Version MP3 incluse GRATUITEMENT
Quantité :1

Autres vendeurs sur Amazon
Ajouter au panier
EUR 20,47
Livraison gratuite dès EUR 25,00 d'achats. Détails
Vendu par : hifi-media-store
Vous l'avez déjà ? Vendez sur Amazon
Egalement disponible en MP3
Album MP3 à EUR 10,99

Image indisponible

Image non disponible pour la
couleur :
  • Désolé, cet article n'est pas disponible en
  • Image non disponible
      

The Hard Way


Prix : EUR 16,99 Livraison gratuite dès EUR 25 d'achats. Détails
Tous les prix incluent la TVA.
inclut GRATUITEMENT la version MP3 de cet album.
Hors cadeaux ou produits vendus par des vendeurs tiers. Voir Conditions sur les coûts en cas d'annulation de commande.
Il ne reste plus que 1 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon. Emballage cadeau disponible.
Passez cette commande pour sauvegarder la version numérique de cet album dans votre bibliothèque Amazon Music. Vendu par Amazon EU S.à r.l.
5 neufs à partir de EUR 16,99 8 d'occasion à partir de EUR 9,85

Vous cherchez un CD ou Vinyle ?

CD à petits prix et en promotion
Retrouvez nos promotions et CD à petits prix.

Offres spéciales et liens associés


Page Artiste James Hunter

Discographie

Image de l'album de James Hunter

Photos

Image de James Hunter

Biographie

Né le 2 octobre 1962 à Colchester (Essex), James Hunter est d'abord ouvrier le jour et Howlin' Wilf la nuit. Dès les années 1980, James Hunter se tient en dehors des modes et des courrants avec pour seule volonté celle de recréer le son de Steve Cropper et des géants du rhythm and blues et de la soul.

Après quatre albums de ... Plus de détails sur la Page Artiste James Hunter

Visitez la Page Artiste James Hunter
5 albums, 5 photos, discussions, et plus.

Produits fréquemment achetés ensemble

The Hard Way + Minute by Minute + People Gonna Talk
Prix pour les trois: EUR 49,45

Acheter les articles sélectionnés ensemble

Les clients ayant acheté cet article ont également acheté


Détails sur le produit

  • CD (15 septembre 2008)
  • Nombre de disques: 1
  • Label: Hearmusic
  • ASIN : B0019DHR3A
  • Autres versions : CD  |  Album vinyle  |  Téléchargement MP3
  • Moyenne des commentaires client : 4.7 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (3 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 120.744 en Musique (Voir les 100 premiers en Musique)
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


Écouter des extraits et acheter des MP3

Les titres de cet album peuvent être achetés en MP3. Cliquez sur « Ajouter » ou voir l'album MP3.
                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                         

Echantillons
Titre Durée Prix
Écouter  1. The Hard Way (Album Version) 2:29EUR 1,29  Acheter le titre 
Écouter  2. Tell Her (Album Version) 3:25EUR 1,29  Acheter le titre 
Écouter  3. Don't Do Me No Favours (Album Version) 4:18EUR 1,29  Acheter le titre 
Écouter  4. Carina (Album Version) 4:10EUR 1,29  Acheter le titre 
Écouter  5. She's Got A Way (Album Version) 2:41EUR 1,29  Acheter le titre 
Écouter  6. Til The End (Album Version) 4:19EUR 1,29  Acheter le titre 
Écouter  7. Hand It Over (Album Version) 3:27EUR 1,29  Acheter le titre 
Écouter  8. Jacqueline (Album Version) 2:28EUR 1,29  Acheter le titre 
Écouter  9. Class Act (Album Version) 3:00EUR 1,29  Acheter le titre 
Écouter10. Ain't Goin' Nowhere (Album Version) 2:19EUR 1,29  Acheter le titre 
Écouter11. Believe Me Baby (Album Version) 2:44EUR 1,29  Acheter le titre 
Écouter12. Strange But True (Album Version) 3:16EUR 1,29  Acheter le titre 

