Appli Amazon

Actuellement indisponible.
Nous ne savons pas quand cet article sera de nouveau approvisionné ni s'il le sera.

Vous l'avez déjà ? Vendez sur Amazon

Image indisponible

Image non disponible pour la
couleur :
  • The Mother and the Whore [VHS] [Import allemand]
  • Désolé, cet article n'est pas disponible en
  • Image non disponible
      

The Mother and the Whore [VHS] [Import allemand]


Actuellement indisponible.
Nous ne savons pas quand cet article sera de nouveau approvisionné ni s'il le sera.

Offres spéciales et liens associés


Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?


Détails sur le produit

Commentaires en ligne

5.0 étoiles sur 5
5 étoiles
1
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoiles
0
Voir le commentaire client
Partagez votre opinion avec les autres clients

Commentaires client les plus utiles

19 internautes sur 19 ont trouvé ce commentaire utile  Par Zarak TOP 500 COMMENTATEURS le 4 avril 2009
Format: Cassette vidéo
Un film impressionnant à tous points de vue.

3h40 qui balaient l'état plutôt effrayant des mœurs sexuelles et amoureuses de l'après-68. Le jeune Alexandre (J-P Léaud) sort d'une rupture. Oisif mais pauvre, il remplit son emploi du temps en bavardage, avec ses amis, ses connaissances, ses maîtresses et ses ex-maîtresses. Un jour au Café de Flore, il rencontre Veronika, une infirmière...

L'adolescent évanescent, intello et immature, est tiraillé entre Marie "la maman" (Bernadette Lafont) qui le couve et le jalouse, et Veronika, la fausse "putain" (Françoise Lebrun), petit fragment de femme dévasté par le cyclone soixante-huitard, qui choisit ouvertement de se faire baiser par tout le monde mais résumera la substance du film par une tirade finale sur le couple, l'amour et l'enfantement, et qui est un gigantesque moment de cinéma.

Un film qui prend son temps, le temps d'épouser le silence, les dialogues, les soubresauts de l'âme, les dérobades, l'air du temps, les flâneries germanopratines et marivaudages nocturnes... jamais l'ennui ne pointe. Le ton déclamé, troublant de prime abord, ne fait que correspondre à une réplique d'Alexandre : "Le faux, c'est l'au-delà" ; entendre : c'est grâce au faux que peut surgir le vrai, c'est avec le mensonge qu'on fait éclater la vérité. En l'occurrence, la souffrance et la solitude, vérités profondes de la cosmogonie amoureuse, ce qu'ont habilement caché tous les petits idéologues de la prétendue "libération sexuelle".

On attend maintenant la sortie en DVD de ce chef-d'œuvre, l'un des plus beaux films du cinéma français.
4 commentaires Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer

Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?