undrgrnd Cliquez ici KDPContest nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_WSHT16 Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

4,8 sur 5 étoiles
4
4,8 sur 5 étoiles
5 étoiles
3
4 étoiles
1
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
Format: CD|Modifier
Prix:16,00 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Comme on se retrouve. En un rien de temps, après vous avoir dit tout le bien que je pensais d’Ain’t Living Long Like This (1978), un incontournable album de country-rock, puis avoir fait l’éloge du tandem Emmylou Harris/Rodney Crowell (Yellow Moon/2013), voilà que le nom de Rodney Crowell revient sur le devant de l’actualité discographique avec la sortie de Tarpaper Sky (2014), l’œuvre d’un grand professionnel de l’Americana. Mieux, d’un Maître, qui peut légitimement et au regard de son écot, revendiquer une place de premier choix au Panthéon des songwriters du genre.

Quatorzième LP solo studio, coproduit par ses soins et par Steuart Smith et Dan Knobler, Tarpaper Sky s’est vu dérouler le tapis rouge à sa publication. Les presses spécialisées sont unanimes : Rodney Crowell frappe fort. Son nouveau travail affiche une forme splendide s’appuyant, une fois n’est pas coutume et comme il nous a depuis longtemps habitués, sur une écriture de première force. Le songwriting, c’est son son fonds de commerce et il le soigne, croyez-moi.

Tarpaper Sky, enregistré live en studio, propose un lot de 11 originaux dont seuls trois d’entre eux, co-écrits, échappent à sa plume : Fever On The Bayou (du texan Will Jennings), God I’m Missing You (Mary Karr) et Somebody’s Shadow (Quinten Collier). La collection retenue brosse le portrait de situations de vie qui se dégustent avidement comme on le ferait d’une bon livre ; le résultat est magnifique. On a grand plaisir à retrouver le son Crowell, celui des années 80 qui lui sied le mieux. Même si ses travaux précédents ont de la gueule, Crowell, ayant repoussé loin et depuis belle lurette les limites de l’Americana, a ici ce petit quelque chose en plus, appelons ça le cœur et la maturité, qui en font un des meilleurs LP de l’artiste. Un de ses plus personnels et de ses plus cool aussi.

Chaque chanson brille, dans des proportions différentes certes, mais brille. La majorité d’entre elles ont été écrites il y a quatre ans, mais cela valait le coup de patienter. Mon coup de cœur va à The Flyboy & The Kid, sous titré For Guy, autrement dit dédié par Rod à Guy Clark, son pote de toujours et mentor. Pour la qualité de la chanson et pour ma grande sympathie pour Clark.
Rodney Crowell se plie par ailleurs deux fois supplémentaires à l’exercice de la dédicace. Oh What A Beautiful World est consacré à John Denver tandis que le titre qui introduit Tarpaper, The Long Journey Home l’est à Ben Bullington, médecin de campagne et chanteur-compositeur-interprète de country décédé fin 2013 à 58 ans.

Fever On The Bayou et son couplet en franglais, God I’m Missing You, I Wouldn’t Be Me Without You, pièce country-valse et Famous Last Words Of A Fool In Love, en duo avec Shannon McNally sont les autres points de chute prioritaires du répertoire de Tarpaper qui repose sur un line-up de fidèles déjà présents sur Diamonds & Dirt (album de l’année 1988), la référence Crowell jusqu’alors. J’ai nommé Steuart Smith, Michael Rhodes et Eddie Bayers.

L’histoire repasse les plats 26 ans après ; gageons qu’elle soit aussi fructueuse que ne l’a été cet épisode musical essentiel dans la carrière du texan. Tout semble bien parti pour. D’ores et déjà, une chose est sûre : Tarpaper est son plus joli coup des dix dernières années. C'est du 4, voire 4,5/5. Comme quoi la vieille garde, hein, elle n’est pas prête à se laisser enterrer par des guignoleries pitos en mode Conchita Wurtz ou Twin Twin. Pauvre Vieux Continent qui n’a que ces ersatz d’artistes à envoyer pour contrecarrer la culture américaine. On n’est vraiment pas sortis de l’auberge (PLO54).
0Commentaire| 7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 1 juin 2014
Rodney Crowell pour moi c est une histoire d amour depuis 1973 ! super compositeur et chanteur et guitariste que j ai vu plusieurs fois donc a l époque du fameux hot band d Emmylou Harris , puis l an dernier avec Emmylou à Paris pour leur album en duo. sinon emballage et livraison impecc
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 21 septembre 2014
Ce type est increvable : tous les ans il nous pond une petite merveille country rock............avec une régularité de métronome......
profitez bien de celle ci.................et en attendant les suivantes, replongez vous dans sa foisonnante discographie................
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 3 mai 2015
Comme d'habitude, c'est super (pour moi) mais si vous aimer ce genre de musique, il n'y a pas à réfléchir, ACHETER
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

20,24 €
8,00 €
11,42 €

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)