The Monkees



The Monkees : top des titres
Trier par:
Meilleures ventes
1-10 of 673
Titre Album  
30
30
30
30
30
30
30
30
30
30
Votre compte Amazon Music n'est actuellement associé à aucun pays. Pour profiter de la musique Premium, allez sur votre Bibliothèque musicale et transférez votre compte à Amazon.fr (FR).
  

Image de The Monkees
Fourni par l'artiste ou son représentant

Dernier Tweet

MonkeesOfficial

Whos going to be joining #TheMonkees next week for their Nashville show? Tix are still available: http://t.co/IqVyarKZZZ


Biographie

Sonnés par la Beatlemania et l'invasion de groupes britanniques qui suit, les Etats-Unis préparent la riposte avec la série The Monkees en 1966. Les cinéastes Bob Rafelson et Bert Schneider proposent à la chaîne NBC l'idée d'une série basée sur la vie d'un groupe. C'est le film loufoque de The Beatles A Hard Day's Night qui sert de modèle à la future série. La supervision musicale est confiée à Don Kirshner, qui engage le duo de compositeurs formé par Tommy Boyce et Bobby Hart. Reste à engager les membres du pseudo groupe. Le choix se porte sur les Américains Michael Nesmith (chant, guitare, ... Lire la suite

Sonnés par la Beatlemania et l'invasion de groupes britanniques qui suit, les Etats-Unis préparent la riposte avec la série The Monkees en 1966. Les cinéastes Bob Rafelson et Bert Schneider proposent à la chaîne NBC l'idée d'une série basée sur la vie d'un groupe. C'est le film loufoque de The Beatles A Hard Day's Night qui sert de modèle à la future série. La supervision musicale est confiée à Don Kirshner, qui engage le duo de compositeurs formé par Tommy Boyce et Bobby Hart. Reste à engager les membres du pseudo groupe. Le choix se porte sur les Américains Michael Nesmith (chant, guitare, piano), Micky Dolenz (batterie, chant), Peter Tork (basse), et sur l'Anglais Davy Jones (chant). Ces quatre garçons dans le vent sont tous capables de jouer la comédie, et connaissent suffisamment la musique pour être crédibles dans leurs rôles.

La série est précédée par la sortie du premier titre de The Monkees, « Last Train to Clarksville » en août 1966. Les aventures loufoques du quatuor débutent à la télévision le 12 septembre 1966. Le succès est immédiat, et l'album The Monkees qui sort en octobre 1966 n'a aucun mal à coiffer le Billboard. A ce stade, les membres du groupe n'ont guère leur mot à dire et sont considérés comme des acteurs plus que comme des musiciens. Cependant pour donner une crédibilité au groupe, une première tournée est mise sur pied de fin 1966 à début 1967. C'est durant cette tournée que sort More of The Monkees, réalisé sans que le groupe en ai été averti. C'est sur cet album que figure « I'm a Believer » écrit par Neil Diamond, qui devient le plus grand succès de The Monkees en single.

The Monkees décide alors de se prendre en main, et devient un véritable groupe avec Headquarters en mai 1967. Désormais, les musiciens décident de ce qu'ils jouent et écrivent leurs propres chansons. Malgré cette prise de pouvoir, la polémique commence à enfler sur le fait que The Monkees ne joue pas de tous les instruments en studio. C'est d'autant plus injuste que cette pratique est courante à l'époque, et touche largement The Beatles ou The Rolling Stones. La réponse est Pisces, Aquarius, Capricorn & & Jones Ltd., l'album le plus abouti de The Monkees en novembre 1967. Le fait que The Monkees ait rencontré The Beatles lors des séances d'enregistrement de Sgt. Pepper's Lonely Hearts Club Band, n'est pas forcément étranger à cette réussite. C'est aussi le chant du cygne du groupe avec l'arrêt de la série en février 1968.

The Birds, the Bees & the Monkees en avril 1968 est le dernier succès commercial du groupe. The Monkees décide ensuite de sortir le film Head, qui se veut une antithèse des pitreries de la série The Monkees. Réalisé par Bob Rafelson avec le concours d'un débutant nommé Jack Nicholson, Head est un four, tout comme l'album du même nom qui se contente de la quarante-cinquième place du Billboard. Peter Tork quitte ensuite le groupe, qui sort Instant Replay et The Monkees Present, tous deux en 1969. La décomposition s'accélère avec le départ de Michael Nesmith en mars 1970. Le duo restant enregistre le très médiocre Changes avant de tirer sa révérence. 

