Plus d'options
Tchaikovsky: Symphony No.6 In B Minor Opus 74 "Pathetique"; Eugene Onegin op. 24: Polonaise & Valse
 
Agrandissez cette image
 

Tchaikovsky: Symphony No.6 In B Minor Opus 74 "Pathetique"; Eugene Onegin op. 24: Polonaise & Valse

8 août 1998 | Format : MP3

EUR 9,94 (TVA incluse le cas échéant)
Également disponible en format CD

Applications Amazon Music

Applications Amazon Music
Titre
Durée
Popularité  
30
1
21:20
30
2
9:20
30
3
8:55
30
4
11:04
30
5
6:37
30
6
5:25
Votre compte Amazon Music n'est actuellement associé à aucun pays. Pour profiter de la musique Premium, allez sur votre Bibliothèque musicale et transférez votre compte à Amazon.fr (FR).
  

Détails sur le produit

  • Performers: Ferenc Fricsay
  • Composers: Peter Ilyich Tchaikovsky
  • Conductors: Ferenc Fricsay
  • Date de sortie d'origine : 8 août 1998
  • Date de sortie: 8 août 1998
  • Label: Universal Music Division Classics Jazz
  • Copyright: (C) 1998 Deutsche Grammophon GmbH, Hamburg
  • Métadonnées requises par les maisons de disque: les métadonnées des fichiers musicaux contiennent un identifiant unique d’achat. En savoir plus.
  • Durée totale: 1:02:41
  • Genres:
  • ASIN: B005AQK1AI
  • Moyenne des commentaires client : 5.0 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (7 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 34.209 en Albums (Voir les 100 premiers en Albums)

Commentaires en ligne

5.0 étoiles sur 5
5 étoiles
7
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoiles
0
Voir les 7 commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients

Commentaires client les plus utiles

17 internautes sur 17 ont trouvé ce commentaire utile  Par lesolitaire le 9 novembre 2008
Format: CD
Nul doute que la 6ème et dernière symphonie de Tchaïkovsky constitue l'une des oeuvres les plus enregistrées de toute la musique classique. Partir avec le grand hongrois Ferenc Fricsay à la rencontre de ce chef d'oeuvre de la musique c'est pénétrer un monde marqué par le sceau du destin : Tchaïkovsky acheva de composer cette oeuvre à peine quelques jours avant sa mort, Fricsay l'enregistra alors qu'il souffrait déjà de la maladie qui devait l'emporter, trop tôt, en 1963.
La "Pathétique" oscille perpétuellement entre deux vies, entre deux mondes. Face aux injonctions du destin et de la nécessité, représenté dans l'orchestre par les cuivres, Fricsay fait chanter à l'âme humaine sa toute dernière plainte dans le premier mouvement, entre désespoir et résignation. Le chef hongrois porte toute son attention à la pureté des phrasés, aux nuances, aux silences lourds de signification avec une retenue remarquable ( et l'on sait combien Tchaïkovsky invite parfois ses interprètes à un jeu trop marqué, trop clinquant ), réussissant à maintenir une tension saisissante pendant les vingt minutes que dure le premier mouvement : on oscille entre le déchirement, la sérénité, la panique...
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
13 internautes sur 13 ont trouvé ce commentaire utile  Par NMN le discophage TOP 500 COMMENTATEURS le 23 février 2008
Format: CD
Dorati fait briller son orchestre, Reiner le fait chanter, Fricsay lui fait vivre un drame permanent, pas même ou si peu allégé par les deux mouvements centraux, valse à 5 temps angoissante et marche scherzo tragique par son entrain trop volontairement forcé. Le finale sombre dans une désespérance absolue, jusqu'au long decrescendo où les cordes agonisent littéralement sous nos oreilles en un poignant râle ponctué par des timbales-battements de coeur mourantes. Le grand Fricsay sait unir plus que jamais les différentes parties de cette symphonie-testament autobiographique trop souvent galvaudée. Aucune faute de goût, tout est dit avec pudeur, le style de direction mettant l'accent sur une vigueur rythmique au phrasé angulaire. Les deux morceaux de complément eux aussi très connus, nous rappellent que Fricsay fut aussi excellent dans les danses, ici valse et polonaise (voir son enregistrement des Strauss). Il a tout compris, pour notre plus grand bonheur.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
19 internautes sur 20 ont trouvé ce commentaire utile  Par Samuel Pierre le 11 septembre 2005
Format: CD
On a déjà dit beaucoup sur la direction de Fricsay, sa vigueur alliée à une rythmique hallucinante, sa transparence et sa lisibilité qui donnent une intelligence immédiate de l'oeuvre. Toutes ces qualités éclatent dans cet enregistrement de la 6ème symphonie de Tchaïkovski (on sait que le chef hongrois était très exigeant sur ses versions studio, recherchant la perfection). Paradoxalement, malgré la pudeur infinie, l'émotion est à son comble : l'adagio liminaire est dominé par le sentiment de l'urgence, l'Allegro molto vivace résonne comme une valse mélancolique, emplie de la nostalgie d'un passé heureux, et le finale laisse percer une souffrance aiguë, à peine supportable, qui s'oblitère dans une résignation douloureuse. Du grand art...
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
7 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile  Par méditos TOP 1000 COMMENTATEURS le 30 janvier 2011
Format: CD
Cette version est tout simplement "ma" référence absolue pour la 6ème, peut-être à égalité avec Mravinsky ? Au-dessus sans doute, car là où Mravinsky glace d'effroi, Fricsay nous étreint d'une émotion vivrante qui parle plus directement à notre coeur. C'est donc bien vers lui que l'on reviendra toujours, un peu comme l'on revient chez soi... Complément de très grande classe. A thésauriser les yeux fermés, surtout au prix de cette collection, mais les oreilles grandes ouvertes, comme presque tout ce que très très grand chef nous a légué au disque.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer

Rechercher des articles similaires par rubrique