• Tous les prix incluent la TVA.
Il ne reste plus que 5 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon.
Emballage cadeau disponible.
Quantité :1
The City & the City a été ajouté à votre Panier
État: D'occasion: Bon
Commentaire: Amazon - Offres Reconditionnées vous assure la même qualité de service qu'Amazon.fr ainsi que 30 jours de retour.
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir cette image

The City & the City Broché – 13 octobre 2011


Voir les 2 formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon Neuf à partir de Occasion à partir de
Broché
"Veuillez réessayer"
EUR 20,00
EUR 10,90 EUR 6,09

Devenez auteur avec Kindle Direct Publishing Devenez auteur avec Kindle Direct Publishing

EUR 20,00 Livraison à EUR 0,01. Il ne reste plus que 5 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement). Expédié et vendu par Amazon. Emballage cadeau disponible.

Offres spéciales et liens associés


Produits fréquemment achetés ensemble

The City & the City + La fille automate + Black-out : Blitz, première partie
Prix pour les trois: EUR 37,90

Acheter les articles sélectionnés ensemble

Descriptions du produit

Extrait

On ne distinguait pas la rue, et guère la cité. Nous étions entourés de barres marbrées de crasse où des hommes et des femmes au cheveu matinal se penchaient à la fenêtre pour nous observer, la tasse à la main. Cet espace à découvert entre les immeubles avait été paysage jadis. Imitation enfantine de géographie, il penchait comme un parcours de golf. On avait peut-être voulu le boiser, y creuser une mare. Il y avait des taillis aux arbustes morts.
Des ornières de voiture et des sentiers improvisés entre les ordures sillonnaient la pelouse envahie de chiendent. Des policiers vaquaient à leurs tâches. D'autres enquêteurs m'avaient précédé sur place - j'en ai repéré trois, dont le brigadier Bardo Naustin -, mais j'étais le plus haut en grade. J'ai suivi Naustin jusqu'à l'emplacement où s'étaient rassemblés la plupart de mes collègues, entre un bâtiment bas, à l'abandon, et un skate park cerné de grosses poubelles en forme de bidons. On entendait les quais juste derrière. Des agents en tenue étaient campés devant un groupe de jeunes assis sur un muret. Les mouettes décrivaient des cercles au-dessus de tout ce monde.
- Tyador.
J'ai salué sans regarder. On m'a proposé un café, mais j'ai secoué la tête en scrutant la femme que j'étais venu voir.
Elle gisait près des rampes de skate. Rien n'est aussi immobile que les morts. Le vent agite leur chevelure sans qu'ils réagissent, comme la sienne ce matin-là. Elle était figée dans une posture rebutante, les bras arqués selon un angle bizarre, les jambes de guingois, à croire qu'elle s'apprêtait à se lever. Face contre terre.
Une jeune brune au crâne surmonté de deux couettes verticales évoquant des plantes. Elle ne portait pratiquement rien et, par ce froid, j'ai trouvé triste son épiderme lisse où ne se lisait aucune chair de poule. Un collant filé, un seul haut talon. En me voyant chercher l'autre chaussure par terre, une brigadier a agité la main non loin de là : elle était postée devant.
La découverte du corps remontait à deux heures. J'ai détaillé la morte. Me suis plié en avant tout en me bouchant le nez, afin d'examiner son visage, sans rien distinguer qu'un oeil ouvert.

Présentation de l'éditeur

Les habitants de Besźel et d'Ul Qoma, villes doubles partageant le même territoire, ont interdiction absolue d'entrer en contact avec leurs voisins. La moindre infraction à cette règle déclenche l'intervention de la Rupture, une force de police secrète dont tous redoutent l'efficacité impitoyable. Quand le cadavre d'une inconnue est découvert dans un terrain vague de Besźel, l'inspecteur Tyador Borlù comprend vite que ses ennuis ne font que commencer. Non seulement la jeune femme, étudiante en archéologie, a été tuée à Ul Qoma, mais ses recherches inquiétaient jusqu'aux plus hautes sphères. Et menaçaient de mettre en danger l'équilibre précaire entre les deux villes... Ce polar virtuose a reçu pas moins de cinq prix en Grande-Bretagne et aux États-Unis. Il a été cité dans la liste des meilleurs livres de l'année par le Los Angeles Times, le Seattle Times et Publishers' Weekly. " Si Raymond Chandler et Philip K. Dick avaient un enfant élevé par Kafka, ce pourrait être The city & the city. " Los Angeles Times " D'une stupéfiante beauté. " Brian Evenson


Détails sur le produit

  • Broché: 390 pages
  • Editeur : Fleuve éditions (13 octobre 2011)
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2265090654
  • ISBN-13: 978-2265090651
  • Dimensions du produit: 22,6 x 2,8 x 14,2 cm
  • Moyenne des commentaires client : 3.8 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (18 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 185.747 en Livres (Voir les 100 premiers en Livres)
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


En savoir plus sur l'auteur

Découvrez des livres, informez-vous sur les écrivains, lisez des blogs d'auteurs et bien plus encore.

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

3.8 étoiles sur 5

Commentaires client les plus utiles

7 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile  Par lutin82 le 2 novembre 2011
Format: Broché
Un meurtre odieux. Le corps d'une jeune femme découvert dans une décharge sauvage, abandonnée, souillée, inconnue. L'enquêteur Tyad Borlù pense initialement qu'il s'agit d'une prostitué. Conscient que sur cette base là, peu de moyen seront mis en œuvre pour résoudre ce crime, il décide de poser des affiches avec sa photo. Au cas où...