La première réunion d'anciens de The Monkees a lieu en 1976 pour Dolenz, Jones, Boyce & Hart qui met en scène deux des membres du groupe et leurs compositeurs d'origine. En 1986, un retour en grâce a lieu à l'initiative des chaînes MTV et Nickelodeon. The Monkees en profite pour enregistrer Pool It! (1987), sans Michael Nesmith, qui n'ajoute rien à la légende. Il faut attendre 1996 pour voir le quatuor réuni une dernière fois sur disque pour Justus. The Monkees se réunit ensuite ponctuellement, et pas toujours avec l'intégralité de ses membres, pour des concerts. Le décès de Davy Jones le 29 février 2012 met fin à toute possibilité pour The Monkees de se produire dans sa formation originale. Mal considéré à ses débuts de groupe fabriqué de toutes pièces, The Monkees laisse finalement une trace plus qu'honorable dans l'histoire de la pop. Les compilations The Best of the Monkees (2003) et Monkeemania (2011) permettent à chacun de juger sur pièces de l'héritage du groupe anglo-américain, riche en tubes maintes fois repris depuis leur origine. Copyright 2014 Music Story François Alvarez

Sonnés par la Beatlemania et l'invasion de groupes britanniques qui suit, les Etats-Unis préparent la riposte avec la série The Monkees en 1966. Les cinéastes Bob Rafelson et Bert Schneider proposent à la chaîne NBC l'idée d'une série basée sur la vie d'un groupe. C'est le film loufoque de The Beatles A Hard Day's Night qui sert de modèle à la future série. La supervision musicale est confiée à Don Kirshner, qui engage le duo de compositeurs formé par Tommy Boyce et Bobby Hart. Reste à engager les membres du pseudo groupe. Le choix se porte sur les Américains Michael Nesmith (chant, guitare, piano), Micky Dolenz (batterie, chant), Peter Tork (basse), et sur l'Anglais Davy Jones (chant). Ces quatre garçons dans le vent sont tous capables de jouer la comédie, et connaissent suffisamment la musique pour être crédibles dans leurs rôles.

La série est précédée par la sortie du premier titre de The Monkees, « Last Train to Clarksville » en août 1966. Les aventures loufoques du quatuor débutent à la télévision le 12 septembre 1966. Le succès est immédiat, et l'album The Monkees qui sort en octobre 1966 n'a aucun mal à coiffer le Billboard. A ce stade, les membres du groupe n'ont guère leur mot à dire et sont considérés comme des acteurs plus que comme des musiciens. Cependant pour donner une crédibilité au groupe, une première tournée est mise sur pied de fin 1966 à début 1967. C'est durant cette tournée que sort More of The Monkees, réalisé sans que le groupe en ai été averti. C'est sur cet album que figure « I'm a Believer » écrit par Neil Diamond, qui devient le plus grand succès de The Monkees en single.

The Monkees décide alors de se prendre en main, et devient un véritable groupe avec Headquarters en mai 1967. Désormais, les musiciens décident de ce qu'ils jouent et écrivent leurs propres chansons. Malgré cette prise de pouvoir, la polémique commence à enfler sur le fait que The Monkees ne joue pas de tous les instruments en studio. C'est d'autant plus injuste que cette pratique est courante à l'époque, et touche largement The Beatles ou The Rolling Stones. La réponse est Pisces, Aquarius, Capricorn & & Jones Ltd., l'album le plus abouti de The Monkees en novembre 1967. Le fait que The Monkees ait rencontré The Beatles lors des séances d'enregistrement de Sgt. Pepper's Lonely Hearts Club Band, n'est pas forcément étranger à cette réussite. C'est aussi le chant du cygne du groupe avec l'arrêt de la série en février 1968.

The Birds, the Bees & the Monkees en avril 1968 est le dernier succès commercial du groupe. The Monkees décide ensuite de sortir le film Head, qui se veut une antithèse des pitreries de la série The Monkees. Réalisé par Bob Rafelson avec le concours d'un débutant nommé Jack Nicholson, Head est un four, tout comme l'album du même nom qui se contente de la quarante-cinquième place du Billboard. Peter Tork quitte ensuite le groupe, qui sort Instant Replay et The Monkees Present, tous deux en 1969. La décomposition s'accélère avec le départ de Michael Nesmith en mars 1970. Le duo restant enregistre le très médiocre Changes avant de tirer sa révérence. 

La première réunion d'anciens de The Monkees a lieu en 1976 pour Dolenz, Jones, Boyce & Hart qui met en scène deux des membres du groupe et leurs compositeurs d'origine. En 1986, un retour en grâce a lieu à l'initiative des chaînes MTV et Nickelodeon. The Monkees en profite pour enregistrer Pool It! (1987), sans Michael Nesmith, qui n'ajoute rien à la légende. Il faut attendre 1996 pour voir le quatuor réuni une dernière fois sur disque pour Justus. The Monkees se réunit ensuite ponctuellement, et pas toujours avec l'intégralité de ses membres, pour des concerts. Le décès de Davy Jones le 29 février 2012 met fin à toute possibilité pour The Monkees de se produire dans sa formation originale. Mal considéré à ses débuts de groupe fabriqué de toutes pièces, The Monkees laisse finalement une trace plus qu'honorable dans l'histoire de la pop. Les compilations The Best of the Monkees (2003) et Monkeemania (2011) permettent à chacun de juger sur pièces de l'héritage du groupe anglo-américain, riche en tubes maintes fois repris depuis leur origine. Copyright 2014 Music Story François Alvarez

