undrgrnd Cliquez ici Livres Fête des Mères nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_HPTV Cliquez ici Acheter Fire Acheter Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Fête des Mères

Commentaires client

4,0 sur 5 étoiles1
4,0 sur 5 étoiles
5 étoiles
0
4 étoiles
1
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
Format: Format Kindle|Modifier
Prix:4,12 €

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

La maison d'édition britannique Penguin Books publie des oeuvres jugées majeures pour le retentissement qu'elles eurent et les révolutions qu'elles générèrent.

Ainsi en va-t-il de cet ouvrage extrait du célèbre "Richesse des nations".

Adam Smith (1723 - 1790) se définit comme un philosophe. Il souhaite un enrichissement du Royaume-Uni et de ses habitants. La prospérité terminera les périodes de disettes, famines et génèrera elle-même une plus grande prospérité.

De l'égoïsme de chacun naît le bien-être de tous est son postulat :

"It is not from the benevolence of the butcher, the brewer or the baker that we expect our dinner, but from their regard to their own interest."

Dès lors il convient que la puissance publique limitée au minimum de ses fonctions de police et de justice, permettent la libre expression maximale de ses intérêts privés. Deux limites majeures à cette expression sont décrites dans l'ouvrage : d'une part la taxation sur les échanges commerciaux avec les autres nations, d'autre part les situations de monopoles, qu'elles soient de nature commerciale ou corporatiste. Liquider les barrières protectionnistes libérera la richesse et permettra d'atteindre une harmonie sociale optimale.

Les présupposés non écrits de l'auteur sont flagrants :

1/ il écrit dans une société régie par des valeurs chrétiennes, parmi lesquelles la charité, le don, la solidarité sont fortes. Libre à chacun de les vivre au degré qu'il l'entend. Cette disparition totale de ces valeurs tue la perception totale de l'économie que se forge Adam Smith. J'invite le lecteur à découvrir l'analyse de George Orwell dans l'excellent ouvrage de Jean-Claude Michea La double pensée : Retour sur la question libérale de la "common decency", "ce jeu d'échanges subtil et compliqué qui fonde à la fois nos relations bienveillantes à autrui, notre respect de la nature et, d'une manière générale, notre sens intuitif de ce qui est dû à chacun", "ce sens commun qui nous avertit qu'il y a des choses qui ne se font pas".

2/ Bien que la révolution industrielle ait commencé en Grande Bretagne, ce qui conférait à son industrie un avantage concurrentiel par rapport à celles des autres nations occidentales (France, Pays-Bas notamment), le poids de l'agriculture est prédominant. L'analyse de Adam Smith porte donc sur l'agriculture et le commerce, tout en fustigeant les corporatismes jugés bloquants (la Révolution française de chargera de détruire ces organismes, certes imparfaits, mais qui assuraient à la fois la protection de l'ouvrier, du compagnon au maître, mais aussi une réelle forme de promotion sociale que le syndicalisme mettra près d'un siècle à retrouver péniblement, par le combat).

Adam Smith projette ses propres valeurs chrétiennes en estimant que les dérèglements de marché ne sauraient être majeurs car il les réduit à ceux de l'individu qui les commettraient (ignorant que l'âpreté au gain ne connaît aucune limite humaine et pouvant définir une société profondément meurtrie et injuste) :

"He may no doubt buy too much of either, as he may of any other dealers in his neighbourhood, of the butcher, if he is a glutton, or of the draper, if he affects to be a beau among his companions. It is advantageous to the great body of workmen, notwithstanding, that all these trades should be free, though this freedom may be abused in all of them, and is more likely to be so, perhaps, in some than others. Though individuals, besides, may sometimes ruin their fortunes by an excessive consumption of fermented liquors, there seems to be no risk that a nation should do so." Terrible analyse fausse. Pas seulement au niveau de la nation, mais, aussi au niveau d'industries (l'actualité de l'industrie financière mondiale déréglée nous le démontre).

Cet ouvrage est de nécessaire lecture car aux sources mêmes d'une pensée, libérale, que je combats.
77 commentaires|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)