Ou
Version MP3 incluse GRATUITEMENT

Ajoutez à votre liste d'envies
Strauss: Four Last Songs; Orchesterlieder; Rosenkavalier Suite: Classic Library Series
 
Agrandissez cette image
 

Strauss: Four Last Songs; Orchesterlieder; Rosenkavalier Suite: Classic Library Series

2 juin 2004 | Format : MP3

EUR 9,99 (TVA incluse le cas échéant)
Commandez l'album CD à EUR 6,99 et obtenez gratuitement la version MP3.
L'album CD est vendu et expédié par Amazon EU Sàrl . Veuillez consulter les Conditions générales sur les coûts en cas d'annulation de commande. Ne s'applique pas aux commandes de cadeaux. Commandez pour sauvegarder la version numérique de cet album dans votre bibliothèque Amazon Music.
Titre
Durée
Popularité  
30
1
3:46
30
2
5:34
30
3
6:03
30
4
8:51
30
5
6:08
30
6
2:09
30
7
4:46
30
8
3:30
30
9
2:34
30
10
25:26

Détails sur le produit

  • Date de sortie d'origine : 20 avril 2004
  • Date de sortie: 20 avril 2004
  • Label: RCA Red Seal
  • Métadonnées requises par les maisons de disque: les métadonnées des fichiers musicaux contiennent un identifiant unique d’achat. En savoir plus.
  • Durée totale: 1:08:47
  • Genres:
  • ASIN: B00EREPZS2
  • Moyenne des commentaires client : 3.3 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (3 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 129.290 en Albums MP3 (Voir les 100 premiers en Albums MP3)

Commentaires en ligne 

3.3 étoiles sur 5
Partagez votre opinion avec les autres clients

Commentaires client les plus utiles

9 internautes sur 10 ont trouvé ce commentaire utile  Par Amazon Customer on 2 décembre 2006
Format: CD
L'affiche a tout pour séduire. La diva fait régulièrement la une de la presse et le chef marque la vie musicale parisienne du moment. Mais cela ne vous met pas à l'abris d'un raté ... la preuve ! Le CD débute par le premier des Quatre derniers lieder, pris à un tempo serein et truffé d'effets ponctuels, qui sont autant d'intentions du chef, mais totalement absents de la partition. Cela se gâte à partir du second Lied, où l'objectif du chef se révèle au grand jour : alanguissements affectés à chaque bout de phrase, détentes et suspensions systématiques, du chichi pour faire chic... On se rend compte tout d'un coup pourquoi les séides de Richard Strauss (Karl Boehm, Clemens Krauss...) dirigeaient sa musique avec élan et allure. La version de Boehm avec Della Casa est l'une des plus rapides, peut-être trop... mais mille fois préférable à cet embourbement. Comment accepter que presque chaque lied finisse plus lentement qu'à son commencement ? Les autres lieder subissent le même sort, avec une exception pour Wiegenlied et Waldseligkeit, étonnamment au bon tempo. Fleming aurait-elle eu enfin son mot à dire ? Car si elle donne manifestement les signes d'un consentement à cette optique du chef, elle ne peut cacher les aspects plus controversés de sa magnifique voix : minauderies trop abondantes (mais que faire quand il faut chaque fois attendre que le chef se décide à passer à la mesure suivante ?), une relative usure du timbre, malmené par une prosodie trop lente et des phrases devenues si longues, qu'il faut d'abord penser à la gestion de son souffle...Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Format: CD Achat vérifié
rien à dire sur les "four last songs" (direction et chant) qui mérite 5 étoiles, par contre le reste du CD n'est composé que d'extraits d'oeuvres, et pour le chevalier à la rose... c'est juste une version orchestre (sans chanteurs) donc l'intérêt est nul...
Il doit exister un meilleur CD que ça !
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
1 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile  Par Michel-philippe Lehaire on 16 novembre 2010
Format: CD
Jusqu'à présent, mes versions de référence des Quatre derniers Lieder étaient celles de Gundula Janowitz avec Herbert Von Karajan et Jessye Norman avec Kurt Masur. S'y ajoute désormais celle-ci, enregistrée par Renée Fleming avec l'orchestre de Houston dirigé par le pianiste et chef allemand Christoph Eschenbach.
Beauté du timbre, facilité dans les aigus, fluidité, expressivité, Renée Fleming a les moyens vocaux et l'intelligence du texte, en grande straussienne qu'elle est aussi à l'opéra.
Quant à la direction d'Eschenbach, elle laisse respirer la musique qui se déploie, immense crépuscule mélancolique.
Richard Strauss, très âgé, écrivait là une de ses toutes dernières oeuvres et interrogeait la proximité de sa mort. Cette version est à la hauteur d'un tel questionnement.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer

Les images de produits des clients

Rechercher

Rechercher des articles similaires par rubrique