The House at Riverton (English Edition) et plus d'un million d'autres livres sont disponibles pour le Kindle d'Amazon. En savoir plus
EUR 9,63
  • Tous les prix incluent la TVA.
En stock.
Expédié et vendu par Amazon.
Emballage cadeau disponible.
Quantité :1
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir les 2 images

The House at Riverton (Anglais) Broché – 15 juin 2007


Voir les 28 formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon Neuf à partir de Occasion à partir de
Format Kindle
"Veuillez réessayer"
Relié
"Veuillez réessayer"
EUR 3,54 EUR 2,35
Broché
"Veuillez réessayer"
EUR 9,63
EUR 5,03 EUR 0,01
Poche
"Veuillez réessayer"
EUR 30,00 EUR 0,55
Broché
"Veuillez réessayer"
EUR 18,26 EUR 4,78
CD-Rom
"Veuillez réessayer"
--Ce texte fait référence à une édition épuisée ou non disponible de ce titre.

Offres spéciales et liens associés


Produits fréquemment achetés ensemble

The House at Riverton + The Forgotten Garden
Prix pour les deux : EUR 18,85

Acheter les articles sélectionnés ensemble

Les clients ayant acheté cet article ont également acheté


Descriptions du produit

Extrait

The House at Riverton

GHOSTS STIR


logo

LAST November I had a nightmare.

It was 1924 and I was at Riverton again. All the doors hung wide open, silk billowing in the summer breeze. An orchestra perched high on the hill beneath the ancient maple, violins lilting lazily in the warmth. The air rang with pealing laughter and crystal, and the sky was the kind of blue we’d all thought the war had destroyed forever. One of the footmen, smart in black and white, poured champagne into the top of a tower of glass flutes and everyone clapped, delighting in the splendid wastage.

I saw myself, the way one does in dreams, moving amongst the guests. Moving slowly, much more slowly than one can in life, the others a blur of silk and sequins.

I was looking for someone.

Then the picture changed and I was near the summer house, only it wasn’t the summer house at Riverton—it couldn’t have been. This was not the shiny new building Teddy had designed, but an old structure with ivy climbing the walls, twisting itself through the windows, strangling the pillars.

Someone was calling me. A woman, a voice I recognized, coming from behind the building, on the lake’s edge. I walked down the slope, my hands brushing against the tallest reeds. A figure crouched on the bank.

It was Hannah, in her wedding dress, mud splattered across the front, clinging to the appliquéd roses. She looked up at me, her face pale where it emerged from shadow. Her voice chilled my blood. “You’re too late.” She pointed at my hands. “You’re too late.”

I looked down at my hands, young hands, covered in dark river mud, and in them the stiff, cold body of a dead foxhound.

logo

I KNOW what brought it on, of course. It was the letter from the filmmaker. I don’t receive much mail these days: the occasional postcard from a dutiful, holidaying friend; a perfunctory letter from the bank where I keep a savings account; an invitation to the christening of a child whose parents I am shocked to realize are no longer children themselves.

Ursula’s letter had arrived on a Tuesday morning late in November and Sylvia had brought it with her when she came to make my bed. She’d raised heavily sketched eyebrows and waved the envelope.

“Mail today. Something from the States by the look of the stamp. Your grandson, perhaps?” The left brow arched—a question mark—and her voice lowered to a husky whisper. “Terrible business, that. Just terrible. And him such a nice young man.”

As Sylvia tut-tutted, I thanked her for the letter. I like Sylvia. She’s one of the few people able to look beyond the lines on my face to see the twenty-year-old who lives inside. Nonetheless, I refuse to be drawn into conversation about Marcus.

I asked her to open the curtains and she pursed her lips a moment before moving on to another of her favorite subjects: the weather, the likelihood of snow for Christmas, the havoc it would wreak on the arthritic residents. I responded when required, but my mind was on the envelope in my lap, wondering at the scratchy penmanship, the foreign stamps, softened edges that spoke of lengthy travails.

“Here, why don’t I read that for you,” Sylvia said, giving the pillows a final, hopeful plump. “Give your eyes a bit of a rest?”

“No. Thank you. Perhaps you could pass my glasses, though?”

When she’d left, promising to come back and help me dress after she’d finished her rounds, I prised the letter from its envelope, hands shaking the way they do, wondering whether he was finally coming home.

But it wasn’t from Marcus at all. It was from a young woman making a film about the past. She wanted me to look at her sets, to remember things and places from long ago. As if I hadn’t spent a lifetime pretending to forget.

