The Band

Top albums (Voir les 111)


CD: €7.70
CD: €12.54  |  MP3: €9.99
CD: €68.71
CD: €9.98  |  MP3: €9.89
CD: €7.00  |  MP3: €7.99
CD: €13.67  |  MP3: €7.99
CD: €17.29  |  MP3: €9.99
CD: €12.57  |  MP3: €9.99
CD: €16.65
Voir les 111 albums de The Band

The Band : top des titres
Trier par:
Meilleures ventes
1-10 of 583
Titre Album  
30
30
30
30
30
30
30
30
30
30
Votre compte Amazon Music n'est actuellement associé à aucun pays. Pour profiter de la musique Premium, allez sur votre Bibliothèque musicale et transférez votre compte à Amazon.fr (FR).
  

Image de The Band
Fourni par l'artiste ou son représentant

Biographie

Who Do You Love

L'aventure de The Band débute à la fin des années 1950 lorsque Ronnie Hawkins, chanteur de rock 'n' roll de l'Arkansas recrute pour son groupe les Hawks son compatriote le guitariste Levon Helm début 1958 ; Levon,Helm passe vite à la batterie. Après une demi-douzaine de 45 tours dont un sous le nom de Rockin' Ron ... Lire la suite

Who Do You Love

L'aventure de The Band débute à la fin des années 1950 lorsque Ronnie Hawkins, chanteur de rock 'n' roll de l'Arkansas recrute pour son groupe les Hawks son compatriote le guitariste Levon Helm début 1958 ; Levon,Helm passe vite à la batterie. Après une demi-douzaine de 45 tours dont un sous le nom de Rockin' Ron & The Rebels et deux albums, Ronnie Hawkins s'exile volontairement en 1960 au Canada.

Les Hawks s'y établissent sans avoir vraiment percé, avec Levon Helm seul rescapé de l'orchestre, dont les membres sont remplacés par des Canadiens, le tout jeune guitariste  Robbie Robertson, Rick Danko à la basse, Richard Manuel au piano et Garth Hudson à l'orgue. La formation reste intacte jusqu'en 1963.

Bob Dylan

La carrière des musiciens croise celle de Bob Dylan, et restera indissociable. Grâce à cette rencontre, cette formation qui aurait pu devenir un énième groupe de bars, va enthousiasmer le petit monde du rock et exercer sur celui-ci une influence capitale.

Le premier concert avec seulement Robbie Robertson, Levon Helm, Al Kooper aux claviers et Harvey Brooks à la basse a lieu le 28 août 1965 au Forest Hills Stadium dans le Queens, suivi des premières répétitions avec le groupe entier à Toronto du 15 au 17 septembre.  

En Europe

Le premier concert de Bob Dylan et des Hawks au complet se tient au Municipal Auditorium à Austin, Texas, le 23 septembre 1965.

Même si le groupe est l'orchestre officiel de Bob Dylan, et l'accompagne en Europe au printemps 1966, seul Robbie Robertson participe au chef d'œuvre Blonde On Blonde. Lorsque le jour précédant l'entrée au hit parade de Blonde On Blonde, Bob Dylan est victime le 29 juillet de son accident de moto, laissant son groupe au chômage technique.

Les bandes de la cave

Au printemps 1967 a lieur l'enregistrement des fameuses Basement Tapes dont une partie ne verra officiellement le jour qu'en 1975, mais qu'on connaîtra dès 1969 avec le plus célèbre « bootleg » de l'histoire (et le premier) : Great White Wonder.

Un vrai Band

Leur cohésion est absolument unique dans les annales du rock ; cinq musiciens-frères qui ont une « vision », imperméables aux productions contemporaines, démocrates attentifs aux autres dans leur manière de travailler, l'auteur laissant volontiers à l'un des autres le soin de chanter sa propre composition.

L'éblouissant The Band sort à l'automne 1969. Le 16 avril le premier de deux concerts prévus au Winterland à San Francisco qui étaient leur ticket d'entrée dans la cour des grands est un désastre, Robbie Robertson, malade, quittant la scène après sept morceaux.

