Syngué sabour: Pierre de patience et plus d'un million d'autres livres sont disponibles pour le Kindle d'Amazon. En savoir plus
EUR 6,20
  • Tous les prix incluent la TVA.
En stock.
Expédié et vendu par Amazon.
Emballage cadeau disponible.
Quantité :1
Amazon rachète votre
article EUR 0,50 en chèque-cadeau.
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir les 2 images

Syngué sabour : Pierre de patience - Prix Goncourt 2008 Poche – 4 mars 2010


Voir les 4 formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon Neuf à partir de Occasion à partir de
Format Kindle
"Veuillez réessayer"
Poche
"Veuillez réessayer"
EUR 6,20
EUR 5,85 EUR 1,55

Nouveauté : la collection Folio XL

pauvres_diables
Découvrez la nouvelle collection Folio XL avec notre sélection spéciale.

Offres spéciales et liens associés


Produits fréquemment achetés ensemble

Syngué sabour : Pierre de patience - Prix Goncourt 2008 + Terre et cendres
Prix pour les deux : EUR 10,70

Acheter les articles sélectionnés ensemble


Descriptions du produit

Revue de presse

En Afghanistan peut-être, ou ailleurs, une femme veille son mari blessé. Les heures et les jours passent tandis que la guerre approche. Et la langue de la femme se délie, tisse le récit d'une vie d'humiliations, dans l'espoir d'une possible rédemption... Prix Goncourt 2008.

Quatrième de couverture

«Cette pierre que tu poses devant toi... devant laquelle tu te lamentes sur tous tes malheurs, toutes tes misères... à qui tu confies tout ce que tu as sur le cœur et que tu n'oses pas révéler aux autres... Tu lui parles, tu lui parles. Et la pierre t'écoute, éponge tous tes mots, tes secrets, jusqu'à ce qu'un beau jour elle éclate. Elle tombe en miettes. Et ce jour-là, tu es délivré de toutes tes souffrances, de toutes tes peines... Comment appelle-t-on cette pierre ?» En Afghanistan peut-être ou ailleurs, une femme veille son mari blessé. Au fond, ils ne se connaissent pas. Les heures et les jours passent tandis que la guerre approche. Et la langue de la femme se délie, tisse le récit d'une vie d'humiliations, dans l'espoir d'une possible rédemption.


Vendez cet article - Prix de rachat jusqu'à EUR 0,50
Vendez Syngué sabour : Pierre de patience - Prix Goncourt 2008 contre un chèque-cadeau d'une valeur pouvant aller jusqu'à EUR 0,50, que vous pourrez ensuite utiliser sur tout le site Amazon.fr. Les valeurs de rachat peuvent varier (voir les critères d'éligibilité des produits). En savoir plus sur notre programme de reprise Amazon Rachète.

Détails sur le produit

  • Poche: 137 pages
  • Editeur : Gallimard (4 mars 2010)
  • Collection : Folio
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2070416739
  • ISBN-13: 978-2070416738
  • Dimensions du produit: 17,5 x 10,9 x 1,3 cm
  • Moyenne des commentaires client : 3.9 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (74 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 7.873 en Livres (Voir les 100 premiers en Livres)
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


En savoir plus sur l'auteur

Atiq Rahimi vit la guerre d'Afghanistan de 1979 à 1984, puis il se réfugie au Pakistan.Après avoir demandé l'asile politique à la France, il obtient son doctorat en audiovisuel à la Sorbonne. Pendant ce temps, son frère, communiste, resté en Afghanistan, est assassiné en 1989, mais Atiq Rahimi n'apprend sa mort qu'un an plus tard.
Contrairement à ses trois premiers romans écrits en persan, Syngué sabour. Pierre de patience est directement écrit en français : « Il me fallait une autre langue que la mienne pour parler des tabous ». Il obtient le prix Goncourt le 10 novembre 2008.Il définit sa croyance religieuse ainsi : « Je suis bouddhiste parce que j'ai conscience de ma faiblesse, je suis chrétien parce que j'avoue ma faiblesse, je suis juif parce que je me moque de ma faiblesse, je suis musulman parce que je condamne ma faiblesse, je suis athée si Dieu est tout puissant. »

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

Commentaires client les plus utiles

78 internautes sur 83 ont trouvé ce commentaire utile  Par Michelle RIVALLAND TOP 1000 COMMENTATEURS sur 18 novembre 2008
Format: Broché
Ce roman se lit d'une seule traite, tant l'intérêt va crescendo. Pourtant le début stagne un peu, c'est lent, volontairement sans doute de la part de l'auteur. Ne s'agit-il pas d'une histoire de patience? On se demande quand sera évoquée la fameuse pierre, dont la légende provient de la mythologie.
Voulu aussi, probablement, le côté noir, sordide, impudique du récit, une atmosphère oppressante... âmes sensibles, s'abstenir.

