undrgrnd Cliquez ici RLit nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Rentrée scolaire Shop Fire HD 6 Shop Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Bijoux Montres Montres

Commentaires client

44
3,7 sur 5 étoiles
The Lost Symbol: (Robert Langdon Book 3)
Format: Format KindleModifier
Prix:5,46 €
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

54 sur 59 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Plus un auteur a de succès, plus il est critiqué. Il était donc inévitable que Dan Brown subisse, après le triomphe mondial du "Da Vinci Code", un véritable tir de barrage. Eh bien, personnellement, je ne m'y associerai pas. D'abord, parce que je n'ai aucun goût pour les cabales. Ensuite parce que je trouve que cet auteur, quelles que soient ses limites, possède malgré tout un certain nombre de qualités. Certes, Dan Brown n'est pas de la talentueuse famille des Burke ou des Pelecanos. Sa prose est simple, son style banalement efficace. Littérairement, je le situerai quelque part entre David Baldacci et Harlan Coben, lequel est d'ailleurs un de ses proches amis. Comme Coben, Brown est un honnête "artisan" qui n'a qu'une ambition: pousser le lecteur à tourner les pages de ses livres avec frénésie jusqu'à leur dénouement. Résultat, ses thrillers manquent un peu d'âme, mais sont en revanche de redoutables machines à suspense. En ce qui me concerne, j'avais plutôt apprécié le "Da Vinci Code", sans bien sûr adhérer une seconde à sa fumeuse théorie. Il me semble toutefois que ce nouveau roman lui est quelque peu supérieur. La date de parution en fut d'ailleurs plusieurs fois reportée, ce qui est plutôt bon signe. Cela prouve en effet que Dan Brown refusa de se laisser imposer un délai pour livrer son manuscrit à son éditeur, préférant polir son texte jusqu'à ce qu'il en soit complètement satisfait. On retrouve ici notre cher Robert Langdon à Washington, dans une intrigue impliquant la franc-maçonnerie, intrigue évidemment riche en codes et en symboles plus ésotériques les uns que les autres. La grosse différence avec "Da Vinci Code", sur le plan de la construction narrative, c'est que le roman se déroule cette fois en douze heures, ce qui en accroît la tension et le suspense. Est-ce pour autant le plus grand thriller jamais écrit, comme l'a prétendu un célèbre quotidien américain particulièrement enthousiaste? Bien sûr que non! Disons que c'est une aimable distraction qui meublera sans effort un voyage en train ou en avion. Ca se lit un peu comme on résoud une grille de sudoku. Dès qu'on a fini, on l'oublie et on passe à autre chose. Mais tant qu'on est dedans, c'est plutôt prenant.
44 commentairesCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
7 sur 7 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 17 novembre 2009
I had read the previous novels by Dan Brown (before the Da Vinci Code sales boom) and I was eager to read this one. However I was soon disappointed by this novel. It is the same history all over, except that now is Masons instead of Priory of Sion and Washington DC instead of Paris. The plot is plain and unbelievable. After a hundred pages or so I was already thinking about the book that I was going to start next.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
17 sur 20 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
D'abord le positif. Le suspense est fort et de toutes les pages malgré quelques faiblesses, comme le fait que Robert Langdon et Katherine Solomon soit envoyés dans la maison du meurtrier avec un seul agent de la CIA comme escorte, alors même que cette maison n'avait pas été sécurisée. L'intrigue est bien organisée, bien bâtie et bien menée et se déroule en à peine 12 heures. Elle doit perdre en français car une grande partie de l'architecture du roman s'appuie sur des mots anglais, comme si tous les dieux du monde parlaient naturellement anglais, comme si toutes les symboliques du monde fonctionnaient naturellement en anglais. Ajoutons à ce positif la façon dont Dan Brown critique en les exposant les techniques les plus avancées, autorisées en leur temps par Bush et interdites aujourd'hui par Obama, de torture des prisonniers. Mais là s'arrêtent le bien. Je passerai pour le moment sur le guide touristique de la ville de Washington. Il est indispensable que les lecteurs soient très prudents sur le contenu idéologique que le livre contient et qui nous est asséné à coup de terrorisme trépident. Il est centré sur une famille qui est à la fois le top niveau de la