Huit des douze titres de The Band (qui avait failli s'intituler Harvest) sont crédités à Robbie Robertson sans qu'il n'en chante une seule, laissant ce soin aux trois meilleurs dans le domaine, Levon Helm, Rick Danko et surtout Richard Manuel. Les musiciens jouent toujours aux chaises musicales en s'échangent leurs instruments au gré des chansons, le résultat donne l'un des très grands albums de l'histoire, indémodable, éblouissant et passionnant. Les morceaux les plus connus sont bien sûr « Rag Mama Rag » avec Richard Manuel à la batterie, et l'ode au Sud « The Night They Drove Old Dixie Down » chanté par Levon Helm.

Time

C'est en voisins que les musiciens doivent participer au festival de Woodstock le dimanche 17 août 1969, pourtant déplacé à Bethel, distant de cent kilomètres ; le Band lui aussi déplacé, car coincé entre Ten Years After et Johnny Winter, enchaîne avec le festival de l'île de Wight où il se produit 45 minutes avant d'accompagner Bob Dylan.

Avec son ton désenchanté, Stage Fright déçoit les admirateurs, surtout sa première partie mais la seconde renferme les joyaux « The Shape I'm In » écrit par Robbie Robertson sur son ami Richard Manuel dont la dépendance à l'alcool le rend de moins en moins créatif, « The Rumor », un portrait de la terne vie à Woodstock où le groupe vit replié sur lui-même, et « Stage Fright » sur le trac en scène, écrit par Robertson en songeant à Bob Dylan.

Unique concert parisien

Robertson a la bonne idée d'engager le pianiste Allen Toussaint pour les arrangements de cuivres de Cahoots. Album plus laborieux, malgré « Life Is A Carnival », « When I Paint My Masterpiece » écrit par Dylan sur un américain exilé en Europe , et « 4% Pantomime » une collaboration entre Robertson et leur voisin Van Morrison, chanson de poivrots réjouissante, en duo par ce dernier et Richard Manuel, 4% étant la différence de taux d'alcool entre le whisky Johnny Walker étiquette rouge et la noire !

The Band se rend à nouveau en Europe mais seul cette fois, se produisant notamment dans un Olympia à Paris à moitié plein pour un concert magnifique le 25 mai 1971.

Before The Flood

Le groupe réunit ses vieilleries favorites qu'il jouait du temps des Hawks, pour le premier album de reprises pop/rock de l'histoire, le véritable juke-box Moondog Matinee.

Début novembre 1973 ils plient tous les six l'excellent Planet Waves en une semaine, et, aussitôt les dates connues d'une grande tournée commune annoncée pour l'année suivante, cinq millions de demandes de tickets sont reçues, pour un total de 650,000 disponibles !

Cette tournée célèbre a lieu a bord d'un Boeing 720 affrété pour l'occasion et visite tous les stades ou arènes possibles, mais elle exacerbe les tensions. Les deux shows d'anthologie donnés le jour de la St Valentin 1974 au L.A. Forum devant un parterre de stars donneront une grande partie du double album live magique Before The Flood.

Shangri-La

The Band ne sera même pas des deux chefs d'œuvre de Dylan suivants, Blood On The Tracks et Desire en 1974 et 75. Mais il participe à la tournée de reformation de Crosby, Stills & Nash puis se produit au stade de Wembley le 14 septembre devant 70000 spectateurs, sans convaincre. Il enregistre longuement son dernier bon disque, Northern Lights-Southern Cross entièrement composé par Robbie Robertson. L'album est un échec commercial.

La dernière valse

Robbie Robertson annonce qu'il quitte le Band, mais après un concert d'adieux prévu le jour de Thanksgiving, le jeudi 25 novembre 1976 au Winterland, chant du cygne de six heures resté fameux sous le titre The Last Waltz et filmé par Martin Scorsese, auquel participe le gratin du rock business.

