Acheter d'occasion
EUR 3,07
+ EUR 2,99 (livraison)
D'occasion: Bon | Détails
Vendu par momox fr
État: D'occasion: Bon
Commentaire: En Stock. Expédié sous 24h
Amazon rachète votre
article EUR 0,97 en chèque-cadeau.
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir cette image

Témoignage Poche – 3 janvier 2008


Voir les formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon Neuf à partir de Occasion à partir de
Poche, 3 janvier 2008
"Veuillez réessayer"
EUR 3,07

Offres spéciales et liens associés


Descriptions du produit

Extrait

Extrait de l'introduction :

D'aussi loin que je me souvienne, j'ai toujours voulu agir. Dans mon esprit la parole, les idées, la communication n'ont de sens que dans la mesure où elles permettent et surtout facilitent l'action. Transformer le quotidien, rendre l'impossible envisageable, trouver des marges de manoeuvre, voilà ce qui m'a toujours passionné. C'est pour cela, à cause de cela, par cela que je me suis engagé dès mon plus jeune âge dans l'exercice des responsabilités et dans la conquête de ce que l'on appelle de façon vague le pouvoir.
Cette passion aurait pu se concrétiser dans l'entreprise, dans la vie associative, dans l'intervention humanitaire, que sais-je encore. La politique n'était pas une tradition familiale. Tout même aurait dû m'en éloigner : je n'avais ni relations, ni fortune, je n'étais pas fonctionnaire et j'avais un nom qui, par sa consonance étrangère, en aurait convaincu plus d'un de se fondre dans l'anonymat plutôt que de s'exposer à la lumière.
J'ai exercé le métier d'avocat et je l'aime. Il m'a de surcroît donné le confort de la certitude d'avoir un métier entre les mains. Sans lui, je n'aurais jamais pu assumer les risques que j'ai pris tout au long de ma carrière. Je lui dois l'indépendance dont j'avais besoin pour rester un homme libre. Il est tellement plus facile de dire non quand on sait de quoi son «lendemain professionnel» sera fait.
A moins de quinze ans toutefois, c'était déjà la politique qui aimantait tout mon intérêt et tout mon désir. Je n'ai pas choisi de faire de la politique. Je ne me suis jamais dit «je voudrais faire de la politique» ou «comment faire de la politique». Cela s'est produit de manière aussi évidente qu'irrésistible. C'est pourquoi je n'ai jamais vraiment voulu ni cherché à l'expliquer. Je n'ai pas le souvenir d'une rencontre, d'un événement ou d'une lecture qui aurait joué un rôle décisif dans cette orientation. C'était au fond de moi et c'eût été me renier que de ne pas le laisser s'accomplir. Et c'est sans doute aussi pour cette raison que, malgré les obstacles dressés sur ma route, les échecs que j'ai eus à subir, les épreuves que j'ai dû traverser, cette passion l'a toujours emporté.
Dans le mystère de toute vocation, les années de jeunesse laissent toutefois nécessairement des traces. Il serait faux de reconstruire a posteriori un cheminement qui tient plus à ce que je suis au fond qu'à ce que j'ai vécu dans mon enfance et dans mon adolescence. Il le serait tout autant de dire que rien ni personne n'a compté dans le mûrissement de mon engagement.
Le fait d'être un fils d'immigré, de la première génération par mon père, venu de Hongrie après le dramatique partage de Yalta, de la deuxième généra­tion par ma mère dont le père était un juif originaire de Salonique, a certainement joué un rôle. Dans cette France des années 1960, où notre pays unissait toutes ses forces pour se moderniser et se développer, c'était sans doute plus facile qu'aujourd'hui d'être un fils d'immigré. Mais la France, nous l'aimions. Elle n'était pas un dû. Toute mon enfance, juché sur les épaules de mon grand-père, je ne me suis jamais lassé de regarder, fasciné et ému, les défilés du 11 novembre et du 14 juillet. L'idée même de critiquer la France ne nous serait jamais venue à l'esprit.


Vendez cet article - Prix de rachat jusqu'à EUR 0,97
Vendez Témoignage contre un chèque-cadeau d'une valeur pouvant aller jusqu'à EUR 0,97, que vous pourrez ensuite utiliser sur tout le site Amazon.fr. Les valeurs de rachat peuvent varier (voir les critères d'éligibilité des produits). En savoir plus sur notre programme de reprise Amazon Rachète.