franc-maçonnerie américaine, de religion juive, et bien sûr d'une richesse incalculable. C'est un cliché regrettable et d'une banalité à faire sourire. Mais le moyen de chantage du meurtrier qui menace de révéler au monde entier que des hommes francs maçons (bien sûr pas des femmes) sont présents à tous les niveaux supérieurs de l'état américain est utilisé par Dan Brown, ce qui enlève à la crise de sécurité nationale que provoquerait cette révélation toute dimension réelle. Ce qui m'étonne le plus c'est que Dan Brown fait des francs-maçons les héritiers quasi uniques de tous les mouvements religieux qui se sont opposés à l'église catholique, et en même temps il met dans ce sac les juifs originels, les chrétiens originels, les bouddhistes, et une seule fois si j'ai bien compté Mahomet, rejetant donc l'Islam dans le bateau en train de couler des appareils religieux intégristes. Ce n'est pas une vision progressiste mais simplement une vision nourrie à une certaine propagande déiste. C'est là que l'on retrouve le guide touristique de Washington. Tout ce discours de libération de l'humanité se centre sur une aeuvre picturale qui orne le plafond de la rotonde du Capitole, « l'Apothéose de Washington ». Apothéose signifie : la transformation en dieu. Et Washington en dieu antique s'élevant dans le ciel sur un nuage est un impressionnant exemple d'art pompier. Napoléon a fait dans ce genre, lui aussi, mais même David a une autre grandeur. Soyons clair : c'est de l'art pompier, apologétique et de propagande. Certains diront le culte d'une personnalité. De la même façon transformer Washington en capitale du progrès humain et de l'avenir de l'humanité du fait de l'intégration dans son plan et son architecture de tous les éléments essentiels de la croix rosicrucienne, de la symbolique franc-maçonne, d'une obélisque et de quelques autres éléments de ce genre, est d'un facile plus que facile. Peu faire mieux. Cela est utilisé de façon très fine pour le suspense et l'intrigue, mais les pages dans tous le livre et surtout les quarante dernières pages qui sont un cours magistral sur le sujet sont déplacées et franchement hors du sujet. Mais il y a plus grave au niveau de cette visée homogènéisante de l'humanité : il n'y a qu'un seul dieu, qu'un seul principe fondamental, qu'une seule source, qu'une seule culture, etc. Cela lui fait dire quelques bêtises. A partir du moment où on recherche les points communs, mieux les mots (anglais bien sûr) communs un peu partout pour affirmer que tout est toujours la même chose, on est piégé par l'anglais que tous les dieux du monde parlent naturellement, puis par les différences que l'on ignore notoirement. Ainsi il affirme que l'humanité n'a jamais eu que douze signes astrologiques. Ignorance crasse. On vient de rétablir sur le mur extérieur de l'Abbatiale Saint Austremoine d'Issoire le treizième signe du zodiaque (11ème siècle au plus tard), à savoir le serpentaire, le guérisseur, l'ancêtre du caducée, le serpent de bronze de Moïse. Et ne parlons pas du treizième mois juif, ni bien sûr du calendrier et du zodiaque chinois. Demandez à nos paysans du Livradois ce qu'ils pensent des années à treize pleines lunes. Je dirai pire encore, en considérant le mythe d'un retour aux savoirs anciens qu'il appelle les Mystères Anciens, comme si les anciens d'il y a vingt mille ans en savaient plus que nous aujourd'hui. Le communisme primitif ou le paradis terrestre ou toute autre vision de ce point de départ virginalement supérieur est un mythe idéologique. L'homme est sorti de l'animalité grâce à des mutations accidentelles sélectionnées par les conditions de l'environnement de survie. C'est ainsi que l'homme a développé un cerveau, et une main à pouce opposé, et la station debout, et le langage, et l'intelligence et la science, et d'ailleurs en passant les religions. Malgré toutes les erreurs que l'humanité fait le présent ne peut en aucune façon être pire que le passé. L'affirmation ensuite que ces savoirs doivent rester entre les mains d'une élite initiée (un mystère est quelque chose que l'on ne peut savoir que par l'intermédiaire d'une initiation), au moins jusqu'au bon moment venu sans qu'on sache qui décidera que c'est le bon moment, est un simple crime contre l'humanité et une bêtise contre l'économie du savoir qui produit de la valeur ajoutée par la mise en commun collective des savoirs disponibles. La vision élitiste produit les pénuries. Quel dommage qu'une excellente intrigue soit habillée d'oripeaux si désuets.

