ferons les touristes, nous galoperons de Times Square au pont de Brooklyn, de Central Park au Chrysler Building, nous boufferons des pretzels en nous marrant. Nous parlerons de Paul Auster. Nous chantonnerons le générique de NYPD Blue. Nous prendrons des taxis, et le Staten Island ferry bien sûr. Nous hallucinerons au Guggenheim et au Museum of Modern Art.

Et puis, quelques jours après notre arrivée, quand l'euphorie sera un peu retombée, nous nous rendrons religieusement à St Patrick pour y écouter le morceau de Savatage adéquat. En traversant Lexington, j'espère que tu soulèveras ta jupe au dessus de la bouche de métro de Marilyn la scandaleuse, avant que nous ne bifurquions sur la 36ème pour enfin arriver à Sniffen Court, qui à l'instar de la tombe de Jim au Père Lachaise, est un lieu de pèlerinage du Rock.

C'est à cet endroit, tu sais, qu'y a été shootée en 1967 la splendide photo d'inspiration fellinienne illustrant le second opus des Doors.
Lire la suite ›
4 commentaires Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer

Commentaires client les plus récents


Discussions entre clients

Le forum concernant ce produit
Discussion Réponses Message le plus récent
Pas de discussions pour l'instant

Posez des questions, partagez votre opinion, gagnez en compréhension
Démarrer une nouvelle discussion
Thème:
Première publication:
Aller s'identifier
 

Rechercher parmi les discussions des clients
Rechercher dans toutes les discussions Amazon
   


Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?