I ignored that letter. I folded it carefully and quietly, slid it inside a book I’d long ago given up reading. And then I exhaled. It was not the first time I had been reminded of what happened at Riverton, to Robbie and the Hartford sisters. Once I saw the tail end of a documentary on television, something Ruth was watching about war poets. When Robbie’s face filled the screen, his name printed across the bottom in an unassuming font, my skin prickled. But nothing happened. Ruth didn’t flinch, the narrator continued, and I went on drying the dinner plates.

Another time, reading the newspaper, my eye was drawn to a familiar name in a write-up in the television guide; a program celebrating seventy years of British films. I noted the time, my heart thrilling, wondering if I dared watch it. In the end I fell asleep before it finished. There was very little about Emmeline. A few publicity photos, none of which showed her true beauty, and a clip from one of her silent films, The Venus Affair, which made her look strange: hollow-cheeked; jerky movements like a marionette. There was no reference to the other films, the ones that threatened such a fuss. I suppose they don’t rate a mention in these days of promiscuity and permissiveness.

But although I had been met with such memories before, Ursula’s letter was different. It was the first time in over seventy years that anyone had associated me with the events, had remembered that a young woman named Grace Reeves had been at Riverton that summer. It made me feel vulnerable somehow, singled out. Guilty.

No. I was adamant. That letter would remain unanswered.

And so it did.

A strange thing began to happen, though. Memories, long consigned to the dark reaches of my mind, began to sneak through cracks. Images were tossed up high and dry, picture-perfect, as if a lifetime hadn’t passed between. And, after the first tentative drops, the deluge. Whole conversations, word for word, nuance for nuance; scenes played out as though on film.

I have surprised myself. While moths have torn holes in my recent memories, I find the distant past is sharp and clear. They come often lately, those ghosts from the past, and I am surprised to find I don’t much mind them. Not nearly so much as I had supposed I would. Indeed, the specters I have spent my life escaping have become almost a comfort, something I welcome, anticipate, like one of those serials Sylvia is always talking about, hurrying her rounds so that she can watch them down at the main hall. I had forgotten, I suppose, that there were bright memories in amongst the dark.

When the second letter arrived last week, in the same scratchy hand on the same soft paper, I knew I was going to say yes, I would look at the sets. I was curious, a sensation I hadn’t felt in some time. There is not much left to be curious about when one is ninety-eight years old, but I wanted to meet this Ursula Ryan who plans to bring them all to life again, who is so passionate about their story.

So I wrote her a letter, had Sylvia post it for me and we arranged to meet. --Ce texte fait référence à l'édition Broché .

Revue de presse

"This novel will challenge your definitions of friendship, family and, most of all, trust." -- Hallmark Magazine

"An extraordinary debut...written with a lovely turn of phrase. [Morton] knows how to eke out tantalizing secrets and drama." -- The Sunday Telegraph (UK) --Ce texte fait référence à l'édition Broché .


Détails sur le produit

  • Broché: 352 pages
  • Editeur : Pan Books; Édition : 1st Pan Book Edition (15 juin 2007)
  • Langue : Anglais
  • ISBN-10: 0330448447
  • ISBN-13: 978-0330448444
  • Dimensions du produit: 13,1 x 3,7 x 19,7 cm
  • Moyenne des commentaires client : 3.8 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (23 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 4.978 en Livres anglais et étrangers (Voir les 100 premiers en Livres anglais et étrangers)
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


En savoir plus sur l'auteur

Découvrez des livres, informez-vous sur les écrivains, lisez des blogs d'auteurs et bien plus encore.

Dans ce livre (En savoir plus)
Parcourir les pages échantillon
Couverture | Copyright | Extrait | Quatrième de couverture
Rechercher dans ce livre:

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

Commentaires client les plus utiles

10 internautes sur 10 ont trouvé ce commentaire utile  Par Caro sur 12 mars 2008
Format: Broché
Si vous aimer le style policier/thriller, cette histoire n'est en fait pas pour vous. Mais ce livre n'en reste pas moins captivant. L'histoire nous fait rebondir entre présent et passé avec une grande facilité et on finit pas beaucoup s'attacher aux personnage. Le livre nous garde quand même en haleine jusqu'à la fin et les secrets de cette histoire ne nous sont révéles qu'au fur et à mesure, ce qui rend ce livre difficile à poser pour ma part.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
16 internautes sur 17 ont trouvé ce commentaire utile  Par ouvéa sur 26 octobre 2007
Format: Broché
Difficile de lâcher cette histoire superbement écrite dans la lignée des "vestiges du jour" avec en plus le côté noir, tragique des amours clandestines sur fond d'après guerre. L'auteur, une jeune australienne de 29 ans, revendique modestement sa filiation avec Ishiguro mais également Margareth Atwood mais son talent est réel et la rigueur de son écriture est admirable. Un véritable coup de coeur !!
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
5 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile  Par Moulin sur 21 avril 2010
Format: Poche
Si vous aimez les secrets, les manoirs, les relations entre gouvernante et châtelaine, l'évolution de la société autour de 1900 et 1920, ce livre est fait pour vous. Pour compléter ma lecture, j'ai regardé le film "Gosford park " qui met en image le même univers. Un autre livre qui traite de la relation gouvernante et châtelaine "la servante insoumise" de Jane Harris a lui aussi un secret à découvrir.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
7 internautes sur 8 ont trouvé ce commentaire utile  Par Odilette (Provence) TOP 1000 COMMENTATEURSVOIX VINE sur 30 mai 2010
Format: Broché
Autant dire tout de suite que j'ai failli refermer le livre quand j'ai vu qu'il ne parlait pas de l'Australie .
j'ai résisté et ...pas déçue, je me suis plongée avec grand plaisir dans ce roman décrivant la société britannique du début du siècle et surtout sa domesticité, ces humbles, invisibles sans lesquels le faste so british n'existerait pas !
leur loyauté et leur discrétion, leur attachement sans faille à leurs maîtres et leur extrême distinction en font des personnages attachants que l'on suit avec intérêt.
Ça n'est pas la lecture du siècle, mais le thème, l'intrigue et l'époque m'ont captivée
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
1 internautes sur 1 ont trouvé ce commentaire utile  Par Phil-Don TOP 500 COMMENTATEURS sur 13 mars 2014
Format: Broché Achat vérifié
Avant tout, il faut oublier les accroches publicitaires ("love story... mystery...."). L'histoire d'amour n'occupe qu'une centaine de pages (sur 600) à la fin du bouquin, et il est excessif de parler de mystère - le terme de secret serait plus juste. Au lieu de cela, il convient de commencer le récit sans attente particulière et de se laisser porter par l'écriture. La narratrice, une dame âgée sentant la fin approcher, se remémore sa vie comme domestique à Riverton auprès d'une famille d'aristocrates; nous sommes dans les années de l'Avant à l'Après Première Guerre Mondiale. Le lecteur appréciant les ambiances de 'Downton Abbey,' de 'Gosford Park' ou des 'Vestiges du Jour' ne pourront que prendre plaisir au récit, lequel est servi par une écriture élégante, riche en détails et captivante. Bref, un livre que j'ai adoré et que je recommande sans hésiter.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile  Par Michelle sur 26 juillet 2011
Format: Poche
Suite à un commentaire négatif, j'ai eu un peu d'appréhension en commençant la lecture de ce livre mais finalement, je l'ai trouvé très très bien. Superbe histoire.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
7 internautes sur 9 ont trouvé ce commentaire utile  Par Mi23 sur 1 avril 2010
Format: Poche
Grace Reeves était servante au domaine de Riverton lorsque un jeune poète a trouvé la mort dans le parc du domaine. La thèse du suicide a été retenue. Bien des années plus tard, Grace vit dans une maison de retraite. Un film visant à retracer ce qui s'est passé jadis à Riverton est sur le point d'être tourné. Le scenario est soumis à Grace afin qu'elle vérifie qu'il ne s'écrate pas trop de la réalité. C'est l'occasion pour elle de se souvenir de ses premiers pas à Riverton, des moments passés avec les enfants du domaine, de tous les évènements qui ont abouti au drame ... et de nous dévoiler ce qui s'est réellement passé ...
Un roman très agréable à lire, que l'on a du mal à quitter, et qui nous fait apprécier que les mentalités aient changé depuis l'époque victorienne.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Format: Format Kindle Achat vérifié
Kate Morton maîtrise parfaitement l'art du récit et du suspense. J'ai adoré l'histoire et la façon dont elle était racontée. Même si le fond en est totalement différent, le contexte m'a souvent fait penser à Downton Abbey. On s'attache aux personnages et aux lieux décrits.
C'est un très bon livre que je conseille sans réserves.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer

Commentaires client les plus récents



Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?