ou
Identifiez-vous pour activer la commande 1-Click.
Plus de choix
The Music Warehouse Ajouter au panier
EUR 12,99
Side Two Ajouter au panier
EUR 15,06
Vous l'avez déjà ? Vendez votre exemplaire ici
Egalement disponible en MP3
 
Album MP3 à EUR 14,99
 
 
 
 

Superunknown [Import]

Soundgarden CD
4.4 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (13 commentaires client)
Prix : EUR 10,03 Livraison gratuite dès EUR 25 d'achats. Détails
  Tous les prix incluent la TVA
o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o
Il ne reste plus que 4 exemplaire(s) en stock.
Vendu par Dvd Overstocks UK et expédié par Amazon. Emballage cadeau disponible.
Voulez-vous le faire livrer le lundi 1 décembre ? Choisissez la livraison en 1 jour ouvré sur votre bon de commande. En savoir plus.
A télécharger immédiatement en MP3 pour EUR 14,99.

‹  Retourner à l'aperçu du produit

Descriptions du produit

Descriptions du produit

Monster 1994 album featuring "Black Hole Sun" & "Spoonman"

Amazon.fr

Vétéran du grunge signé très tôt par une major, bien avant que l'appât du gain n'incite les multinationales à écumer les bars les plus mal famés à la recherche du moindre groupe de bûcherons en chemises à carreaux capables de plaquer un accord, Soundgarden eut l'intelligence de se mettre en retrait avant l'explosion du phénomène. Ce choix lui valut de rester provisoirement dans l'ombre des géants intronisés par les médias, mais lui permit de conserver l'estime d'une certaine frange du public avide de sincérité. Superunknown, dont le titre fleure bon le second degré ("Superinconnu"), dénote toutefois une rupture avec Ultramega OK, Louder Than Love et Badmotorfinger. Les mélodies y sont plus affinées ("Black Hole Sun", le hit zeppelinien décliné en vidéo qui fera décoller Soundgarden, ou le très sombre "Limo Wreck"), et les morceaux plus abordables ("Mailman", sur lequel ressurgit l'influence décidément tenace de Black Sabbath, ou le très groovy "Superunknown"), voire commerciaux ("Head Down" ou "Half", que d'aucuns trouveront soporifiques). Le résultat ne se fera d'ailleurs pas attendre et Soundgarden deviendra vite... superknown!. --Hervé SK Guégano

Critique

Superunknown est le plus gros album de Soundgarden. Sorti en 1994, il marque l’apogée du groupe de Seattle, dépassant même les codes du « grunge », devenus trop complexes, mais surtout quasi inutiles après la mort de Kurt Cobain.

 

Avec Superunknown, Soundgarden connaîtra son premier véritable succès commercial à travers le monde. Le cynique tube « Black Hole Sun » n’échappe à personne, à la radio ou sur MTV. Et si l’album recèle encore quelques (rares) titres peu abordables pour le grand public, il propose néanmoins des perles rock, faisant le grand écart entre le metal nihiliste de Seattle et un rock alternatif teinté de pop, comme sur « Fell on Black Days », « My Wave » ou « The Day I Tried to Live ».

Produit par Michael Beinhorn (Korn, Marilyn Manson, Red Hot Chili Peppers) et mixé par Brendan O’Brien (Pearl Jam, Stone Temple Pilots…) Superunknown se distingue par sa cohérence absolue. Les chansons, toujours hantées par les thèmes de prédilection du groupe (le suicide, la dépression, la douleur) trouvent leur pendant « positif » (en fait il s’agit plus d’humour noir et de cynisme) dans des titres fonctionnant comme des respirations à l’intérieur du disque. Ainsi, des morceaux comme « My Wave »« Spoonman » ou « Kickstand » arborent leurs guitares toutes griffes dehors et balancent leurs rythmes endiablées comme faire comprendre à l’auditeur que non, Soundgarden n’est pas qu’un groupe dépressif. Loin de là. Et ça marche. Superunknown est certainement l’un des albums de rock les plus convaincants de la première moitié des années 90. La voix surréaliste de Chris Cornell, les riffs sauvages de Kim Thayil, la lourdeur des fûts de Matt Cameron ont ici très vite raison de l’auditeur néophyte, ou réticent. Les millions d’exemplaires vendus à travers le monde, le succès critique rencontré feront rentrer cet album au Panthéon des albums qui comptent. Le titre du disque n’en est que plus ironique…  



Arnaud De Vaubicourt - Copyright 2014 Music Story
‹  Retourner à l'aperçu du produit