Le groupe se reforme une première fois sans Robbie Robertson dans l'indifférence générale au printemps 1983, puis trois ans plus tard ; mais en pleine tournée, Richard Manuel se pend le 4 mars 1986 dans un faubourg d'Orlando en Floride. Jericho parait en 1993, avec les « remplaçants Jim Weider, Richard Bell et Randy Ciarlante, qui vaut surtout pour la chanson de Bob Dylan « Blind Willie McTell ». Après deux autres albums moins intéressants en deux ans, Rick Danko, l'inoubliable voix de « The Unfaithful Servant » meurt dans son sommeil le lendemain de son 56ème anniversaire, le 10 décembre 1999.

Copyright 2014 Music Story Jean-Noël Ogouz

Who Do You Love

L'aventure de The Band débute à la fin des années 1950 lorsque Ronnie Hawkins, chanteur de rock 'n' roll de l'Arkansas recrute pour son groupe les Hawks son compatriote le guitariste Levon Helm début 1958 ; Levon,Helm passe vite à la batterie. Après une demi-douzaine de 45 tours dont un sous le nom de Rockin' Ron & The Rebels et deux albums, Ronnie Hawkins s'exile volontairement en 1960 au Canada.

Les Hawks s'y établissent sans avoir vraiment percé, avec Levon Helm seul rescapé de l'orchestre, dont les membres sont remplacés par des Canadiens, le tout jeune guitariste  Robbie Robertson, Rick Danko à la basse, Richard Manuel au piano et Garth Hudson à l'orgue. La formation reste intacte jusqu'en 1963.

Bob Dylan

La carrière des musiciens croise celle de Bob Dylan, et restera indissociable. Grâce à cette rencontre, cette formation qui aurait pu devenir un énième groupe de bars, va enthousiasmer le petit monde du rock et exercer sur celui-ci une influence capitale.

Le premier concert avec seulement Robbie Robertson, Levon Helm, Al Kooper aux claviers et Harvey Brooks à la basse a lieu le 28 août 1965 au Forest Hills Stadium dans le Queens, suivi des premières répétitions avec le groupe entier à Toronto du 15 au 17 septembre.  

En Europe

Le premier concert de Bob Dylan et des Hawks au complet se tient au Municipal Auditorium à Austin, Texas, le 23 septembre 1965.

Même si le groupe est l'orchestre officiel de Bob Dylan, et l'accompagne en Europe au printemps 1966, seul Robbie Robertson participe au chef d'œuvre Blonde On Blonde. Lorsque le jour précédant l'entrée au hit parade de Blonde On Blonde, Bob Dylan est victime le 29 juillet de son accident de moto, laissant son groupe au chômage technique.

Les bandes de la cave

Au printemps 1967 a lieur l'enregistrement des fameuses Basement Tapes dont une partie ne verra officiellement le jour qu'en 1975, mais qu'on connaîtra dès 1969 avec le plus célèbre « bootleg » de l'histoire (et le premier) : Great White Wonder.

Un vrai Band

Leur cohésion est absolument unique dans les annales du rock ; cinq musiciens-frères qui ont une « vision », imperméables aux productions contemporaines, démocrates attentifs aux autres dans leur manière de travailler, l'auteur laissant volontiers à l'un des autres le soin de chanter sa propre composition.

L'éblouissant The Band sort à l'automne 1969. Le 16 avril le premier de deux concerts prévus au Winterland à San Francisco qui étaient leur ticket d'entrée dans la cour des grands est un désastre, Robbie Robertson, malade, quittant la scène après sept morceaux.

Huit des douze titres de The Band (qui avait failli s'intituler Harvest) sont crédités à Robbie Robertson sans qu'il n'en chante une seule, laissant ce soin aux trois meilleurs dans le domaine, Levon Helm, Rick Danko et surtout Richard Manuel. Les musiciens jouent toujours aux chaises musicales en s'échangent leurs instruments au gré des chansons, le résultat donne l'un des très grands albums de l'histoire, indémodable, éblouissant et passionnant. Les morceaux les plus connus sont bien sûr « Rag Mama Rag » avec Richard Manuel à la batterie, et l'ode au Sud « The Night They Drove Old Dixie Down » chanté par Levon Helm.

