The Lords of the New Church

Les clients ont également acheté des articles de


Lords Of The New Church : top des titres
Trier par:
Meilleures ventes
1-10 of 142
Titre Album  
30
30
30
30
30
30
30
30
30
30


Biographie

C'est sous l'impulsion de Miles Copeland, directeur du label new wave et punk IRS, qu'a lieu la rencontre d'anciens punks de la scène américaine et anglaise.
Stiv Bators le chanteur-provocateur du groupe The Dead Boys de Cleveland, et Brian James, ancien guitariste du groupe londonien The Damned, renouent contact en 1980, après avoir partagé les mêmes scènes (dont le CBGB de New York), quelques années auparavant.
Le duo recrute pendant un premier temps Terry Chimes (ex batteur de The Clash), vite remplacé par Nicky Turner (ex Barracudas). Ils sont rejoints par Dave Tregunna (ex Sham 69) à la ... Lire la suite

C'est sous l'impulsion de Miles Copeland, directeur du label new wave et punk IRS, qu'a lieu la rencontre d'anciens punks de la scène américaine et anglaise.
Stiv Bators le chanteur-provocateur du groupe The Dead Boys de Cleveland, et Brian James, ancien guitariste du groupe londonien The Damned, renouent contact en 1980, après avoir partagé les mêmes scènes (dont le CBGB de New York), quelques années auparavant.
Le duo recrute pendant un premier temps Terry Chimes (ex batteur de The Clash), vite remplacé par Nicky Turner (ex Barracudas). Ils sont rejoints par Dave Tregunna (ex Sham 69) à la basse.

Lords déjantés

The Lords of the New Church, communément appelés The Lords, deviennent, à partir de 1981, célèbres pour leurs concerts complètement déjantés, mêlant rock gothique et punk hypnotique, le clou du spectacle étant assuré par Stiv Bators, qui pousse même un soir la comédie jusqu'à mettre en scène sa pendaison, frôlant en fait véritablement la mort.

A La recherche du sacré

The Lords of the New Church, sort en septembre 1982 chez IRS. Leurs textes flirtant avec l'imagerie religieuse et la mort, déroutent. Certains les cataloguent comme rockers sataniques, d'autres comme gothiques et les associent à la scène batcave (gothique) de Londres. Quoi qu'il en soit, ce premier album comporte des chansons plus inventives et plus mélodiques que leur punk d'origine.
Il est suivi de Is Nothing Sacred? en septembre 1983, qui contient des titres glam, comme « Dance With Me » et « Live For Today », où synthétiseurs et cuivres prennent le pas sur les guitares.

Noirceur et parodie

Leur troisième album The Method To Our Madness (1985), revient à un rock plus sombre qui ravit leurs premiers fans. Ils enregistrent une reprise parodique du titre « Like a Virgin » de Madonna, qui figure sur la compilation Killer Lords (1986).
Mais de nombreuses allées et venues (Tregunna est quelques temps remplacé Grant Flemming, le batteur Nicky Turner par Danny Fury, puis Stiv Bators se blesse) finissent par créer des tensions au sein du groupe qui se sépare en mai 1989, après un concert à Londres.
Stiv Bators, leader des Lords of the New Church, meurt l'année suivante, après avoir été victime d'un accident à Paris.
En 2001, Brian James and Dave Tregunna décident de reformer le groupe. Ils partent en tournée accompagnés de Steven Marque et Jez Miller alors que sort The Lord's Prayer, compilation en deux volumes, en 2002 et 2003.

Copyright 2014 Music Story Anne Yven

C'est sous l'impulsion de Miles Copeland, directeur du label new wave et punk IRS, qu'a lieu la rencontre d'anciens punks de la scène américaine et anglaise.
Stiv Bators le chanteur-provocateur du groupe The Dead Boys de Cleveland, et Brian James, ancien guitariste du groupe londonien The Damned, renouent contact en 1980, après avoir partagé les mêmes scènes (dont le CBGB de New York), quelques années auparavant.
Le duo recrute pendant un premier temps Terry Chimes (ex batteur de The Clash), vite remplacé par Nicky Turner (ex Barracudas). Ils sont rejoints par Dave Tregunna (ex Sham 69) à la basse.

Lords déjantés

The Lords of the New Church, communément appelés The Lords, deviennent, à partir de 1981, célèbres pour leurs concerts complètement déjantés, mêlant rock gothique et punk hypnotique, le clou du spectacle étant assuré par Stiv Bators, qui pousse même un soir la comédie jusqu'à mettre en scène sa pendaison, frôlant en fait véritablement la mort.

