Quantité :1
The King of Limbs a été ajouté à votre Panier
Version MP3 incluse GRATUITEMENT
+ EUR 2,49 (livraison)
D'occasion: Comme neuf | Détails
Vendu par momox fr
État: D'occasion: Comme neuf
Commentaire: En Stock.
Autres vendeurs sur Amazon
Ajouter au panier
EUR 18,90
Livraison gratuite dès EUR 25,00 d'achats. Détails
Vendu par : Skyvo Direct
Ajouter au panier
EUR 22,50
Livraison gratuite dès EUR 25,00 d'achats. Détails
Vendu par : Fulfillment Express
Vous l'avez déjà ? Vendez sur Amazon
Egalement disponible en MP3
Album MP3 à EUR 7,12

Image indisponible

Image non disponible pour la
couleur :
  • The King of Limbs
  • Désolé, cet article n'est pas disponible en
  • Image non disponible
      

The King of Limbs


Prix conseillé : EUR 13,91
Prix : EUR 13,46 Livraison gratuite dès EUR 25 d'achats. Détails
Économisez : EUR 0,45 (3%)
Tous les prix incluent la TVA.
inclut GRATUITEMENT la version MP3 de cet album.
Hors cadeaux ou produits vendus par des vendeurs tiers. Voir Conditions sur les coûts en cas d'annulation de commande.
Il ne reste plus que 2 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon. Emballage cadeau disponible.
Passez cette commande pour sauvegarder la version numérique de cet album dans votre bibliothèque Amazon Music. Vendu par Amazon EU S.à r.l.
40 neufs à partir de EUR 6,40 11 d'occasion à partir de EUR 6,42

Vous cherchez un CD ou Vinyle ?

CD à petits prix et en promotion
Retrouvez nos promotions et CD à petits prix.

Offres spéciales et liens associés


Page Artiste Radiohead

Discographie

Image de l'album de Radiohead

Photos

Image de Radiohead

Vidéos

Biographie

Tout commence lorsque Madame Yorke offre à son fils Thomas sa première guitare, à l'occasion de son 8ème anniversaire. Dès lors, ce dernier n'a plus qu'une idée : intégrer un groupe, ce qu'il réalisera deux ans plus tard. En 1982, il intégrera son deuxième groupe : TNT. Mais Thom aspire vite à autre ... Plus de détails sur la Page Artiste Radiohead

Visitez la Page Artiste Radiohead
54 albums, 26 photos, videos, discussions, et plus.

Produits fréquemment achetés ensemble

The King of Limbs + In Rainbows + Hail to the Thief
Prix pour les trois: EUR 31,74

Acheter les articles sélectionnés ensemble

Détails sur le produit

  • CD (28 mars 2011)
  • Nombre de disques: 1
  • Label: XL Recordings
  • ASIN : B004NSULHM
  • Autres versions : CD  |  Album vinyle  |  Téléchargement MP3
  • Moyenne des commentaires client : 3.3 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (42 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 23.043 en Musique (Voir les 100 premiers en Musique)
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


Écouter des extraits et acheter des MP3

Les titres de cet album peuvent être achetés en MP3. Cliquez sur « Ajouter » ou voir l'album MP3.
                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                         

Echantillons
Titre Durée Prix
  1. Bloom 5:14EUR 0,89  Acheter le titre 
  2. Morning Mr Magpie 4:40EUR 0,89  Acheter le titre 
  3. Little By Little 4:27EUR 0,89  Acheter le titre 
  4. Feral 3:12EUR 0,89  Acheter le titre 
  5. Lotus Flower 5:00EUR 0,89  Acheter le titre 
  6. Codex 4:46EUR 0,89  Acheter le titre 
  7. Give Up The Ghost 4:50EUR 0,89  Acheter le titre 
  8. Separator 5:20EUR 0,89  Acheter le titre 

Descriptions du produit

Description du produit

The King Of Limbs est le huitième album du groupe culte d’Oxford, produit par leur collaborateur de toujours Nigel Godrich.

Version CD simple (Une version 33T vinyle paraîtra également le 28 mars et sera prochainement disponible en précommande sur notre site).

