Quantité :1

Vous l'avez déjà ? Vendez sur Amazon

Image indisponible

Image non disponible pour la
couleur :
  • Désolé, cet article n'est pas disponible en
  • Image non disponible
      

The Enchanted Island


Prix : EUR 20,00 Livraison gratuite dès EUR 25 d'achats. Détails
Tous les prix incluent la TVA.
Il ne reste plus que 3 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon. Emballage cadeau disponible.
26 neufs à partir de EUR 14,17 7 d'occasion à partir de EUR 14,00

Offres spéciales et liens associés


Produits fréquemment achetés ensemble

The Enchanted Island + Drama Queens + "Diva Divo" - Airs d'opéras de Gounod, Massenet, Gluck, Berlioz... / Joyce DiDonato
Prix pour les trois: EUR 32,98

Acheter les articles sélectionnés ensemble

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?


Détails sur le produit

  • Acteurs : William Christie, David Daniels, Danielle de Niese, Joyce DiDonato, Placido Domingo
  • Réalisateurs : Phelim McDermott, Barbara Willis Sweete
  • Producteurs : The Metropolitan Opera
  • Format : Classique, Couleur, DTS stéréo, PAL
  • Audio : Anglais (DTS 5.1 Surround), Anglais (PCM Stéréo)
  • Sous-titres : Allemand, Anglais, Français, Italien, Espagnol
  • Région : Toutes les régions
  • Rapport de forme : 1.78:1
  • Nombre de disques : 2
  • Studio : Virgin Classics
  • Date de sortie du DVD : 8 octobre 2012
  • Durée : 180 minutes
  • Moyenne des commentaires client : 4.5 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (12 commentaires client)
  • ASIN: B008ROGZUK
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 16.879 en DVD & Blu-ray (Voir les 100 premiers en DVD & Blu-ray)
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


Descriptions du produit

Quand les américains s'amusent, ils le font sans retenue et avec beaucoup d'imagination. A l'occasion du 31 décembre 2011, Peter Gelb, Directeur du Metropolitan Opera de New York, a commandé un pastiche d'opéra baroque, ayant en tête d'élargir le répertoire du Met avec des moyens séduisants et amusants, tant pour les artistes que pour le public. Il a fait appel à William Christie pour assembler des airs de Haendel, Vivaldi, Rameau, Purcell, Campra., pendant que Jeremy Sams écrivait le livret, en fait une intrigue mélangeant «Le Songe d'une nuit d'été» et «La Tempête» de Shakespeare. Les décors utilisent des décors peints à plat sur des toiles, comme au 17e siècle, et les costumes sont somptueux. Pour parfaire le tout, un casting historique donne vie à cet étonnant montage : William Christie, Joyce DiDonato et l'inusable Plácido Domingo emmènent leurs collègues David Daniels, Danielle de Niese et Luca Pisaroni dans une soirée inoubliable. Comme d'habitude, les puristes s'indignèrent et le public fit un triomphe à cette soirée mémorable et... inimitable. Une déclaration d'amour enflammée à une époque et son répertoire. A proposer et aux baroqueux et aux fous d'opéra !

Les clients ayant acheté cet article ont également acheté

Commentaires en ligne

4.5 étoiles sur 5
5 étoiles
10
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
2
1 étoiles
0
Voir les 12 commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients

Commentaires client les plus utiles

22 internautes sur 22 ont trouvé ce commentaire utile  Par Caroline LESNIAK TOP 500 COMMENTATEURS sur 20 septembre 2012
Format: DVD Achat vérifié
Ne cherchez pas dans votre mémoire, ou bien dans un dictionnaire de la Musique, cet opéra dont le titre ne vous rappelle rien: il s’agit bien d’une oeuvre originale, d’une création, voulue par le directeur du MET, Peter Gelb, qui souhaitait élargir le répertoire ... baroque, de son illustre établissement. Conçu par William Christie, musicologue, chef d’orchestre à qui l’on doit, depuis quelques décennies et avec quelques autres, le regain d’intérêt souvent passionné pour ce répertoire, et par Jeremy Sams, homme de lettres devenu librettiste pour l’occasion, ce projet avait pour but d’offrir au public un divertissement en s’appuyant sur la tradition, très prisée aux 17e et 18e siècles, du pastiche : à une trame dramatique originale, qui trouve ici son inspiration dans deux pièces de Shakespeare, sont associés des airs, ensembles, choeurs, puisés dans les oeuvres de divers compositeurs, Haendel (essentiellement), Vivaldi, Rameau, Purcell et quelques autres, choisis pour leur adéquation avec la dramaturgie, et dont on adapte les paroles.