Time

C'est en voisins que les musiciens doivent participer au festival de Woodstock le dimanche 17 août 1969, pourtant déplacé à Bethel, distant de cent kilomètres ; le Band lui aussi déplacé, car coincé entre Ten Years After et Johnny Winter, enchaîne avec le festival de l'île de Wight où il se produit 45 minutes avant d'accompagner Bob Dylan.

Avec son ton désenchanté, Stage Fright déçoit les admirateurs, surtout sa première partie mais la seconde renferme les joyaux « The Shape I'm In » écrit par Robbie Robertson sur son ami Richard Manuel dont la dépendance à l'alcool le rend de moins en moins créatif, « The Rumor », un portrait de la terne vie à Woodstock où le groupe vit replié sur lui-même, et « Stage Fright » sur le trac en scène, écrit par Robertson en songeant à Bob Dylan.

Unique concert parisien

Robertson a la bonne idée d'engager le pianiste Allen Toussaint pour les arrangements de cuivres de Cahoots. Album plus laborieux, malgré « Life Is A Carnival », « When I Paint My Masterpiece » écrit par Dylan sur un américain exilé en Europe , et « 4% Pantomime » une collaboration entre Robertson et leur voisin Van Morrison, chanson de poivrots réjouissante, en duo par ce dernier et Richard Manuel, 4% étant la différence de taux d'alcool entre le whisky Johnny Walker étiquette rouge et la noire !

The Band se rend à nouveau en Europe mais seul cette fois, se produisant notamment dans un Olympia à Paris à moitié plein pour un concert magnifique le 25 mai 1971.

Before The Flood

Le groupe réunit ses vieilleries favorites qu'il jouait du temps des Hawks, pour le premier album de reprises pop/rock de l'histoire, le véritable juke-box Moondog Matinee.

Début novembre 1973 ils plient tous les six l'excellent Planet Waves en une semaine, et, aussitôt les dates connues d'une grande tournée commune annoncée pour l'année suivante, cinq millions de demandes de tickets sont reçues, pour un total de 650,000 disponibles !

Cette tournée célèbre a lieu a bord d'un Boeing 720 affrété pour l'occasion et visite tous les stades ou arènes possibles, mais elle exacerbe les tensions. Les deux shows d'anthologie donnés le jour de la St Valentin 1974 au L.A. Forum devant un parterre de stars donneront une grande partie du double album live magique Before The Flood.

Shangri-La

The Band ne sera même pas des deux chefs d'œuvre de Dylan suivants, Blood On The Tracks et Desire en 1974 et 75. Mais il participe à la tournée de reformation de Crosby, Stills & Nash puis se produit au stade de Wembley le 14 septembre devant 70000 spectateurs, sans convaincre. Il enregistre longuement son dernier bon disque, Northern Lights-Southern Cross entièrement composé par Robbie Robertson. L'album est un échec commercial.

La dernière valse

Robbie Robertson annonce qu'il quitte le Band, mais après un concert d'adieux prévu le jour de Thanksgiving, le jeudi 25 novembre 1976 au Winterland, chant du cygne de six heures resté fameux sous le titre The Last Waltz et filmé par Martin Scorsese, auquel participe le gratin du rock business.

Le groupe se reforme une première fois sans Robbie Robertson dans l'indifférence générale au printemps 1983, puis trois ans plus tard ; mais en pleine tournée, Richard Manuel se pend le 4 mars 1986 dans un faubourg d'Orlando en Floride. Jericho parait en 1993, avec les « remplaçants Jim Weider, Richard Bell et Randy Ciarlante, qui vaut surtout pour la chanson de Bob Dylan « Blind Willie McTell ». Après deux autres albums moins intéressants en deux ans, Rick Danko, l'inoubliable voix de « The Unfaithful Servant » meurt dans son sommeil le lendemain de son 56ème anniversaire, le 10 décembre 1999.

