Ted Nugent

Les clients ont également acheté des articles de

Top albums (Voir les 73)


Voir les 73 albums de Ted Nugent

Ted Nugent : top des titres
Trier par:
Meilleures ventes
1-10 of 521
Titre Album  
30
30
30
30
30
30
30
30
30
30

Image de Ted Nugent

Biographie

Theodore Anthony Nugent est né le 13 décembre 1948 à Detroit (Michigan). En digne fils de la Motor City, Ted Nugent ne tarde pas à empoigner la guitare et fait ses débuts dès 1958. Guitariste et chanteur, Ted Nugent forme The Amboy Dukes en 1967 et s'adonne alors à un rock psychédélique puissant. Le groupe devient Ted Nugent's Amboy Dukes en 1974 pour Tooth, Fang ... Lire la suite

Theodore Anthony Nugent est né le 13 décembre 1948 à Detroit (Michigan). En digne fils de la Motor City, Ted Nugent ne tarde pas à empoigner la guitare et fait ses débuts dès 1958. Guitariste et chanteur, Ted Nugent forme The Amboy Dukes en 1967 et s'adonne alors à un rock psychédélique puissant. Le groupe devient Ted Nugent's Amboy Dukes en 1974 pour Tooth, Fang & Claw, prélude évident à l'envolée en solo.

Ted Nugent en 1975 le consacre vite comme un guitar hero particulièrement extraverti. Aidé par un groupe solide, Ted Nugent laisse libre cours à son tempérament de bête de scène et de serial riffeur. Bien qu'en retrait artistiquement, Free-for-All en 1976 confirme l'aura du gaillard. Cat Scratch Fever en 1977 devient l'album incontournable du moment, une sérieuse livraison de hard rock boogie, au service d'un charisme exceptionnel. Amplement mégalomane, Ted Nugent commence ensuite à s'égarer avec Weekend Warriors (1978) ou State of Schock (1979). Ce qui ne l'empêche pas de sortir en 1978 un album live qui met tout le monde à genoux, Double Live Gonzo!, témoignage d'une vraie furie scénique.

Malgré l'embellie Scream Dream en 1980, Ted Nugent disparait doucement des radars, avec un série d'albums peu défendables. Il revient brièvement au premier plan en 1989, avec la formation du super groupe Damn Yankees et le succès en 1990 de Damn Yankees. Mais de plus en plus, les préoccupations de Ted Nugent se déplacent sur le terrain politique. Homme de droite, il prône une sorte de retour à la nature libertaire, sous forme de passion pour le tir à l'arc et les armes à feu. Spirit of the Wild en 1995 célèbre ces valeurs, autant que le retour en forme du guitariste des bois.

Craveman en 2002 maintient l'illusion, avant la lourde rechute de Love Grenade en 2007. Il ne faut cependant pas s'y tromper, à soixante ans désormais passés, Ted Nugent n'a rien d'un pappy sénile du hard rock. Motor City Mayhew en 2009 célèbre avec faste le six millième concert d'un guitariste qui est toujours alerte et saignant. Et une vraie légende, à sa manière parfois discutable. Copyright 2014 Music Story François Alvarez

Theodore Anthony Nugent est né le 13 décembre 1948 à Detroit (Michigan). En digne fils de la Motor City, Ted Nugent ne tarde pas à empoigner la guitare et fait ses débuts dès 1958. Guitariste et chanteur, Ted Nugent forme The Amboy Dukes en 1967 et s'adonne alors à un rock psychédélique puissant. Le groupe devient Ted Nugent's Amboy Dukes en 1974 pour Tooth, Fang & Claw, prélude évident à l'envolée en solo.

Ted Nugent en 1975 le consacre vite comme un guitar hero particulièrement extraverti. Aidé par un groupe solide, Ted Nugent laisse libre cours à son tempérament de bête de scène et de serial riffeur. Bien qu'en retrait artistiquement, Free-for-All en 1976 confirme l'aura du gaillard. Cat Scratch Fever en 1977 devient l'album incontournable du moment, une sérieuse livraison de hard rock boogie, au service d'un charisme exceptionnel. Amplement mégalomane, Ted Nugent commence ensuite à s'égarer avec Weekend Warriors (1978) ou State of Schock (1979). Ce qui ne l'empêche pas de sortir en 1978 un album live qui met tout le monde à genoux, Double Live Gonzo!, témoignage d'une vraie furie scénique.