Détails sur le produit

  • Poche: 280 pages
  • Editeur : Pocket (3 janvier 2008)
  • Collection : Litterature
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2266170244
  • ISBN-13: 978-2266170246
  • Dimensions du produit: 18 x 1,2 x 11 cm
  • Moyenne des commentaires client : 2.8 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (4 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 471.762 en Livres (Voir les 100 premiers en Livres)
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


En savoir plus sur l'auteur

Découvrez des livres, informez-vous sur les écrivains, lisez des blogs d'auteurs et bien plus encore.

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

2.8 étoiles sur 5

Commentaires client les plus utiles

7 internautes sur 11 ont trouvé ce commentaire utile  Par Stephen (Auvergne) TOP 1000 COMMENTATEURS le 27 septembre 2009
La lecture de cet ouvrage est à recommander hautement afin de mieux saisir la pensée de notre bien-aimé Président. NS serait inquiet pour sa réélection mais il n'a pas de souci à se faire. En effet, il suffit d'appliquer le célèbre proverbe "dis-moi qui tu fréquentes, je te dirai qui tu es" pour être rassuré sur ses capacités.

Nul ne doute qu'il soit d'une honnêteté aussi scrupuleuse que Bernard Tapie ou le couple Balkany, aussi bon contribuable que Doc Gynéco ou Johnny Halliday, aussi distingué et dénué de vulgarité que JM Bigard et, dans ce pays de tradition artistique et culturelle qu'est la France, amateur d'émissions intellectuelles présentées par Patrick Sabatier, de comédies fines et aérées avec Christian Clavier ou Roger Hanin et de musique subtile et légère, écoutée selon les conseils que lui prodigua feu Pascal Sevran (dont l'émission ravissait les amateurs de bon goût...) et prodiguée sans réserve par les cadors inoubliables que sont Mireille Mathieu, Enrico Macias, Faudel, Miss Dominique, Michel Sardou et Didier Barbelivien.

Le Chef de l'Etat sait aussi que les électeurs ne tiendront pas rigueur au "Président du pouvoir d'achat" de n'avoir pas tenu ses promesses, d'être forcés de travailler plus et parfois le dimanche pour gagner moins, de constater qu'il reste des SDF après ses deux premières années de pouvoir, car c'est bien entendu la crise financière et non la teneur ahurissante de ses promesses qui est responsable de ses reniements.
Lire la suite ›
5 commentaires Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
2 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile  Par crew.koos COMMENTATEUR DU HALL D'HONNEURTOP 50 COMMENTATEURS le 28 août 2009
Excellente nouvelle qui vient de nous parvenir, une traduction française de cette oeuvre maitresse du président de tous les français expatriés fiscaux, est enfin disponible sur Amazon à l'adresse suivante: ...
9 commentaires Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
6 internautes sur 16 ont trouvé ce commentaire utile  Par Denis Jaisson le 22 juillet 2008
Le Sarkozy par Sarkozy, celui du 2 + 2 = 4, du bon-sens et de l'audace, du franc-parler et de l'indignation intransigeante devant l'inacceptable. Ce Sarkozy qui avait le courage de s'aimer et de croire en lui-même séduisit une droite châtrée et une bourgeoisie qui n'en pouvait plus de sa droite molle; mais ce politicien d'un genre nouveau a un air connu...

Edouard Drumont se gaussa au siècle dernier des «saltimbanques» dont «la politique à la fois romanesque et bassement cupide est un étalage de principes pompeux de liberté, d'égalité, de fraternité, un programme de progrès qui n'est jamais tenu et qui laisse bien vite voir l'affaire pécuniaire, un boniment d'émancipation et d'amélioration qui se traduit toujours par la persécution la plus intolérable et l'extorsion de sommes d'argent». Ainsi Sarkozy proposa «que ceux qui ont des rémunérations modestes puissent garantir leur emprunt par la valeur de leur logement» ("Abécédaire des Propositions de Nicolas Sarkozy"). En ajoutant que «ceci profiterait alors directement à tous ceux dont les revenus fluctuent, comme les intérimaires et de nombreux indépendants» - les premières visites des huissiers quand vient la crise - il disait sans complexe à qui il voulait renvoyait l'ascenseur. Il versa à ce sujet dans la contradiction grotesque, en donnant en exemple lors d'un discours ces Américains et ces Anglais qui devinrent propriétaires fonciers après avoir hypothéqué - devinez quoi - leur maison; il suffisait d'y penser!
Lire la suite ›
2 commentaires Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
1 internautes sur 15 ont trouvé ce commentaire utile  Par Mr. Jean Echinard le 10 septembre 2008
Dans le livre il y a les mots d'une personne qui souhaite un bel avenir au pays. Une personne qui travaille sans compter pour changer la France.
1 commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?