Descriptions du produit

Description du produit

"Une réussite du jour au lendemain qui m'a pris 20 ans..." C'est en ces termes que le chanteur/auteur-compositeur/guitariste James Hunter parle des éloges et de l'accueil qui, en 2006, avaient entouré la sortie américaine de "People Gonna Talk." Hunter était resté deux décennies dans son Angleterre natale, à tourner et à enregistrer aux Etats-Unis, son album reçut une nomination aux Grammy Awards. Ce n'est donc pas une surprise si le deuxième album "américain" de James Hunter, The Hard Way, fait partie des nouveautés de l'année les plus attendues. Pour ce qui concerne l'inspiration et la citation, James a souvent puisé dans la musique du passé et il l'admet sans rougir. Mais le public d'aujourd'hui est très réceptif à ses propres compositions pleines d'invention, et au son contagieux qu'il affectionne, qui sont par bonheur deux éléments complètement dépourvus de tout mimétisme servile, et où toute nostalgie rétrograde est également absente. James est l'auteur de toutes les chansons de The Hard Way, et il en a enregistré les premières couches comme il l'avait fait pour "People Gonna Talk", avec son groupe permanent. Mais sa palette instrumentale est plus riche aujourd'hui, et les arrangements plus détaillés

Critique

N’écoutons pas les comptables : le rock (et zou : la soul, le rhythm'n'blues, et le flamenco, aussi) sont affaire de fans. Il faut avoir singé un guitar hero, devant un miroir piqué, mais armé d’une seule raquette de tennis, ou langoureusement susurré une improbable romance, penché sur le manche d’un balai-brosse, pour croire (au moins quelques mois) que la musique, c’est la vie. Après, la plupart des gens redeviennent raisonnables, et se consacrent à des choses constructives (l’achat d’une voiture, par exemple). Une minorité n’oubliera jamais ce frisson, l’émotion de l’achat du premier disque (le porte-monnaie de maman était malencontreusement resté ouvert), la fièvre du premier concert.

Dans ce cénacle restreint, tous ne deviendront pas musiciens professionnels, loin de là. Mais tous les artistes ont, un jour, hurlé le nom de leur idole : ceux qui le nient sont des menteurs, et n’achetez pas leurs disques. James Hunter appartient manifestement à cette cohorte restreinte qui prolonge ces rêves d’enfance. Mais ce qu’il y a de bien avec lui, c’est qu’il a du talent. Et ce qu’il y a de bien avec The Hard Way, c’est que c’est l’album où il exprime au mieux les qualités mises en œuvre pour décliner cette passion de jeunesse. Manifestement, le chanteur et guitariste a décidé de lâcher les chiens, joue plus vite, et plus fort, et le son, durci, s’appuie sur une section de cuivres pétaradante. Une vingtaine de musiciens l’accompagne donc dans l’aventure, et on ne peut passer sous silence la présence du sorcier néo-orléanais Allen Toussaint (aux piano électrique et acoustique, et qui en pousse même une dans la chanson-titre).

Pour le reste, Hunter rappelle qu’il a peu de concurrence sur le marché du manche de guitare vintage (réalisant l’exploit de marier la fluidité de Chuck Berry, et la scansion de Bo Diddley, dans un seul et même morceau, « Don’t Do Me No Favors »), et qu’il a des lettres, comme en témoigne sa relecture d’une certaine esthétique héritière de la Tamla Motown (les cordes de « Carina »), du doo woop (« Jacqueline »), ou la résurgence d’une sonorité que l’on pensait égarée (la sensualité des saxophones, baryton et ténor, la masse charnue de l’orgue Hammond). Revivaliste (s’il le faut, on classera cet album aux côtés de ceux de Nicole Willis, ou Sharon Jones), sans arrière-pensée ni esprit réactionnaire, James Hunter chante très bien (d’un organe manifestement sous influence de Bobby « Blue » Bland ou Sam Cooke), et joue merveilleusement de sa guitare, et il enregistre un disque aujourd’hui, que quiconque prendra pour une merveille oubliée des années soixante. Et il est blanc et britannique, ce qui n’a pas plus d’importance – pour ce qui nous occupe - que son premier accord de mi bémol majeur. Une complète réussite.