Malgré l'embellie Scream Dream en 1980, Ted Nugent disparait doucement des radars, avec un série d'albums peu défendables. Il revient brièvement au premier plan en 1989, avec la formation du super groupe Damn Yankees et le succès en 1990 de Damn Yankees. Mais de plus en plus, les préoccupations de Ted Nugent se déplacent sur le terrain politique. Homme de droite, il prône une sorte de retour à la nature libertaire, sous forme de passion pour le tir à l'arc et les armes à feu. Spirit of the Wild en 1995 célèbre ces valeurs, autant que le retour en forme du guitariste des bois.

Craveman en 2002 maintient l'illusion, avant la lourde rechute de Love Grenade en 2007. Il ne faut cependant pas s'y tromper, à soixante ans désormais passés, Ted Nugent n'a rien d'un pappy sénile du hard rock. Motor City Mayhew en 2009 célèbre avec faste le six millième concert d'un guitariste qui est toujours alerte et saignant. Et une vraie légende, à sa manière parfois discutable. Copyright 2014 Music Story François Alvarez

Theodore Anthony Nugent est né le 13 décembre 1948 à Detroit (Michigan). En digne fils de la Motor City, Ted Nugent ne tarde pas à empoigner la guitare et fait ses débuts dès 1958. Guitariste et chanteur, Ted Nugent forme The Amboy Dukes en 1967 et s'adonne alors à un rock psychédélique puissant. Le groupe devient Ted Nugent's Amboy Dukes en 1974 pour Tooth, Fang & Claw, prélude évident à l'envolée en solo.

Ted Nugent en 1975 le consacre vite comme un guitar hero particulièrement extraverti. Aidé par un groupe solide, Ted Nugent laisse libre cours à son tempérament de bête de scène et de serial riffeur. Bien qu'en retrait artistiquement, Free-for-All en 1976 confirme l'aura du gaillard. Cat Scratch Fever en 1977 devient l'album incontournable du moment, une sérieuse livraison de hard rock boogie, au service d'un charisme exceptionnel. Amplement mégalomane, Ted Nugent commence ensuite à s'égarer avec Weekend Warriors (1978) ou State of Schock (1979). Ce qui ne l'empêche pas de sortir en 1978 un album live qui met tout le monde à genoux, Double Live Gonzo!, témoignage d'une vraie furie scénique.

Malgré l'embellie Scream Dream en 1980, Ted Nugent disparait doucement des radars, avec un série d'albums peu défendables. Il revient brièvement au premier plan en 1989, avec la formation du super groupe Damn Yankees et le succès en 1990 de Damn Yankees. Mais de plus en plus, les préoccupations de Ted Nugent se déplacent sur le terrain politique. Homme de droite, il prône une sorte de retour à la nature libertaire, sous forme de passion pour le tir à l'arc et les armes à feu. Spirit of the Wild en 1995 célèbre ces valeurs, autant que le retour en forme du guitariste des bois.

Craveman en 2002 maintient l'illusion, avant la lourde rechute de Love Grenade en 2007. Il ne faut cependant pas s'y tromper, à soixante ans désormais passés, Ted Nugent n'a rien d'un pappy sénile du hard rock. Motor City Mayhew en 2009 célèbre avec faste le six millième concert d'un guitariste qui est toujours alerte et saignant. Et une vraie légende, à sa manière parfois discutable. Copyright 2014 Music Story François Alvarez


Améliorez le contenu de cette page

Si vous êtes l'artiste, le label ou le manager concerné, vous pouvez mettre à jour les informations sur cette page, telles que biographie, vidéos et plus encore sur Artist Central.

Commentaires

Visitez notre FAQ sur les Pages Artistes
Donnez-nous votre avis sur cette page