Critique

Il y a belle lurette que Radiohead n'envoie plus uniquement de signes musicaux : deux chansons attachantes (« Creep » et « Exit Music (For A Film) ») et trois albums talentueux (on réservera le statut de chef d’œuvre au plafond de la Chapelle Sixtine), et le passage depuis l’album In Rainbows et son prix d’achat laissé à la discrétion du client (expérience non renouvelée ici) à un niveau de réflexion incluant circuits de distribution, place et coût de la culture dans notre société, indépendance productrice de l’artiste. De même, peut-on s’interroger sur l’utilité d’évoquer le nouvel album de Radiohead car le buzz semble occulter la première note de musique. Le plus grand groupe du monde est enjoint d’innover (plus musicalement, certes, mais économiquement), et les médias contraints de s’en faire l’écho.

Le huitième album de Radiohead a été comme à l’accoutumée produit par Nigel Godrich, et porterait le nom d’un vénérable chêne de la forêt d’un comté du sud-ouest de l’Angleterre, où la bande de musiciens aurait coutume de s’ébattre pour y guigner l’inspiration. Les huit chansons de l’album, ramassées (moins de quarante minutes au total : du mou dans la corde à nœud de l’inspiration ?), déclinent quelques fondamentaux du groupe : ne pas effaroucher le fan de base en rappelant d’où on vient (« Lotus Flower », bonne chanson et la meilleure de la sélection en compagnie de la ballade « Codex » et sa science des bandes inversées, et c’est déjà cela de pris, ou « Little By Little », où la mise en abîme – Radiohead singeant Radiohead – donne le vertige), mais s’attacher néanmoins à conserver certaines audaces mélodiques, rythmiques ou harmoniques comme on brandit une bannière.

Ainsi de « Bloom », ouverture en catastrophe, outrée de suffisance, revendiquant avec hauteur l’influence de Charles Mingus, alors que Carla Bley et Michael Mantler nous ont offerts dès 1971 pareils entrechoquements, et climats en clair-obscur. Et on baille de même à l’écoute de « Separator », dont la principale qualité reste de conclure le programme. Certains considèrent déjà, surfant sur le caractère éminemment maniaco-dépressif de « Give Up The Ghost », autre sélection passable, ce disque comme une production solo de Thom Yorke. On leur laisse le diagnostic, et on leur laisse également cet album, anxieux à démontrer (la capacité d’un groupe d’individus à faire preuve de pertinence et de justesse de vue), mais jamais tourné vers l’autre (nous, en l’occurrence). On laissera également sur le bas-côté l’amertume de la déception : Radiohead ne sont pas des amis, des frères, mais simplement des musiciens payés (très cher) pour exercer leur métier. Or, si la tambouille est ici efficace, propre sur elle, et judicieusement étalonnée, elle manque par trop de saveur, comme si les Anglais avaient égaré la boîte à épices.

On ne peut s’empêcher de tracer un parallèle avec U2, jadis considéré comme pure éminence de la pensée contemporaine juvénile, aujourd’hui voué à l’opprobre (trop blanc, trop gras, trop mou, trop riche) : il est à parier que Radiohead s’avance résolument vers pareille destinée, qu’il ne pourra éviter qu’au prix d’un violent électrochoc (retour humble dans la vraie vie), ou d’une séparation. Alors, on pourra de nouveau parler de musique.

The King of Limbs est téléchargeable <a href="http://www.thekingoflimbs.com/DIEUR.htm">à cette adresse</a>

Christian Larrède - Copyright 2015 Music Story

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

Commentaires client les plus utiles

9 internautes sur 9 ont trouvé ce commentaire utile  Par GiveUpTheGhost le 4 septembre 2013
Format: CD
Je n'interviens que très rarement dans ce type de commentaires sur Internet, mais là, j'y suis bien obligé à cause de la description du produit qui est proposée ici pour "The King of Limbs". Non seulement je suis en profond désaccord avec l'auteur (ce qui, en soi, ne mériterait pas de commentaires), mais je trouve cette description profondément stupide (ce qui est plus problématique), et pour l'intérêt commun, il me semble important de remettre les choses au clair, en procédant dans l'ordre. Ainsi, les acheteurs potentiels pourront sortir de l'obscurité dans laquelle cette description est susceptible de les plonger.