La volonté de renouer avec la tradition de l’opéra baroque se retrouve tant dans l’aspect purement visuel du spectacle, riche en machineries spectaculaires et effets spéciaux, décors sur fond de toiles peintes et costumes sophistiqués, que dans son esprit : intrigue échevelée à souhait, où magie et merveilleux, quiproquos et sentiments passionnés, colère, amour, vengeance, pardon, trouvent à s’exprimer, avec une savante dose d’humour et de fantaisie.
Lire la suite ›
5 commentaires Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
18 internautes sur 18 ont trouvé ce commentaire utile  Par Jaamuna TOP 100 COMMENTATEURS sur 20 octobre 2012
Format: DVD Achat vérifié
Je vais bien me garder de redire ce que Caroline LESNIAK a si bien dit avant moi.

C'est vrai qu'il fallait vraiment oser remettre au goût du jour le « pasticcio », genre en usage dans la musique italienne à l'époque baroque et consistant à créer une oeuvre nouvelle en recyclant des airs connus de compositeurs différents et en y greffant de nouvelles paroles (ici en anglais) sur la base d'un scénario inédit. Et Jeremy Sams et Peter Galb, qui sont à l'origine de ce projet un peu fou, ont réussi à donner vie à leur rêve et à y faire adhérer de grands solistes.
Sur les 47 airs et morceaux, 27 sont de Haendel, 9 de Vivaldi, 6 de Rameau, et Campra, Ferrandini, Leclair, Purcell et Rebel ont 1 air chacun. Donc ni Lully ni Charpentier, qui n'ont pas les faveurs de Jeremy Sams, n'ont été conviés à la fête.

Ce pastiche est bien à prendre comme un divertissement vocal et visuel, le côté festif étant accentué par une mise en scène inventive. Car nous sommes bien dans un univers baroque avec toute sa magie et ses enluminures.
Les situations pleines d'humour ne manquent pas, ce que le public new-yorkais apprécie, les moments épiques non plus, à commencer par l'apparition grandiose d'un Neptune véritable Deus ex machina et de sa cohorte de naïades chatoyantes et autres ondines aux accents de Zadok the Priest !
Une réelle scène d'anthologie avec un Placido Domingo qu'on n'imaginait pas à pareille fête. Et il y a aussi des ballets qui, de l'aveu même de Jeremy Sams, doivent beaucoup à Broadway.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile  Par Laneton TOP 500 COMMENTATEURS sur 20 juillet 2013
Format: DVD
N’étant pas naturellement porté vers le baroque, mes goûts allant plutôt vers Verdi, Puccini, R. Strauss et les œuvres russes notamment, (voir mes commentaires), je n’avais pas voulu me rendre à la projection cinématographique du Met. Mais plusieurs amis m’ont dit avoir énormément apprécié ce spectacle et l’un d’eux m’a prêté son DVD récemment.
Et ce fut pour moi un enchantement sur tous les plans, y compris dans mon île! Et d’abord pour la qualité vocale des interprètes que l’on apprécie au plus haut point dès les premières scènes, le premier air venant de David Daniels, sans doute le meilleur contre-ténor actuel, tessiture que je n’apprécie d’ordinaire guère, mais qui dispense ici une musicalité remarquable. Et puis voici Ariel, extraordinaire, espiègle et belle Danielle de Niese aux vocalises aériennes, qui tout au long du spectacle nous éblouit. Et en trois, sous les traits d’une sorcière, Joyce Di Donato qui est en ce moment au summum de sa carrière comme elle ne cesse de nous le montrer et qui est ici éblouissante, avec des émissions graves à faire frémir. Alors arrive Luca Pisaroni, actuellement le baryton de référence dans Mozart, doté d’une voix parfaite, incarne un Caliban auquel il prête un comportement aussi pitoyable que le rôle le nécessite. Et puis, encore une bien belle soprano incarne Miranda, Lisette Oropesa, fraîche, jolie, à la voix pure et bien posée.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer

Commentaires client les plus récents


Discussions entre clients

Le forum concernant ce produit
Discussion Réponses Message le plus récent
Pas de discussions pour l'instant

Posez des questions, partagez votre opinion, gagnez en compréhension
Démarrer une nouvelle discussion
Thème:
Première publication:
Aller s'identifier
 

Rechercher parmi les discussions des clients
Rechercher dans toutes les discussions Amazon
   


Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?