Dr Jacques COULARDEAU, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, Université Paris 12 Créteil, CEGID Boulogne Billancourt
44 commentairesCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
2 sur 2 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Eh oui, j'assume. Malgré les critiques comme quoi Dan Brown écrit de la mauvaise littérature avec du symbolisme facile. Mais j'adore me laisser prendre à son jeu. C'est un très bon conteur et ce livre se lit tout seul ou presque. J'aime l'intrigue, les rebondissements, les énigmes. Celui-là est meilleur que le Da Vinci Code à mon sens.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
le 3 juillet 2011
Au moment d'écrire quelques mots sur le dernier "best seller" en date de l'ineffable Dan Brown, on se sent forcément envahi par une sorte de découragement... Comment ne pas répéter mot à mot ce qu'on a pu écrire pour "Da Vinci Code" par exemple : thriller impeccable, écrit avec une efficacité mécanique telle que l'on doute que Dan Brown soit un véritable être humain, dans un style passe-partout qui est celui de la littérature mondialisée, et qui exclut systématiquement toute émotion qui n'ait pas été programmée en bonne et dûe forme... De ce côté-là, rien à dire, on en a pour son argent. Pour ce qui est des labyrinthes codés et des énigmes cryptiques, "The Lost Symbol" se laisse un peu aller, et reste nettement en deçà des deux précédentes aventures du Professeur Langdon, mais cela n'est pas bien grave... Là où le bât blesse sérieusement, et ce n'est pas nouveau, c'est dans la construction - très efficace il est vrai - de fausses vérités présentées comme dûment certifiées, qui permettent à Brown de vendre sa vision du monde, occidentalo-centriste (Washington comme centre de la pensée humaine, c'est quand même fort de café, non ?), terriblement new age et littéralement fascisante (heureusement qu'il y a les élites, ici les Francs-Maçons, pour nous protéger de notre propre bêtise !). Tout cela, sous le couvert d'un rationalisme rassurant, a des allures de piège intellectuel franchement dégueulasse. Et là, on n'adhère plus, mais alors plus du tout à ce genre de bouquins, désolé !
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
2 sur 2 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 21 décembre 2009
Good start, page turner for the first 2/3 of the book, but what a disappointing end. So sad to realise that the plot was actually so weak.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 24 octobre 2009
Ayant littéralement dévoré les deux premières aventures de Robert Langdon (the Da Vinci Code et Angels and Demons), je me suis laissée tenter par une troisième. Le rythme est toujours effréné, l'écriture aussi haletante qu'intelligente et même s'il y a toujours un petit côté tiré par les cheveux, on ne boude pas son plaisir.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 26 novembre 2009
Dan Brown ,vous connaissez le style . Cette fois ci ca se passes à Washington D.C et portes sur les secrets des maçonnerie. Pas mal comme histoire.
Rien à dire sur livraison Amazon. Toujours aussi rapide et fiable.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
3 sur 4 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 28 septembre 2009
Ce troisième volet des aventures de Robert Langdon est tout ce qu'il y a de plus "brownien", dans le bon comme dans le mauvais sens du terme. Brown revient après 6 ans d'absence, et il n'a pas changé d'un pouce. Mêmes qualités et même défauts. Aussi, ceux qui ne l'appréciaient pas auparavant n'auront aucune révélation à la lecture de "The Lost Symbol" et n'adhèreront pas davantage. A l'inverse, ceux qui pardonnaient les travers de l'auteur et appréciaient ses ouvrages pour ce qu'ils valaient trouveront ici de quoi les satisfaire une fois de plus ! A savoir un thriller diablement efficace.