Copyright 2014 Music Story Jean-Noël Ogouz

Who Do You Love

L'aventure de The Band débute à la fin des années 1950 lorsque Ronnie Hawkins, chanteur de rock 'n' roll de l'Arkansas recrute pour son groupe les Hawks son compatriote le guitariste Levon Helm début 1958 ; Levon,Helm passe vite à la batterie. Après une demi-douzaine de 45 tours dont un sous le nom de Rockin' Ron & The Rebels et deux albums, Ronnie Hawkins s'exile volontairement en 1960 au Canada.

Les Hawks s'y établissent sans avoir vraiment percé, avec Levon Helm seul rescapé de l'orchestre, dont les membres sont remplacés par des Canadiens, le tout jeune guitariste  Robbie Robertson, Rick Danko à la basse, Richard Manuel au piano et Garth Hudson à l'orgue. La formation reste intacte jusqu'en 1963.

Bob Dylan

La carrière des musiciens croise celle de Bob Dylan, et restera indissociable. Grâce à cette rencontre, cette formation qui aurait pu devenir un énième groupe de bars, va enthousiasmer le petit monde du rock et exercer sur celui-ci une influence capitale.

Le premier concert avec seulement Robbie Robertson, Levon Helm, Al Kooper aux claviers et Harvey Brooks à la basse a lieu le 28 août 1965 au Forest Hills Stadium dans le Queens, suivi des premières répétitions avec le groupe entier à Toronto du 15 au 17 septembre.  

En Europe

Le premier concert de Bob Dylan et des Hawks au complet se tient au Municipal Auditorium à Austin, Texas, le 23 septembre 1965.

Même si le groupe est l'orchestre officiel de Bob Dylan, et l'accompagne en Europe au printemps 1966, seul Robbie Robertson participe au chef d'œuvre Blonde On Blonde. Lorsque le jour précédant l'entrée au hit parade de Blonde On Blonde, Bob Dylan est victime le 29 juillet de son accident de moto, laissant son groupe au chômage technique.

Les bandes de la cave

Au printemps 1967 a lieur l'enregistrement des fameuses Basement Tapes dont une partie ne verra officiellement le jour qu'en 1975, mais qu'on connaîtra dès 1969 avec le plus célèbre « bootleg » de l'histoire (et le premier) : Great White Wonder.

Un vrai Band

Leur cohésion est absolument unique dans les annales du rock ; cinq musiciens-frères qui ont une « vision », imperméables aux productions contemporaines, démocrates attentifs aux autres dans leur manière de travailler, l'auteur laissant volontiers à l'un des autres le soin de chanter sa propre composition.

L'éblouissant The Band sort à l'automne 1969. Le 16 avril le premier de deux concerts prévus au Winterland à San Francisco qui étaient leur ticket d'entrée dans la cour des grands est un désastre, Robbie Robertson, malade, quittant la scène après sept morceaux.

Huit des douze titres de The Band (qui avait failli s'intituler Harvest) sont crédités à Robbie Robertson sans qu'il n'en chante une seule, laissant ce soin aux trois meilleurs dans le domaine, Levon Helm, Rick Danko et surtout Richard Manuel. Les musiciens jouent toujours aux chaises musicales en s'échangent leurs instruments au gré des chansons, le résultat donne l'un des très grands albums de l'histoire, indémodable, éblouissant et passionnant. Les morceaux les plus connus sont bien sûr « Rag Mama Rag » avec Richard Manuel à la batterie, et l'ode au Sud « The Night They Drove Old Dixie Down » chanté par Levon Helm.

Time

C'est en voisins que les musiciens doivent participer au festival de Woodstock le dimanche 17 août 1969, pourtant déplacé à Bethel, distant de cent kilomètres ; le Band lui aussi déplacé, car coincé entre Ten Years After et Johnny Winter, enchaîne avec le festival de l'île de Wight où il se produit 45 minutes avant d'accompagner Bob Dylan.

