Syd Barrett


Syd Barrett : top des titres
Trier par:
Meilleures ventes
1-10 of 256
Titre Album  
30
30
30
30
30
30
30
30
30
30

Image de Syd Barrett
Fourni par l'artiste ou son représentant

Biographie

Un des personnages les plus énigmatiques de l'histoire du rock. Au début des années 60, ce jeune anglais plutôt réservé vit sa période d'apprentissage dans un obscur groupe de Cambridge s'inspirant de la star de l'époque, Cliff Richard, puis (British Blues Boom oblige) dans une formation de rhythm'n'blues éphémère, The Hollering Blues.

Novateur et inspirateur

En 1965, alors étudiant en art, il rencontre à Londres trois jeunes rockers inscrits en cours d'architecture, Roger Waters, Nick Mason et Rick Wright : Pink Floyd, première mouture, se trouve au complet. D'emblée, Syd Barrett prend ... Lire la suite

Un des personnages les plus énigmatiques de l'histoire du rock. Au début des années 60, ce jeune anglais plutôt réservé vit sa période d'apprentissage dans un obscur groupe de Cambridge s'inspirant de la star de l'époque, Cliff Richard, puis (British Blues Boom oblige) dans une formation de rhythm'n'blues éphémère, The Hollering Blues.

Novateur et inspirateur

En 1965, alors étudiant en art, il rencontre à Londres trois jeunes rockers inscrits en cours d'architecture, Roger Waters, Nick Mason et Rick Wright : Pink Floyd, première mouture, se trouve au complet. D'emblée, Syd Barrett prend l'ascendant sur ses trois compagnons et impose, dès les premiers enregistrements, un style original qui va faire la gloire du groupe : The Piper at the Gates Of Dawn (août 1967) à travers des titres comme le fameux « Arnold Layne », annonce l'ère d'un rock planant, largement influencé par les drogues hallucinogènes.

L'éphémère figure des Pink Floyd

En peu de temps, Syd Barrett devient un personnage emblématique pour tous les jeunes anglais de l'époque, une vraie star à la tête d'un groupe déjà en train de forger sa légende. Pourtant, ce personnage lunatique (et souvent sous hallucinogène) est ailleurs. En 1968, Syd Barrett laisse la place à David Gilmour et s'embarque dans une carrière solo aussi singulière qu'effilochée. Durant les deux années qui vont suivre, cet étonnant guitariste et compositeur signe deux albums hypnotiques et visionnaires, aujourd'hui mythiques (The Madcap Laughs en 69, et Barrett, 1970) avant de disparaître de la circulation. L'anthologie Crazy Diamond en 1997 reprend l'intégralité de ses enregistrements. The Best of Syd Barrett: Wouldn't You Miss Me? en 2001 exhume l'inédit « Bob Dylan Blues ».

Scotché

Enfermé chez sa mère, passant ses journées devant la télé, Syd Barrett va sombrer dans une schizophrénie dont il ne sortira plus, malgré de vagues tentatives de retour à la musique, laissant l'image d'un grand poète maudit, père fondateur d'un des plus grands groupes britanniques. Il s'éteint le 9 juillet 2006 de complications liées au diabète.

Son oeuvre intemporelle fait l'objet d'une redécouverte permanente, ainsi en 2010 c'est David Gilmour qui veille à la remasterisation de ses titres pour An Introduction to Syd Barrett. Constitué de titres de l'époque Pink Floyd et du meilleur de sa production solo, An Introduction to Syd Barrett dévoile un instrumental inédit, « Rhamadan ». Signe des temps, cette perle n'est disponible qu'en téléchargement après achat de la compilation. Copyright 2014 Music Story François Alvarez

Un des personnages les plus énigmatiques de l'histoire du rock. Au début des années 60, ce jeune anglais plutôt réservé vit sa période d'apprentissage dans un obscur groupe de Cambridge s'inspirant de la star de l'époque, Cliff Richard, puis (British Blues Boom oblige) dans une formation de rhythm'n'blues éphémère, The Hollering Blues.

Novateur et inspirateur

En 1965, alors étudiant en art, il rencontre à Londres trois jeunes rockers inscrits en cours d'architecture, Roger Waters, Nick Mason et Rick Wright : Pink Floyd, première mouture, se trouve au complet. D'emblée, Syd Barrett prend l'ascendant sur ses trois compagnons et impose, dès les premiers enregistrements, un style original qui va faire la gloire du groupe : The Piper at the Gates Of Dawn (août 1967) à travers des titres comme le fameux « Arnold Layne », annonce l'ère d'un rock planant, largement influencé par les drogues hallucinogènes.