Au rayon des défauts, on retrouve la propension de Brown à une certaine grandiloquence qui prête à faire sourire. Ses thèses farfelues, qui n'hésitent pas à verser dans le grand n'importe quoi, gagneraient pourtant en "crédibilité" (façon de parler, car au fond qui pourrait sincèrement y croire ?) le temps du roman s'il gardait un ton un peu moins... emphatique. Car il est bien sûr inutile de prendre les théories de Brown au pied de la lettre, c'est avant tout de la fiction dont le seul but est de divertir. Même si le livre regorge de détails et d'anecdotes historiques, il faut faire la part des choses. Comme toujours avec Brown, inutile donc de s'offusquer du "non respect des faits historiques", reproche récurrent de ses détracteurs, puisqu'il s'agit bel et bien de fiction, à prendre comme telle et non comme la vérité absolue. Au-delà de cette grandiloquence, les petits défauts de Brown sont surtout d'ordre "littéraire", son style restant très simple et n'ayant rien d'extraordinaire en soi. La chose m'ayant toujours un peu rebuté dans ses romans étant, notamment, sa façon d'écrire les flashbacks (il passe de l'instant présent à un souvenir sans la moindre transition ni changement de temps), et "The Lost Symbol" n'échappe pas à la règle. Toutefois, si Brown ne fait pas dans la grande littérature, ses talents de conteur sont excellents.

Car oui, Dan Brown a beau faire l'objet de certaines moqueries, il a néanmoins des qualités, et je trouve un peu dommage de se fixer exclusivement sur ses travers. En l'occurrence il sait très bien raconter les histoires. Ce dernier roman est un livre très accrocheur que l'on n'a pas envie de refermer avant d'en connaître le fin mot. Beaucoup de questions, de mystères, de rebondissements, une maîtrise habile du "cliffhanger", l'expression de "page-turner" est ici très bien représentée. Qui dit Langdon dit symboles et ésotérisme, on retrouve les ingrédients qui ont fait le succès de l'auteur, en particulier un usage abondant d'œuvres artistiques et architecturales pour agrémenter son récit. Quand bien même ses thèses sont farfelues, on apprend des choses en lisant "The Lost Symbol", et il est très utile d'avoir un moteur de recherche type google à portée de main pour vérifier telle ou telle information, pour trouver des illustrations des œuvres mentionnées, des photos des monuments décrits, etc. Il est donc très amusant de se prendre au jeu, le temps du roman, et de se laisser happer par cette course contre la montre. En bref, sans être révolutionnaire, "The Lost Symbol" est un thriller très efficace qui satisfera les amateurs pour peu que l'on mette ses défauts de côté. Il est même mieux construit que son prédécesseur, le "Da Vinci Code". En tout cas, avec Dan Brown, on sait à quoi s'en tenir, il n'y a donc pas tromperie sur la marchandise. Les amateurs apprécieront, les autres passeront leur chemin. Donc à apprécier pour ce que c'est : un divertissement efficace qui permet de passer un bon moment !
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
le 7 novembre 2009
Comme d'habitude avec Dan Brown, le scénario est tiré par les cheveux et les personnages caricaturaux, mais l'intérêt du livre n'est pas là. Ici il s'agit donc d'une plongée dans les mystères de la Franc-Maçonnerie, et de la fondation de Washington. Pour quelqu'un comme moi qui n'est pas fondu d'Histoire, ce lecture permet donc des découvertes, complétée par quelques recherches sur internet. Et ceci de façon distrayante. L'anglais utilisé est à la portée de tous, il y a juste une petite dizaine de mots techniques d'architecture à rechercher.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
     
 
Les clients ayant consulté cet article ont également regardé

Angels & Demons
Angels & Demons de Dan Brown
EUR 7,23