EUR 12,90
  • Tous les prix incluent la TVA.
En stock.
Expédié et vendu par Amazon.
Emballage cadeau disponible.
Quantité :1
Surveiller et punir: Nais... a été ajouté à votre Panier
Amazon rachète votre
article EUR 3,00 en chèque-cadeau.
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir les 2 images

Surveiller et punir: Naissance de la prison Poche – 4 mai 1993


Voir les 5 formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon Neuf à partir de Occasion à partir de
Broché
"Veuillez réessayer"
EUR 201,40 EUR 13,98
Poche
"Veuillez réessayer"
EUR 12,90
EUR 12,90 EUR 7,00
Broché
"Veuillez réessayer"
EUR 19,00

Fête des Mères Fête des Mères

--Ce texte fait référence à une édition épuisée ou non disponible de ce titre.

Offres spéciales et liens associés


Produits fréquemment achetés ensemble

Surveiller et punir: Naissance de la prison + Histoire de la folie à l'âge classique + Histoire de la sexualité, tome 1 : La Volonté de savoir
Prix pour les trois: EUR 40,40

Acheter les articles sélectionnés ensemble

Descriptions du produit

Amazon.fr

Depuis le Siècle des lumières, les progrès de la raison et de la science auraient contribué à l'émancipation de l'humanité. Michel Foucault récuse ce lieu commun : il conçoit la modernité comme l'âge des sociétés disciplinaires, l'âge des prisons où, à l'instar de l'école et de l'armée, on enferme pour redresser.

Les sciences de l'Homme (sociologie, psychologie, psychiatrie) elles-mêmes constituent l'instrument privilégié de ce nouveau pouvoir disciplinaire. L'homme devient objet de science pour être mieux assujetti. Derrière le désir désintéressé de savoir, Foucault décèle une volonté de pouvoir. Si le projet d'un Descartes à l'âge classique était de "nous rendre comme maître et possesseur de la nature" grâce aux progrès de la physique, l'ambition implicite des sciences humaines serait de nous rendre maître de l'homme.

L'analyse des techniques modernes d'assujettissement - notamment en prison, institution type où se révèle cette articulation savoir/pouvoir - est ici étayée par de nombreux documents d'archives qui confèrent à cet ouvrage un intérêt historique aussi bien que philosophique. --Paul Klein

Présentation de l'éditeur

Peut-être avons-nous honte aujourd'hui de nos prisons. Le XIXe siècle, lui, était fier des forteresses qu'il construisait aux limites et parfois au cour des villes. Ces murs, ces verrous, ces cellules figuraient toute une entreprise d'orthopédie sociale. Ceux qui volent, on les emprisonne ; ceux qui violent, on les emprisonne ; ceux qui tuent, également. D'où vient cette étrange pratique et le curieux projet d'enfermer pour redresser, que portent avec eux les Codes pénaux de l'époque moderne ? Un vieil héritage des cachots du Moyen Âge ? Plutôt une technologie nouvelle : la mise au point, du XVIe au XIXe siècle, de tout un ensemble de procédures pour quadriller, contrôler, mesurer, dresser les individus, les rendre à la fois "dociles et utiles". Surveillance, exercices, manoeuvres, notations, rangs et places, classements, examens, enregistrements, toute une manière d'assujettir les corps, de maîtriser les multiplicités humaines et de manipuler leurs forces s'est développée au cours des siècles classiques, dans les hôpitaux, à l'armée, dans les écoles, les collèges ou les ateliers : la discipline. La prison est à replacer dans la formation de cette société de surveillance. La pénalité moderne n'ose plus dire qu'elle punit des crimes ; elle prétend réadapter des délinquants. Peut-on faire la généalogie de la morale moderne à partir d'une histoire politique des corps ? --Ce texte fait référence à une édition épuisée ou non disponible de ce titre.


Vendez cet article - Prix de rachat jusqu'à EUR 3,00
Vendez Surveiller et punir: Naissance de la prison contre un chèque-cadeau d'une valeur pouvant aller jusqu'à EUR 3,00, que vous pourrez ensuite utiliser sur tout le site Amazon.fr. Les valeurs de rachat peuvent varier (voir les critères d'éligibilité des produits). En savoir plus sur notre programme de reprise Amazon Rachète.

Détails sur le produit

  • Poche: 360 pages
  • Editeur : Gallimard (4 mai 1993)
  • Collection : Tel
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2070729680
  • ISBN-13: 978-2070729685
  • Dimensions du produit: 18,9 x 12,4 x 1,9 cm
  • Moyenne des commentaires client : 4.0 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (21 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 6.656 en Livres (Voir les 100 premiers en Livres)
  • Table des matières complète
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


En savoir plus sur l'auteur

Découvrez des livres, informez-vous sur les écrivains, lisez des blogs d'auteurs et bien plus encore.

