undrgrnd Cliquez ici Avant toi nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_GWeek16Q2 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

4,7 sur 5 étoiles17
4,7 sur 5 étoiles
Format: Téléchargement MP3|Modifier
Prix:10,99 €
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Bien que les rayonnages de ma discothèque s'honorent de compter quelques interprétations des plus grands archets du siècle comme Huberman, Heifetz, Oïstrakh ou Milstein, c'est vers cette version de Isaac Stern et Eugene Ormandy que je me tourne quand l'envie me vient d'écouter le Concerto de Tchaïkovski, qui n'est certes pas mon préféré au sein du répertoire romantique.

Le jeu suprêmement élégant du violoniste américain, la sonorité moirée de son Guarnerius, peignent l'Allegro Moderato dans le sens du poil, tandis que la direction du chef hongrois évite soigneusement tout histrionisme et se délecte des couleurs suaves de son orchestre pennsylvanien : écoutez donc la reprise du thème par la flûte à 11'50 !

Après une Canzonetta où les interprètes semblent rêver aux calmes paysages helvétiques que contempla le compositeur russe quand il écrivit l'oeuvre au bord du Lac de Clarens, le Vivacissimo maintient un caractère allusif qui débusque une improbable poésie dans ce finale habituellement voué à faire virevolter les boutons de manchette.

Dans le Concerto de Sibelius, je trouve la prestation de Stern moins riche de timbres.
Quant à la prosodie, l'éloquence brute dont se satisfait la partition du soliste m'apparaît ici un peu trop sophistiquée.
Le violoniste américain avait osé une lecture plus adéquatement dramatique sous la baguette de Thomas Beecham avec le Royal Philharmonic, mais qu'importe : l'on pourra n'avoir d'oreilles que pour l'orchestre de Philadelphie, qui déploie une fresque enivrante, saturée de couleurs, éprise de grandeur épique.
Le finale, aiguillonné par le rebond ludique de la timbale, est un modèle de verve rhapsodique.
11 commentaire|42 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 1 juillet 2010
Le CD reçu est en parfait état.
Cet enregistrement de Stern est ancien, il a beau avoir été bien remastérisé, la qualité sonore (étendue harmonique et timbres) est en retrait par rapport à ce que l'on fait actuellement.
Il n'en reste pas moins que cette interprétation du concerto de Tchaikovsky reste une référence à posséder ; personnellement je préfère l'interprétation de Haifetz, mais c'est affaire de goût personnel.
Le concerto de Sibelius, que je ne connaissais pas, vaut aussi la peine.
0Commentaire|9 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 13 février 2012
Rien a redire quant à l'interprétation qui reste exceptionnelle. C'est pour cela que je met la note maximum.

Par contre la captation n'est pas de très haut niveau et cela est vraiment dommage. Un souffle permanent, une prise que je qualifierai de globale et non par type d'instrument enlève beaucoup à la qualité de l'interprétation et de l'œuvre. C'est d'autant plus dommage que l'op35 de Tchaïkovsy est tellement rare vu qu'il est réputé impossible à jouer ...
11 commentaire|3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 22 avril 2010
Merveilleux disque que celui ci, avec deux des plus grands concertos romantiques du répertoire classique desservis par un orchestre saturés de couleurs, emmené par un excellent chef et Isaac STERN qui fait une vraie performance au violon. Son jeu est plein de précision et d'engagement et son violon a des sonorités magnifiques. Le point fort du disque est le Concerto de Tchaikovski même si celui de Sibelius est aussi de très bonne facture. En prime une prise de son de très bonne tenue. Bref un excellent disque à à avoir dans sa discographie aux côtés des interprétations monumentales de J. HEFETZ (F. REINER - CSO), A.S. MUTTER (KARAJAN - Philharmonique de Vienne) et surtout de l'inatteignable version de E. LEINSDORF (Boston - 1967) avec un Itzhak PERLMAN en état de grâce.
0Commentaire|12 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 24 mai 2010
Je ne suis pas assez calée en musique classique pour disserter deux heures sur telle ou telle interpretation, mais je pense celle-ci envoûtante et magnifique, c'est tout ce que je lui demande!
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 22 janvier 2010
J'ai acheté ce CD après être allée voir "Le concert" : quel coup de coeur ! Non seulement la 1ère partie de Tchaïkovsky tourne quasiment en boucle mais j'ai découvert Sibelius, dont le concerto est tout aussi magnifique. C'est de l'émotion pure, d'une beauté comme scintillante et poignante à la fois. La preuve, ça me rend lyrique !
0Commentaire|18 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 30 janvier 2012
super service et arrivée d'une très belle mélodie à mes oreilles.
Un vrai régal pour mélomane servi avec rapidité et efficacité.
Quel comfort
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 6 août 2012
je ne suis qu'un humble amateur, mais j'ai trouvé stern très plat sur tchaikovsky, et à la limite de manger certaines notes. c'est probablement du au fait que j'ai deux autres versions (une de Itzak Perlamn et l'autre est un fichier mp3 de oistrak mais de mauvaises qualité) qui sont de mon point de vue nettement plus colorée et donne vie à chacune des notes.

sibelius me semble mieux réussi.
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 22 février 2011
Très belle interprétation de ce concerto. Je ne suis pas un spécialiste de la musique classique mais on y retrouve largement l'émotion musicale découverte dans le Film Le Concert sorti en 2009.
Le toucher au violon y est légèrement différent que dans la bande originale réalisée, je crois, par le 1er violon d'un orchestre parisien et on retrouve surtout la musique du film dans les parties I et III du concerto.
Nénamoins et bien qu'il n'y ait pas d'images, on sent très clairement le passage de l'émotion sous l'archet d'Isaac Stern et l'orchestre qui l'accompagne, lui répond puis le soulève. Très réussi.

Quelques passages intéressants sur le concerto de Sibelius que je ne connaissais pas du tout.
0Commentaire|4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 3 novembre 2012
Il existe une autre version de Stern (Sony) sous la direcion de Rostropovitch; y a-t-il un avis éclairé sur cette autre version?
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)