Au bout d'un moment le récit s'éclaire un peu, on trouve l'idée géniale. L'ensemble conserve toujours, malgré tout, le même climat lourd, angoissant... jusqu'à la fin, que je me garderai d'évoquer.
En revanche le style est fluide, sans aucun écueil, la lecture facile et agréable. L'auteur a une grande sensibilité, l'émotion se dégage à chaque page et nous prend le coeur.
Après lecture, l'histoire a continué à hanter ma pensée. En vaquant à mes occupations, la "pierre de patience" ne quittait pas mon esprit. L'aspect sombre et choquant s'estompait au profit des qualités littéraires, culturelles et psychologiques de ce roman.

Personnellement, je vois dans ce livre une sorte de psychanalyse un peu particulière de l'héroïne, la femme afghane. La pierre, muette à souhait, joue le rôle du psychanalyste.
Je me plais à rechercher comment le récit aurait pu être légèrement différent si l'auteur était une femme.
Lire la suite ›
2 commentaires Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
7 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile  Par NMK sur 8 janvier 2010
Format: Broché
Dans une modeste maison, située sur la ligne de front d'une guerre meurtrière, une femme veille inlassablement sur son époux. Cet homme est un moudjahid blessé d'une balle dans la nuque pour une injure jetée à la figure d'un autre. Forcée par son entourage de rester seule auprès de son mari, elle vit suspendue au rythme des respirations de l'agonisant. Face à ce corps inerte, la femme se met peu à peu à parler de rien mais surtout de tout: de ses souvenirs d'enfance, de ses espoirs déçus, de ses souffrances, de ses ruses pour survivre, de son courage, de sa frustration, de ses mensonges, de son amour et de sa haine. En se confiant à ce corps immobile comme une pierre, cette femme se libère progressivement des carcans sociaux dans lesquels elle est enfermée depuis sa naissance. Le corps du mari va ainsi devenir une «syngué sabour», une «pierre de patience», une pierre qui, dans la mythologie perse, écoute, absorbe comme une éponge tous les secrets chuchotés jusqu'à ce qu'un beau jour elle éclate et l'individu est délivré de tout.
Le style dépouillé surprend et laisse une part d'imaginaire importante au lecteur : on «sent» la guerre, la chaleur, la peur et l'insécurité, on «devine» les atrocités qui entourent cette femme, on «entend» les rafales de coups de fusil et les cris d'agonie qui s'en suivent.
Noir et brutal, c'est un roman merveilleusement écrit et qui se lit un peu comme une pièce dramatique. J'espère que ce texte sans concession donnera l'idée à un metteur en scène de porter cette oeuvre sur les planches d'un théâtre.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
4 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile  Par Jean Francois Ponge TOP 500 COMMENTATEURS sur 26 avril 2009
Format: Broché
Ce récit poignant dresse un constat sans concession des dérives d'une certaine société musulmane, qui confond honneur et tradition. En pleine guerre civile, dans un Afghanistan (?) rongé par les rivalités de clans après la chute du communisme, une femme reste au chevet de son mari, mourant et inconscient, et se confie à lui. Elle lui avoue son amour et son ressentiment, lui raconte sa vie faite d'humiliations mais aussi de rencontres solaires, comme celle de son beau-père (un sage, moqué de tous) et de sa tante (une femme de "mauvaise vie", rejetée de sa famille). Au travers de ce monologue émouvant, c'est toute une société qui est décrite : les souffrances des femmes, humiliées dès leur plus jeune âge, mais aussi des hommes, trompés par leur volonté de sauvegarder à tout prix l'honneur de leur famille, de leur village, de leur peuple. Non, une Kalachnikov ne sauve aucun honneur, elle creuse la honte... Une œuvre exceptionnelle, remarquablement bien écrite, et d'une actualité brûlante : un cri d'alarme, mais qui l'entendra ?
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
66 internautes sur 74 ont trouvé ce commentaire utile  Par Babour Horn sur 26 août 2008
Format: Broché
Dans Terre et Cendres - son premier roman - Atiq Rahimi retraçait avec brio le silence, les odeurs et la poussiére de sa terre afghane, avec Syngue Sabour (la pierre de patience)- son troisiéme roman - ,le poéte afghan se lance dans un pari risqué : lever le voile sur les sentiments et la vie quotidienne d'une femme afghane condamnée à veiller son mari moudjahed paralysé par une balle perdue.
Délaissant le farsi, sa langue natale, pour le français, sa langue d'adoption, l'écrivain-réalisateur - fils spirituel du grand écrivain afghan Bahodine Majrouh - nous livre un récit haletant aux connotations aussi troublantes que sulfureuses. Porté par la musicalité du texte, cette confession bouleversante écrite au féminin nous révéle - avec un courage inconscient par ces temps de fatwa - une part d'ombre insoupçonnée. Pari réussi, le chef d'oeuvre est au rendez-vous.
1 commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer

Commentaires client les plus récents



Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?