 

Christian Larrède - Copyright 2014 Music Story

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

4.7 étoiles sur 5
5 étoiles
2
4 étoiles
1
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoiles
0
Voir les 3 commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients

Commentaires client les plus utiles

7 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile  Par Mr. P. Gateau sur 10 novembre 2008
Format: CD
Dingue de rock n roll 50's, de soul music et de rhythm & blues, le britannique James Hunter œuvre dans les styles précédemment cités depuis le milieu des années 90, dans un anonymat total. Les choses pourraient cependant changer pour lui avec la sortie de son nouvel album « The Hard Way », tant ce dernier fait preuve de maturité sur cet excellent opus. A l'instar d'une Sharon Jones ou d'une Nicole Willis, James Hunter sonne plus « vintage » que nature au point que si l'on peut facilement imaginer que « The Hard Way » est l'œuvre d'un artiste obscur et oublié du début des années 60. Le swing sur ce disque est impeccable, la section de cuivres juste à point. Quant à Hunter et bien ma foi, son chant convoque les fantômes d'Otis Redding et de Sam Cooke. Oui rien que ça et c'est assez troublant quand on se rappelle cinq minutes qu'Hunter est Blanc. James Hunter n'est pas qu'un excellent chanteur, c'est aussi un excellent guitariste qui parsème son disque de solos inspirés entre autres par Bo Diddley ou Chuck Berry comme sur « Don't do me no favours », l'une des meilleures chansons de l'album. Ce dernier regorge également d'arrangements de cordes somptueux (« Carina ») évoquant la Motown de la grande époque. Enfin, cerise sur le gâteau, James a invité le grand Allen Toussaint, à se joindre au festin. Grand manitou de la Nouvelle-Orléans, génial producteur des Meters (entre autres), Allen Toussaint fait groover les pianos (classiques ou électriques) sur ce disque comme lui seul sait le faire. Le son est estampillé, reconnaissable entre mille, et fini de donner à cet album un charme unique.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
7 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile  Par Benjamin Labarthe-Piol TOP 1000 COMMENTATEURSVOIX VINE sur 7 juillet 2008
Format: CD
James Hunter est un fan de Sam Cooke et le moins que l'on puisse dire, c'est que ça s'entend. 12 titres au son chaud comme la braise, cette impression de revenir un demi-siècle en arrière, posé au milieu des micros et une voix croonante comme on n'en entend plus. Des titres magnifiques, intenses et des musiciens parfaitement en phase avec leur chanteur. Un très bon disque, assurément.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
12 internautes sur 13 ont trouvé ce commentaire utile  Par rockin-jl sur 7 septembre 2008
Format: CD
Cet anglais a du tomber quand il etait petit dans la marmite du rythm and blues (le vrai ,celui d'Otis Redding,Marvin Gaye,Wilson Pickett,Aretha Franklin,Ray Charles ,sam & dave, pas ce qu'on nomme maintenant R and B, le pitoyable ersatz industiel de Beyoncé and co),car il en joue depuis plus de 20 ans, soit bien avant la nouvelle vague anglaise d'Amy Winehouse,ou Joss Stone. Ce 4eme album sonne vraiment comme une production de la grande epoque Stax/atlantic, le groupe assure un max, les compos et arrangements sont soignées, le chant gorgé de soul de Hunter est sublime entre Sam Cooke, Ray Charles,Smokey Robinson ou Bobby blue band.Non, c'est vraiment incroyable qu'un tel artiste n'accede pas a la reconnaissance alors que trustent les charts des gens aussi insipides et ininteressants que Madonna, James Blunt,Timberlake ou pire les groupes pour ados a la Tokyo Hotel et compagnie . Pourtant si on faisait ecouter des James Hunter aux jeunes auditeurs ils feraient vite la difference, mais non c'est tellement plus facile pour les medias de se contenter de diffuser la daube que leur envoie les majors!
Soutenir et faire ecouter des James hunter ou Sharon Jones100 Days, 100 Nights , c'est lutter un peu contre la mondialisation et l'uniformisation de la pensée qu'elle nous impose. Je suis irrecuperable ,me voila parti (encore ) dans un discours militant alors que je voulais simplement vous dire que cet album de J Hunter est un petit bijou a consommer sans moderation!
11 commentaires Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer

Discussions entre clients

Le forum concernant ce produit
Discussion Réponses Message le plus récent
Pas de discussions pour l'instant

Posez des questions, partagez votre opinion, gagnez en compréhension
Démarrer une nouvelle discussion
Thème:
Première publication:
Aller s'identifier
 

Rechercher parmi les discussions des clients
Rechercher dans toutes les discussions Amazon
   


Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?