A La recherche du sacré

The Lords of the New Church, sort en septembre 1982 chez IRS. Leurs textes flirtant avec l'imagerie religieuse et la mort, déroutent. Certains les cataloguent comme rockers sataniques, d'autres comme gothiques et les associent à la scène batcave (gothique) de Londres. Quoi qu'il en soit, ce premier album comporte des chansons plus inventives et plus mélodiques que leur punk d'origine.
Il est suivi de Is Nothing Sacred? en septembre 1983, qui contient des titres glam, comme « Dance With Me » et « Live For Today », où synthétiseurs et cuivres prennent le pas sur les guitares.

Noirceur et parodie

Leur troisième album The Method To Our Madness (1985), revient à un rock plus sombre qui ravit leurs premiers fans. Ils enregistrent une reprise parodique du titre « Like a Virgin » de Madonna, qui figure sur la compilation Killer Lords (1986).
Mais de nombreuses allées et venues (Tregunna est quelques temps remplacé Grant Flemming, le batteur Nicky Turner par Danny Fury, puis Stiv Bators se blesse) finissent par créer des tensions au sein du groupe qui se sépare en mai 1989, après un concert à Londres.
Stiv Bators, leader des Lords of the New Church, meurt l'année suivante, après avoir été victime d'un accident à Paris.
En 2001, Brian James and Dave Tregunna décident de reformer le groupe. Ils partent en tournée accompagnés de Steven Marque et Jez Miller alors que sort The Lord's Prayer, compilation en deux volumes, en 2002 et 2003.

Copyright 2014 Music Story Anne Yven

C'est sous l'impulsion de Miles Copeland, directeur du label new wave et punk IRS, qu'a lieu la rencontre d'anciens punks de la scène américaine et anglaise.
Stiv Bators le chanteur-provocateur du groupe The Dead Boys de Cleveland, et Brian James, ancien guitariste du groupe londonien The Damned, renouent contact en 1980, après avoir partagé les mêmes scènes (dont le CBGB de New York), quelques années auparavant.
Le duo recrute pendant un premier temps Terry Chimes (ex batteur de The Clash), vite remplacé par Nicky Turner (ex Barracudas). Ils sont rejoints par Dave Tregunna (ex Sham 69) à la basse.

Lords déjantés

The Lords of the New Church, communément appelés The Lords, deviennent, à partir de 1981, célèbres pour leurs concerts complètement déjantés, mêlant rock gothique et punk hypnotique, le clou du spectacle étant assuré par Stiv Bators, qui pousse même un soir la comédie jusqu'à mettre en scène sa pendaison, frôlant en fait véritablement la mort.

A La recherche du sacré

The Lords of the New Church, sort en septembre 1982 chez IRS. Leurs textes flirtant avec l'imagerie religieuse et la mort, déroutent. Certains les cataloguent comme rockers sataniques, d'autres comme gothiques et les associent à la scène batcave (gothique) de Londres. Quoi qu'il en soit, ce premier album comporte des chansons plus inventives et plus mélodiques que leur punk d'origine.
Il est suivi de Is Nothing Sacred? en septembre 1983, qui contient des titres glam, comme « Dance With Me » et « Live For Today », où synthétiseurs et cuivres prennent le pas sur les guitares.

Noirceur et parodie

Leur troisième album The Method To Our Madness (1985), revient à un rock plus sombre qui ravit leurs premiers fans. Ils enregistrent une reprise parodique du titre « Like a Virgin » de Madonna, qui figure sur la compilation Killer Lords (1986).
Mais de nombreuses allées et venues (Tregunna est quelques temps remplacé Grant Flemming, le batteur Nicky Turner par Danny Fury, puis Stiv Bators se blesse) finissent par créer des tensions au sein du groupe qui se sépare en mai 1989, après un concert à Londres.
Stiv Bators, leader des Lords of the New Church, meurt l'année suivante, après avoir été victime d'un accident à Paris.
En 2001, Brian James and Dave Tregunna décident de reformer le groupe. Ils partent en tournée accompagnés de Steven Marque et Jez Miller alors que sort The Lord's Prayer, compilation en deux volumes, en 2002 et 2003.

Copyright 2014 Music Story Anne Yven


Améliorez le contenu de cette page

Si vous êtes l'artiste, le label ou le manager concerné, vous pouvez mettre à jour les informations sur cette page, telles que biographie, vidéos et plus encore sur Artist Central.

Commentaires

Visitez notre FAQ sur les Pages Artistes
Donnez-nous votre avis sur cette page