Dans ce livre (En savoir plus)
Parcourir et rechercher une autre édition de ce livre.
Parcourir les pages échantillon
Couverture | Copyright | Extrait | Quatrième de couverture
Rechercher dans ce livre:

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

Commentaires client les plus utiles

36 internautes sur 39 ont trouvé ce commentaire utile  Par Un client le 27 septembre 2004
Format: Poche
Cet ouvrage est un petit bijou, Michel Foucault decrypte des siècles de pensée pénale et rend accessibles des évolutions très complexes par un style clair et des exemples marquants.
La prison coincide avec l'avénement de la société displinaire, au pouvoir royal qui suppliciait les corps pour asseoir son autorité se substitue une douceur des peines, on enferme dorénavant les corps pour mieux atteindre l'âme. Surveillance dans les manufactures, ordre dans les rangs de l'armée, classement des écoliers, naissance des sciences sociales avec leur appareil de fiches, de caractères, de catégories pour mieux connaître et contrôler les hommes. Punir n'a jamais permis de diminuer les crimes, mais de contenir et de fixer des groupes dangereux...
A lire absolument.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
15 internautes sur 16 ont trouvé ce commentaire utile  Par G. Favarel le 21 mars 2009
Format: Poche
C'est le premier livre que j'ai lu de Michel Foucault et je l'ai trouvé extraordinairement intéressant. Une très bonne alliance de philologie, d'histoire et de sociologie. Comprenons comment depuis les Lumières et la Révolution, les sociétés ont créé la discipline et l'étude pluridisciplinaire des hommes pour procéder à un dressage systématique des populations qui baignent dans un rêve de liberté de penser, d'agir et d'exister. Il n'a en fait jamais été autant surveillé et contrôlé qu'aujourd'hui ; depuis la rédaction du livre les "progrès" ont encore été grands. Gare à celui qui veut quitter le troupeau !
Malheureusement il ne s'agit pas de fiction comme dans "Le meilleur des mondes" de Huxley mais d'une étude très sérieuse sur les trois derniers siècles...
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
18 internautes sur 20 ont trouvé ce commentaire utile  Par Venlaud le 19 août 2012
Format: Poche Achat vérifié
Au-delà du fond du livre, auquel on ne peut reprocher grand chose, c'est sur la forme que s'attarde ce commentaire.
Ce titre n'étant plus édité à la Bibliothèque des Histoires mais dans la collection Tel (toujours chez Gallimard), il apparaît nécessaire de prendre en compte cet avertissement : la brochure de la collection Tel est plus que défectueuse ; vous payez moins cher, certes, mais vous savez pourquoi. Outre le fait qu'une page est remplacée par une autre dans la seconde moitié du livre, les pages ont une forte tendance à vouloir s'évader, quand bien même toutes les précautions auraient été prises dans la manipulation de l'ouvrage.

En regardant les commentaires sur la Toile (y compris ici-même), on observe que le phénomène n'est pas isolé. Assez déplorable de la part d'un éditeur comme Gallimard.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile  Par Stefania le 25 février 2011
Format: Poche Achat vérifié
Ce petit bijou écrit par Michel Foucault est un livre incontournable pour toute personne s'intéressant à la pensée pénale et s'interrogeant sur la peine de prison. Avec un style très clair et de nombreux exemples, Foucault nous explique comment la peine d'enfermement s'est imposée, dans une société disciplinaire telle que la nôtre, comme étant une évidence... qu'il essaye de réinterroger.
Un livre qui retrace l'histoire de la pensée pénale, pour expliquer comment nous sommes passés du supplice en tant que peine à la prison en tant que peine. Et les raisons qui nous ont permis de passer de l'une à l'autre peine sont loin d'être celles que l'on croit !
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Format: Poche
Pour le lecteur qui poursuit cet objectif, la lecture de surveiller et punir est sans doute une initiation intéressante, parce qu'incomplète et inactuelle.

La critique des supplices était la figure où venait se rejoindre, de façon visible le pouvoir illimité du souverain et l‟illégalisme toujours en éveil du peuple.

Est-on rentré pour autant réellement dans l‟âge des châtiments incorporels ?

Sur les molles fibres du cerveau est fondée la base la plus inébranlable des plus fermes empires.

L‟idée d‟un enfermement pénal est critiquée par beaucoup de réformateurs, incapable de répondre à la spécificité des crimes et dépourvu d‟un effet sur le public.

La punition est une technique de coercition des individus ; elle met en oeuvre des procédés de dressage du corps -non des signes- avec les traces qu‟il laisse sous forme d‟habitude dans le comportement.

Les dispositifs disciplinaires ont sécrété une « pénalité de la norme », qui est irréductible dans ses principes et son fonctionnement à la pénalité traditionnelle de la loi.

La naissance des sciences de l‟homme ? Elle est vraisemblablement à chercher dans ces archives de peu de gloire où s‟est élaboré le jeu moderne des coercitions sur les corps, les gestes, et les comportements.

Le Panopticon est un modèle généralisable de fonctionnement : une manière de définir les rapports du pouvoir avec la vie quotidienne des hommes.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer

Commentaires client les plus récents



Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?