Avec son ton désenchanté, Stage Fright déçoit les admirateurs, surtout sa première partie mais la seconde renferme les joyaux « The Shape I'm In » écrit par Robbie Robertson sur son ami Richard Manuel dont la dépendance à l'alcool le rend de moins en moins créatif, « The Rumor », un portrait de la terne vie à Woodstock où le groupe vit replié sur lui-même, et « Stage Fright » sur le trac en scène, écrit par Robertson en songeant à Bob Dylan.

Unique concert parisien

Robertson a la bonne idée d'engager le pianiste Allen Toussaint pour les arrangements de cuivres de Cahoots. Album plus laborieux, malgré « Life Is A Carnival », « When I Paint My Masterpiece » écrit par Dylan sur un américain exilé en Europe , et « 4% Pantomime » une collaboration entre Robertson et leur voisin Van Morrison, chanson de poivrots réjouissante, en duo par ce dernier et Richard Manuel, 4% étant la différence de taux d'alcool entre le whisky Johnny Walker étiquette rouge et la noire !

The Band se rend à nouveau en Europe mais seul cette fois, se produisant notamment dans un Olympia à Paris à moitié plein pour un concert magnifique le 25 mai 1971.

Before The Flood

Le groupe réunit ses vieilleries favorites qu'il jouait du temps des Hawks, pour le premier album de reprises pop/rock de l'histoire, le véritable juke-box Moondog Matinee.

Début novembre 1973 ils plient tous les six l'excellent Planet Waves en une semaine, et, aussitôt les dates connues d'une grande tournée commune annoncée pour l'année suivante, cinq millions de demandes de tickets sont reçues, pour un total de 650,000 disponibles !

Cette tournée célèbre a lieu a bord d'un Boeing 720 affrété pour l'occasion et visite tous les stades ou arènes possibles, mais elle exacerbe les tensions. Les deux shows d'anthologie donnés le jour de la St Valentin 1974 au L.A. Forum devant un parterre de stars donneront une grande partie du double album live magique Before The Flood.

Shangri-La

The Band ne sera même pas des deux chefs d'œuvre de Dylan suivants, Blood On The Tracks et Desire en 1974 et 75. Mais il participe à la tournée de reformation de Crosby, Stills & Nash puis se produit au stade de Wembley le 14 septembre devant 70000 spectateurs, sans convaincre. Il enregistre longuement son dernier bon disque, Northern Lights-Southern Cross entièrement composé par Robbie Robertson. L'album est un échec commercial.

La dernière valse

Robbie Robertson annonce qu'il quitte le Band, mais après un concert d'adieux prévu le jour de Thanksgiving, le jeudi 25 novembre 1976 au Winterland, chant du cygne de six heures resté fameux sous le titre The Last Waltz et filmé par Martin Scorsese, auquel participe le gratin du rock business.

Le groupe se reforme une première fois sans Robbie Robertson dans l'indifférence générale au printemps 1983, puis trois ans plus tard ; mais en pleine tournée, Richard Manuel se pend le 4 mars 1986 dans un faubourg d'Orlando en Floride. Jericho parait en 1993, avec les « remplaçants Jim Weider, Richard Bell et Randy Ciarlante, qui vaut surtout pour la chanson de Bob Dylan « Blind Willie McTell ». Après deux autres albums moins intéressants en deux ans, Rick Danko, l'inoubliable voix de « The Unfaithful Servant » meurt dans son sommeil le lendemain de son 56ème anniversaire, le 10 décembre 1999.

Copyright 2014 Music Story Jean-Noël Ogouz


Améliorez le contenu de cette page

Si vous êtes l'artiste, le label ou le manager concerné, vous pouvez mettre à jour les informations sur cette page, telles que biographie, vidéos et plus encore sur Artist Central.

Commentaires

Visitez notre FAQ sur les Pages Artistes
Donnez-nous votre avis sur cette page