L'éphémère figure des Pink Floyd

En peu de temps, Syd Barrett devient un personnage emblématique pour tous les jeunes anglais de l'époque, une vraie star à la tête d'un groupe déjà en train de forger sa légende. Pourtant, ce personnage lunatique (et souvent sous hallucinogène) est ailleurs. En 1968, Syd Barrett laisse la place à David Gilmour et s'embarque dans une carrière solo aussi singulière qu'effilochée. Durant les deux années qui vont suivre, cet étonnant guitariste et compositeur signe deux albums hypnotiques et visionnaires, aujourd'hui mythiques (The Madcap Laughs en 69, et Barrett, 1970) avant de disparaître de la circulation. L'anthologie Crazy Diamond en 1997 reprend l'intégralité de ses enregistrements. The Best of Syd Barrett: Wouldn't You Miss Me? en 2001 exhume l'inédit « Bob Dylan Blues ».

Scotché

Enfermé chez sa mère, passant ses journées devant la télé, Syd Barrett va sombrer dans une schizophrénie dont il ne sortira plus, malgré de vagues tentatives de retour à la musique, laissant l'image d'un grand poète maudit, père fondateur d'un des plus grands groupes britanniques. Il s'éteint le 9 juillet 2006 de complications liées au diabète.

Son oeuvre intemporelle fait l'objet d'une redécouverte permanente, ainsi en 2010 c'est David Gilmour qui veille à la remasterisation de ses titres pour An Introduction to Syd Barrett. Constitué de titres de l'époque Pink Floyd et du meilleur de sa production solo, An Introduction to Syd Barrett dévoile un instrumental inédit, « Rhamadan ». Signe des temps, cette perle n'est disponible qu'en téléchargement après achat de la compilation. Copyright 2014 Music Story François Alvarez

Un des personnages les plus énigmatiques de l'histoire du rock. Au début des années 60, ce jeune anglais plutôt réservé vit sa période d'apprentissage dans un obscur groupe de Cambridge s'inspirant de la star de l'époque, Cliff Richard, puis (British Blues Boom oblige) dans une formation de rhythm'n'blues éphémère, The Hollering Blues.

Novateur et inspirateur

En 1965, alors étudiant en art, il rencontre à Londres trois jeunes rockers inscrits en cours d'architecture, Roger Waters, Nick Mason et Rick Wright : Pink Floyd, première mouture, se trouve au complet. D'emblée, Syd Barrett prend l'ascendant sur ses trois compagnons et impose, dès les premiers enregistrements, un style original qui va faire la gloire du groupe : The Piper at the Gates Of Dawn (août 1967) à travers des titres comme le fameux « Arnold Layne », annonce l'ère d'un rock planant, largement influencé par les drogues hallucinogènes.

L'éphémère figure des Pink Floyd

En peu de temps, Syd Barrett devient un personnage emblématique pour tous les jeunes anglais de l'époque, une vraie star à la tête d'un groupe déjà en train de forger sa légende. Pourtant, ce personnage lunatique (et souvent sous hallucinogène) est ailleurs. En 1968, Syd Barrett laisse la place à David Gilmour et s'embarque dans une carrière solo aussi singulière qu'effilochée. Durant les deux années qui vont suivre, cet étonnant guitariste et compositeur signe deux albums hypnotiques et visionnaires, aujourd'hui mythiques (The Madcap Laughs en 69, et Barrett, 1970) avant de disparaître de la circulation. L'anthologie Crazy Diamond en 1997 reprend l'intégralité de ses enregistrements. The Best of Syd Barrett: Wouldn't You Miss Me? en 2001 exhume l'inédit « Bob Dylan Blues ».

Scotché

Enfermé chez sa mère, passant ses journées devant la télé, Syd Barrett va sombrer dans une schizophrénie dont il ne sortira plus, malgré de vagues tentatives de retour à la musique, laissant l'image d'un grand poète maudit, père fondateur d'un des plus grands groupes britanniques. Il s'éteint le 9 juillet 2006 de complications liées au diabète.

Son oeuvre intemporelle fait l'objet d'une redécouverte permanente, ainsi en 2010 c'est David Gilmour qui veille à la remasterisation de ses titres pour An Introduction to Syd Barrett. Constitué de titres de l'époque Pink Floyd et du meilleur de sa production solo, An Introduction to Syd Barrett dévoile un instrumental inédit, « Rhamadan ». Signe des temps, cette perle n'est disponible qu'en téléchargement après achat de la compilation. Copyright 2014 Music Story François Alvarez


Améliorez le contenu de cette page

Si vous êtes l'artiste, le label ou le manager concerné, vous pouvez mettre à jour les informations sur cette page, telles que biographie, vidéos et plus encore sur Artist Central.

Commentaires

Visitez notre FAQ sur les Pages Artistes
Donnez-nous votre avis sur cette page