Et, quelques heures plus tard, un mystérieux coup de fil lui offre une piste. Non, ce n'est pas une prostituée. C'est une jeune étudiante en archéologie. Américaine qui plus est...

Et tout porte à croire qu'elle a été assassinée à Ul Quoma, la ville siamoise et TABOUE de Besz. Une ville qu'il faut ignorer de manière naturelle, dont on ne franchit pas la "frontière" sous peine de "rupture". Une Rupture bien mystérieuse et puissante qui effraie les habitants des deux villes, et qui fait disparaître les insensés qui rompe.

Ce roman est très bien construit, l'univers de Besz et Ul Quoma sont parfois lugubre, empreint d'une atmosphère de guerre froide, un brin angoissante et excitante également. L'auteur nous tient dans ses filets et ne nous lâche pas jusqu'à la dernière page. L'enquête en elle-même est également fait monter une sentiment de danger, virant sûrement au thriller et sachant que les ennuis peuvent arriver de n'importe quel côté.

Côté écriture c'est "limpide", Miéville décrit les villes siamoises, l'attitude de leurs habitants respectifs, les détails qui les différencient d'une façon telle que nous nous y immergeons aisément.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile  Par Woland le 22 janvier 2012
Format: Broché
Co-lauréat du prix Hugo 2010, The city and the city est un polar fantastique à tendance dystopique qui se singularise par sa grande originalité. Le démiurge China Mieville élabore et soigne une intrigue policière complexe déployée dans une cité-monde duale (Beszel et Ul Qoma) servie par un esthétisme raffiné, une richesse d'idiomes et de codes sociologiques particuliers ou encore un maelström d'émotions et de perceptions plus ou moins oppressantes.

Dans une contrée d'Europe indéfinie. Deux Etats. Deux cités imbriquées édifiées sur un territoire unique fondé sur un cadastre kafkaïen où les espaces pléniers côtoient les endroits tramés: la résolution d'une enquête dans un tel environnement ne peut qu'échapper à la facilité... De cette composante doublurbaniste minutieusement élaborée naissent des obstacles que l'inspecteur Tyador Borlu, de la Brigade des Crimes Extrêmes de Beszel, s'évertuera à contourner afin de dévider l'écheveau d'une affaire de meurtre plus filandreuse qu'il n'y paraît.

Cette particularité géographique se double d'une étrangeté comportementale fichtrement inventive, celle consistant pour un habitant d'une ville à éviter l'Autre de la cité « voisine »: il s'agit, selon les néologismes chers à l'auteur, d'«éviser », d' « inouïr », d'échapper à la perception d'autrui, d'excréter de sa personne tout sentiment dévoué à l'altérité sous peine de rompre...
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile  Par Kaoam VOIX VINE le 4 février 2012
Format: Broché Achat vérifié
Le cadre est très original, deux villes sont "coincées" dans le même lieu géographique, mais les habitants ne peuvent pas se parler, ni même se voir, sous peine de "rupture". Un meurtre est commis dans l'une des ville, mais il est relié à l'autre ville... L'inspecteur est donc coincé avec son enquête. Nombreux rebondissements, scenario cohérent et très original! A lire!!
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile  Par fmstereo le 16 novembre 2011
Format: Broché Achat vérifié
Je suis une fan de China Mieville, et j'ai donc acheté celui-là sans hésitation. Encore une fois, c'était un très bon achat.
C'est très bien écrit, à la fois extrêmement imaginatif et parfaitement rigoureux.
Cette histoire de deux villes qui habitent le même espace finit par nous paraître naturelle, tant l'auteur se tient à son hypothèse en en tirant toutes les conclusions, et sans jamais aucune "erreur", aucune incohérence. Le jeu avec le langage (bien que moins présent que dans Perdido Street Station ou les Scarifiés) est aussi remarquable (et merci pour la traduction !).
J'ai particulièrement apprécié que dans cette histoire policière la "solution" ne fasse pas appel à un quelconque artifice surnaturel.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
1 internautes sur 1 ont trouvé ce commentaire utile  Par Fnitter "Addict à la sf" le 20 décembre 2014
Format: Broché
Un roman multi-primé (au point que je ne les citerais pas tous) d'un auteur habitué à ce genre de traitement (il n'a plus de place sur sa cheminée pour tous les mettre). Un roman d'une exceptionnelle qualité donc ? Et bien encore une fois, je ne ferais pas partie de la troupe.

Borlu, appartenant la brigade des crimes extrêmes, est chargé du meurtre d'une jeune inconnue retrouvée dans sa ville de Beszel. Le souci, c'est qu'elle semble avoir été tuée à Ul Qoma, la ville voisine. Enfin voisine, tellement proche qu'elle occupe le même espace, les habitants s'évisant (ne pas voir, ignorer) tellement mutuellement qu'au moindre faux pas, une mystérieuse organisation : la rupture, intervient pour remettre les choses en ordre.

Un background indéniablement original. Et si le début du livre peut paraître nébuleux, la simple lecture de la quatrième de couverture nous renseigne sur ou dans quoi on va mettre les pieds, ou plutôt les yeux. L'auteur développe un vocabulaire spécifique à cette situation (éviser, brutopiquement, inouïr, rompre etc) que les habitants respectent scrupuleusement, éduqués, conditionnés depuis leur naissance et surveillés par la rupture. Une guerre froide des cerveaux, un apartheid mutuel, un Berlin sans le mur autre que dans la tête entre Beszel l'occidentale et Ul Qoma l'arabisante.
Le problème, à mon sens, c'est que je n'ai du tout trouvé la situation crédible.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer

Commentaires client les plus récents


Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?