Sonnés par la Beatlemania et l'invasion de groupes britanniques qui suit, les Etats-Unis préparent la riposte avec la série The Monkees en 1966. Les cinéastes Bob Rafelson et Bert Schneider proposent à la chaîne NBC l'idée d'une série basée sur la vie d'un groupe. C'est le film loufoque de The Beatles A Hard Day's Night qui sert de modèle à la future série. La supervision musicale est confiée à Don Kirshner, qui engage le duo de compositeurs formé par Tommy Boyce et Bobby Hart. Reste à engager les membres du pseudo groupe. Le choix se porte sur les Américains Michael Nesmith (chant, guitare, piano), Micky Dolenz (batterie, chant), Peter Tork (basse), et sur l'Anglais Davy Jones (chant). Ces quatre garçons dans le vent sont tous capables de jouer la comédie, et connaissent suffisamment la musique pour être crédibles dans leurs rôles.

La série est précédée par la sortie du premier titre de The Monkees, « Last Train to Clarksville » en août 1966. Les aventures loufoques du quatuor débutent à la télévision le 12 septembre 1966. Le succès est immédiat, et l'album The Monkees qui sort en octobre 1966 n'a aucun mal à coiffer le Billboard. A ce stade, les membres du groupe n'ont guère leur mot à dire et sont considérés comme des acteurs plus que comme des musiciens. Cependant pour donner une crédibilité au groupe, une première tournée est mise sur pied de fin 1966 à début 1967. C'est durant cette tournée que sort More of The Monkees, réalisé sans que le groupe en ai été averti. C'est sur cet album que figure « I'm a Believer » écrit par Neil Diamond, qui devient le plus grand succès de The Monkees en single.

The Monkees décide alors de se prendre en main, et devient un véritable groupe avec Headquarters en mai 1967. Désormais, les musiciens décident de ce qu'ils jouent et écrivent leurs propres chansons. Malgré cette prise de pouvoir, la polémique commence à enfler sur le fait que The Monkees ne joue pas de tous les instruments en studio. C'est d'autant plus injuste que cette pratique est courante à l'époque, et touche largement The Beatles ou The Rolling Stones. La réponse est Pisces, Aquarius, Capricorn & & Jones Ltd., l'album le plus abouti de The Monkees en novembre 1967. Le fait que The Monkees ait rencontré The Beatles lors des séances d'enregistrement de Sgt. Pepper's Lonely Hearts Club Band, n'est pas forcément étranger à cette réussite. C'est aussi le chant du cygne du groupe avec l'arrêt de la série en février 1968.

The Birds, the Bees & the Monkees en avril 1968 est le dernier succès commercial du groupe. The Monkees décide ensuite de sortir le film Head, qui se veut une antithèse des pitreries de la série The Monkees. Réalisé par Bob Rafelson avec le concours d'un débutant nommé Jack Nicholson, Head est un four, tout comme l'album du même nom qui se contente de la quarante-cinquième place du Billboard. Peter Tork quitte ensuite le groupe, qui sort Instant Replay et The Monkees Present, tous deux en 1969. La décomposition s'accélère avec le départ de Michael Nesmith en mars 1970. Le duo restant enregistre le très médiocre Changes avant de tirer sa révérence. 

La première réunion d'anciens de The Monkees a lieu en 1976 pour Dolenz, Jones, Boyce & Hart qui met en scène deux des membres du groupe et leurs compositeurs d'origine. En 1986, un retour en grâce a lieu à l'initiative des chaînes MTV et Nickelodeon. The Monkees en profite pour enregistrer Pool It! (1987), sans Michael Nesmith, qui n'ajoute rien à la légende. Il faut attendre 1996 pour voir le quatuor réuni une dernière fois sur disque pour Justus. The Monkees se réunit ensuite ponctuellement, et pas toujours avec l'intégralité de ses membres, pour des concerts. Le décès de Davy Jones le 29 février 2012 met fin à toute possibilité pour The Monkees de se produire dans sa formation originale. Mal considéré à ses débuts de groupe fabriqué de toutes pièces, The Monkees laisse finalement une trace plus qu'honorable dans l'histoire de la pop. Les compilations The Best of the Monkees (2003) et Monkeemania (2011) permettent à chacun de juger sur pièces de l'héritage du groupe anglo-américain, riche en tubes maintes fois repris depuis leur origine. Copyright 2014 Music Story François Alvarez


Améliorez le contenu de cette page

Si vous êtes l'artiste, le label ou le manager concerné, vous pouvez mettre à jour les informations sur cette page, telles que biographie, vidéos et plus encore sur Artist Central.