1) La première phrase "il y a belle lurette que Radiohead n'envoie plus uniquement de signes musicaux" n'a aucun sens, grammaticalement et du point de vue du sens. Un groupe de rock alternatif n'est pas censé envoyer des "signes" mais produire des oeuvres d'art, quand il lui plaît, en se permettant de faire des pauses.
2) Jusqu'à "The King of Limbs", Radiohead n'a cessé de produire des albums avec des intervalle inconstants de 1, 2, 3 ou 4 ans. On ne voit vraiment pas où l'auteur veut en venir.
3) "Creep" est sans conteste la chanson la plus connue de Radiohead, mais la référence à "Exit Music for a Film)" est très étrange. Cette dernière n'est jamais sortie en single et n'est certainement pas leur deuxième chanson la plus connue, dépassée par "Karma Police", "Paranoid Android", "Fake Plastic Trees", "No Surprises", "15 Step" et d'autres encore.
Lire la suite ›
1 commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile  Par STEFAN COMMENTATEUR DU HALL D'HONNEURTOP 50 COMMENTATEURS le 17 avril 2012
Format: CD Achat vérifié
A défaut d'être au sommet de sa forme créatrice, Radiohead continue d'être un groupe qui cherche et renouvelle régulièrement son écriture. Les aventures solitaires de Jonny Greenwood et Tom Yorke, dont on perçoit ici l'influence, ont probablement contribuées à pousser encore un peu plus le groupe dans ses retranchements, on ne s'en plaindra pas.

Ce n'est donc pas le Radiohead en état de grâce que nous retrouvons sur ce 8ème long-jeu. Contrairement à In Rainbows - précédent opus et déclaration d'indépendance d'une formation refusant désormais tout adoubement à un label quel qu'il soit et album étonnamment proche des cannons d'excellence jadis affichés (The Bends, OK Computer) - The King of Limbs est un net retour vers l'expérimentation parfois absconse de Kid Amnesiac, l'effet de surprise en moins.

Pareil parti-pris est risqué étant donné qu'on ne peut que comparer le groupe de 2000/2001 à celui d'aujourd'hui et que la comparaison n'est pas franchement au bénéfice de l'actualité. Ainsi, si les idées fourmillent tant au niveau des textures développées que des arrangements, tout ici n'est pas la pleine réussite qu'on aurait souhaité entendre. Il y a tout de même quelques quasi-perles (Little by Little, Lotus Flower, Codex), et l'ensemble du court album s'écoute sans déplaisir, mais une réticence demeure devant des morceaux ni vraiment assez accrocheurs ni tout à fait assez prospectifs pour pleinement contenter les fans du groupe.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
26 internautes sur 30 ont trouvé ce commentaire utile  Par Polo TOP 500 COMMENTATEURS le 28 mars 2011
Format: Téléchargement MP3
Forcément un nouvel album de Radiohead, c'est une énorme attente, et donc une grosse pression... enfin, à l'écoute de King of Limbs, on se rend compte que la pression, elle a surtout été pour les auditeurs, parce que le groupe, lui, ne semble pas se l'être mise, tant il semble avoir fait ce qu'il voulait en toute sérénité.
Après la première écoute, que ressort-il de cet album? A vrai dire, pas grand chose. La première chanson offre quelques notes de piano introductives très belles, mais dès que la rythmique se met en place, le son ressemble bougrement à une chanson comme Pull/Pulk the revolving doors, soit rien de grandement excitant. Par la suite, Little by little vient légèrement se graver dans la mémoire auditive, ainsi que le single Lotus Flower et Codex, la chanson façon Pyramid Song de l'album.
A la deuxième écouté, on se dit que l'album ressemble à l'album solo de Thom Yorke (the Eraser), avec un côté plus organique et plus vivant, mais la production est assez proche.
Mais après plusieurs écoutes et une certaine maturation, l'album finit par s'implanter, et c'est en ne l'écoutant plus qu'on se rend compte qu'il nous manque. Car finalement, s'il n'y a pas toujours de grandes lignes mélodiques, il y a tout de même une unité, une ambiance, quelque chose qui transporte l'auditeur dans un univers assez éthéré, paradoxalement à la fois calme (nappes de musique) et speed (les rythmiques).
Lire la suite ›
5 commentaires Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer

Commentaires client les plus récents


Discussions entre clients

Le forum concernant ce produit
Discussion Réponses Message le plus récent
Pas de discussions pour l'instant

Posez des questions, partagez votre opinion, gagnez en compréhension
Démarrer une nouvelle discussion
Thème:
Première publication:
Aller s'identifier
 

Rechercher parmi les discussions des clients
Rechercher dans toutes les discussions Amazon
   


Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?